Cancer du testicule: symptômes, diagnostic et traitements.

Par (gynécologue), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 14/05/2019

Le cancer du testicule est une pathologie rare, mais il touche principalement les jeunes hommes en âge de procréer. Malgré cela, ces tumeurs sont curables dans la plupart des cas et ont un taux de survie élevé.

Les experts recommandent l'autopalpation précoce des testicules pour détecter tout signe, tel qu'une masse.

Si un cancer des testicules est confirmé, il est conseillé à tous ces hommes de congeler leur sperme avant de subir un traitement pour lutter contre le cancer afin de préserver leur fertilité

Types de cancer du testicule

Le cancer du testicule est la tumeur la plus fréquente chez les hommes de 15 à 40 ans.

Bien que son taux de mortalité soit tombé très bas dans les dernières années, le fait qu'il touche les hommes en âge de procréer rend le cancer des testicules très grave pour les couples qui souhaitent avoir des enfants.

Le cancer du testicule et surtout les traitements pour l'éradiquer (chimiothérapie et radiothérapie) affectent sérieusement la fertilité masculine.

Le pronostic et le traitement du cancer des testicules dépendent essentiellement du type de tumeur.

Plus de 90% des tumeurs testiculaires sont générées dans les cellules germinales, où a lieu la spermatogenèse ou la production de sperme. Pour cette raison, ces tumeurs sont aussi appelées tumeurs germinalesqui se distinguent par les types suivants :

Séminome

Les séminomes représentent environ 40% des tumeurs testiculaires. Ils sont caractérisées comme des tumeurs à croissance lente et ne se propagent généralement pas à d'autres parties du corps.

L'un des marqueurs tumoraux de ce type de cancer est l'hormone gonadotrophine chorionique humaine(hCG), qui est souvent élevée et utilisée pour diagnostiquer le cancer des testicules. De plus, les séminomes sont classés en deux sous-types :

Séminome classique
c'est le plus courant et il touche habituellement les hommes âgés de 25 à 45 ans.
Séminome spermatocytaire
il est très rare et se produit à un âge plus avancé, vers 65 ans.

Comme il s'agit de tumeurs à croissance très lente, leur pronostic est très bon et ils sont très sensibles à la radiothérapie.

Tumeur non séminomateuse

Les tumeurs non séminomateuses représentent environ 60% des tumeurs testiculaires et apparaissent généralement très jeunes (entre 15 et 35 ans).

Ces tumeurs se développent plus rapidement et sont donc plus sévères.

Les principaux sous-types de tumeurs germinales non séminomateuses sont les suivants :

Carcinome embryonnaire
c'est le plus fréquent et le plus agressif, car la tumeur se propage généralement rapidement à d'autres organes. Les marqueurs tumoraux de ce type de cancer sont la hCG et l'alpha-fœtoprotéine (AFP).
Carcinome du sac vitellin
c'est la forme la plus courante chez les enfants et les jeunes, avec un grand potentiel de guérison. Cependant, à un âge plus avancé, ils ont tendance à être plus compliqués. Le principal marqueur tumoral est également l'alpha-fœtoprotéine.
Choriocarcinome
c'est une tumeur très rare qui affecte les mâles adultes. Elle croît très rapidement et peut se propager à d'autres parties du corps. Le principal marqueur tumoral est également l'alpha-fœtoprotéine.
Tératome
ce sont des tumeurs qui présentent des cellules des trois couches embryonnaires : l'endoderme, le mésoderme et l'ectoderme. Ils apparaissent souvent comme faisant partie de tumeurs mixtes de cellules germinales et n'augmentent pas les taux d'hCG ou d'AFP.

Les tumeurs mixtes de cellules germinales contiennent à la fois des cellules séminomateuses et non séminomateuses. Ce type de cancer du testicule est traité de la même manière que les non-séminomes parce qu'ils se développent et se propagent comme ceux-ci.

Facteurs de risque

Les causes exactes du cancer sont inconnues, bien que l'on sache que le mode de vie d'une personne peut être lié et augmenter la probabilité de développer un type de tumeur.

Concrètememt, les facteurs de risque de cancer des testicules sont les suivants :

  • Cryptorchidie : testicule non descendu après la naissance.
  • Antécédents familiaux de cancer des testicules
  • Infection au VIH.
  • Facteurs environnementaux : les hommes qui sont exposés à des produits chimiques ou à des radiations dans le cadre de leur travail.
  • Modifications génétiques telles que le syndrome de Klinefelter qui provoquent un développement anormal des testicules.
  • Race ou origine ethnique : Les hommes blancs ont une incidence plus élevée de cancer des testicules que les hommes afro-américains.

Il est à noter que le fait d'avoir un ou plusieurs facteurs de risque ne signifie pas qu'un homme développera un cancer des testicules.

Symptômes et diagnostic

Tout d'abord, tous les spécialistes dans ce domaine insistent sur l'importance d'un diagnostic précoce du cancer du testicule afin de pouvoir appliquer un traitement facile et rapide pour enlever la tumeur sans affecter sérieusement la santé de l'homme.

Pour cela, il est recommandé que tous les jeunes, à partir de l'âge scolaire, effectuent fréquemment une autopalpation testiculaire afin de détecter tout signe de cancer, tel que l'apparition d'une masse dans la zone des testicules.

D'autres signes et symptômes à surveiller pour détecter le cancer du testicule sont les suivants :

  • Inflammation ou grosseur indolore dans le testicule
  • Changement dans la taille, la forme et/ou la texture du testicule
  • Sensation de lourdeur dans le scrotum
  • Inconfort dans la région testiculaire
  • Douleur dans le bas-ventre, le dos ou l'aine
  • Accumulation de liquide dans le scrotum
  • Augmentation ou sensibilité de la poitrine

Malgré tout ce qui précède, certains hommes ne présentent aucun symptôme de cancer des testicules, et le cancer des testicules ne peut être détecté que par des tests médicaux pour d'autres maladies. Par exemple, en effectuant une échographie testiculaire lors d'une étude sur l'infertilité masculine.

Traitement

Le traitement du cancer des testicules dépend principalement du type de tumeur, de son stade et du fait qu'il touche l'un des testicules ou les deux.

Voici une description des traitements anticancéreux les plus importants :

Chirurgie
l'ablation testiculaire (orchidectomie inguinale radicale) est indiquée pour tous les types et stades du cancer du testicule. Son taux de guérison est très élevé, bien qu'il soit parfois nécessaire de combiner la chirurgie avec la chimiothérapie ou la radiothérapie pour prévenir les rechutes.
Radiothérapie
elle est très efficace dans les tumeurs de type séminome. Des rayons d'énergie puissants sont dirigés vers la région testiculaire, détruisant ainsi les cellules cancéreuses. Son taux de guérison est supérieur à 95 % dans les premiers stades, mais il n'est pas très sensible aux tumeurs non séminomateuses.
Chimiothérapie
c'est le traitement de choix lorsque la tumeur s'est propagée à d'autres parties du corps. Il s'agit de médicaments (bléomycine, carboplatine, étoposide ou cisplatine, entre autres) pour tuer les cellules cancéreuses.

Effets sur la fertilité

Le cancer des testicules ne cause pas de problèmes de stérilité masculine. Cependant, ce sont les traitements contre le cancer qui font qu'il devient difficiel pour beaucoup de garçons d'avoir des enfants après leur guérison.

Les effets sur la fertilité masculine dépendront du type de traitement. Premièrement, l'ablation d'un testicule ne modifie pas la fonction sexuelle masculine ni les paramètres séminaux. Le testicule restant est capable de continuer à produire la même quantité de spermatozoïdes et d'hormones sexuelles pour répondre à tous les besoins.

D'autre part, la radiothérapie et la chimiothérapie affectent la spermatogenèse des deux testicules et peuvent causer une infertilité temporaire ou permanente selon l'agressivité du traitement.

Pour cette raison, la meilleure façon de devenir parent dans l'avenir est de préserver la fertilité en congelant le sperme. Il est seulement nécessaire que l'homme laisse un échantillon de sperme au laboratoire après 3-5 jours d'abstinence. Vous pouvez obtenir toutes les informations sur cette procédure en cliquant sur le lien suivant : Congélation de sperme: indications, formats et utilisation

Vos questions fréquentes

La fertilité masculine est-elle affectée chez les hommes n'ayant qu'un seul testicule?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Le fait d'avoir un seul testicule, à la naissance ou à la suite d'une maladie ultérieure comme le cancer, ne signifie pas qu'il y a un problème de fertilité. Si le testicule restant fonctionne correctement et que la spermatogenèse n'est pas affectée, l'homme pourra donner naissance à une grossesse naturelle sans aucun problème.

Quels sont les symptômes du cancer testiculaire avancé?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Les symptômes du cancer du testicule ne sont pas toujours faciles à détecter, que ce soit aux stades précoces ou à des stades plus avancés lorsque le cancer s'est étendu à d'autres parties du corps.

