Le don d’ovocytes, comment ça se passe?

  1. Pilou89
    Pilou89

    Bonjour,

    Ma tante ne peut pas avoir d’enfants, ça fait 4 ans qu’elle court les gynécos, les hôpitaux, les traitements de fertilité. Bref, on lui a dit qu’il lui fallait un don d’ovocytes, mais apparemment, là où elle habite (à St-Quentin dans l’Aisne), on lui a parlé de délais de 3 ans. Elle commence à angoisser parce qu’elle pense qu’elle ne sera jamais enceinte.

    Il paraît que si elle présente une donneuse, les délais seront plus courts ? C’est vrai ? J’aimerai pouvoir faire le don pour elle, mais j’habite à Dreux. C’est possible ? Comment se passerait le don ?

    J’espère que vous répondrez à mes questions. Je n’ai encore rien dit à ma tante parce que je ne veux pas lui donner de faux espoirs et je voudrais être bien au courant de tout avant d’en parler chez moi. Au fait, je viens d’avoir 28 ans en avril.

    Merci d’avance.

    07/06/2017 à 13:44
    Réponse
  2. Bonjour Pilou89,

    Tout d’abord, merci pour votre message et votre geste généreux. Sachez que vous n’êtes pas seule : en France, le recrutement des donneuses se fait surtout par parrainage, c’est-à-dire par relation avec des femmes qui, comme vous, souhaitent aider un couple proche en écourtant leurs délais d’attente. Le don se fait dans un des 23 Cecos (Centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains) qui se trouvent en France.

    Votre tante dépend en principe du Cecos d’Amiens, mais je ne suis pas sûre que vous puissiez donner dans le même Cecos vous aussi ou si vous devez obligatoirement faire le don dans le Cecos le plus proche de votre lieu de résidence. Je vais vérifier cette information et je reviendrai vers vous.

    Vous avez l’âge légal pour donner et vous n’avez pas besoin d’avoir eu des enfants à vous (ce qui était le cas jusqu’à la révision de 2011 de la loi de bioéthique).

    Quand à la procédure en elle-même, une fois que vous aurez pris contact avec le Cecos en question, on vous informera en détail de tous les aspects concernant le don afin que vous soyez pleinement consciente de ce qu’implique votre geste. Vous pourrez alors signer votre consentement en toute connaissance de cause.

    Une fois cette étape surmontée, vous passerez un bilan de santé pour vérifiez que vous ne souffrez d’aucune maladie infectieuse, génétique et que vous êtes fertile. Il y aura également un entretien avec un psychologue pour vérifier vos motivations, vos doutes, etc.

    Après quoi, vous pourrez passer au don proprement dit, qui consiste en une étape de stimulation hormonale et une ponction folliculaire. À ce sujet, je vous invite à lire notre article guide : Je veux devenir donneuse d’ovocytes : Comment faire ?

    Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous en faire part. En attendant, je vous remercie encore de votre volonté d’aider.

    07/06/2017 à 15:51
    Réponse
    • Merci de votre réponse. Oui, il s’agit bien d’Amiens. J’attends donc de savoir si je peux donner dans ce même centre.

      07/06/2017 à 22:27
      Réponse
    • Bonjour de nouveau,

      En principe, le don se fait au Cecos le plus proche de votre domicile. Je vous invite cependant à contacter celui d’Amiens pour voir s’il peuvent vous recevoir parrainée par votre tante. Voici leur coordonnées :

      CECOS Picardie Amiens
      CHU Amiens
      80054 Amiens Cedex
      0322087370

      À bientôt.

      08/06/2017 à 9:15
      Réponse
    • Bonjour mon homonyme Jessica Escudero. Merci pour tous les conseils que tu nous donnes au quotidien. Beaucoup de femmes font les mauvais choix par manque de la bonne information. J’aimerais savoir, en France si une femme vient avec sa donneuse, va t elle toujours payer le même prix? Combien de temps peut elle attendre avant le début de la procédure ? Je sais que chez nous il y’a souvent trop de protocole et de tracasseries pourtant ailleurs c’est plus facile. Ça ne me surprendrait pas si même avec sa donneuse on ait encore à souffrir pour le service. J’attends tes éclaircissements ma belle. Agréable journée à toi!

      19/10/2017 à 9:02
      Réponse
    • Bonjour Jessica40,

      En France il n’est pas permis à une femme de venir avec sa donneuse étant donné que le don est totalement anonyme. En ce qui concerne les procédures d’attente, les listes sont relativement longues car le don d’ovocytes n’est pas compensé aux donneuses, et la réserve d’ovocytes est faible. Il est possible pour les patientes de se tourner vers des centres à l’étranger où les procédures sont plus rapides.

