Infections du liquide séminal: orchite, épididymite et prostatite.

Par (gynécologue), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 23/01/2019

Les infections séminales sont des invasions de microorganismes pathogènes qui se produisent quelque part dans l'appareil reproducteur et urinaire masculin, de sorte qu'elles peuvent être présentes dans le liquide séminal. Elles peuvent affecter les testicules, causant l'orchite, l'épididyme causant l'épididymite, ou la prostatite si elle se produit dans la prostate.

Dans le chemin que le sperme et le liquide séminal doivent suivre pour aller vers l'extérieur, un contact avec la zone infectée aura lieu, ce qui peut altérer la capacité du sperme à féconder l'ovule. L'inflammation due à l'infection peut causer une obstruction et empêcher le sperme ou l'éjaculat de sortir.

Comment savoir si je souffre d'une infection séminale?

Il est rare que les infections séminales causent des symptômes, de sorte qu'elles peuvent ne pas être détectées pendant une longue période de temps. C'est précisément pour cette raison qu'elles peuvent conduire à l'infertilité masculine.

Pourtant, parfois, un homme peut ressentir certains symptômes:

  • Changements dans le sperme, tels que l'odeur et la couleur.
  • Irritation et démangeaisons.
  • Brûlures en urinant.
  • Sécrétion de liquide de l'urètre.
  • Du sang dans le liquide séminal.
  • Douleurs inguinales ou génitales, comme les douleurs à la prostate, aux testicules, etc.

Si l'un de ces symptômes existe, il est important d'éviter les rapports sexuels et de consulter immédiatement un médecin pour demander une analyse de sperme et d'urine.

Comme dans la majorité des cas, l'homme ne sait pas qu'il a une infection, il est très fréquent qu'elle soit détectée après une visite chez le médecin à cause de l'infertilité du couple.

Analyse du liquide séminal

Dans l'étude de fertilité masculine, un séminogramme ou spermogramme est fait pour voir l'état du sperme, analysant à la fois le liquide séminal et les spermatozoïdes qu'il contient. Si un nombre élevé de leucocytes, un pH acide ou des valeurs modifiées dans la biochimie du sperme sont observés dans le résultat du spermogramme, cela pourrait être dû à une infection séminale. Par conséquent, une culture d'urine et de sperme devrait être demandée pour le confirmer.

La première évaluation faite dans le spermogramme est une étude macroscopique du liquide séminal. Dans cette partie, l'étude du pH peut déjà indiquer la possibilité d'infection en cas d'acidité. Le pH du sperme doit être supérieur à 7,2. Sinon, la mobilité et la capacité de fécondation des spermatozoïdes peuvent être réduites.

Par la suite, on étudie ce que contient le sperme. Pour cela, une étude biochimique (généralement un test complémentaire au spermogramme) est réalisée pour détecter les molécules nutritives présentes dans le sperme, ainsi qu'une étude microscopique pour analyser les spermatozoïdes et la présence des autres cellules.

Le liquide séminal étant composé des sécrétions des glandes accessoires du système reproducteur masculin, grâce à l'étude biochimique du sperme qui analyse ces sécrétions, des anomalies peuvent être détectées tant dans les glandes séminales (prostate et vésicules séminales) que dans l'épididyme :

  • Prostate: sécrète un liquide laiteux contenant de l'acide citrique, du calcium, de la phosphatase acide et du zinc. Son pH alcalin neutralise l'acidité des sécrétions vaginales et augmente la motilité du sperme.
  • Vésicules séminales: sécrète un liquide contenant principalement du fructose, des prostaglandines et des fibrinogènes. Les prostaglandines rendent la glaire cervicale plus réceptive et provoquent des contractions dans l'utérus et les trompes de Fallope pour faciliter le mouvement des spermatozoïdes vers l'ovule.
  • Épididyme : en plus de permettre la maturation et l'activation des spermatozoïdes, il sécrète de l'alpha-glucosidase neutre, un composé qui nous permet de déterminer si elle présente une pathologie.

