Fertilité avec le syndrome des ovaires polykystiques

Par (embryologiste), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 26/03/2018

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est un trouble endocrinien qui affecte le système reproducteur de la femme, entraînant une perturbation des hormones sexuelles.

Pour cette raison, environ 75% des femmes atteintes du SOPK ont des problèmes de fertilité et éprouvent des difficultés à tomber enceinte.

La cause principale de cette stérilité du facteur endocrinien est l'anovulation, c'est-à-dire l'incapacité d'expulser l'ovule mature dans les trompes de Fallope dans le but d'une fécondation.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Stérilité due au SOPK

Le SOPK est le trouble endocrinien le plus fréquent chez les femmes en âge de procréer. On le diagnostique chez environ 5-10% des femmes après visualisation échographique d'une multitude de follicules antraux avec un schéma spécifique.

Cependant, l'analyse hormonale est ce qui confirmera si la femme souffre réellement de SOPK, puisque cette pathologie est également caractérisée par une altération des hormones sexuelles.

Nous allons commenter ci-dessous les principales conséquences du SOPK, qui sont liées aux problèmes d'infertilité.

L'anovulation

Les changements menstruels chez les patientes atteintes du SOPK, comme des règles irrégulières ou l'aménorrhée, indiquent une possible absence d'ovulation.

L'anovulation chronique est la principale manifestation clinique du syndrome des ovaires polykystiques.

La cause qui ne permet pas à l'ovulation de se produire est un déséquilibre dans les hormones FSH et LH, qui régulent le cycle menstruel. En particulier, l'augmentation de la FSH permet le développement folliculaire, puis l'élévation de la LH provoque l'expulsion de l'ovule pendant la phase ovulatoire du cycle.

La modification de la production des hormones hypophysaires FSH et LH est également associée aux anomalies suivantes:

Hyperandrogénisme
en raison du manque de stimulation de la FSH pour convertir les androgènes en œstrogènes par l'enzyme aromatase, qui provoque un taux élevé d'hormones mâles dans le sang et l'apparition de symptômes comme l'hirsutisme.
Résistance à l'insuline
la concentration élevée d'insuline dans le sang contribue également à l'augmentation des taux d'androgènes et aggrave ainsi la situation de l'anovulation.

Enfin, la diminution de la FSH et, par conséquent, le manque d'œstrogènes est à l'origine de l'atrésie folliculaire et de la formation de kystes dans l'ovaire.

Si vous souhaitez obtenir plus d'informations à ce sujet, vous pouvez accéder à l'article suivant: L’anovulation: Causes, signes, diagnostic et traitement.

Réceptivité de l'endomètre

Outre l'ovulation et la fécondation de l'embryon, la qualité de l'endomètre de la femme est essentielle pour l'implantation de l'embryon et son développement ultérieur.

L'endomètre se renouvelle et devient réceptif chaque mois grâce à l'action des œstrogènes et de la progestérone synthétisés dans les ovaires.

Comme nous l'avons dit, la synthèse des œstrogènes est altérée chez les femmes atteintes du SOPK. Il en va de même pour la synthèse de la progestérone, qui a lieu dans le corps jaune après l'ovulation.

La conséquence de tout cela est que la réceptivité de l'endomètre chez les patientes atteintes du SOPK est compromise et, par conséquent, des échecs d'implantation se produisent.

Risques liés à la procréation assistée

En raison des problèmes de fertilité liés au SOPK, de nombreuses femmes décident de subir des traitements de stimulation ovarienne et d'induction de l'ovulation afin de tomber enceintes.

Bien qu'il s'agisse des traitements indiqués par les spécialistes de l'infertilité, il faut noter qu'il y a certains risques dus au nombre élevé de follicules dans les ovaires, comme ceux dont il est question ci-dessous:

Hyperstimulation ovarienne

Le syndrome d'hyperstimulation ovarienne (SHO) est une réponse trop élevée des ovaires aux médicaments hormonaux utilisés.

Comme les femmes ayant des ovaires polykystiques ont un nombre élevé de follicules antraux, le risque d'hyperstimulation sera beaucoup plus grand.