      J’espère vous avoir aidée,

      19/10/2017 à 9:46
      Réponse
  3. Bonjour je me nomme elisabeth je suis agé de 38ans et mére de deux enfants de 6ans et 8ans. Mon mari et moi sommes tous les deux drépanocytaires hétérozygotes(AS) et l’avons transmis malheureusement a nos deux enfants qui sont eux des drépanocytaires homozygotes(ss) et ce type se présente comme le pire des deux cas…En effet ils sont souvent victime de crise et on nous a informer que la plupart des drépanocytaires SS ont une courte durée de vie.Cela nous fait beaucoup de peine puisque qu’on risque de transmettre cette maladie à nos futurs enfants encore.Nous avions penser un moment a ne plus faire de bébé…Récemment on nous a fait part d’une solution pour éviter de retransmettre cette maladie a nos futur bébé a savoir la FIV do.Une connaissance a eu recours a ce type de grossesse à kiev apres avoir connu une chimio…je voudrais recueillir quelques suggestions sur les possibilités de réussite par rapport à ma maladie a savoir si je peux donner naissance par cette technique de Pma sans risque de transmettre la drépanocytose a mes enfants?

    31/08/2017 à 19:49
    Réponse
    • Bonjour Elisabeth,

      Effectivement vous avez deux solutions qui s’offrent à vous pour retomber enceinte et ne pas reproduire la maladie chez votre futur bébé.

      Tout d’abord le diagnostic pré-implantatoire. Il s’agit d’une méthode qui consiste à analyser les gènes de l’embryon avant de l’implanter dans l’utérus et ainsi éviter qu’il présente des anomalies comme la drépanocytose. En France il est légal uniquement dans ce cas-là: pour éviter la transmission de maladies génétiques. Vous pourrez trouver des informations ici: Le DPI.

      Quant à la FIV-DO, effectivement c’est la deuxième solution pour éviter la maladie chez vos futurs enfants. En France, le don d’ovocytes est autorisé pourvu qu’il demeure anonyme et totalement altruiste. Aucune compensation d’ordre économique n’est autorisée et les donneuses se font rares, ce qui entraîne de longs délais d’attente.

      Pour cette raison, beaucoup de Françaises reçoivent leur FIV-DO à l’étranger, et peuvent même bénéficier d’une prise en charge de la Sécurité Sociale sous certaines conditions. Je vous recommande de remplir ce formulaire, afin que les meilleures cliniques à l’étranger vous contactent sans engagement pour vous proposer des solutions et des devis: Devis personnalisé.

      bon courage,

      01/09/2017 à 8:38
      Réponse
    • Coucou Elisabeth. Déjà désolé pour vos deux enfants drépanocitaires. En effet il y’avait un gros risque que votre progéniture chope la maladie. Pire encore ils sont drépanocytaires homozigotes, donc ss avec un risque léthal à un certain âge. Je pense qu’en pma il y’a bien une technique pour contourner cela si vous désirez encore un enfant. Il y’a la fiv double don, donc vous faite recours à un don d’ovocytes et un don de sperme. Là vous êtes sûre que l’enfant sera sain. Mais d’aucun dirons qu’ils n’ont pas les gènes parentaux. Je pense que dans votre cas vous n’avez pas le choix n’est ce pas! Je connais une clinique à l’étranger où ça se passe plutôt bien et au même prix que le do simple. Si vous voulez je peux vous y orienter.

      03/12/2017 à 14:55
      Réponse
  4. Salut à toute. Je me suis souvent interrogé pourquoi l’infertilité féminine est plus répandu sue l’infertilité masculine. Pour le moment je n’ai pas encore eu de réponse. Je convoque donc la connaissance de celle parmi nous qui sont mieux apte sur le sujet. Cela expliquerait peut-être pourquoi les hommes supportent mal rester avec des femmes infertiles. Quand je vois comment certaines parmi nous sont traités par leur mari quand elles sont infertiles ça me fait de la peine. Pourtant ils savent pertinent que la pma résous déjà le problème. Et quand une femme accepte faire un do, c’est bien les gènes du mari qui se retrouve chez l’enfant et non celles de l’épouse. C’est presque un sacrifice pour le couple mais nos hommes ne voient pas ça.

    14/03/2018 à 10:55
    Réponse
    • Bonjour à toute la communauté. Je viens dans ce forum vous exposer mon problème car je ne sais plus à quel sein me vouer. Ça fait deux ans que j’ai découvert que je suis infertile. On m’a parlé d’une insuffisance ovarienne prématurée. Mon gygy m’a envoyé en pma pour une fiv classique. Après 2échecs, j’ai voulu tout arrêter, mais le médecin m’a dit de tenter une dernière fois. J’ai eu les résultats la semaine dernière, toujours négatif. La première fois le brybry ne c’est pas accroché. Les deux autres fois, le brybry accroche jusqu’à la 4ème semaine et sa fini par une fausse couche. Le médecin m’a dit d’essayer un don d’ovocytes. Alors je voulais savoir qu’elles sont mes chances de réussites. Suis-je à l’abri de ces même fausses couches ?

      23/09/2018 à 14:18
      Réponse
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies propres et de tiers pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies.