Revue médicale certifiée spécialisée en procréation médicalement assistée et grossesse
FAQs
0
Menu

Est-il possible d'avoir le temps de congeler les ovules avant un traitement contre le cancer ?

Par Dr. Blanca Paraíso.
Dernière actualisation: 23/01/2019

Chaque cas doit être individualisé en fonction du type de cancer, du traitement indiqué et du temps disponible. Par exemple, dans le cas du cancer du sein, il y a habituellement un intervalle de 4 à 6 semaines entre la chirurgie et le début de la chimiothérapie. Cette période de temps sera parfaite pour compléter un cycle de stimulation ovarienne, et il sera même possible de faire deux stimulations pour augmenter le nombre d’ovocytes à vitrifier.

Cependant, il y a des moments où il est nécessaire de commencer le traitement de toute urgence et il n’est pas possible d’attendre les règles pour commencer la stimulation. Dans ces cas, il est possible d’évaluer le début de la stimulation dans la phase lutéale (après l’ovulation) et même des stimulations de départ aléatoires ont été décrites (à tout moment du cycle) avec de bons résultats.

Si nous n’avons même pas cette marge de 10 à 12 jours pour effectuer la stimulation et le prélèvement d’ovocytes, il y a d’autres options qui font actuellement partie de la recherche mais qui ont déjà mené à des naissances. Il s’agit de la maturation in vitro des ovocytes ou de la congélation du tissu ovarien.

Il se peut aussi qu’il y ait anovulation de cause hypothalamique ou hypophysaire, comme un exercice physique intense, un faible poids, etc. D’autres altérations hormonales, telles que des altérations de l’hormone thyroïdienne (TSH) ou de la prolactine, peuvent entraîner une ovulation incorrecte.

L’âge avancé, aussi, serait une cause qui, en dépit d’avoir des règles, dans beaucoup de cycles les ovulations n’ont pas lieu d’une manière régulière.

La rédaction vous recommande: Préserver la fertilité: Quelles options et à quel coût?.

Dr. Blanca Paraíso
Dr. Blanca Paraíso
Gynécologue
Diplômée en Médecine et doctorat à l'Universidad Complutense de Madrid (UCM). Diplômée en Statistiques de Sciences de la Santé. Docteur experte en Gynécologie et PMA.
Affiliation à l’Ordre des Médecins: CS3302
Gynécologue. Diplômée en Médecine et doctorat à l'Universidad Complutense de Madrid (UCM). Diplômée en Statistiques de Sciences de la Santé. Docteur experte en Gynécologie et PMA. Affiliation à l’Ordre des Médecins: CS3302.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies propres et de tiers pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies.