Insémination artificielle (IA): définition et conditions

Par (gynécologue), (gynécologue), (gynécologue) et (embryologiste).
Dernière actualisation: 27/08/2018

L’insémination artificielle (IA) est une technique de procréation assistée simple et économique par laquelle les spermatozoïdes sont introduits de forme non naturelle dans l’utérus de la femme en attente que la fécondation se produise et donne lieu à la grossesse.

Il s’agit d’un procédé indolore et beaucoup moins invasif que d’autres techniques reproductives comme la fécondation in vitro (FIV). Selon l’origine de l’échantillon utilisé, nous distinguons deux types:

  • Insémination artificielle homologue (IAH) ou conjugale (IAC), avec le sperme du conjoint. Le taux de grossesse dans ce cas est proche de 15-25 %.
  • Insémination artificielle hétérologue ou de donneur (IAD), avec du sperme de donneur. Le taux de grossesse est de 20-30 %.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

De quoi s’agit-il ?

Pour mener à bien une insémination artificielle, le médecin spécialiste dépose, à l’aide d’une canule spéciale, un échantillon de sperme travaillé au préalable dans l’utérus pendant la période d’ovulation de la femme dans le but d’obtenir une grossesse.

La fécondation de l’ovocyte par le spermatozoïde se produit dans les trompes de Fallope, exactement comme lors d’une grossesse naturelle. La différence réside dans le mode d’introduction des spermatozoïdes dans l’organe reproducteur féminin.

Une autre différence importante est que lors du processus d’IA, le moment d’ovulation de la femme est contrôlé par le traitement hormonal, pour qu’elle coincide avec l’introduction du sperme et ainsi augmenter le taux de réussite.

Par conséquent, le taux de réussite de grossesse est légèrement supérieur à la dérivée des relations sexuelles, même s’il dépend fondamentalement de la capacité de fécondation du spermatozoïde et de la capacité de l’embryon à s’implanter après la fécondation.

Le traitement

Nous vous expliquons ci-dessous les étapes principales du processus d’insémination artificielle:

Stimulation ovarienne
de faibles dosages d’hormones (gonadotropines) sont administrés pour stimuler légèrement la production ovarienne et des contrôles réguliers sont réalisés pour contrôler le développement folliculaire.
Induction de l’ovulation
une fois un ou deux follicules développés correctement (18 mm de diamètre), l’ovulation est provoquée généralement par l’hormone hCG.
Capacitation spermatique
c’est le processus de préparation de l’échantillon de sperme afin qu’il soit concentré en spermatozoïdes mobiles et ne contienne aucun autre type de cellules ni de plasma séminal.
Insémination
au moment de l’ovulation, un faible échantillon de sperme (0.5 ml environ) est déposé dans l’utérus de la femme grâce à une canule spéciale. Ce processus se fait sans anesthésie.
Support à la phase lutéale
de la progestérone par voie vaginale est administrée pour faciliter l’implantation de l’embryon.

Types d’insémination artificielle

En fonction de l’origine du sperme employé, on distingue deux principaux types d’insémination:

  • Insémination artificielle intra-conjugale, ou avec sperme du conjoint. (IAC)
  • Insémination artificielle avec sperme de donneur, ou avec don de sperme. (IAD)

L’insémination artificielle peut également se classer selon l’endroit de l’appareil reproducteur féminin où sont déposés les spermatozoïdes:

  • Insémination artificielle intra-tubaire: dans les trompes de Fallope.
  • Insémination artificielle intra-cervicale: dans le col de l’utérus.
  • Insémination artificielle intra-vaginale: dans le vagin, comme lors des relations sexuelles.
  • Insémination artificielle intra-folliculaire: à l’intérieur du follicule ovarien.
  • Insémination artificielle intra-utérine: dans la cavité utérine.

L’insémination artificielle intra-utérine est la méthode la plus utilisée d’après son taux de réussite supérieur. Les autres alternatives s’emploient généralement lorsque l’IA intra-utérine n’est pas possible. Par conséquent, lorsqu’on parle d’insémination artificielle, on fait référence par défaut à la IA intra-utérine.

Quand doit-on recourir à l’insémination artificielle ?

