En quoi consiste le bilan de stérilité masculin?

Par (embryologiste), (embryologiste sénior), (gynécologue), (embryologiste), (gynécologue) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 05/07/2019

Lorsqu'un couple rencontre des difficultés à concevoir au bout d'un an, il existe une série d'examens que le spécialiste peut prescrire pour déterminer des problèmes de fertilité.

L'examen de fertilité masculine par excellence est le spermogramme, qui analyse la qualité du sperme, bien que les examens complémentaires sont nombreux, tel le bilan hormonal.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Quels sont les examens du bilan de fertilité de l'homme?

Pour pouvoir bénéficier d'un diagnostic d'infertilité, le couple doit consulter un médecin spécialiste en fertilité. Ce dernier leur posera une série de questions afin d'établir l'historique clinique et prescrira les analyses nécessaires à déterminer les causes de l'infertilité et ainsi décider quel traitement appliquer.

Les examens de base d'un bilan de fertilité masculine sont les suivants: une exploration physique qui détermine l'état de santé général de l'homme et de ses organes sexuels, et un spermogramme, pour évaluer la qualité spermatique. Si cette dernière analyse montre des anomalies, un bilan hormonal est également prescrit pour déterminer s'il y a des troubles au niveau des hormones sexuelles masculines.

Examen physique

Le premier examen auquel est soumis l'homme est un examen physique pour exclure les problèmes testiculaires ou d'éjaculation.

Pour cela, l'urologue analyse les paramètres suivants:

  • Contrôle de la taille et du poids
  • Exploration de l'abdomen et zone de l’aine
  • Exploration du pénis et de la prostate
  • Évaluation de la situation des testicules, volume et consistance
  • Échographie testiculaire

L'objectif est exclure d'éventuels problèmes anatomiques et évaluer si l'homme présente des difficultés pour expulser le sperme. Si l'analyse est normale, on analysera l'éjaculat.

Le spermogramme

Le spermogramme consiste à analyser les caractéristiques spermatiques qui déterminent la qualité de l'éjaculat. Pour passer cet examen, l'abstinence pendant 3 à 5 jours est obligatoire.

Parmi les paramètres séminaux les plus importants on retrouve:

La mobilité
afin que les spermatozoïdes arrivent jusqu'à l'ovocyte et puissent le féconder, ils doivent montrer un mouvement rapide et progressif.
La concentration spermatique
elle fait référence à la quantité de spermatozoïdes présente dans un millilitre d'éjaculat ou dans l'éjaculat complet.
La morphologie
les spermatozoïdes de forme atypique ou anormale rencontrent plus de difficultés pour bouger, surmonter les obstacles dans l'utérus et féconder l'ovocyte.
La vitalité
parfois l'éjaculat contient des spermatozoïdes morts, incapables de féconder l'ovocyte. Il est important que l'on retrouve un pourcentage plus important de spermatozoïdes mobiles.

D'autres aspects comme le volume du sperme, le pH ou la viscosité sont analysés.

Les valeurs d'un échantillon de sperme considéré comme normal sont établies par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Selon le résultat du spermogramme, le médecin déterminera s'il présente une pathologie ou s'il est normal (normozoospermie).

Si le médecin observe une anomalie, le sperme de l'homme sera diagnostiqué comme souffrant d'azoospermie (absence de spermatozoïdes), d'oligospermie (faible nombre des spermatozoïdes dans l'éjaculat), d'asthénozoospermie (problèmes de mobilité) ou de térathozoospermie (problèmes de morphologie).

Si vous cherchez plus d'informations, vous trouverez ici: Le spermogramme.

Analyse hormonale de l'homme

Dans le cas où le spermogramme présente des troubles, le médecin peut prescrire une analyse hormonale par prise de sang. Cette étude peut aider à déterminer les causes des anomalies des paramètres du spermogramme.

La production de spermatozoïdes a lieu dans le testicule grâce à l'action des hormones sexuelles comme la testostérone, la FSH (hormone folliculo-stimulante), la LH (hormone lutinéisante) ou la prolactine.