Par conséquent, les spécialistes de la procréation assistée devront effectuer un contrôle plus exhaustif de la stimulation ovarienne chez ces patientes, en effectuant des échographies et en mesurant le niveau d'estradiol.

Dans les cas les plus graves de SHO, la femme éprouvera des symptômes d'ascite (accumulation de liquide dans l'abdomen), une prise de poids rapide, de la tachycardie et un essoufflement. Pour obtenir plus de détails sur cette pathologie, nous vous recommandons de consulter l'article suivant: Syndrome d’hyperstimulation ovarienne (HSO): qu’est-ce que c’est?

Grossesse multiple

Le risque de grossesse multiple est particulièrement important lorsqu'il y a des rapports sexuels programmés ou une insémination artificielle (IA) s'il y a plus de 2 ou 3 follicules matures dans les ovaires.

Par conséquent, le traitement hormonale utilisé dans ces cas devrait être à de très faibles doses et, si plus de follicules qu'indiqué se développent, il est nécessaire d'annuler le cycle et de maintenir les relations sexuelles avec protection.

Les inconvénients d'une grossesse multiple sont les suivants:

  • Risque accru de naissance prématurée
  • Possibilité de syndrome de transfusion fœto-fœtale
  • Faible poids à la naissance
  • Probabilité accrue de complications avec les placentas
  • Prise de poids augmentée chez la mère
  • Diabète gestationnel et pré-éclampsie

La procréation médicalement assistée, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. Le Rapport sur la fertilité va sélectionner pour vous les cliniques les plus proches de vous et répondant à nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectuera une comparaison des prix et des conditions proposées par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

Malgré toutes les précautions prises chez les patientes atteintes du SOPK, ces femmes sont plus susceptibles d'avoir une grossesse gémellaire en expulsant plus d'un ovule pendant l'ovulation.

Vos questions fréquentes

Pourquoi les patientes présentant des ovaires polykystiques ont-elles un taux élevé d'hormone anti-müllerienne?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

L'hormone antimüllerienne (AMH) est synthétisée par les follicules préantral et antral présents dans les ovaires. Pour cette raison, les patients atteints du SOPK présentent habituellement des taux élevés d'HAM, en particulier au-dessus de 6 ng/ml.

Quels risques puis-je courir pendant la grossesse si j'ai le SOPK?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Certaines études montrent que les patientes atteintes du SOPK présentent un risque plus élevé de fausse couche. En outre, il existe d'autres complications obstétricales telles que les suivantes :

  • Diabète gestationnel
  • Diabète gestationnel
  • Préclampsie
  • Faible poids fœtal
  • Naissance prématurée
  • Accouchement par césarienne

Pour cette raison, les femmes atteintes du SOPK sont plus susceptibles de vivre une grossesse à risque que le reste de la population.
Lire la suite

Quels autres troubles métaboliques sont liés au SOPK?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

En plus de ce qui a été dit jusqu'à présent, l'hyperinsulinisme associé au SOPK entraîne également l'apparition de complications métaboliques à long terme, telles que les suivantes :

  • Développement du diabète de type II
  • Risque cardiovasculaire
  • Obésité, augmentation des triglycérides, cholestérol total et cholestérol LDL
  • Hyperplasie endométriale et cancer gynécologique

J'ai un SOPK et je vais avoir une FIV, quelles sont mes chances d'avoir une grossesse multiple?

Par Victoria Moliner (embryologiste).

Dans ce cas, la probabilité d'avoir une grossesse multiple n'augmentera pas parce que la femme est atteinte du SOPK, puisqu'elle dépend principalement du nombre d'embryons qui sont transférés à chaque cycle.

Si une femme atteinte du SOPK subit un traitement de rapports sexuels programmés ou d'insémination artificielle, elle court un risque plus élevé de grossesse multiple, car dans ces cas-là, il n'est pas possible de contrôler exactement combien d'ovules sont libérés.

Pourquoi le risque de diabète gestationnel est-il plus élevé chez une femme atteinte du SOPK que chez une femme en santé?

Par Victoria Moliner (embryologiste).

La grossesse en soi est considérée comme un état physiologique de résistance à l'insuline. Cette hormone, en raison des changements provoqués par la gestation, est moins efficace et l'organisme doit en produire davantage pour que le glucose puisse être bien absorbé.

