Déterminer la quantité d’ovules grâce à une analyse de sang

Par (embryologiste), (gynécologue), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 08/05/2019

Il existe plusieurs examens pour déterminer combien d'ovules une femme possède au moment où elle veut tomber enceinte. Cependant, la détection des hormones liées à la fécondité est un test non invasif réalisé à partir d'une simple prise de sang qui fournit des informations fiables sur l'état reproducteur de la femme.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Comment évolue la réserve ovarienne ?

Une femme naît avec un nombre établi d'ovules, connu sous le nom de réserve ovarienneou folliculaire, et cela n'augmente pas avec l'âge. Au contraire, ce nombre diminue tout au long de sa vie reproductive. C'est pourquoi il est nécessaire de connaître l'état de la réserve ovarienne au moment où la femme veut tomber enceinte, car elle renseigne sur les possibilités de tomber enceinte naturellement ou s'il est nécessaire d'avoir recours à la procréation assistée.

Nombre d'ovules à la naissance

À partir du moment où les ovules commencent à se former chez le fœtus, jusqu'à ce que la fille atteigne l'âge de la reproduction, la quantité de follicules primordiaux diminue de façon drastique jusqu'à ce que la réserve ovarienne soit constituée.

Semaine 20 du développement fœtal pendant la grossesse
le foetus de sexe féminin a environ 6 millions d'ovules immatures produits dans l'ovogenèse, contenus dans les follicules primordiaux. Ce sera le nombre maximum de follicules primaires disponibles tout au long de sa vie.
Naissance de la petite fille
le nombre de follicules primordiaux a déjà diminué jusqu'à 1-2 millions.
Première menstruation ou ménarche
le nombre de follicules primordiaux est tombé à 500 000. C'est le début de ce qu'on appelle le recrutement folliculaire.

Recrutement folliculaire

Dans chaque cycle menstruel, 1 000 follicules commencent à mûrir, dont seulement 20 se transformeront en follicules anormaux. En réponse aux gonadotrophines, il deviendra un follicule préovulatoire et l'ovule sera expulsé vers les trompes de Fallope, où il pourra être fécondé par un spermatozoïde. Le reste des follicules qui n'atteignent pas le stade préovulatoire sont perdus, un processus appelé atrésie.

Les gonadotrophines sont la LH et la FSH, qui sont sécrétées par l'hypophyse et interviennent dans la maturation des ovules.

La réserve ovarienne diminue avec l'âge

A chaque cycle menstruel, environ 1 000 follicules sont perdus de la réserve ovarienne de la femme, conséquence d'un processus subtil de détérioration ovarienne biologiquement contrôlée. C'est pourquoi l'âge est un facteur déterminant pour obtenir une grossesse.

Lorsqu'une femme commence le processus de recherche d'une grossesse, elle ne connaît pas l'état de ses ovaires et de sa réserve ovarienne, puisqu'il n'est pas nécessaire que ce soit la même chose chez les femmes du même âge. Il y a des jeunes femmes dont la réserve ovarienne est diminuée comparativement aux femmes plus âgées.

Avec l'analyse de certaines hormones sexuelles dans le sang, il est facile de répondre à ces femmes et de vérifier leur état reproducteur. De plus, cette analyse aide également les spécialistes de la procréation assistée à décider quel est le traitement le plus approprié pour chaque femme.

La PMA, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. Le Rapport sur la fertilité sélectionne les cliniques les plus avantageuses pour vous selon nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectue une comparaison des prix et des conditions offertes par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

Les hormones détectées dans le sang

Les hormones qui régulent le cycle menstruel de la femme sont des marqueurs de la réserve ovarienne. Voici les plus importantes pour mesurer le nombre d'ovules.

Hormone anti-müllerienne

L'hormone anti-müllerienne ou AMH est considérée comme la plus importante pour mesurer la réserve ovarienne, parce que contrairement au reste, cette hormone ne varie pas tout au long du cycle menstruel, de sorte que la prise de sang peut être faite à tout moment.

L'AMH s'exprime dans les cellules de la granulosa des ovaires tout au long de la vie reproductive de la femme, de la puberté à la ménopause. Plus précisément, cette hormone indique la quantité de follicules antaux et préantaux qui, à maturité, donneront des ovules fécondables. Par conséquent, une analyse indirecte de la réserve ovarienne est envisagée.

Avec l'âge, les valeurs de l'AMH diminuent, ce qui indique que le nombre d'ovules chez une femme diminue.

Des niveaux d'AMH entre 0,7 et 3,5 ng/ml sont considérés comme normaux. Des concentrations inférieures à 0,7 ng/ml sont associées à une réserve ovarienne diminuée.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur l'homone anti-müllerienne, vous pouvez consulter l'article suivant : Hormone anti-müllérienne (AMH): valeurs de référence et fertilité.

