Comment se diagnostique le Syndrome des Ovaires Polykystiques?

Par (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 26/11/2018

Le diagnostic du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une procédure qui, du fait de sa grande hétérogénéité de symptomes, mais aussi car se sa cause exacte est encore inconnue, reste quelque peu controversée.

Malgré cela, il existe un certain nombre de schémas qui sont souvent répétés assez fréquemment chez les femmes atteintes de ce syndrome et qui sont très utiles pour poser le diagnostic.

Critères de diagnostic du SOPK

Dans le passé, le diagnostic de cette pathologie était différentiel, c'est-à-dire qu'il fallait d'abord écarter la présence d'autres maladies présentant des symptômes similaires au SOPK avant d'affirmer que la femme souffrait du syndrome. Lorsque les tests effectués donnaient des résultats négatifs pour d'autres pathologies, le spécialiste pouvait pressentir que la cause sous-jacente des symptômes de la patiente était le SOPK.

Cependant, depuis 2003, un nouveau protocole de diagnostic du syndrome des ovaires polykystiques a été établi sur la base de ce qu'il est convenu d'appeler les critères de Rotterdam.

Les critères de Rotterdam englobent les 3 aspects les plus couramment présentés par les femmes atteintes du SOPK. Les voici:

Oligoovulation ou anovulation
cette altération menstruelle consiste en la présence de cycles de plus de 35 jours ou l'absence de menstruations pendant plus de 3 mois.
Hyperandrogénisme clinique et/ou biochimique
la présence d'une concentration excessive d'androgènes dans le sang est connue sous le nom d'hyperandrogénisme biochimique. Cela peut entraîner les signes cliniques habituels du SOPK, comme l'hirsutisme ou l'acné.
Ovaires polykystiques
les ovaires polykystiques sont caractérisés par 12 follicules ou plus de plus de 9 mm, communément appelés ovaires colliers de perles. Un volume ovarien de plus de 10 ml indique également la présence de SOPK.

On dit qu'une femme est atteinte du SOPK lorsqu'elle présente au moins deux de ces trois symptômes.

Tests diagnostiques

Généralement, une femme prend rendez-vous alertée par l'absence de règles ou par certains problèmes de fertilité. Puisque le SOPK est la pathologie reproductive la plus courante chez les femmes en âge de procréer, le spécialiste effectue habituellement une série de tests pour éliminer ce syndrome.

Ces tests sont:

Anamnèse et examen physique

Concrètement, la première étape du diagnostic d'une maladie est la prise d'informations sur les antécédents médicaux de la patiente par le spécialiste, ainsi que sur les symptômes spécifiques qui l'ont amené à demander une consultation. Toutes ces informations sont collectées dans le cadre du processus d'anamnèse.

Dans le cas du SOPK, il est essentiel que le gynécologue consulte la patiente sur la durée de ses cycles menstruels, ainsi que sur les autres données les concernant. Il peut également être nécessaire de signaler si des médicaments ont été pris au cours des derniers mois, si une infection ou une maladie sexuellement transmissible est survenue ou si une méthode contraceptive est utilisée.

Un examen physique est nécessaire pour vérifier si la patiente présente des signes cliniques typiques du SOPK. Il est important que le médecin vérifie le poids, la taille et l'IMC (indice de masse corporelle) de la patiente.

La croissance excessive de poils dans des zones inhabituelles pour les femmes, comme le visage, la poitrine, les bras ou le dos, est connue sous le nom d'hirsutisme. C'est un signe clinique d'hyperandrogénisme (taux élevés d'androgènes dans le sang). Il est donc important que le gynécologue procède à un examen physique approfondi.

Échographie transvaginale

Cet examen est une technique d'imagerie utilisée pour vérifier l'état des ovaires, ainsi que de la cavité et des trompes. L'échographe est inséré par le canal vaginal pour pouvoir visualiser plus facilement l'intérieur.

Parce que les follicules contiennent une grande quantité de liquide à l'intérieur, l'échographie les montre sous forme de formes noires et arrondies contenues dans les ovaires, qui montrent un aspect gris clair sur l'image.

Pour que cet examen soit concluant, il doit être effectué lorsque la femme a ses règles.

Le nombre normal de follicules chez une femme qui n'a pas de SOPK se situe entre 6 et 12 dans chaque ovaire, avec un intervalle de taille de 2 à 9 mm.

Analyse des hormones

La mesure des taux d'hormones est un test essentiel dans le diagnostic de tout trouble de la reproduction, car leur altération peut souvent être la cause sous-jacente de la pathologie.

Dans le cas du SOPK, les principales hormones sexuelles sont mesurées en accordant une attention particulière à la valeur de la testostérone et des autres androgènes, ainsi qu'à l'hormone antimüllerienne et à la LH.

Les valeurs habituellement obtenues avec un SOPK sont:

Testostérone libre
une concentration égale ou supérieure à 50 nanogrammes par décilitrite (ng/dl) de testostérone libre dans le sang indique un hyperandrogénisme biochimique.
Rapport LH/FSH
dans les SOPK, il est caractéristique que le niveau de LH soit particulièrement élevé. Il peut parfois atteindre jusqu'à 3 fois la concentration de FSH.
Niveau de AMH
cette hormone est produite par les follicules antraux, ceux que l'on observe en conditions basales dans une échographie. Si la concentration est supérieure à 3,5 nanogrammes par millilitre (ng/ml), cela peut être dû à la présence de plusieurs follicules dans les ovaires, ce qui est une indication possible du SOPK.
D'autres hormones comme la prolactine, les hormones thyroïdiennes ou l'insuline sont également testées.

