Être fertile: quels sont les facteurs qui y contribuent?

Par (embryologiste), (embryologiste sénior), (embryologiste), (gynécologue) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 25/02/2021

La fertilité est la capacité à se reproduire ou à procréer. Chez l'homme, la fertilité masculine et féminine diffère sur certains points. L'un d'eux est l'effet de l'âge, puisque la période de fécondité des femmes est limitée par l'âge.

Outre le temps, il existe d'autres facteurs qui peuvent influencer la grossesse, comme les irrégularités du cycle menstruel, les altérations du fonctionnement des ovaires ou les défaillances de la production de sperme.

Vous trouverez ci-dessous un index des 8 points que nous allons aborder dans cet article.

Quels sont les facteurs qui influencent la fertilité?

Chez l'homme, de nombreux facteurs déterminent la capacité à procréer, tant chez l'homme que chez la femme. Parmi les facteurs les plus importants qui influencent la fertilité, on trouve:

  • L'âge de la reproduction.
  • Capacité à avoir des relations sexuelles.
  • Santé des deux parents.
  • Qualité du sperme.
  • Qualité des ovules.
  • La capacité d'une femme à faire des gestations.

Toute altération de l'un de ces points peut entraîner des problèmes de stérilité dans le couple et des difficultés à obtenir une gestation évolutive.

Fertilité masculine

Dans le cas de l'homme, la fertilité masculine dépend directement de la production correcte de sperme ou de la spermatogenèse, de la qualité du sperme et de la capacité du sperme à sortir.

Les hommes naissent avec des organes masculins immatures et, avec le début de la puberté, des changements hormonaux se produisent qui permettent aux spermatozoïdes de commencer à être produits. À l'intérieur des testicules, dans des structures appelées tubules séminifères, les spermatozoïdes seront produits en permanence. Ensuite, les spermatozoïdes sont transportés par le canal déférent et expulsés par l'urètre par éjaculation.

Toute altération qui influence l'une de ces étapes affectera, dans une mesure plus ou moins grande, la fertilité masculine.

Certaines études ont montré qu'il peut y avoir une baisse de la fertilité masculine avec l'âge, car certains paramètres tels que la concentration ou la motilité des spermatozoïdes s'aggravent. Cependant, ces changements dans la fertilité masculine ne sont pas aussi prononcés que dans le cas des femmes et il est possible d'être père biologique même après 50 ans.

Fertilité féminine

La fertilité d'une femme dépend principalement de la qualité de ses ovules, ainsi que de sa capacité à ovuler et à mener une grossesse à terme correctement.

Une femme naît avec tous les ovocytes qu'elle aura tout au long de sa vie. Cela signifie que la réserve d'ovules d'une femme est limitée et est déterminée dès la naissance.

En voici les principales étapes de la fertilité féminine

  • Puberté : avec le début de la puberté, les cycles menstruels commencent et, par conséquent, les menstruations.
  • Période fertile: pendant les cycles menstruels, une série de follicules (les structures qui contiennent les ovocytes) se développent à l'intérieur des ovaires, et la maturation complète et la libération ultérieure d'un ovule mature. Physiologiquement, ce processus se produit tous les mois jusqu'à l'approche de la ménopause.
  • Ménopause : à l'approche de la ménopause, les cycles deviennent plus irréguliers ou inexistants. Après son arrivée, qui a généralement lieu vers l'âge de 50 ans, le stade de la reproduction féminine prend fin. Cependant, la fertilité d'une femme est diminuée beaucoup plus tôt.

La période la plus fertile pour une femme se situe au début de la vingtaine. À partir de 30 ans, leur capacité de reproduction diminue et un déclin plus prononcé se produit à partir de 35 ans. Lorsqu'une femme atteint l'âge de 40 ans, sa fertilité se détériore considérablement, ce qui rend les chances de tomber enceinte naturellement très faibles.

Toutefois, il convient de noter que chaque femme a un rythme de développement différent et que ces âges peuvent changer de manière significative.

En outre, il existe d'autres facteurs externes liés au mode de vie qui peuvent influencer la fertilité d'une femme.

Le cycle de fertilité d'une femme

Bien qu'une femme soit fertile tout au long de son cycle menstruel, les chances de tomber enceinte varient tout au long de ce cycle.

C'est pendant l'ovulation (lorsque l'ovule est expulsé des ovaires dans les trompes de Fallope) et les jours qui l'entourent que la probabilité de parvenir à une grossesse augmente. L'explication est que pendant cette période, il est plus facile pour l'ovule et le sperme de se rencontrer et, par conséquent, la fécondation a lieu.