Par conséquent, des taux anormaux de ces hormones peuvent modifier la spermatogénèse et donc, la quantité et qualité des spermatozoïdes.

Vous trouverez plus d'informations dans cet article: Taux hormonaux chez l'homme.

Examens complémentaires de stérilité masculine

Lorsqu'un résultat négatif est obtenu lors du spermogramme ou il existe des troubles de concentration, mobilité ou morphologie des spermatozoïdes, le médecin prescrit des examens complémentaires.

Fragmentation de l'ADN des spermatozoïdes

Afin que les spermatozoïdes puissent féconder l'ovocyte correctement et donner lieu à un embryon sain capable de s'implanter dans l'utérus maternel, il est essentiel que l'ADN spermatique soit intact.

Un taux élevé de fragmentation de l'ADN des spermatozoïdes peut produire des problèmes de fécondation et également des troubles précoces de développement de l'embryon.

Spermoculture ou culture de sperme

Si un taux de leucocytes trop élevé est détecté lors du spermogramme (plus d'un million de leucocytes/ml), le médecin prescrit une analyse bactériologique.

Elle peut aussi être prescrite en cas de douleur testiculaire, inflammation des testicules, traces de sang dans le sperme ou changement de couleur ou d'odeur du sperme.

Si le résultat de la culture est négatif et habituel, il n'y a aucune infection.

Analyse du caryotype

Elle consiste à analyser les chromosomes de l'homme afin de déterminer s'il souffre de troubles chromosomiques. Cet examen est très important et se réalise systématiquement lors du bilan d'infertilité masculine ou féminine.

Si les parents souffrent d'une anomalie génétique ou chromosomique, il est possible qu'elle soit la cause des problèmes de conception.

Analyse hyposmotique

Cette analyse est réalisée pour vérifier si la membrane plasmatique des spermatozoïdes fonctionne correctement ou si elle est abîmée. Pour cela, les spermatozoïdes sont mis en culture dans un milieu hypotonique (faible en sels), qui provoque un déséquilibre osmotique des cellules, permettant ainsi que le spermatozoïde se gonfle.

Si la membrane du spermatozoïde est abîmée et n’est pas fonctionnelle, la fécondation n'est pas possible, d'où l'importance de cet examen.

FISH (Hybridation fluorescente in situ)

Le test FISH est un test d'analyse cytogénétique dans lequel des chromosomes spécifiques du sperme sont marqués avec des sondes d'ADN fluorescentes afin de vérifier s'ils ont une dotation chromosomique normale.

Ce test est généralement effectué dans les cas de :

  • Caryotype anormal
  • Spermogramme modifié, en particulier dans les cas de faible concentration ou de problèmes morphologiques graves
  • Homme sous chimiothérapie ou radiothérapie
  • Couples souffrant de fausses couches récurrentes de cause inconnue
  • Échecs répétés de nidation après des techniques de procréation assistée
  • Les couples qui ont eu un enfant avec une altération chromosomique

Les chromosomes qui sont habituellement analysés dans ces situations sont les chromosomes 13, 18, 21, X et Y. C'est ce qu'on appelle le FISH de 5 sondes.

On considère un résultat de FISH anormal lorsqu'entre 100 et 2000 spermatozoïdes sont analysés et qu'on observe une augmentation de l'incidence des altérations chromosomiques par rapport à un groupe témoin de donneurs de sperme fertiles.

Biopsie testiculaire

Il s'agit d'une intervention chirurgicale par laquelle on extrait de petits fragments de testicules pour vérifier qu'il existe une production de spermatozoïdes.

Elle est prescrite en cas d'absence de spermatozoïdes dans l'éjaculat, un trouble connu comme l'azoospermie.

Interview du Dr Sotelo

Le facteur masculin dans une étude d'infertilité est d'environ 20% et entre 30% et 40% dans le cas d'une facteur mixte, c'est-à-dire lorsque les deux membres du couple présentent un problème d'infertilité.

Vos questions fréquentes

Quelles sont les valeurs considérées comme normales dans un rapport d'analyse de sperme?