La FSH

L'hormone folliculostimulante, ou FSH, est une hormone sécrétée par l'hypophyse qui agit sur l'ovaire et intervient dans le développement et la maturation des follicules où l'on trouve les ovules. À mesure que l'âge d'une femme augmente, la FSH devient nécessaire pour la maturation des ovules, de sorte que des valeurs élevées de FSH indiquent une faible réserve ovarienne.

Des niveaux de FSH supérieurs à 10 mUI/ml indiquent une faible réserve ovarienne.

Contrairement à l'AMH, l'analyse de la FSH doit être effectuée entre les jours 3 et 5 du cycle menstruel, il s'agit donc d'une analyse de base. Si vous voulez continuer à lire sur la FSH, vous pouvez consulter le lien suivant : Qu'est-ce que la FSH ?

L'inhibine B

La concentration de l'inhibine B est inversement proportionnelle aux valeurs FSH. Sa détermination sérique est un bon indicateur du fonctionnement des follicules et de la réserve ovarienne.

Un taux d'inhibine B inférieur à 35 à 40 pg/ml révèle des altérations dans la réserve ovarienne.

L'œstradiol

L'œstradiol est une hormone sécrétée par le follicule préovulatoire de l'ovaire. Par conséquent, au début du cycle menstruel, la valeur de l'œstradiol devrait être faible, car le follicule n'a pas encore commencé à mûrir. Des valeurs élevées d'œstradiol au début du cycle menstruel sont associées à une faible réserve ovarienne, bien que ce ne soit pas l'un des meilleurs marqueurs pour mesurer le nombre d'ovules.

Les valeurs d'œstradiol au début du cycle supérieures à 40 pg/ml sont liées à une faible réserve ovarienne.

Vos questions fréquentes

Est-il possible de retarder la diminution de la réserve ovarienne avec un traitement?

Par Dr. Concha Leal Cariñena (gynécologue).

Non. Les contraceptifs oraux combinés (COC) et les analogues de la GnRH ne garantissent pas le retard de la perte ovarienne.

Existe-t-il une méthode artisanale pour connaître ma réserve ovarienne et évaluer ma fertilité ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Les méthodes évoquées plus haut (FSH, AMH, estradiol et comptage de follicules) sont les plus fiables pour évaluer la réserve ovarienne. Cependant, vous pouvez recourir à des tests artisanaux pour vous informer de votre état de fertilité.

Le test de température basale par exemple, le test de sécrétion vaginale et l'étude de la position du col de l'utérus.

Quelles sont les causes de la diminution de la réserve ovarienne?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

La cause principale est l'âge. Il existe une relation inverse entre l'âge et le nombre d'ovules disponibles pour la maturation.

Cependant, il existe d'autres facteurs qui peuvent affecter négativement la réserve ovarienne, comme les traitements médicaux, les médicaments, l'obésité, l'endométriose, etc. Vous pouvez obtenir plus d'informations sur les causes qui diminuent la réserve ovarienne dans le lien suivant : La réserve ovarienne: quelle est son influence sur la fertilité?

Combien d'ovules une femme produit-elle à l'âge adulte?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Les femmes ne peuvent pas produire d'ovules à l'âge adulte, mais elles naissent avec un certain nombre déjà établis pour le reste de leur vie reproductive. Chez l'homme, c'est exactement le contraire qui se produit, puisqu'il est capable de produire des spermatozoïdes de novo dans le processus connu sous le nom de spermatogenèse.

Existe-t-il un traitement pour obtenir une grossesse malgré une réserve ovarienne diminuée ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Obtenir une grossesse dans ces conditions est relativement difficile. Il n'existe aucun traitement pour augmenter la réserve ovarienne, en revanche il est possible de permettre la grossesse pour les femmes à faible réserve ovarienne.

Il s'agit de la fécondation in vitro (FIV), combinée au traitement de stimulation ovarienne. Si la grossesse n'est pas obtenue même grâce à ce traitement, le don d'ovocytes est une autre solution.

La rédaction vous recommande

En dehors des hormones dont il est question dans cet article, il existe d'autres hormones liées à la fertilité féminine. Vous trouverez ici leur nature et leurs valeurs normales : Bilan hormonal de fertilité chez la femme: quel est le taux normal?

Si vous souhaitez obtenir plus d'informations concernant la réserve ovarienne, vous pouvez en lire plus ici : La réserve ovarienne: quelle est son influence sur la fertilité?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. En savoir plus sur Andrea Rodrigo
Dr. Concha Leal Cariñena
Dr. Concha Leal Cariñena
Gynécologue
Licenciée de Médecine par l'Université de Zaragoza. Elle a une longue carrière de gynécologue spécialisée en procréation assistée et, de plis, elle est professeur associée au département de Chirurgie, Gynécologie et Obstétrique de l'Université de Zaragoza. En savoir plus sur Dr. Concha Leal Cariñena
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 5008547
 Zaira Salvador
Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Université Politécnica de Valencia (UPV), Biotechnology degree en la National University of Ireland en Galway (NUIG) et embryologiste spécialisée en Médecine Reproductive avec un Master en Biotechnologie de la Reproduction Humaine par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI) En savoir plus sur Zaira Salvador
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.