L’insémination artificielle s’applique dans plusieurs cas pour obtenir une grossesse. Pour les cas où une grossesse est possible grâce à une fécondation in vitro (FIV) ainsi que par insémination artificielle, la technique choisie sera la moins invasive, à savoir l’insémination artificielle.

Les troubles de fertilité qui peuvent être résolus par l’insémination artificielle sont différents en fonction du type d’IA.

Indications de l’insémination artificielle intra-conjugale (IAC)

Les problèmes de fertilité suivant exigent le recours à la IAC:

Endométriose légère à modérée.
on retrouve du tissu de l’endomètre en dehors de l’utérus, soit sur les ovaires, les trompes, les ligaments qui soutiennent l’utérus.
Troubles du cycle ovulatoire
dans les cas de syndrome d’ovaire polykystique (SOP), anovulation ou problèmes pendant la phase folliculaire.
Impossibilité de dépos du sperme dans le vagin
éjaculation rétrograde, vaginisme, éjaculation précoce, impuissance sexuelle.
Facteur masculin léger
trouble des paramètres séminaux, bien que modéré, car il faut un minimum de spermatozoïdes pour pouvoir réaliser la IA avec des garanties.
Stérilité d’origine inconnue
lorsque les analyses ne montrent aucune pathologie déterminée et les patients possèdent des paramètres de fertilité normaux, il est recommandé de commencer une IA. Malgré l’absence de diagnostic, il existe peut-être une pathologie non décellée par ces analyses.
Stérilité immunologique
incompatibilité entre l’appareil reproducteur féminin et le sperme. Généralement, elle est produite par la fabrication d’anticorps par la femme qui détruisent les spermatozoïdes. Cette cause n’est pas commune et on ne connaît pas encore exactement le mécanisme de fonctionnement.

Indications de l’insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD)

Bien que généralement on privilégie d’abord l’insémination artificielle avec le sperme du futur père, il reste des cas où ce n’est pas possible et où il est nécessaire de recourir à du sperme de donneur:

  • Absence de conjoint masculin: femmes seules ou couples lesbiens
  • Maladies génétiques de l’homme impossibles à diagnostiquer par DPI
  • Facteur masculin sévère: si après plusieurs cycles d’ICSI aucune grossesse n’a été obtenue et les caractéristiques de la femme sont favorables à cette technique.
  • Maladies sexuellement transmissibles chez l’homme: si après plusieurs lavements du sperme, il n’est pas garanti libre de virus.

Y a-t-il des différences entre l’insémination artificielle de donneur et avec le sperme du conjoint?

Le selon le Dr. Antonio Forgiarini, techniquement, il n’y a aucune différence. Dans les deux cas, le cycle ovarien de la patiente est stimulé, on contrôle le développement des follicules, et lorsque les follicules sont sufisamment mûrs, on provoque l’ovulation.

Lors de l’ovulation, nous pouvons introduire le sperme dans l’utérus de la patiente. La différence fondamentale est que dans ce cas-là, on a recours à du sperme de donneur, qui nous permet de trouver une solution aux problèmes dus à l’indisponibilité du sperme.

Conditions

L’insémination artificielle est généralement la première technique reproductive recommandée lorsqu’un couple n’obtient pas de grossesse après 12 mois de relations sexuelles.

Cependant, pour pouvoir la réaliser certaines conditions sont requises.

Si les conditions ne sont pas requises, il existe d’autres techniques à disposition comme la FIV.

Voici les conditions minimum d’efficacité de cette technique:

  • Éliminer le risque d’une éventuelle Hépatite C ou Hépatite B, du VIH, de la Rubéole, la Syphilis, et la Toxoplasmose, afin de garantir qu’il n’y a aucun risque de contagion pour le conjoint et/ou le futur bébé.
  • Vérifier la perméabilité tubaire de la femme. Par le biais de plusieurs techniques comme l’hystérosalpingographie (HSG) ou laparoscopie, on peut observer que les trompes de Fallope sont fonctionnelles, élément essentiel car la fécondation a lieu à l’intérieur de celles-ci.
  • Il est nécessaire que l’homme possède un minimum de qualité séminale. Un test de récupération des spermatozoïdes mobiles est donc requis. Il doit atteindre plus de 3 millions de spermatozoïdes mobiles progressifs après la formation.