D'autre part, l'insulinorésistance est l'un des problèmes les plus typiquement associés au SOPK, donc si les deux situations se conjuguent (grossesse et SOPK), il est plus probable qu'une femme développe un diabète gestationnel ou de type II dans l'avenir.

J'ai lu que perdre du poids aide à atténuer les effets secondaires du SOPK et favorise la grossesse. Si j'ai un poids normal, dois-je perdre plus de poids?

Par Victoria Moliner (embryologiste).

Non, si l'indice de masse corporelle est inférieur à 25, il n'est pas nécessaire de perdre du poids. Si la femme est déjà mince, perdre du poids peut même aggraver la situation.

La rédaction vous recommande

Si vous souhaitez obtenir une grossesse et que vous souffrez de SOPK, n'hésitez pas à lire l'article suivant qui est accessible en cliquant sur ce lien: Tomber enceinte avec le syndrome des ovaires polykystiques.

Par contre, si vous avez besoin de plus amples informations sur le traitement de cette perturbation endocrinienne, vous pouvez continuer à lire l'article suivant : Traitement du syndrome des ovaires polykystiques.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Anttila L, Karjala K, Panttila RA, et al. PCOS in women with gestational diabetes. Obstet Gynecol 1998; 92: 13-16.

Balen AH, Conway GS, Homborg R, Legro RS. PCOS – A Guide to Clinical Management. London: Taylor & Francis 2005.

Balen, A.H., Dresner, M., Scott, E.M., Drife, J.O. (2006). Should obese women with polycystic ovary syndrome receive treatment for infertility? BMJ, 332, 434-435.

Diamanti-Kandarakis, E. (2006). Insulin resistance in PCOS. Endocrine, 30(1), 13-17.

Dunaif A. Insulin resistance and the polycystic ovary syndrome: mechanism and implications for pathogenesis. Endocr Rev 1997; 18(6): 774.

Franks S. Polycystic ovary syndrome. N Eng J Med 1995; 333: 853-86.

Golan A, Ron-El R, Herman A, Sofer Y. Ovarian hyperstimulaion syndrome: an update dreview. Obstet Gynecol Surv 1989; 44: 430-40.

Kiddy DS, Hamilton Fairley D, Bush A, et al. Improvement in endocrine and ovarian function during dietary treatment of obese women with PCOS. Clin Endocriol 1992; 36: 105-11.

Portsky L. On the paradox of insulin induced hyperandrogenism in insulin resistant states. Endocr Rev 1991; 12: 3-13.

Schenker JG, Ezra Y. Complications of assisted reproduction techniques. Fertil Steril 1994; 61: 411-22.

Urman B, Sarac E, Dagan L, et al. Pregnancy in infertile PCOD patients, complications and outcome. J Reprod Med 1997; 42: 501-5

Vos questions fréquentes: 'Pourquoi les patientes présentant des ovaires polykystiques ont-elles un taux élevé d'hormone anti-müllerienne?', 'Quels risques puis-je courir pendant la grossesse si j'ai le SOPK?', 'Quels autres troubles métaboliques sont liés au SOPK?', 'J'ai un SOPK et je vais avoir une FIV, quelles sont mes chances d'avoir une grossesse multiple?', 'Pourquoi le risque de diabète gestationnel est-il plus élevé chez une femme atteinte du SOPK que chez une femme en santé?' et 'J'ai lu que perdre du poids aide à atténuer les effets secondaires du SOPK et favorise la grossesse. Si j'ai un poids normal, dois-je perdre plus de poids?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

 Victoria Moliner
Victoria Moliner
Embryologiste
Diplômée en Biochimie et Sciences Biomédicales de l'Universidad de Valencia (UV), Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée à l'UV et l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Elle travaille actuellement comme chercheuse en biologie. En savoir plus sur Victoria Moliner
 Zaira Salvador
Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Université Politécnica de Valencia (UPV), Biotechnology degree en la National University of Ireland en Galway (NUIG) et embryologiste spécialisée en Médecine Reproductive avec un Master en Biotechnologie de la Reproduction Humaine par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI) En savoir plus sur Zaira Salvador
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.