Par conséquent, des altérations des molécules sécrétées par ces structures peuvent indiquer leur mauvais fonctionnement en raison de certaines pathologies. Pour détecter les altérations, une quantification de l'acide citrique, du fructose, du zinc, de la phosphatase acide et de l'alpha-glucosidase neutre est effectuée dans l'étude biochimique du sperme.

De plus, si l'examen microscopique révèle un nombre élevé de pyocytes ou de leucocytes (plus de 1 million par millilitre), il y a leucocytose, ce qui indique la présence d'une infection et une culture serait nécessaire.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la leucocytose ou la présence de leucocytes dans le sperme, voici un article qui pourrait vous intéresser: DesLeucocytes dans le sperme: spermogramme, spermoculture et traitement.

Si vous voulez savoir quelles analyses macroscopiques et microscopiques sont effectuées dans un spermogramme, vous pouvez lire l'article suivant: Le spermogramme: résultat et interprétation.

Culture de sperme et analyse d'urine

La culture de sperme ou spermoculture permet la détection de microorganismes dans le sperme. Dans des conditions normales, le sperme ne devrait pas contenir de bactéries ou de champignons. Par conséquent, comme les valeurs normales de culture de sperme sont nulles, si la présence d'un microorganisme est détectée, il y aura une infection.

D'autre part, l'analyse d'urine ou l'uroculture détecte des microorganismes infectieux, principalement des bactéries et des champignons, dans l'urine. Dans des situations normales, l'urine contient des microorganismes, mais s'ils sont en grande quantité, ils peuvent causer une infection des voies urinaires.

Pour cette raison, la concentration de chacun des microorganismes présents est quantifiée dans l'analyse. Si la quantité dépasse ce qui est considéré comme normal, cela signifie qu'il y a une infection.

Quel genre d'infection séminale existe-t-il?

Les infections peuvent affecter différentes parties de l'appareil génital masculin, tant dans les voies reproductrices que dans les voies urinaires. L'infection peut exister dans l'urètre, la prostate, le canal éjaculatoire, les vésicules séminales, le canal déférent, l'épididyme et les testicules.

Si l'infection affecte les voies spermatiques, elles peuvent s'inflammer et causer une obstruction. Selon le moment où l'inflammation se produit, l'éjaculation et/ou la production de spermatozoïdes peuvent être altérées.

Orchite

L'orchite est une inflammation de l'un ou des deux testicules, généralement due à une infection du testicule ou de l'épididyme (orchite-épidididymite). L'infection peut être à la fois bactérienne et virale. Les infections bactériennes possibles comprennent la gonorrhée et la chlamydia, les maladies transmises sexuellement, et la cause virale la plus courante est les oreillons.

Cette condition peut causer la stérilité masculine, car avec l'inflammation, la température du testicule augmente, altérant la production de spermatozoïdes (spermatogenèse).

Dans le cas de l'orchite bactérienne, si elle est correctement diagnostiquée et traitée, la fonction normale du testicule peut être rétablie. Cependant, l'orchite parotidienne (causée par les oreillons) n'est pas traitée et il y a un risque que l'homme devienne définitivement stérile.

L'épididymite

L'épidermite est l'inflammation d'un ou des deux épididymes, la structure qui relie le testicule au canal déférent et où les spermatozoïdes arrivent à maturité.

Elle est habituellement causée par la propagation d'une infection bactérienne provenant de l'urètre ou de la vessie. Les microorganismes responsables les plus courants chez les jeunes hommes sont la gonorrhée et la chlamydia, des maladies sexuellement transmissibles. En revanche, chez les garçons et les hommes plus âgés, Escherichia coli est le plus fréquent.

Cette infection peut également être causée par d'autres microorganismes comme l'uréaplasma ou Mycobacterium tuberculosis (Bacille de Koch), ainsi que par un médicament appelé amiodarone.

Après le traitement de l'infection, comme l'épididyme est si mince, il est courant que le processus de guérison implique une fibrose et donc une obstruction. Dans ce cas, les spermatozoïdes ne pourraient pas sortir et une azoospermie se produirait.