Enfin, il faut se baser sur le facteur de l’âge, lequel influe directement sur les probabilités de succès ou d’échec. Chez la femme, c’est à partir de 36 ans environ que les possibilités de grossesse commencent à diminuer, ce qui rend les femmes de 37-38 ans plus susceptibles d’avoir recours à la FIV.

Vous pouvez consulter ici: Les conditions pour l’insémination artificielle.

Résultats

Dans les résultats de la IA, de nombreux facteurs interviennent comme l’âge de la femme, la grosseur de son endomètre, la qualité du sperme, le temps de stérilité. Il est donc très important d’administrer ce traitement aux patients adéquats.

L’efficacité des résultats varie entre les cliniques. Le taux de grossesse d’une femme ayant moins de 35 ans qui réalise un cycle avec le sperme de son conjoint varie entre 13-25% en fonction du centre, alors que dans le cas du sperme du donneur, ce chiffre tourne autour des 18-29%.

Plusieurs études démontrent qu’il est recommandé de réaliser une série d’inséminations suivies si la grossesse n’est pas obtenue. Le mieux est d’effectuer 4 cycles d’inséminations, et si la gestation ne se produit pas, il faut recourir à une autre technique de procréation assistée. Le taux accumulatif de grossesse durant ces quatre cycles est de 50-60% de grossesse avec le sperme du conjoint et de 60-70% avec le sperme du donneur.

Si vous voulez voir un résumé de toutes ces données, vous pouvez consulter l’article sur les: Résultats de l’insémination artificielle.

Avantages et différences entre IA et FIV

L’avantage principal de l’insémination artificielle est qu’elle ne passe par aucune intervention chirurgicale, comme par exemple la FIV. De plus, l’anesthésie n’est pas obligatoire, car le processus est indolore.

Autre avantage important: le prix. Étant une technique moins complexe, le prix est également réduit par rapport à d’autres traitements qui nécessitent plus de matériel ou de personnel médical. D’autre part, le traitement que reçoit une femme durant la stimulation ovarienne est moins agressif que celui d’une FIV, ce qui réduit également le prix.

Autre différence importante: les ovocytes employés pour l’insémination artificielle sont nécessairement ceux de la future mère. Durant la FIV, comme la fécondation est réalisée dans le laboratoire, les ovocytes peuvent provenir d’une donneuse, dans le cas où il ne serait pas possible d’utiliser ses propres ovocytes.

De plus, l’IA est une technique de procréation assistée considérée comme plus naturelle en comparation avec la FIV, car bien que le sperme soit déposé « artificiellement », la fécondation en soi est complètement naturelle.

En ce qui concerne la grossesse naturelle, les principaux avantages sont l’amélioration de la qualité séminale grâce à la capacitation spermatique et le contrôle exact du moment de l’ovulation.

Si vous devez faire un traitement de fécondation in vitro pour devenir maman, nous vous recommandons d'utiliser le Rapport sur la fertilité. En 3 étapes simples, qui vous permettra de connaître les cliniques à l’étranger qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles avant de réaliser des visites dans les cliniques.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur cet article: Avantages de l’insémination artificielle.

Risques et effets secondaires

Même si le nombre de problèmes concernant l’insémination artificielle diminue, il peut parfois se produire plusieurs complications comme:

Le syndrome d’Hyperstimulation ovarienne
cela se produit lors d’une réaction excessive des follicules aux hormones, les stimulations pendant l’IA sont généralement douces, et à tout moment cela est contrôlé à travers une échographie, lorsqu’un risque d’hyperstimulation se produit, le cycle est annulé.
La grossesse multiple
due à la stimulation de plusieurs follicules des gestations multiples peuvent se produire surtout chez les jeunes femmes. De plus en plus, les cliniques font en sorte d’éviter cette situation, puisqu’une gestation multiple implique de nombreux risques durant la grossesse et l’accouchement. Chez les femmes ayant moins de 35 ans, la prescription médicale de hCG devrait être annulée s’il existe plus de 5 follicules de 12mm ou plus de 3 follicules de 15 mm.
La grossesse extra-utérine
il existe un risque de 4% avec l’insémination artificielle, alors que dans un cycle naturel ce serait de 0.8%.
La fausse couche
le risque se produit principalement au cours des premières semaines de gestation et le taux est de 20%.
Les infections
elles sont peu fréquentes, 0.07 % pour chaque insémination, grâce aux protocoles d’asepsie et de stérilité des cliniques de procréation assistée. Il peut aussi se produire des inflammations pelviennes ainsi que des problèmes immunologiques.

