Différence entre ovaire polykystique et syndrome des ovaires polykystiques

Par (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 28/11/2018

De nos jours, il est très courant de confondre la présence d'ovaires polykystiques avec le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Le fait d'associer les deux est pourtant une erreur, car les deux situations ont des origines et des conséquences très différentes.

Dans cet article, nous allons nous efforcer de faire la distinction entre les deux.

Est-ce que 'ovaires polykystiques' est la même chose que 'SOPK'?

Absolument pas. Ces situations sont totalement différentes malgré le fait que, dans les deux cas, la femme a des ovaires polykystiques.

Il est important de présenter brièvement en quoi consiste chacune de ces conditions avant d'établir quelles sont les principales différences entre le SOPK et l'ovaire polykystique.

Qu'est-ce qu'on entend par 'ovaire polykystique'?

Un ovaire polykystique est caractérisé par la présence de 8 follicules ou plus dans des conditions basales, c'est-à-dire pendant les règles.

La taille de ces follicules varie généralement entre 2 et 9 mm et sont au repos, c'est-à-dire qu'ils ne se développent pas. Ceci provoque l'atrophie et la formation des kystes qui caractérisent cette condition.

Qu'est-ce que le SOPK?

D'autre part, le syndrome des ovaires polykystiques est une pathologie caractérisée par une altération à la fois du système reproducteur et du système endocrinien et / ou hormonal féminin. Ce syndrome produit des altérations dans diverses hormones qui affectent négativement la fertilité de la patiente.

La présence d'ovaires polykystiques est l'un des symptômes les plus courants de ce syndrome, d'où la confusion entre les deux situations.

Quelle est la différence entre le SOPK et l'ovaire polykystique ?

Bien qu'elles partagent la caractéristique de présenter des ovaires polykystiques, ces deux conditions diffèrent dans des aspects aussi importants que:

  • L'origine
  • Les symptômes
  • Les conséquences sur la fertilité

Ces différences sont examinées plus en détail ci-dessous.

Quelles en sont les causes?

Le fait d'avoir des ovaires d'apparence polykystique est considéré comme une autre caractéristique gynécologique du système reproducteur féminin. On n'explique donc pas pourquoi certaines femmes ont des ovaires polykystiques, mais on sait que leur origine est déterminée par la génétique de la femme elle-même sans que ce soit nécessairement une condition pathologique.

Dans le cas du SOPK, après des années de recherche, on a découvert qu'il y a une implication génétique très importante, étant donné qu'on a trouvé une série de gènes dont l'altération pourrait expliquer l'origine de cette pathologie. On sait aussi que le mode de vie des femmes a une forte influence, en particulier en ce qui concerne l'alimentation et les habitudes de santé. Cependant, la cause principale reste diffuse.

Si vous voulez savoir quelles sont les possibles causes à l'origine de ce syndrome, suivez ce lien: Causes du Syndrome des Ovaires Polykystiques (SOPK).

Symptomatologie

Avoir des ovaires polykystiques est un état généralement asymptomatique. L'un des rares symptômes qu'il peut causer est la perturbation des cycles menstruels, ce qui peut prolonger un peu les cycles menstruels.

Généralement, cette situation ne génère pas de grandes altérations hormonales et/ou reproductives pour lesquelles il est nécessaire d'aller chez le gynécologue. C'est pour cette raison que le diagnostic est généralement posé spontanément lorsque la femme se rend à un examen de routine.

En ce qui concerne le SOPK, il existe un tableau clinique avec un certain nombre de déséquilibres hormonaux qui peuvent provoquer:

Une oligoovulation ou anovulation
absence de menstruations ou des menstruations très brèves et/ou sporadiques.
De l'hyperandrogénisme clinique et/ou biochimique
présence élevée d'hormones mâles dans le sang, ainsi que d'hirsutisme (poils dans les zones typiquement masculines) et d'acné excessive.
L'obésité
excès de graisse corporelle.
Ovaires polykystiques
ovaires avec de multiples follicules au repos qui leur donnent ce qu'on appelle l'apparence d'ovaires en collier de perles.