Encore une fois, il est important que les valeurs de concentration de ces hormones soient obtenues dans des conditions de base afin de pouvoir interpréter correctement leurs résultats.

Laparoscopie pelvienne

Cette technique consiste en une intervention chirurgicale pour observer l'état des ovaires par un système optique. Elle est réalisée par une série d'incisions dans l'abdomen par lesquelles les éléments chirurgicaux sont introduits. Pour cela, il est nécessaire de réaliser une anesthésie générale chez la patiente.

Les ovaires polykystiques sont caractérisés par de nombreuses cicatrices causées par les kystes des follicules qui n'ovulent pas. Cela fait que le cortex ovarien s'épaissit et durcit.

La laparoscopie facilite l'examen de l'apparence des ovaires à la recherche de signes du SOPK.

Cette technique n'est utilisée que lorsque le diagnostic n'est toujours pas concluant avec les tests précédents.

La procréation médicalement assistée, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. Le Rapport sur la fertilité va sélectionner pour vous les cliniques les plus proches de vous et répondant à nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectuera une comparaison des prix et des conditions proposées par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

Vos questions fréquentes

Le SOPK peut-il être diagnostiqué par analyse génétique?

Par Victoria Moliner (embryologiste).

Pour l'instant, cette option n'est pas possible. Bien que les résultats de nombreuses études scientifiques indiquent qu'il existe un facteur génétique fortement impliqué dans le développement de cette pathologie, on ne sait pas encore exactement quels gènes sont à l'origine de son développement.

À quel âge le SOPK est-il généralement diagnostiqué?

Par Victoria Moliner (embryologiste).

Évidemment il faut que la femme ait dépassé la ménarche, c'est-à-dire l'arrivée de la première menstruation. Normalement, cette pathologie est diagnostiquée chez les femmes entre 25 et 30 ans. Ceci est dû au fait que, associé au SOPK, de nombreux problèmes de fertilité surviennent et c'est précisément cette tranche d'âge qui est la plus liée à la recherche de grossesse.

Pourquoi l'hirsutisme est-il un symptôme typique du SOPK?

Par Victoria Moliner (embryologiste).

L'hirsutisme est la conséquence d'un taux élevé d'androgènes dans le sang. La fonction des androgènes tels que la testostérone, parmi beaucoup d'autres, est le développement des cheveux humains typiques. Si ces hormones sont élevées chez les femmes, il est normal que plus de poils poussent que d'habitude.
Lire la suite

La rédaction vous recommande

Avoir des ovaires polykystiques est un symptôme typique du SOPK. Cependant, la simple présence de cette caractéristique ne signifie pas que vous souffrez du syndrome : voulez-vous savoir quelles sont les différences entre le SOPK et les ovaires polykystiques ? Dans le lien suivant, nous vous l'expliquons: Différences entre le SOPK et les ovaires polykystiques.

L'un des tests essentiels pour diagnostiquer le SOPK est l'analyse des niveaux d'hormones, car le bon fonctionnement du cycle ovarien dépend de la production d'hormones sexuelles en quantités adéquates. Si vous voulez savoir quelles valeurs hormonales sont correctes chez les femmes, n'hésitez pas à lire cet article: Bilan hormonal de fertilité chez la femme: quel est le taux normal?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Adams Hillard PJ. Oral contraceptives and the management of hyperandrogenism - polycystic ovary syndrome in adolescents. Endocrinol Metab Clin N Am 2005; 34:677-705.

Checa Vizcaíno, M.A., Espinós Gómez, J.J., Matorras Weining, R. (2005). Síndrome del ovario poliquístico. Buenos Aires; Madrid: Médica Panamericana. Sociedad Española de Fertilidad (SEF). ISBN 84-7903-599-4.

ESHRE/ASRM Revised 2003 consensus on diagnostic criteria and long-term health risks related to polycystic ovary syndrome. Fertil Steril 2004; 81:19-25.

Huddelston HG (2013). Biomarkers of ovarian reserve in women with polycystic ovary syndrome. Semin Reprod Med.

Zawadski JK, Dunaif A. Diagnostic criteria for polycystic ovary syndrome: towards a rational approach. En: Dunaif A, Givens JR, Haseltine FP, Merriam GR (eds.). Polycystic ovary syndrome. Boston: Blackwell Scientific Publications. 1992:377-384.

Vos questions fréquentes: 'Le SOPK peut-il être diagnostiqué par analyse génétique?', 'À quel âge le SOPK est-il généralement diagnostiqué?' et 'Pourquoi l'hirsutisme est-il un symptôme typique du SOPK?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

 Victoria Moliner
Victoria Moliner
Embryologiste
Diplômée en Biochimie et Sciences Biomédicales de l'Universidad de Valencia (UV), Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée à l'UV et l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Elle travaille actuellement comme chercheuse en biologie. En savoir plus sur Victoria Moliner
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.