Si vous souhaitez consulter la liste des inconvénients que peut occasionner cette technique, vous pouvez les visualiser dans cet article: Problèmes de l’insémination artificielle.

Prix de l’insémination artificielle

Les tentatives de PMA en France sont prises en charge à 100% par la sécurité sociale dans les limites suivantes:

  • la femme doit être âgée de moins de 43 ans.
  • le nombre maximum d’inséminations remboursées est de 6.

Pour les inséminations artificielles (IAC, IAD), la prise en charge par la sécurité sociale comprend:

  • les médicaments de stimulation et ceux de maintien de la phase luthéale.
  • le contrôle de la stimulation (échographies et/ou prises de sang, selon les jours et les centres).
  • la préparation du sperme.
  • l’acte technique d’insémination.

Insémination artisanale

Bien que nombreuses personnes considèrent l’insémination artificielle artisanale comme un type d’IA, ce n’est pas le cas. L’IA est un procédé de procréation médicalement assistée et si elle na pas lieu dans un centre spécialisé, on ne la considère pas comme médicalement assistée.

Le taux de réussite de l’IA ne cesse d’augmenter grâce à la préparation de la femme et du sperme de l’homme. Cependant, le taux de réussite de l’insémination artisanale est similaire à celui des relations sexuelles.

Ce type de procédé est courant chez les femmes célibataires ou couples lesbiens sans problèmes de fertilité, qui souhaitent obtenir une grossesse naturelle sans avoir recours à des relations sexuelles avec un homme.

Vos questions fréquentes

Les conditions requises pour une IAD et une IAC sont-elles différentes ?

Par Dr. Mark P. Trolice (gynécologue).

Lors de l’Insémination Artificielle avec sperme du Conjoint (IAC), on introduit un échantillon de sperme (préparé au préalable) dans l’utérus de la femme à l’aide d’une canule. C’est un procédé simple qui est effectué lors d’une consultation médicale sans anesthésie. L’échantillon de sperme est préparé en laboratoire afin d’obtenir un maximum de spermatozoïdes mobiles dans un volume réduit, dans le but d’en augmenter son potentiel de fécondation. La canule utilisée permet de déposer l’échantillon à un endroit plus près des trompes de Fallope que naturellement. Après l’intervention, la femme peut retourner à sa routine et avoir des relations avec son conjoint comme ils en avaient l’habitude.

Avant de procéder à una IAC ou une IAD, les analyses préliminaires permettent de s’assurer que la femme ovule normalement, qu’elle n’a pas d’obstruction des trompes, et que l’échantillon de sperme est adéquat pour la réalisation d’une IA. Toute femme qui souhaite tomber enceinte doit faire une analyse pré-natale pour évaluer son hémogramme, sa fonction thyroïdienne, son niveau de vitamine D et degré d’immunité aux virus de la rubéole et de la varicelle, ainsi qu’un frottis.

Il est recommandé que les femmes souhaitant effectuer une insémination artificielle avec sperme de donneur se soumettent aux mêmes analyses que les donneurs, parmi lesquelles l’analyse de détection d’anticorps contre le cytomégalovirus (CMV). Si le résultat de ce dernier examen est négatif, il lui sera alors assigné un donneur ayant eu un résultat négatif au même examen, afin d’éviter les risques d’infection chez le bébé. Il est aussi conseillé d’effectuer une consultation psychologique comme preuve de d’accord et pour avoir plus d’informations sur le processus.

Combien de jours dure la stimulation ovarienne lors d’une insémination artificielle ?

Par Dr. Carmen Ochoa Marieta (gynécologue).

Bien que cela dépende du type de cycles de la femme et de sa réponse à la stimulation ovarienne, en général, elle peut durer entre 10 et 12 jours.

Quel est le taux de réussite d’une insémination artificielle si j’ai un syndrome des ovaires polykystiques ?

Par Dr. Carmen Ochoa Marieta (gynécologue).

Le taux de réussite dans les inséminations dépend du type d’insémination (conjugale ou avec du sperme de donneur), de l’âge de la femme et de sa pathologie. Les chiffres peuvent varier entre 14% et 20% par cycle.