Par Dr. Joel G. Brasch (gynécologue).

Concentration > 15million/ml
Motilité > 40%
Morphologie > 4%
Vol > 1.5ml

Quelle est la raison d’une diminution de la qualité séminale au cours des dernières années ?

Par Dr. Emilio Gómez Sánchez (embryologiste sénior).

Il existe de nombreuses études scientifiques qui affirment que la qualité séminale a été considérablement réduite au cours des 50-80 dernières années. Ainsi, une étude récente indique que cette diminution serait de 52% dans la concentration de sperme par millilitre et de 59% dans la quantité totale dans l’éjaculat.
Ces études indiquent également que cette réduction est plus importante dans les pays industrialisés que dans ceux qui ne le sont pas.

Bien que ce phénomène ait plusieurs causes, il semble que la principale raison réside dans l’environnement et qu’il s’agisse des perturbateurs endocriniens. Les substances chimiques agissent en imitant l'effet des hormones et envoient des messages confus au corps provoquant divers dysfonctionnements, entre autres la réduction de la production de sperme.

Les perturbateurs endocriniens font partie intégrante de nombreux produits de consommation, tels que les plastiques, les produits d'hygiène personnelle, les produits de nettoyage, les insecticides, les assainisseurs d'air et peuvent être présents dans les aliments.
Certains perturbateurs endocriniens sont déjà reconnus tel que le DDT, le bisphénol A, le phtalate, le styrène, certains solvants, le résorcinol, etc.

Quelles analyses sont nécessaires pour détecter l’infertilité masculine mis à part le spermogramme ?

Par Carolina Andrés Santé (embryologiste).

Nous pouvons également évaluer la qualité séminale en étudiant le contenu génétique des spermatozoïdes. D'une part, nous pouvons étudier l'intégrité de l'ADN, fondamentale pour parvenir à un développement embryonnaire correct. Cependant, parfois, il peut arriver que celui-ci soit fragmenté. Le test de fragmentation évalue le pourcentage de spermatozoïdes fragmentés présents dans l'éjaculat.

D'autre part, nous pouvons étudier si les spermatozoïdes présentent un contenu chromosomique correct grâce à l'étude FISH (5 paires de chromosomes sont évaluées) ou Chromosperme (un profil chromosomique général est évalué). Un éjaculat avec un pourcentage élevé de spermatozoïdes présentant des malformations chromosomiques pourrait donner lieu à un plus grand nombre d'embryons aneuploïdes.

Comment savoir si je suis un homme stérile ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Au bout d'un an de rapports sexuels non protégés, si la grossesse ne survient pas, il peut exister un problème de fertilité du couple. Pour savoir d'où provient le problème, et savoir si l'homme souffre d'infertilité, on recommande une analyse de fertilité.

Quel est le prix des examens de fertilité masculine et sont-ils remboursés ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

En France, les examens médicaux du bilan de fertilité de l'homme sont totalement couverts par l'Assurance maladie. Si un problème de fertilité est détecté, et peut être traité, il est recommandé d'avoir une complémentaire santé qui couvrira les traitements qui ne sont qu'en partie remboursés par la Sécurité Sociale.

Comment savoir si un homme est stérile sans examens médicaux ? Y a-t-il un test de fertilité disponibile en pharmacie ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Il est impossible de savoir si un homme est fertile ou stérile sans réaliser les examens médicaux pertinents. L'homme doit consulter un spécialiste pour réaliser un spermogramme et une exploration afin d'évaluer sa fertilité.

Il existe des tests de pharmacie pour mesurer la concentration de spermatozoïdes, mais il est important d'analyser d'autres paramètres spermatiques pour un diagnostic complet.

Où réaliser le bilan de fertilité masculin ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Il doit être réalisé dans un centre de procréation assistée ou un hôpital habilité en procréation. C'est un urologue-andrologue expérimenté qui doit les réaliser.