Prostatite

La prostatite est un groupe de maladies affectant la prostate qui présentent des symptômes similaires tels que la douleur ou l'inconfort dans la région périnéale et le tractus génito-urinaire.

L'affection n'est pas toujours causée par une infection et il n'y a pas nécessairement d'inflammation de la prostate. La prostatite peut être divisée en quatre catégories:

  • Prostatite bactérienne aiguë: Il s'agit d'une infection aiguë de la prostate.
  • Prostatite bactérienne chronique: Ceci est dû à une prostatite aiguë mal traitée ou à une infection récurrente des voies urinaires.
  • Prostatite chronique non bactérienne ou syndrome de douleur pelvienne chronique: Des symptômes de prostatite sont présents, mais l'infection n'en est pas la cause. Il peut être pris avec ou sans inflammation.
  • Prostatite inflammatoire asymptomatique: L'infection et l'inflammation se produisent, mais il n'y a aucun symptôme.

Dans les cas où la prostatite est causée par une infection bactérienne, le diagnostic est simple et dans sa forme aiguë, le traitement est efficace. Cependant, dans les formes chroniques non bactériennes, l'origine n'est pas entièrement claire, de sorte que le diagnostic et le traitement sont compliqués.

La prostatite peut causer des problèmes d'activité sexuelle et de stérilité chez les hommes.

Vesiculite séminale

La vésiculite séminale est une inflammation des vésicules séminales. Cette inflammation est habituellement due à la propagation d'une infection provenant d'une autre zone de l'appareil génito-urinaire, comme la prostatite, l'urétrite ou l'épididymite. Dans de très rares cas, il s'agit d'une maladie indépendante.

Elle peut causer l'infertilité masculine, car elle peut affecter la qualité du sperme.

Comment une infection peut-elle affecter la fertilité?

Une infection de l'appareil reproducteur et des organes peut entraîner une baisse de la fertilité pour diverses raisons:

  • Empêcher la formation de spermatozoïdes: si l'infection affecte les testicules, comme dans le cas de l'orchite, la spermatogenèse peut être entravée, entraînant une oligospermie ou une azoospermie sécrétoire.
  • Obstruction des voies séminales: cela peut causer une oligospermie ou une azoospermie obstructive en empêchant la libération normale du sperme.
  • Altération de la mobilité des spermatozoïdes: les microorganismes peuvent adhérer aux spermatozoïdes et causer de l'asthénozoospermie, ce qui rend difficile leur transport vers l'ovule.
  • Modification de la morphologie des spermatozoïdes: les spermatozoïdes sont produits en continu dans le testicule par un processus que l'on appelle la spermatogenèse. Elle dure de 60 à 75 jours et, s'il y a une infection qui affecte la formation du sperme, une altération de sa forme (tératozoospermie) peut survenir. Les altérations dans la forme peuvent empêcher le déplacement jusqu'à l'ovule et la fécondation.
  • Augmentation de la fragmentation de l'ADN du sperme: les brins d'ADN qui sont fortement compactés dans la tête du spermatozoïde subissent de petites coupures qui semblent affecter négativement la fécondation et la capacité d'implantation des embryons.
  • Formation d'anticorps antispermatozoïdes: cela provoque l'agglutination des spermatozoïdes et réduit les chances de fécondation de l'ovule.

Les infections de l'appareil génital masculin peuvent également se transmettre par le sperme, qui peut infecter les organes reproducteurs d'une femme et affecter sa fertilité.

Traitement des infections séminales

Dans la plupart des cas, les infections séminales peuvent être traitées et guéries avec des antibiotiques. Des anti-inflammatoires pour réduire l'inflammation et des analgésiques peuvent également être administrés pour soulager la douleur.

Il faut éviter les rapports sexuels jusqu'à ce qu'eux-mêmes et leur partenaire soient traités et que l'infection soit éliminée. Il est recommandé d'attendre un examen post-traitement pour confirmer que l'infection a disparu.