Dans un cycle régulier, l'ovulation a lieu environ le 14e jour du cycle ou, en d'autres termes, 14 jours après le début des dernières menstruations. Par conséquent, la fenêtre la plus fertile d'une femme se situe aux alentours de ce jour. En tenant compte de la date à laquelle vous prévoyez d'ovuler et en augmentant la fréquence des rapports sexuels au cours de cette semaine, les chances de tomber enceinte augmenteront pendant cette période. Sur la base de ces informations, les calendriers d'ovulation et de fertilité et/ou les calculatrices peuvent être utiles dans la recherche d'une grossesse.

Malgré cela, le jour exact de l'ovulation peut changer d'une femme à l'autre. Il peut également y avoir des variations chez une même femme d'une période à l'autre, surtout si elle a des cycles menstruels irréguliers ou des problèmes d'ovulation. Pour cette raison, ces informations ne sont pas toujours applicables et, à l'occasion, il est nécessaire de recourir à d'autres méthodes, telles que les tests d'ovulation ou les traitements d'induction de l'ovulation.

Étude sur la fertilité

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), un couple est considéré comme ayant des problèmes de fertilité lorsqu'il est incapable d'obtenir une grossesse évolutive après 12 mois de relations sexuelles non protégées. À ce stade, des études cliniques seraient indiquées pour déterminer quelle peut être la raison de l'infertilité.

Dans le cas des couples dont la femme a plus de 35 ans, il est recommandé d'entreprendre des études de fertilité s'il n'y a pas de gestation après 6 mois de rapports sexuels non protégés.

Il est nécessaire que ces études soient réalisées dans une clinique de procréation assistée afin d'établir un diagnostic correct grâce à une étude de fertilité personnalisée de chaque membre du couple.

La PMA, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. Le Rapport sur la fertilité sélectionne les cliniques les plus avantageuses pour vous selon nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectue une comparaison des prix et des conditions offertes par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

Tout d'abord, un entretien approfondi (anamnèse) doit être réalisé afin que le médecin puisse déterminer quels tests seront nécessaires pour identifier la cause des problèmes de fertilité.

Dans l'étude de la fertilité masculine, le test le plus instructif est généralement l'analyse du sperme. Cela consiste à évaluer un échantillon de sperme à la fois au niveau microscopique et macroscopique.

Dans le cas des femmes, l'analyse hormonale et la numération des follicules antaux par échographie transvaginale sont les tests les plus courants dans l'étude de la fertilité féminine.

Autre test souvent commandé est le caryotype, qui permet d'éliminer les anomalies chromosomiques comme cause de stérilité.

En fonction des résultats obtenus, des tests supplémentaires seront demandés ou le meilleur traitement sera indiqué pour aider le couple à réaliser son rêve de parentalité.

Vos questions fréquentes

Les hommes doivent-ils congeler leur sperme pour préserver leur fertilité ?

Par Dr. Rocío Núñez Calonge (embryologiste sénior).

Bien que certaines recherches associent une augmentation de l'âge de l’homme avec des problèmes de fertilité, il n’y a cependant aucune certitude sur le sujet.

La production de spermatozoïdes dans le testicule est réalisée en continu, contrairement à la formation des ovocytes chez la femme. C’est pourquoi, chez les hommes , la congélation préventive du sperme n’a pas autant de sens que pour les femmes, pour lesquelles, après 35 ans, le nombre et la qualité des ovocytes diminuent.

À moins qu’il n’existe une pathologie susceptible d’affecter la production spermatique, que l’homme doive subir un traitement de chimiothérapie, de radiothérapie ou une chirurgie (comme c’est le cas des vasectomies), il n’est pas nécessaire de congeler son sperme.

Puis-je augmenter ma fertilité ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

Une vie saine peut améliorer la capacité de reproduction. Par exemple, certaines études ont démontré la relation entre la fonction des antioxydants pour la formation de nouvelles cellules sexuelles (gamétogénèse).

Cependant, lors des cas où la fertilité est gravement mise en cause, il est difficile d’améliorer la fertilité et la meilleure option est de recourir à des traitements de PMA.

Le bilan de fertilité est-il remboursé par la Sécurité Sociale ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

Bien que l'Assurance Maladie prenne bien en charge une PMA à 100% sous certaines conditions, ce remboursement se base sur le tarif conventionnel de la Sécurité sociale et ne correspond pas aux frais réels du couple. Pour bénéficier d’un remboursement complet, l’intervention d’une mutuelle santé est nécessaire.

La mutuelle va ainsi prendre en charge les dépassements d'honoraires (cliniques privées, gynécologue…), les médicaments non remboursés en temps normal, le forfait hospitalier, les frais de séjour au-delà de 12 jours après l’accouchement…

La qualité de la prise en charge par la mutuelle va principalement dépendre des niveaux de remboursement définis sur le contrat d'assurance souscrit.

Mon niveau de fertilité peut-il se voir avec mes pertes blanches ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

La sécrétion vaginale change de consistance au cours du cycle menstruel. Il ets plus abondant au moment de l'ovulation, et peut ainsi nous aider à savoir quels sont les jours les plus fertiles.