Quel rapport entre examens du bilan d'infertilité de l'homme et cancer ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Bien qu'il soit difficile d'avoir une vision précise de l'effet de chaque traitement sur la reproduction masculine, quelques points de repère peuvent être pris en compte. Le risque de stérilité dépend du type de chimiothérapie, de sa durée et des doses utilisées. Les effets de la chimiothérapie sont variables d'un homme à un autre.

Les répercussions sur la fertilité seront d'autant plus importantes que les doses cumulées de médicament seront élevées en particulier pour les agents alkylants. Après la fin des traitements, le retour à la situation normale peut intervenir dans des délais très variables d'un homme à l'autre.

De plus, les curages ganglionnaires rétropéritonéaux et les actes chirurgicaux portant sur le ou les testicules, le col vésical, la vessie ou la prostate, voire le rectum, peuvent avoir une incidence sur la sexualité et sur la fertilité.

Les effets dépendent de l'âge au moment du traitement du site d'irradiation, de la dose totale délivrée et du schéma de fractionnement.

La rédaction vous recommande

L'asthénospermie est une anomalie des spermatozoïdes qui se caractérise par une mobilité insuffisante tandis que leur nombre reste normal. Également appelée asthénozoospermie, cette fatigue des spermatozoïdes est l'une des causes possibles de troubles de la fertilité masculine. Quelles en sont les principales causes? Suivez le lien: L'asthénospermie.

Si le spermogramme révèle un nombre élevé de leucocytes dans le sperme, cela peut être le signe d'une infection. Pour s'en assurer et définir le traitement adéquat, une spermoculture pourra être prescrite où on analysera la présence de leucocytes dans le sperme. Voici plus d'informations: Les leucocytes dans le sperme.

La stérilité se définit comme l'incapacité à obtenir une grossesse dans un couple et peut être due à des facteurs masculins (environ 30% des cas), féminins (30%), divers (20%) ou inconnus (20%). Pour en savoir plus, c'est par ici: Stérilité masculine.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Andrade-Rocha FT (2003). Semen analysis in laboratory practice: an overview of routine test. J Clin Lab Anal 2003; 17: 247-258.

Baker DJ (2007). Semen analysis. Clin Lab Sci; 20: 172-187; quiz 188-192.

Cardona-Toro LE (1996). Espermograma: indicaciones e interpretación. Medicina & Laboratorio; 6: 267-275.

G.R. Dohle, T. Diemer, A. Giwercman, A. Jungwirth, Z. Kopa, C. Krausz (2010). Guía clínica sobre la infertilidad masculina. European Association of Urology 2010 (actualización en abril de 2010)

Guzick DS, Overstreet JW, Factor-Litvak P, Brazil CK, Nakajima ST, Coutifaris C, et al. (2001). Sperm morphology, motility, and concentration in fertile and infertile men. N Engl J Med; 345: 1388-1393.

Kvist U, Björndahl L. ESHRE Monographs: Manual on Basic Semen Analysis. Oxford: Oxford University Press, 2002.

Male infertility best practice policy committee of the American Urological Association (AUA) (2010). The optimal evaluation of the infertile male. AUA Best Practice Statement.

Matorras R, Hernández J (eds.) (2007): Estudio y tratamiento de la pareja estéril: Recomendaciones de la Sociedad Española de Fertilidad, con la colaboración de la Asociación Española para el Estudio de la Biología de la Reproducción, de la Asociación Española de Andrología y de la Sociedad Española de Contracepción. Adalia, Madrid.

Menkveld R, Stander FS, Kotze TJ, Kruger TF, van Zyl JA (1990). The evaluation of morphological characteristics of human spermatozoa according to stricter criteria. Hum Reprod; 5: 586-592

Muller CH (2000). Rationale, interpretation, validation, and uses of sperm function tests. J Androl;21:10- 30.

Pierik FH, Van Ginneken AM, Dohle GR, Vreeburg JT, Weber RF (2000). The advantages of standardized evaluation of male infertility. Int J Androl; 23(6): 340-6.

REPRODUCCION ASISTIDA.ORG: Vidéo du Dr Sotelo sur le bilan masculin de fertilité du 7 avril 2015. [voir vidéo originale ici].

