Le bilan hormonal chez l’homme: en quoi influence-t-il la fertilité masculine?

Par (biologiste), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 27/08/2018

Les hormones sexuelles masculines jouent un rôle essentiel dans la reproduction, car elles sont largement impliquées dans la production des spermatozoïdes (spermatogénèse). Les hormones les plus importantes sont la testostérone, la dihydrotestostérone, la LH et la FSH.

Bilan de fertilité masculine

Obtenir une grossesse n’est pas toujours facile. Si après un an de tentatives la gestation ne se produit pas, il est recommandé de consulter un spécialiste pour vérifier qu’il n’y a aucun problème d’infertilité dans le couple.

Un bilan complet de stérilité masculin sera alors réalisé pour vérifier l’état de la fertilité de l’homme et de la femme, car les deux membres du couple interviennent dans le processus reproductif et pourraient présenter des troubles qui compliquent la recherche de grossesse.

Pour étudier la fertilité de l’homme, l’examen le plus simple et complet est le spermogramme. Il consiste à analyser un échantillon de l’éjaculat pour vérifier qu’il existe des spermatozoïdes qui présentent des caractéristiques normales.

Si des troubles importants sont observés lors de l’analyse, comme l’azoospermie ou la cryptozoospermie, il est recommandé de réaliser un examen afin d’évaluer les niveaux hormonaux et tenter de découvrir la cause de la mauvaise qualité séminale.

Dans certains cas, il est possible d’améliorer la qualité spermatique grâce à un traitement hormonal.

L’azoospermie est l’absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat et la cryptozoospermie, une concentration très basse en spermatozoïdes, inférieure à 100.000 spermatozoïdes/ml.

Si vous devez faire un traitement de fécondation in vitro pour devenir maman, nous vous recommandons d'utiliser le Rapport sur la fertilité. En 3 étapes simples, qui vous permettra de connaître les cliniques à l’étranger qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles avant de réaliser des visites dans les cliniques.

Fonction des hormones masculines

La régulation des hormones masculines commence par l’hypothalamus, une glande située au centre du cerveau. Celui-ci libère l’hormone GnRH, chargée de stimuler l’hypophyse, située près d’elle, afin que soient produites la FSH et la LH.

FSH et LH

La FSH et la LH ont des fonctions étroitement reliées, car toutes deux agissent au niveau testiculaire chez l’homme.

D’une part, la FSH régule la spermatogénèse (formation de nouveaux spermatozoïdes) dans les tubes séminifères du testicule. Elle agit sur les cellules de Sertoli, chargées de protéger et nourrir les cellules précurseuses de spermatozoïdes (spermatogonies). De plus la FSH encourage la production de protéines fixatrices des androgènes (ABP).

D’autre part, la LH stimule la sécrétion de testostérone testiculaire en agissant sur les cellules de Leydig. De plus, par le biais des ABP, la testostérone peut se fixer sur le testicule et agir sur la spermatogénèse.

Testostérone et dihydrotestostérone

La testostérone est l’hormone sexuelle masculine par excellence. Elle est synthétisée principalement dans les testicules grâce à l’action de la LH, mais aussi dans les glandes surrénales, chez l’homme comme chez la femme ainsi que dans les ovaires, bien qu’en faible quantité.

La 5 alpha-Dihydrotestostérone (DHT) est un dérivé de la testostérone, et elle se synthétise à partir de la testostérone grâce à l’action d’une enzyme, la 5-alpha réductase, ou stéroïde-5-alpha réductase.

Ces deux hormones sont impliquées dans le développement des caractères sexuels masculins, comme le développement de la masse musculaire, la barbe et le duvet corporel.

Prolactine

Tout comme la FSH et la LH, la prolactine est une hormone qui est également sécrétée par l’hypophyse et est impliquée dans la fonction reproductrice masculine.

Elle est nécessaire au bon fonctionnement de l’appareil reproducteur masculin et agit principalement sur les cellules de Leydig et la synthèse de la testostérone.