L’insémination artificielle est-elle remboursée par la Sécu ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

L’insémination artificielle est intégralement prise en charge par l’Assurance maladie, mais de façon limitée. Seules 6 tentatives (10 à 15% de réussites) sont supportées par la Sécurité sociale. A noter toutefois fois que chaque grossesse réussie remet le « compteur de tentatives » à zéro.

La prise en charge couvre les dépenses pour les médicaments de stimulation,les médicaments de maintien de la phase lutéale, les prises de sang, les échographies, l’acte technique d’insémination (préparation et insertion du sperme…).

A qui est destinée l’insémination artificielle ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

L’insémination peut se faire avec le sperme, frais ou congelé, du conjoint ou avec du sperme de donneur.

L’insémination artificielle est indiquée pour les femmes en cas de difficulté à ovuler ou par des anomalies du col de l’utérus ou de la glaire cervicale qui entravent le passage des spermatozoïdes et pour les hommes en cas de diminution de la qualité du sperme ou des problèmes d’éjaculation ou d’érection.

L’insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD) peut être une solution à un problème d’infécondité en cas d’absence de spermatozoïdes ou de maladie héréditaire chez l’homme.

L’insémination artificielle est-elle douloureuse ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

C’est un geste totalement indolore. Il consiste à introduire un fin cathéter, relié à la seringue contenant le sperme, à l’intérieur de la cavité utérine pour y déposer environ un ml de sperme préparé au laboratoire (insémination intra-utérine). Dans d’autres cas, notamment en cas d’insuffisance de la glaire cervicale ou d’insémination avec donneur, le sperme est déposé dans le col de l’utérus (insémination intra-cervicale).

Y a-t-il des problèmes de développement chez les bébés nés par insémination artificielle ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

L’insémination artificielle est une manière d’obtenir la grossesse, mais une fois obtenue, celle-ci se déroule absolument normalement. L’évolution, le développement, et l’éducation du bébé né par le biais de cette technique n’ont rien de différents.

Le risque de fausse couche avec une insémination artificielle est-il supérieur à une grossesse classique ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

Les statistiques de fausse couche chez les femmes jeunes sont relativement basses, entre 12 et 15%, et elles augmentent jusqu’à 25 % chez les femmes de plus de 40 ans.

Dans les cas d’insémination artificielle, où la femme a moins de 37 ans, le taux de fausse couche se situe autour de 20%, Par conséquent, le risque est légèrement supérieur à une grossesse classique.

La rédaction vous recommande

L’insémination artificielle est la technique d’assistance médicale à la procréation la plus ancienne. Elle est simple dans son principe et fournit globalement un taux de grossesses de 10 à 15 % par cycle de traitement. Découvrez les deux différents modes de pratiquer ce traitement majeur des troubles de la fertilité:

Et après l’insémination artificielle, comment ça se passe? La réponse par ici: Après l’insémination artificielle.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Agarwal S, Mittal S (2004). A randomised prospective trial of intrauterine insemination versus timed intercourse in superovulated cycles with clomiphene. Indian J Med Res; 120: 519– 522.

Allegra A, Marino A, Coffaro F, Scaglione P, Sammartano F, Rizza G, Volpes A (2007). GnRH antagonist-induced inhibition of the premature LH surge increases pregnancy rates in IUI-stimulated cycles. A prospective randomized trial. Hum Reprod; 22: 101 – 108.

Bensdorp AJ, Cohlen BJ, Heineman MJ, Vandekerckhove P (2007). Intra Uterine Insemination for male subfertility. Cochrane Database Syst Rev;Art No.: CD000360, doi:10.1002/14651858.CD00360.pub4

Boomsma CM, Heineman MJ, Cohlen BJ, Farquhar C (2007). Semen preparation techniques for intrauterine insemination (Review). Cochrane Database Syst Rev; Art No.: CD004507, doi:10.1002/14651858,CD004507.pub3.

Cantineau AEP, Heineman MJ, Cohlen BJ (2003). Single versus double intrauterine insemination (IUI) in stimulated cycles for subfertile couples. Cochrane Database Syst Rev; Art. No.: CD003854, doi:10.1002/ 14651858.CD003854.

Goldberg JM, Mascha E, Falcone T, Attaran M (1999). Comparison of intrauterine and intracervical insemination with frozen donor sperm: a meta-analysis. Fertil Steril; 72(5):792-5.