Comme cette symptomatologie est plus évidente, son diagnostic n'est pas le fruit du hasard, mais les problèmes que pose la SOPK incitent la femme à venir consulter.

Le SOPK est une pathologie très hétérogène et tous les symptômes avec le même degré d'affection ne sont pas toujours présents. Cela le rend très difficile à diagnostiquer.

Pour connaître les critères utilisés pour déterminer la présence de cette pathologie, nous vous recommandons de lire le lien suivant : Diagnostic du syndrome des ovaires polykystiques

Problèmes de fertilité

Les problèmes de fertilité que ces deux situations peuvent causer sont très différents. Les principales différences sont examinées ci-dessous.

Fécondité avec un ovaire polykystique

Comme mentionné ci-dessus, le fait d'avoir des ovaires d'apparence polykystique n'a pas à affecter le système hormonal et, avec lui, la fertilité de la femme.

Cependant, certaines altérations menstruelles peuvent parfois survenir et rendre la grossesse difficile. Le plus courants sont:

L'anovulation
en raison du nombre élevé de follicules qui se développent dans leurs ovaires, ces femmes peuvent avoir des cycles menstruels sans ovulation.
L'oligoménorrhée
cette altération menstruelle implique des cycles de 35 jours ou plus. Cela complique grandement la détermination du jour de l'ovulation, s'il y a lieu, et des jours qui conviennent le mieux à la conception.

Ces problèmes sont facilement résolus par des traitements induisant l'ovulation qui permettent de réguler les cycles et d'obtenir une grossesse de manière naturelle. Ces traitements consistent à augmenter la production d'hormones qui stimulent la croissance des follicules. Ils sont généralement administrés par voie orale pendant 4 ou 5 jours et sont très abordables.

Parfois, il peut être nécessaire d'effectuer des contrôles échographiques pour mieux contrôler le moment de l'ovulation et l'horaire des rapports sexuels.

Fécondité avec un SOPK

Quant au SOPK, il existe une relation directe avec l'infertilité en raison des altérations hormonales que ce syndrome entraîne.

Des taux élevés d'androgènes dans le sang empêchent le développement folliculaire de se produire correctement. Comme ils ne peuvent pas terminer leur maturation, les follicules ne peuvent pas libérer l'ovule et s'atrophier dans l'ovaire. Cette situation peut être considérablement aggravée par l'inadéquation d'autres hormones comme la LH ou l'insuline, dont les taux excessivement élevés contribuent également à prévenir l'ovulation et à altérer la qualité des ovocytes.

En général, il est nécessaire de recourir directement aux traitements de stimulation par gonadotrophines, qui sont appliqués par injections, les inducteurs de l'ovulation n'étant pas suffisants. Cela implique la nécessité d'un meilleur contrôle par le biais de l'échographie et de l'analyse hormonale.

Dans le SOPK, les traitements de fertilité requis sont plus agressifs puisque le tableau clinique comporte des altérations plus graves.

Selon le degré de gravité du syndrome et la qualité de l'échantillon de sperme utilisé, on peut envisager des rapports sexuels programmés, l'insémination artificielle ou même la FIV/ICSI.

La PMA, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. Le Rapport sur la fertilité sélectionne les cliniques les plus avantageuses pour vous selon nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectue une comparaison des prix et des conditions offertes par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

Vos questions fréquentes

J'ai des ovaires polykystiques, puis-je finir par développer un SOPK?

Par Victoria Moliner (embryologiste).

La présence d'ovaires polykystiques ne doit pas nécessairement indiquer que vous souffrirez du SOPK à l'avenir. Cependant, si d'autres types de complications hormonales se développent, la femme est plus à risque que le tableau clinique évolue vers le syndrome.

Même si vos ovaires ont plusieurs follicules, cela ne signifie pas que vous pouvez développer un SOPK.

J'ai beaucoup de kystes dans les ovaires, suis-je moins fertile?