Lorsque le traitement de fertilité est initié et que ces tests sont positifs pour toute infection, il est impératif de détecter l'agent infectieux et de l'éliminer avant de commencer les procédures de procréation assistée. Il est nécessaire d'attendre que les taux de leucocytes dans le sperme reviennent à des valeurs normales avant de commencer le traitement de reproduction.

Comme l'organisme souffre d'une infection, les paramètres séminaux peuvent être affectés et non représentatifs, de sorte que la technique idéale de procréation assistée ne peut être indiquée. Si la fertilité masculine n'est pas rétablie, on peut recourir à la fécondation in vitro (FIV) ou à l'ICSI.

La procréation médicalement assistée, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. Le Rapport sur la fertilité va sélectionner pour vous les cliniques les plus proches de vous et répondant à nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectuera une comparaison des prix et des conditions proposées par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

Si l'infection est grave parce qu'elle n'a pas été éliminée avec des antibiotiques dans sa phase initiale, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour tenter de réparer les dommages. Dans les processus aigus où l'infection n'a pas été traitée à temps, elle peut entraîner une infertilité permanente.

Vos questions fréquentes

Avant un traitement de procréation assistée, est-ce que des infections dans le sperme sont recherchées?

Par Dr. Paloma de la Fuente Vaquero (gynécologue).

Oui, dans un premier temps, nous recherchons des paramètres séminaux compatibles avec l'infection (leucocytes dans le sperme, apparence du sperme...) et, en fonction de ces résultats, nous décidons de cultiver ou non le sperme à la recherche de microorganismes pathogènes. Les infections séminales diminuent la qualité séminale et, par conséquent, les chances de succès d'une technique de procréation assistée.

La prostatite peut-elle causer l'infertilité?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Oui, le liquide prostatique fait partie du liquide séminal expulsé lors de l'éjaculation et est essentiel à la survie et à la mobilité des spermatozoïdes pendant leur voyage vers l'ovule. En cas d'infection et/ou d'inflammation de la prostate, le liquide séminal peut ne pas contenir le composant nécessaire de la prostate, et la conception naturelle peut être compliquée et la présence de microorganismes peut affecter la qualité du sperme.

Comment savoir si je souffre d'épididymite?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Le signe le plus fréquent de l'épididymite est la douleur dans l'un des testicules, une inflammation des testicules, des rougeurs, des douleurs lors de la miction ou la présence de sang dans l'urine, et en cas de malaise ou de symptômes de ce type, il est recommandé de consulter un médecin.

Peut-il y avoir une inflammation dans les voies séminales?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Oui, l'infection du canal déférent s'appelle la déferentite, une infection qui peut être causée par une infection bactérienne et qui survient habituellement en même temps que l'épididymite ; une infection peut aussi survenir dans d'autres tubes par lesquels passe le sperme : l'urètre (urétrite) et le canal éjaculatoire.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Auteurs et collaborateurs

Dr. Paloma de la Fuente Vaquero
Dr. Paloma de la Fuente Vaquero
Gynécologue
Diplômée en médecine de l'Université Complutense de Madrid, avec un Master en procréation assistée et un doctorat en médecine et chirurgie de l'Université de Séville. Membre de la Société Espagnole de Fertilité (SEF) et de la Société Espagnole de Gynécologie et d'Obstétrique (SEGO), elle exerce actuellement ses fonctions de gynécologue spécialisée en procréation assistée dans la clinique YES ! Reproduction. En savoir plus sur Dr. Paloma de la Fuente Vaquero
Affiliation au conseil de l'Ordre: 4117294
 Sara Salgado
Sara Salgado
Embryologiste
Diplômée en Biochimie et Biologie Moléculaire de l'Universidad del País Vasco (UPV/EHU), avec un Master en Procréation Médicalement Assistée de l'Universidad Complutense de Madrid (UCM). Titre d'expert universitaire en Techniques de Diagnostic Génétique de l'Universidad de Valencia (UV). En savoir plus sur Sara Salgado
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.