Quelles sont les causes possibles de l’endométriose?

Par (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 03/01/2018

L'endométriose est une maladie chronique qui résulte de la croissance du tissu endométrial en dehors de l'utérus. Chaque mois, les ovaires stimulent la croissance de l'endomètre (paroi de l'utérus) pour devenir plus épais. Si aucun ovule fécondé n'est implanté, l'endomètre est rejeté (règles). Cependant, lorsque ces cellules se développent à l'extérieur de l'utérus, elles ne se détachent pas, ce qui entraîne des implants d'endométriose et des symptômes associés. Bien que la cause exacte de l'endométriose soit inconnue, diverses théories se profilent.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Les théories les plus importantes

Bien que l'étiologie de la maladie soit inconnue, diverses explications ont été proposées depuis sa découverte. Aucun d'entre elles ne parvient à clarifier à elle seule le mécanisme d'action et la localisation si diverse qui explique pouquoi l'endométriose est considérée comme une maladie multifactorielle.

Règles rétrogrades (théorie de Sampson)

Cette théorie a été proposée par le Dr John Sampson en 1920. Selon lui, l'endométriose se produit parce qu'une partie du tissu menstruel, au lieu de couler vers l'extérieur comme d'habitude, coule vers l'arrière à travers les trompes de Fallope et se dépose sur les organes pelviens.

Il semble que les menstruations rétrogrades soient plus fréquentes chez les femmes qui ont un flux plus important et chez celles qui présentent une altération anatomique qui empêche la sortie normale des règles.

Cependant, il a été démontré que 90% des femmes ont des règles rétrograde et on estime que seulement 10% développent une endométriose. Cette théorie des menstruations rétrogrades n'explique pas non plus la présence de la maladie chez les femmes qui ont subi une hystérectomie ou une ligature des trompes.

D'autre part, le fait que certains hommes ont développé une endométriose après avoir été traités avec des œstrogènes à la suite d'une chirurgie de la prostate ne répond pas non plus à la théorie du Dr Sampson.

Métaplasie celomique (théorie de Meyer)

La métaplasie est la transformation d'un épithélium (tissu recouvrant les organes) en un autre qui peut être étroitement lié ou éloigné. Selon cette théorie, le péritoine et l'endomètre semblent avoir un précurseur commun: l'épithélium celomique. Par conséquent, le tissu péritonéal pourrait être remplacé par du tissu endométrial.

Certains chercheurs croient que cela se produit au stade embryonnaire lorsque l'utérus se forme, tandis que d'autres croient que certaines cellules adultes conservent la capacité de transformer le tissu reproducteur présent au stade embryonnaire.

On pense que les facteurs environnementaux et les composés chimiques comme les digoxines influencent le bon fonctionnement du système endocrinien ou immunitaire et peuvent influencer le développement de l'endométriose. Cette théorie soutient le fait que l'endométriose apparaît rarement chez les hommes.

Dissémination vasculaire ou lymphatique (théorie Halban)

Selon cette théorie, certains fragments de l'endomètre pourraient traverser les vaisseaux sanguins ou le système lymphatique pour atteindre d'autres parties du corps. Cela peut expliquer comment l'endométriose peut se développer à des endroits éloignés de la cavité pelvienne, comme le poumon ou le cerveau.

Des démonstrations de circulation lymphatique de l'utérus à l'ovaire ainsi que des découvertes de tissus endométriaux dans les ganglions lymphatiques des babouins appuient cette théorie. Cependant, cela n'explique pas l'adhérence et la capacité de croissance de ce tissu.

Cellules souches de la moelle osseuse

Il s'agit d'une théorie récente et toujours en cours de recherche selon laquelle les cellules souches sanguines de la moelle osseuse peuvent se différencier en tissu endométrial à différents endroits.

Cette théorie explique pourquoi les femmes sans utérus, les hommes atteints d'un cancer de la prostate ou ceux qui reçoivent de fortes doses d'œstrogènes peuvent souffrir d'endométriose.

Müllerianose ou théorie des restes embryonnaires

Cette théorie propose que les cellules résiduelles issues de la migration embryonnaire des canaux de Müller (précurseurs embryonnaires du tractus génital féminin) ont la capacité de développer des implants du tissu endométrial en étant stimulées par des œstrogènes pendant la puberté ou en réponse aux molécules qui imitent l'activité œstrogénique.

Facteurs importants pour le développement de l'endométriose

L'endométriose nécessite différents facteurs moléculaires qui favorisent l'adhésion, la croissance, la survie, l'invasion et la formation des vaisseaux sanguins dans le tissu endométrial. On croit que les menstruations rétrogrades ainsi que certains facteurs environnementaux, certaines altérations génétiques et l'immunodéficience peuvent être importants pour le développement de l'endométriose.

Système immunitaire

La recherche indique que le système immunitaire joue un rôle fondamental dans l'apparition, le maintien et la progression de l'endométriose.

Les menstruations rétrogrades sont très fréquentes et, dans des conditions normales, les débris libérés dans la cavité pelvienne sont enlevés par les cellules du système immunitaire. Cependant, dans l'endométriose, les macrophages, les cellules dendritiques, le Natural Killer (NK) et les lymphocytes, toutes cellules du système immunitaire, verraient leur fonction altérée. Par conséquent, elles ne seraient pas en mesure d'éliminer le flux menstruel de la cavité pelvienne et favoriseraient le développement de la maladie pour plusieurs raisons :

  • Elles ne seraient pas en mesure de reconnaître les cellules endométriales extra-utérines comme étrangères et ne les attaqueraient donc pas, de sorte qu'il y aurait un phénomène de tolérance immunitaire.
  • Ils sécréteraient différentes molécules inflammatoires qui favoriseraient l'adhésion, la propagation et la vascularisation des cellules endométriales.

Cela expliquerait pourquoi le système immunitaire permet aux cellules endométriales d'apparaître et de se développer en dehors de l'utérus. Pour toutes ces raisons, on considère que l'endométriose peut apparaître en raison d'un dysfonctionnement immunologique.

Prédisposition génétique et facteurs environnementaux

Différentes études montrent que les parents au premier degré des personnes atteintes d'endométriose sont plus susceptibles de développer la maladie. Par conséquent, il semble y avoir une certaine composante génétique dans le développement de la maladie.

Il y a différents gènes impliqués dans la prédisposition à développer l'endométriose. Il s'agit notamment des gènes qui contrôlent l'apoptose (mort cellulaire).

Cependant, le fait que l'environnement peut également influencer l'expression des maladies et des gènes rend difficile l'identification de ceux qui sont modifiés. Certains changements épigénétiques prédisposent au développement de l'endométriose, comme ceux qui se produisent dans les récepteurs d'œstrogènes, qui régulent la réponse cellulaire à ces hormones.

Si vous devez faire un traitement de fécondation in vitro pour devenir maman, nous vous recommandons d'utiliser le Rapport sur la fertilité. En 3 étapes simples, qui vous permettra de connaître les cliniques à l’étranger qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles avant de réaliser des visites dans les cliniques.

Vos questions fréquentes

L'endométriose est-elle une maladie auto-immune?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Il semble que les altérations du système immunitaire qui entraînent une tolérance immunitaire sont un facteur fondamental dans le développement de l'endométriose. De plus, les symptômes et les mécanismes d'action de la maladie sont semblables à ceux de certaines maladies auto-immunes. Cependant, les études réalisées jusqu'à présent ne permettent pas de le classer dans la catégorie des maladies auto-immunes ; pour l'instant, il semble qu'il s'agisse d'une maladie multifactorielle.

L'endométriose peut-elle être due à des causes émotionnelles ou psychologiques?

Par Sara Salgado (embryologiste).

La cause de l'endométriose reste inconnue, mais il existe un processus inflammatoire chronique lié à la maladie. Différentes études indiquent qu'elle peut être due à des facteurs génétiques, environnementaux et immunologiques, entre autres, mais il n'existe aucune preuve scientifique reliant la maladie à des troubles émotionnels ou psychologiques.

La cause de l'endométriose utérine, ovarienne et intestinale est-elle la même?

Par Sara Salgado (embryologiste).

L'endométriose est une maladie multifactorielle, c'est-à-dire que différents facteurs peuvent la provoquer. En outre, les implants endométriaux peuvent apparaître à différents endroits et la gravité peut être différente, il existe donc différents types d'endométriose et il est donc très possible que les causes soient différentes.

Dans cet article, vous trouverez les différents types d'endométriose selon leur gravité et les endroits les plus fréquents où elle apparaît: Endométriose: quels sont ses symptômes et comment la traiter?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Burney RO, Giudice LC. Pathogenesis and pathophysiology of endometriosis. Fertil Steril. 2012 Sep;98(3):511-9.

Di W, Guo SW. Curr Opin Obstet Gynecol. The search for genetic variants predisposing women to endometriosis. 2007; 19(4):395-401.

Gordts S, Koninckx P, Brosens I. Pathogenesis of deep endometriosis. Fertil Steril. 2017 Dec;108(6):872-885.e1.

Mehedintu C, Plotogea MN, Ionescu S, Antonovici M. Endometriosis still a challenge. J Med Life. 2014 Sep 15;7(3):349-57.

Parazzini F, Esposito G, Tozzi L, Noli S, Bianchi S. Epidemiology of endometriosis and its comorbidities. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol. 2017 Feb;209:3-7.

Vigano P, Somigliana E, Vignali M, Busacca M, Blasio AM. Genetics of endometriosis: current status and prospects. Front Biosci. 2007; 12:3247-55.

Vos questions fréquentes: 'L'endométriose est-elle une maladie auto-immune?', 'L'endométriose peut-elle être due à des causes émotionnelles ou psychologiques?' et 'La cause de l'endométriose utérine, ovarienne et intestinale est-elle la même?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

 Sara Salgado
Sara Salgado
Embryologiste
Diplômée en Biochimie et Biologie Moléculaire de l'Universidad del País Vasco (UPV/EHU), avec un Master en Procréation Médicalement Assistée de l'Universidad Complutense de Madrid (UCM). Titre d'expert universitaire en Techniques de Diagnostic Génétique de l'Universidad de Valencia (UV). En savoir plus sur Sara Salgado
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.