Valeurs hormonales de référence

Les variations anormales des niveaux d’hormones que nous avons commenté auparavant peuvent indiquer des problèmes qui affectent la spermatogénèse, de manière directe ou indirecte. Les principales hormones analysées chez les hommes à ce propos sont les suivantes:

Testostérone et dihydrotestostérone

Dans l’organisme, la testostérone peut se trouver libre ou unie aux protéines. Les valeurs normales de testostérone chez l’homme adulte sont:

  • Testostérone libre (biodisponible, sans union avec les protéines): 90-300 pg/mg.
  • Testostérone totale (libre + unie à des protéines) : 270-1070 ng/dl.

Si l’évaluation de la testostérone est faible, elle peut indiquer un trouble de la production spermatique, comme une lésion testiculaire, ce qui peut être cause de stérilité masculine.

Certains syndromes peuvent être causes de faibles niveaux de testostérone, comme le syndrome de Klinefelter ou le syndrome de Kallman.

Si l’évaluation de la testostérone est élevée, ce peut être dû à l’existence d’une tumeur testiculaire ou à une résistance à l’action des androgènes. Cela peut provenir de la consommation d’une substance ou d’un médicament qui augmente les niveaux.

Par ailleurs, le niveau normal de 5 alpha-Dihydrotestostérone (DHT) est de 30-85 ng/dl. La carence d’enzymes 5-alpha réductase empêche la synthétisation de cette hormone et cause pseudo-hermaphrodisme chez les hommes, qui consiste à avoir des caractéristiques physiques féminines en étant génétiquement un homme.

FSH et LH

Si l’on suspecte un trouble des caractères sexuels masculins, une dysfonction érectile, une libido faible ou une infertilité, il est recommandé d’analyser les hormones FSH et LH, en plus de la testostérone. Les valeurs de référence sont:

  • FSH: 1,0-12,0 mUI/ml
  • LH: 2,0-12,0 mUI/ml.

Des taux anormalement élevés de ces hormones peuvent indiquer un problème testiculaire primaire, qui, peut avoir différentes causes (infections, traumatismes, chimiothérapie…).

Des valeurs anormalement basses indiquent au contraire des troubles hypothalamiques et hypophysaires.

Prolactine

Les taux normaux de prolactine doivent se situer entre 2,5-17 ng/ml (53-360 mUI/l). Des taux supérieurs aux valeurs de référence chez les hommes peuvent supposer:

  • Faibles niveaux de testostérone
  • Impuissance masculine
  • Gynécomastie ( croissance anormale des glandes mammaires)
  • Infertilité
  • Hypothyroïdie
  • Suspicion de tumeur hypophysaire

La prolactine peut également être analysée pour le suivi clinique des hommes qui présentent de faibles concentrations de testostérone.

Vos questions fréquentes

Mes niveaux hormonaux sont corrects, mais je souffre d’azoospermie. Est-ce normal ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

Il peut arriver que les valeurs hormonales ne soient pas altérées même s’il existe un problème qui met en difficulté la production spermatique ou la sortie des spermatozoïdes vers l’extérieur.

Dans le second cas, ce trouble reçoit le nom d’azoospermie obstructive, et parfois les spermatozoïdes peuvent s’obtenir grâce à une biopsie testiculaire.

Cependant, il faut prendre en compte qu’il n’est pas toujours possible de trouver la cause de la stérilité, aussi bien dans le cas des hommes comme dans le cas des femmes.

Quel traitement pour améliorer le taux de testostérone ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

La testostérone synthétique peut être administrée par des voies diverses:

Intramusculaire (injectable)
il existe différentes formules de testostérone qui peuvent être administrées par voie intramusculaire. Le propionate est celle qui dure le moins dans le corps, et il est indiqué tous les 2-3 jours. L’énantate et le cipionate peuvent être injectés toutes les deux semaines (dose de 200 mg). En revanche, l’undécanoate de testostérone permet d’être injecté toutes les 12-15 semaines (1000 mg).
Transdermique (topique)
elle peut être administrée sous forme de gel ou crème quotidiennement, sous formes de patchs ou par voie cutanée.
Orale (cachets)
il est très peu commun que la testostérone soit administrée par voie orale car elle est nocive pour le foie (hépatotoxique).

Bien que la testostérone synthétique puisse présenter des bénéfices visibles, comme l’augmentation de la masse musculaire ou des caractères masculins secondaires, il ne faut pas oublier que comme tous les médicaments, il est recommandé de suivre les indications d’un spécialiste.