Gomez-Polomares JL, Juliia B, Acevedo-Martin B, Martinez-Burgos M, Hernandez ER, Ricciarelli E (2005). Timing ovulation for intrauterine insemination with a GnRH antagonist. Hum Reprod;20:368 – 372

Goverde AJ, Lambalk CB, McDonnell J, Schats R, Homburg R, Vermeiden JPW (2005). Further consideration on natural or mild hyperstimulation cycles for intrauterine insemination treatment: effects on pregnancy and multiple pregnancy rates. Hum Reprod; 20:3141– 3146.

Ibérico G, Vioque J, Ariza N, Lozano JM, Roca M, Llàcer J, Bernabeu R (2004). Analysis of factors influencing pregnancy rates in homologous intrauterine insemination. Fertil Steril;81:1308 – 1313.

O'Brien P, Vandekerckhove P (2001). Intra-uterine versus cervical insemination of donor sperm for subfertility (Cochrane Review). In: The Cochrane Library, Issue 1. Oxford: Update Software.

Reproducción Asistida ORG. Video: ¿Existen diferencias entre la inseminación artificial de donante y la conyugal?, par Dr. Antonio Forgiarini, 26/06/2015. [Voir vidéo originale en espagnol].

Ragni G, Somigliana E, Vegetti W. (2004) Timing of intrauterine insemination: where are we? Fertil Steril;82:25 – 26.

The ESHRE Capri Workshop Group (2009). Intrauterine insemination. Human Reproduction Update; 15 (3): 265–277.64

Vos questions fréquentes: 'Les conditions requises pour une IAD et une IAC sont-elles différentes ?', 'Combien de jours dure la stimulation ovarienne lors d’une insémination artificielle ?', 'Quel est le taux de réussite d’une insémination artificielle si j’ai un syndrome des ovaires polykystiques ?', 'L'insémination artificielle est-elle remboursée par la Sécu ?', 'A qui est destinée l'insémination artificielle ?', 'L’insémination artificielle est-elle douloureuse ?', 'Y a-t-il des problèmes de développement chez les bébés nés par insémination artificielle ?' et 'Le risque de fausse couche avec une insémination artificielle est-il supérieur à une grossesse classique ?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

Dr. Antonio Forgiarini
Dr. Antonio Forgiarini
Gynécologue
Diplômé en Médecine par l'Università degli Studi di Roma “Tor Vergata", résident en Obstétrique et Gynécologie à l'Hospital Clínico Universitario de Valencia. Master en Procréation Médicalement Assistée et actuellement gynécologue spécialisé en PMA à la Clinique Millet et IMER Valencia. En savoir plus sur Dr. Antonio Forgiarini
Affiliation à l’Ordre des Médecins: 464621719
Dr. Carmen Ochoa Marieta
Dr. Carmen Ochoa Marieta
Gynécologue
Diplômée en médecine de l'Université du Pays basque, avec un doctorat en médecine et chirurgie de l'Université de Murcie. Il dirige actuellement l'Unité de reproduction assistée du Centre d'études sur la reproduction (CER SANTANDER) à Santander et l'Unité de diagnostic de la médecine de reproduction à Bilbao. En savoir plus sur Dr. Carmen Ochoa Marieta
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 484805626
Dr. Mark P. Trolice
Dr. Mark P. Trolice
Gynécologue
Docteur en Médecine, spécialisé en Gynécologie et Obstétrique par la Rutgers Robert Wood Johnson Medical School de New Jersey (USA.). Professeur associé au Département de Gynécologie et Obstétrique de l'University of Central Florida College of Medicine. Directeur de la clinique Fertility Care: The IVF Center. Titre de Top Doctor in America. En savoir plus sur Dr. Mark P. Trolice
Affiliation au Conseil de l'Ordre de Floride: ME 78893
 Rebeca Reus
Rebeca Reus
Embryologiste
Diplômée en Biologie humaine (Biomédecine) de l'Universitat Pompeu Fabra (UPF), Master en Laboratoire d'Analyses Cliniques de l'UPF et Master sur la Base Théorique et Procédures de Laboratoire en Procréation Assistée de l'Universidad de Valencia (UV). En savoir plus sur Rebeca Reus

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.