Cependant, certains symptômes de cette métastase peuvent être les suivants :

  • Douleur lombaire si elle se propage aux ganglions lymphatiques.
  • Difficulté à respirer, toux ou douleur thoracique en cas de métastases pulmonaires.
  • Douleurs abdominales s'il y a des métastases dans le foie.
  • Maux de tête ou confusion lorsque le cancer se propage au cerveau.

Puis-je avoir une rechute d'un cancer des testicules?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Malheureusement, oui. Les personnes qui ont déjà souffert d'un cancer du testicule sont plus susceptibles d'avoir à nouveau ce type de tumeur, par exemple dans l'autre testicule. C'est ce qu'on appelle le cancer récurrent des testicules.

Pour cette raison, il est très important que tous les patients qui ont eu un cancer des testicules subissent des examens réguliers chez l'urologue, surtout les deux ans qui suivent la fin du traitement.

Une fois que le cancer a été vaincu et une fois que l'on voit que la qualité du sperme est faible, faut-il recommander une FIV classique ou passer directement à une ICSI ?

Par Dr. Juan Antonio García Velasco (gynécologue).

Une fois le cancer guéri, I' homme peut être fertile. Si ce n'est pas le cas, il pourrait avoir recours au sperme qu'il a congelé avant son traitement. Dans ces cas, comme le sperme est très précieux parce qu'il est rare (seulement un ou deux échantillons congelés), l'ICSI est utilisé directement, car un seul spermatozoïde peut être utilisé pour réaliser la grossesse. Ainsi, si plus d'enfants étaient désirés, il y aurait quand même un échantillon congelé.

La rédaction vous recommande

Si vous souhaitez en savoir plus sur les effets du cancer sur la fertilité masculine et féminine, nous vous recommandons de lire : Comment le cancer affecte-t-il la fertilité des hommes et des femmes?

D'autre part, nous vous encourageons à en apprendre davantage sur la préservation de la fertilité chez les hommes et les femmes dans l'article suivant: Préserver la fertilité: Quelles options et à quel coût?.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Aberger M, Wilson B, Holzbeierlein JM, Griebling TL, Nangia AK. Testicular self-examination and testicular cancer: a cost-utility analysis. Cancer Med. 2014 Dec;3(6):1629-34.

American Cancer Society. Cancer Facts & Figures 2017. Atlanta, Ga: American Cancer Society; 2017

Goriely A, Hansen RMS, Taylor IB, Olesen IA, Jacobsen GK, McGowan SJ, Pfeifer SP, McVean GAT, Rajpert-De Meyts E and Wilkie AOM. Activating mutations in FGFR3 and HRAS reveal a shared genetic origin for congenital disorders and testicular tumors. Nature Genetics 2009; 41:1247–1252

Horwich A, Shipley J, Huddart R. Testicular germ-cell cancer. Lancet. 2006;367:754-765

Moirano G, Zugna D, Grasso C, Mirabelli D, Lista P, Ciuffreda L, Segnan N, Merletti F, Richiardi L. Postnatal risk factors for testicular cancer: The EPSAM case-control study. Int J Cancer. 2017 Nov 1;141(9):1803-1810.

Ostrowski KA, Walsh TJ. Infertility with Testicular Cancer. Urol Clin North Am. 2015 Aug;42(3):409-20.

Viatori M. Testicular cancer. Semin Oncol Nurs. 2012 Aug;28(3):180-9.

Vos questions fréquentes: 'La fertilité masculine est-elle affectée chez les hommes n'ayant qu'un seul testicule?', 'Quels sont les symptômes du cancer testiculaire avancé?', 'Puis-je avoir une rechute d'un cancer des testicules?' et 'Une fois que le cancer a été vaincu et une fois que l'on voit que la qualité du sperme est faible, faut-il recommander une FIV classique ou passer directement à une ICSI ?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

Dr. Juan Antonio García Velasco
Dr. Juan Antonio García Velasco
Gynécologue
Diplômé de Médecine de l'Universidad Complutense de Madrid. Spécialiste interne en Gynécologie et Obstétrique à l'Hôpital La Paz. Docteur en Médecine et Chirurgie de l'Universidad Autónoma de Madrid, avec une sous-spécialisation en Reproduction à l'Université de Yale (USA). Professeur Titulaire de Gynécologie à l'Universidad Rey Juan Carlos de Madrid. En savoir plus sur Dr. Juan Antonio García Velasco
 Zaira Salvador
Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Université Politécnica de Valencia (UPV), Biotechnology degree en la National University of Ireland en Galway (NUIG) et embryologiste spécialisée en Médecine Reproductive avec un Master en Biotechnologie de la Reproduction Humaine par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI) En savoir plus sur Zaira Salvador
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.