Par Victoria Moliner (embryologiste).

Vous n'êtes pas moins fertile parce que vous avez des ovaires d'aspect polykystique. La seule complication qui peut survenir est qu'en cas de cycles irréguliers, il est plus compliqué de déterminer le moment de l'ovulation et, par conséquent, les jours les plus propices aux rapports sexuels.

Existe-t-il un moyen de différencier les ovaires polykystiques du SOPK?

Par Victoria Moliner (embryologiste).

Afin de différencier ces deux situations, il est nécessaire d'effectuer une série de bilans médicaux simples: une prise de sang pour vérifier les taux d'hormones, ainsi qu'un examen physique pour déterminer si la femme présente des signes évidents d'hyperandrogénisme.

La rédaction vous recommande

Les traitements utilisés pour soulager les symptômes de ces deux situations sont très différents. Dans le SOPK, les médicaments sont utilisés pour réguler les niveaux hormonaux, alors que dans le cas des ovaires polykystiques, ils ne sont pas nécessaires si la femme n'a pas de désir d'enfant. Si vous souhaitez en savoir davantage sur le traitement permettant de contrôler le SOPK, Nous vous invitons à vous rendre sur le lien suivant: Traitement du syndrome des ovaires polykystiques.

Comme mentionné ci-dessus, si vous avez le SOPK et que vous voulez être mère, il est nécessaire de recourir à des techniques de procréation assistée plus ou moins complexes selon le tableau clinique présenté par la femme. La plupart du temps, un processus de stimulation ovarienne est effectué, vous voulez savoir en quoi il consiste? Cliquez sur le lien ci-dessous : La stimulation ovarienne: définition, prix et efficacité.

Pour exclure la possibilité qu'une femme qui a plusieurs kystes ovariens ait réellement un SOPK, il est préférable de consulter un gynécologue qui effectuera une série de tests. Dans cet article, nous vous indiquons quels tests sont nécessaires pour évaluer la fertilité : Bilan de fertilité de la femme: qu’est-ce que c’est?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Adams J, Polson DW, Franks S 1986 Prevalence of polycystic ovaries in women with anovulation and idiopathic hirsutism. British Medical Journal 293, 335–359.

Balen A, Mitcehlmore K. What is polycystic ovary syndrome? Human Reproduction 2002;
17:2219-2227.

Battaglia C, Regnani G, Petraglia F et al. 1999b Polycystic ovary syndrome: is it always bilateral? Ultrasound in Obstetrics and Gynecology 14, 183–187.

Carmina E, Wong L, Chang L, Paulson RJ, Sauer MV, Stanczyk FZ et al, Endocrine abnormalities
in ovulatory women with polycystic ovaries on ultrasound, Hum Reprod 1997;12:905-9.

Cheung AP, Chang RJ 1990 Polycystic ovary syndrome. Clinical Obstetrics and Gynecology 33, 655–667.

Clayton RN, Ogden V, Hodgkinson J et al. 1992 How common are polycystic ovaries in normal women and what is their significance for the fertility of the population. Clinical Endocrinology 37, 127–134.

Eden JA 1988 Which is the best way to detect the polycystic ovary? Australian and New Zealand Journal of Obstetrics and Gynaecology 28, 221–224.

Robert Y, Ardaens Y, Dewailly D. Imaging polycystic ovaries. In: Kovacs G. (ed) Polycystic Ovary
Syndrome. Cambridge University Press 2000;56-69.

Vos questions fréquentes: 'J'ai des ovaires polykystiques, puis-je finir par développer un SOPK?', 'J'ai beaucoup de kystes dans les ovaires, suis-je moins fertile?' et 'Existe-t-il un moyen de différencier les ovaires polykystiques du SOPK?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

 Victoria Moliner
Victoria Moliner
Embryologiste
Diplômée en Biochimie et Sciences Biomédicales de l'Universidad de Valencia (UV), Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée à l'UV et l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Elle travaille actuellement comme chercheuse en biologie. En savoir plus sur Victoria Moliner
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.