La rédaction vous recommande

Dans la majorité des cas, c’est la présence d’une anomalie du spermogramme (en particulier une absence ou une diminution importante du nombre de spermatozoïdes) qui conduira à la réalisation d’un bilan hormonal. Quels sont les taux normaux établis par l’OMS? Vous pourrez trouver des informations sur cet article: Le spermogramme.

Une des pathologies décelées par le spermogramme peut être une infection. Elle peut être diagnostiquée par la présence de leucocytes dans le sperme. La leucospermie est généralement sous-évaluée ; elle atteint des niveaux élevés chez 20 % des patients stériles. Nous vous conseillons de lire cet article: Leucocytes dans le sperme.

Lorsqu’un couple rencontre des difficultés à concevoir un enfant, les deux membres du couple sont soumis à des examens médicaux afin d’évaluer leur taux de fertilité. On peut leur diagnostiquer une infertilité ou une stérilité. Mais connaissez-vous la différence? Nous vous invitons à lire notre article: Infertilité et stérilité.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

G.R. Dohle, T. Diemer, A. Giwercman, A. Jungwirth, Z. Kopa, C. Krausz (2010). Guía clínica sobre la infertilidad masculina. European Association of Urology 2010 (actualización en abril de 2010)

Griffin JE, Wilson JD (1998). Disorders of the testes and the male reproductive tract. En: Wilson JD, et al. Williams Texbook of Endocrinology, 9th ed. Saunders Company, Philadelphia

Jockenhövel F (2004). Male hypogonadism. Ed.UNI-MED International Medical Publishers. Bremen, Germany.

Juárez de Diego JF (1999). Principales causas de infertilidad masculina. En: Arrondo JL. Actualización en Andrología. Publimed Comunicación SL. Pamplona.

Male infertility best practice policy committee of the American Urological Association (AUA) (2010). The optimal evaluation of the infertile male. AUA Best Practice Statement.

Matorras R, Hernández J (eds.) (2007): Estudio y tratamiento de la pareja estéril: Recomendaciones de la Sociedad Española de Fertilidad, con la colaboración de la Asociación Española para el Estudio de la Biología de la Reproducción, de la Asociación Española de Andrología y de la Sociedad Española de Contracepción. Adalia, Madrid.

Pierik FH, Van Ginneken AM, Dohle GR, Vreeburg JT, Weber RF (2000). The advantages of standardized evaluation of male infertility. Int J Androl; 23(6): 340-6.

Sociedad Española de Fertilidad (SEF) (2011). Manual de Andrología. Coordinador: Mario Brassesco. EdikaMed, S.L. ISBN: 978-84-7877.

Sociedad Española de Fertilidad (SEF) (2011). Recomendaciones para el estudio básico de la infertilidad masculina. En: Andrología (Cap. 43)

Trastornos endocrinos y metabólicos. En: Beers MH, Berkow R. El Manual Meck de diagnóstico y tratamiento, 10. ª ed. Ediciones Harcourt, Madrid 1999. p. 2388-92.

Working, P. K. (1995). Reproductive toxicology. In: Patty's Industrial Hygiene and Toxicology, Third Edition, Vol. 3, Part B, 193-230

World Health Organization (WHO) (2000). WHO Manual for the Standardized Investigation, Diagnosis and management of the infertile male. Cambridge: Cambridge University Press.

Vos questions fréquentes: 'Mes niveaux hormonaux sont corrects, mais je souffre d'azoospermie. Est-ce normal ?' et 'Quel traitement pour améliorer le taux de testostérone ?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

Dra. Laura Sarabria Cos
Dra. Laura Sarabria Cos
Biologiste
Diplômée en Biologie et Docteur de la faculté de Médecine de l'Universidad de Murcia. Spécialiste dans l'Unité de Procréation Médicalement Assistée et Embryologie. Responsable du laboratoire de fécondation in vitro de l'Instituto de Reproducción Asistida Quirónsalud Dexeus Murcia. En savoir plus sur Dra. Laura Sarabria Cos
 Rebeca Reus
Rebeca Reus
Embryologiste
Diplômée en Biologie humaine (Biomédecine) de l'Universitat Pompeu Fabra (UPF), Master en Laboratoire d'Analyses Cliniques de l'UPF et Master sur la Base Théorique et Procédures de Laboratoire en Procréation Assistée de l'Universidad de Valencia (UV). En savoir plus sur Rebeca Reus
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.