Revue médicale certifiée par WMA, ACSA, HON.
FAQs
0
Menu

À partir de combien de cycles échoués est-il recommandé d'utiliser la technique MACS ?

Par Dr. Sergio Rogel Cayetano.
Dernière actualisation: 31/01/2019

Tous les échantillons de sperme contiennent des spermatozoïdes qui sont entrés en apoptose, car il s'agit d'un processus physiologique naturel. Toutefois, dans certains cas, nous constatons un pourcentage d'apoptose supérieur à la normale, ce qui pourrait avoir un impact sur la génération d'embryons et leur viabilité ultérieure.

L'apoptose est communément appelée suicide cellulaire, et appliquée aux échantillons séminaux, elle désigne les spermatozoïdes dont la mort est imminente. Il s'agit d'un mécanisme très important dans la nature, étant nécessaire au maintien de l'équilibre cellulaire dans notre organisme. Fondamentalement, lorsqu'une cellule de notre corps n'est pas capable de remplir sa fonction et devient un fardeau pour le reste du système, elle entre dans un processus de dégradation programmée et "volontaire". C'est-à-dire que, loin de privilégier son individualité, la cellule recherchera le bénéfice collectif.

Dans le cas des spermatozoïdes, ceux qui détectent en eux-mêmes une défaillance qui produit un fonctionnement sous-optimal entrent en apoptose. Bien que ces spermatozoïdes ne puissent normalement pas féconder un ovocyte naturellement, en reproduction assistée, étant donné que les spermatozoïdes en cours d'apoptose sont indiscernables du reste sous le microscope, ils pourraient être sélectionnés pour féconder un ovocyte. Dans ce cas, la probabilité de générer un bon embryon qui conduira à une grossesse viable et à la naissance d'un bébé est très faible.

Dans ce contexte, le MACS devrait être utilisé chaque fois qu'un niveau d'apoptose supérieur à la normale est détecté dans un échantillon de sperme, afin d'éviter que les spermatozoïdes ne soient endommagés. Il est donc indiqué dans les cas suivants : facteur masculin grave, échec de l'implantation (on parle généralement de deux transferts avec des embryons de haute qualité, qui n'ont pas généré de grossesse) et les précédents cycles de FIV au cours desquels la fécondation ou le développement embryonnaire n'a pas été conforme aux attentes, bien que l'échantillon de sperme ait été normal ou presque.

De cette façon, le MACS nous permettra de faire une sélection préalable des spermatozoïdes ayant une plus grande capacité de fécondation et, par conséquent, d'écarter ceux qui ne sont pas optimaux, et donc d'augmenter le taux de fécondation et, par conséquent, le taux de grossesse.

De toute évidence, il faut disposer de la technologie nécessaire pour mesurer l'apoptose dans l'échantillon séminal, comme la cytométrie en flux.

La rédaction vous recommande: Colonnes d’annexine ou MACS: améliorer la sélection des spermatozoïdes.

Dr. Sergio Rogel Cayetano
Dr. Sergio Rogel Cayetano
Gynécologue
Diplômé en médecine de l'Université Miguel Hernández d'Alicante spécialisé en gynécologie et obstétrique à l'Hôpital Général d'Alicante. Il a élargi son expérience dans le domaine de la procréation assistée en travaillant dans différentes cliniques à Alicante et Murcie, jusqu'à ce qu'en 2011, il rejoigne l'équipe médicale d'IVF Spain.
Affiliation au conseil de l'Ordre: 03-0309100
Gynécologue. Diplômé en médecine de l'Université Miguel Hernández d'Alicante spécialisé en gynécologie et obstétrique à l'Hôpital Général d'Alicante. Il a élargi son expérience dans le domaine de la procréation assistée en travaillant dans différentes cliniques à Alicante et Murcie, jusqu'à ce qu'en 2011, il rejoigne l'équipe médicale d'IVF Spain. Affiliation au conseil de l'Ordre: 03-0309100.