Sociedad Española de Fertilidad (SEF) (2011). Manual de Andrología. Coordinador: Mario Brassesco. EdikaMed, S.L. ISBN: 978-84-7877.

Sociedad Española de Fertilidad (SEF) (2011). Recomendaciones para el estudio básico de la infertilidad masculina. En: Andrología (Cap. 43)

Weidner W, Colpi GM, Hargreave TB, Papp GK, Pomerol JM, Ghosh C; EAU Working Group on Male Infertility (2002). EAU guidelines on male infertility. Eur Urol;42:313-22.

World Health Organization (WHO) (2000). WHO Manual for the Standardized Investigation, Diagnosis and management of the infertile male. Cambridge: Cambridge University Press.

World Health Organization (WHO) (1992). Laboratory manual for the examination of human semen and sperm-cervical mucus interaction. 3rd ed. Cambridge, UK; Cambridge University Press.

Vos questions fréquentes: 'Quelles sont les valeurs considérées comme normales dans un rapport d'analyse de sperme?', 'Quelle est la raison d’une diminution de la qualité séminale au cours des dernières années ?', 'Quelles analyses sont nécessaires pour détecter l’infertilité masculine mis à part le spermogramme ?', 'Comment savoir si je suis un homme stérile ?', 'Quel est le prix des examens de fertilité masculine et sont-ils remboursés ?', 'Comment savoir si un homme est stérile sans examens médicaux ? Y a-t-il un test de fertilité disponibile en pharmacie ?', 'Où réaliser le bilan de fertilité masculin ?' et 'Quel rapport entre examens du bilan d'infertilité de l'homme et cancer ?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

 Carolina  Andrés Santé
Carolina Andrés Santé
Embryologiste
Diplômée en biologie sanitaire de l'Université d'Alcalá de Henares. Elle est titulaire d'une maîtrise en cytogénétique et en biologie de la reproduction de l'Université autonome de Barcelone. Elle est actuellement embryologiste à la clinique Tambre. En savoir plus sur Carolina Andrés Santé
Dr. Emilio  Gómez Sánchez
Dr. Emilio Gómez Sánchez
Embryologiste Sénior
Diplôme de biologie de l'Université de Séville. Il est titulaire d'un doctorat en biologie de l'Université de Valence. Il possède une vaste expérience en tant qu’embryologiste spécialisé en médecine de la reproduction et est actuellement directeur du laboratoire de FIV à Tahe Fertility. En savoir plus sur Dr. Emilio Gómez Sánchez
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 14075-MU
Dr. Joel G. Brasch
Dr. Joel G. Brasch
Gynécologue
Le Dr Joel Brasch est le directeur médical de Chicago IVF. Il est certifié par l'American Board of Obstetrics and Gynecology, et possède plus de 25 ans d'expérience directe dans le traitement de la fertilité et les soins de la reproduction. Il est également directeur de la Division d'endocrinologie de la reproduction et de l'infertilité au Mount Sinai Medical Center. En savoir plus sur Dr. Joel G. Brasch
 Sara Salgado
Sara Salgado
Embryologiste
Diplômée en Biochimie et Biologie Moléculaire de l'Universidad del País Vasco (UPV/EHU), avec un Master en Procréation Médicalement Assistée de l'Universidad Complutense de Madrid (UCM). Titre d'expert universitaire en Techniques de Diagnostic Génétique de l'Universidad de Valencia (UV). En savoir plus sur Sara Salgado
Dr. Valeria Sotelo
Dr. Valeria Sotelo
Gynécologue
Diplômée en Médecine de l'Universidad de Buenos Aires, avec la spécialité en Gynécologie et Obstétrique. Master en Chirurgie Vidéo-laparoscopique et titre de spécialiste en Gynécologie et Obstétrique. Membre associé de la SEF et SEGO. Plus de 10 ans d'expérience dans le domaine de la Médecine Reproductive. En savoir plus sur Dr. Valeria Sotelo
Affiliation à l’Ordre des Médecins: 030309166
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.