Cependant, s'il existe des troubles qui rendent plus difficile la grossesse, comme une faible réserve ovarienne ou des troubles des trompes, ils se seront pas détectés par le biais de cette méthode, car il ne s'agit pas d'un indicateur de fertilité comme tel.

On ne doit pas utiliser cette méthode comme une méthode de contraception, car elle n'est pas fiable.

Si je préserve ma fertilité, est-ce que je resterai fertile ?

Par Silvia Azaña Gutiérrez (embryologiste).

Oui, la préservation de la fertilité n'affecte pas la fertilité. Cependant, les chances de parvenir à une grossesse naturellement diminuent avec le temps en raison de l'épuisement de la réserve ovarienne avec l'âge, que la fertilité ait été préservée ou non.

Par conséquent, l'avantage de la préservation de la fertilité est qu'une gestation peut être recherchée par des techniques de reproduction assistée, si la fertilité a été préservée au préalable, même si la réserve ovarienne est déjà compromise.

C'est pourquoi la préservation de la fertilité doit être effectuée à un jeune âge (surtout dans le cas des femmes, car l'âge a un effet plus néfaste sur la fertilité féminine) ou avant un traitement, par exemple oncologique, qui est censé nuire à la fertilité (tant pour les hommes que pour les femmes).

Le mode de vie peut-il affecter la fertilité ?

Par Silvia Azaña Gutiérrez (embryologiste).

Oui, des facteurs tels que le régime alimentaire, l'indice de masse corporelle, le mode de vie sédentaire, la caféine, le tabac, l'alcool, les drogues et l'exposition aux toxines et aux radiations peuvent affecter la fertilité masculine et féminine.

Nous recommandons un régime méditerranéen varié, le contrôle du poids pour avoir un indice de masse corporelle adéquat, un exercice modéré (pas excessif) et d'éviter les mauvaises habitudes telles que l'augmentation de la consommation de caféine, de tabac, d'alcool et d'autres substances pour ne pas nuire à la fertilité, tant masculine que féminine.

La fertilité masculine peut-elle être endommagée après une chimiothérapie ?

Par Silvia Azaña Gutiérrez (embryologiste).

Oui, le traitement par chimiothérapie peut même provoquer une stérilité irréversible, en raison des effets cytotoxiques sur la spermatogenèse.

Il est donc recommandé que l'homme congèle plusieurs échantillons de sperme avant le début du traitement. Cette mesure, appelée préservation de la fertilité, lui permettra d'utiliser ces échantillons de sperme (avant les dommages causés par le traitement de chimiothérapie) pour pouvoir rechercher une grossesse par des techniques de reproduction assistée à l'avenir.

La rédaction vous recommande

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'infertilité masculine, vous pouvez consulter le lien suivant : Quelles sont les causes de l'infertilité masculine - Symptômes et solutions.

Vous trouverez plus d'informations sur les tests de fertilité dans les liens suivants : Les tests de fertilité chez les hommes - qu'est-ce que c'est et qu'est-ce que ça implique ? et Les tests de fertilité chez les femmes - qu'est-ce que c'est et qu'est-ce que ça implique?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Auteurs et collaborateurs

 Rebeca Reus
Rebeca Reus
Embryologiste
Diplômée en Biologie humaine (Biomédecine) de l'Universitat Pompeu Fabra (UPF), Master en Laboratoire d'Analyses Cliniques de l'UPF et Master sur la Base Théorique et Procédures de Laboratoire en Procréation Assistée de l'Universidad de Valencia (UV). En savoir plus sur Rebeca Reus
Dr. Rocío  Núñez Calonge
Dr. Rocío Núñez Calonge
Embryologiste Sénior
Diplôme en sciences biologiques de l'Université Complutense de Madrid. Elle a une longue carrière scientifique et en tant que directrice de laboratoires. Elle est actuellement directrice scientifique de la clinique Tambre. En savoir plus sur Dr. Rocío Núñez Calonge
 Silvia Azaña Gutiérrez
Silvia Azaña Gutiérrez
Embryologiste
Diplômé en biologie de la santé de l'université d'Alcalá et spécialisé en génétique clinique de la même université. Master en reproduction assistée de l'Université de Valence en collaboration avec les cliniques IVI. En savoir plus sur Silvia Azaña Gutiérrez
Dr. Toño Lara González
Dr. Toño Lara González
Gynécologue
Docteur en Médecine avec spécialité en Gynécologie et Obstétrique. Coordinateur de techniques de Procréation Médicalement Assistée avec une grande expérience dans le domaine de la Médecine Reproductive. En savoir plus sur Dr. Toño Lara González
Affiliation au conseil de l'ordre: 2990
Adapté au français par:
 Romina Packan
Romina Packan
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en anglais et allemand. En savoir plus sur Romina Packan

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.