Qu’est-ce que la méthode ROPA ou FIV pour couples de lesbiennes?

Par (gynécologue), (gynécologue), (directrice médical de fertty international), (gynécologue), (embryologiste), (gynécologue) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 21/09/2020

Le nom de la méthode ROPA ou R.O.P.A correspond au sigle Réception des Ovocytes de la Partenaire. Cette technique de procréation assistée spécialement conçue pour les couples de lesbiennes permet aux deux membres du couple de participer activement à la maternité.

Le processus consiste en une FIV (fécondation in vitro) associée à un don d'ovocytes intra-partenaire et à un don de sperme. L'une des deux femmes apporte son matériel génétique et l'autre porte le bébé le temps de la grossesse. Nous vous expliquons dans cet article en quoi consiste la méthode ROPA. Nous vous apportons aussi quelques précisions quant à législation et les prix.

Vous trouverez ci-dessous un index des 9 points que nous allons aborder dans cet article.

En quoi consiste la méthode ROPA ?

La méthode ROPA est une technique de fécondation in vitro appliquée à un couple de femmes. On parle aussi de partage de la conception, de double maternité ou encore de FIV réciproque.

Son nom provient de l'espagnol Recepción de Óvulos de la Pareja car c'est en Espagne que cette technique s'est popularisée.

On procède comme pour un don d'ovocytes, mais dans ce cas, la donneuse n'est pas anonyme : le don est intra-partenaire.

La donneuse, de même que sa conjointe, sera la mère du futur bébé, c'est pour cela que l'on parle de maternité partagée. On parle de maternité partagée car ce procédé permet de diviser en deux l'apport maternel : l'une des femmes donne sa génétique et l'autre vit la grossesse et l'accouchement.

Ainsi, l'une des mères va fournir son patrimoine génétique (ADN) alors que l'autre va être enceinte et mettre l'enfant au monde. Bien entendu, il faudra en plus avoir recours à un don de sperme.

Les étapes du processus de chaque femme pour la méthode ROPA sont détaillées ci-dessous.

Stimulation ovarienne

La femme qui fournit les ovules, ou mère génétique, reçoit un traitement de médicaments hormonaux pour stimuler la maturation de plus d'un ovule, ce qui se produirait naturellement. Ce traitement consiste généralement en une combinaison d'analogues de la GnRh et de gonadotrophines qui permet le développement de multiples follicules ovariens, ce qui augmente la probabilité de succès de la méthode de reproduction.

L'administration des médicaments hormonaux est effectuée par la patiente elle-même et se fait normalement par voie sous-cutanée par des injections dans la région abdominale.

Pendant toute la période de stimulation ovarienne (10-12 jours), la femme doit consulter le médecin périodiquement pour effectuer une analyse échographique afin de contrôler la croissance folliculaire et de programmer le meilleur moment pour obtenir les ovules. Cela sera fait lorsque le spécialiste déterminera que les follicules ovariens ont une taille d'environ 16-18 mm.

Ponction folliculaire

Une fois que les follicules ovariens ont atteint la taille souhaitée, la patiente doit administrer la hormone hCG pour favoriser la maturation finale et déclencher l'ovulation, c'est-à-dire la libération de l'ovule.

Les ovules sont extraits de l'ovaire en aspirant le liquide des follicules, qui sont les structures ovariennes où les ovules arrivent à maturité. Ce processus est connu sous le nom de ponction ovarienne et est une procédure chirurgicale simple qui dure environ 20-30 minutes. En outre, la ponction ovarienne est effectuée sous anesthésie légère et ne nécessite généralement pas d'hospitalisation.

Le liquide folliculaire aspiré sera recueilli dans des tubes à 37°C et ira au laboratoire pour y chercher les ovules.

Fécondation et culture d'embryons

Les ovules obtenus qui présentent un stade de maturité adéquat (métaphase II) sont fécondés avec le sperme d'une donneuse anonyme. Il est important que le donneur soit physiquement et immunologiquement compatible avec la femme qui va concevoir, mais la sélection du donneur est faite par le centre où le traitement est effectué.

La fécondation peut être effectuée de manière conventionnelle ou par la méthode ICSI (injection intracytoplasmique de spermatozoïdes). Le choix de l'une ou l'autre méthode de fécondation dépendra des caractéristiques de chaque patiente, de son âge, de la qualité des ovules, etc.

Une fois que l'union des ovules et des spermatozoïdes a eu lieu, les ovules correctement fécondés (déjà considérés comme des embryons) sont sélectionnés et laissés en culture pendant 3 à 6 jours. Pendant ce temps, on vérifie en laboratoire que les embryons se développent correctement et on les classe en fonction de leurs caractéristiques morphologiques.

Préparation de l'endomètre et transfert d'embryons

La femme qui va mener la grossesse à terme, une mère enceinte, reçoit un traitement hormonal différent de celui de son partenaire. Dans ce cas, la future mère prendra des œstrogènes et de la progestérone par voie vaginale, orale ou par patchs. Ce traitement favorise la croissance de l'endomètre et lui permet d'acquérir l'aspect et l'épaisseur adéquats pour l'implantation de l'embryon.

Plus précisément, le transfert d'embryon sera programmé lorsque l'endomètre de la femme enceinte aura une épaisseur de 7 à 9 mm et un aspect trilaminaire. Toutefois, ces caractéristiques de l'endomètre ne garantissent pas à 100 % que les embryons s'implanteront, car d'autres facteurs interviennent.

Lorsque l'utérus de la femme qui va germer est réceptif, l'embryon de meilleure qualité est sélectionné et déposé dans la cavité utérine. Il s'agit d'un processus rapide et indolore qui ne nécessite pas d'anesthésie ni de soins particuliers. Il est simplement recommandé de venir avec une vessie pleine pour faciliter la visualisation de l'utérus.

La tendance est de ne transférer qu'un seul embryon, bien que dans certains cas, deux soient transférés. Le transfert de trois embryons, le maximum légal en Espagne, n'est généralement pas effectué.

Congélation des embryons restants

La législation espagnole sur les techniques de reproduction assistée (loi 14/2006) autorise le transfert d'un maximum de 3 embryons. Toutefois, ce n'est pas la pratique habituelle en raison des risques qu'une grossesse multiple peut comporter, tant pour la mère que pour les fœtus.

Les embryons viables qui ne sont pas transférés seront cryopréservés pour de futurs traitements. Cette situation peut se produire en raison de l'échec du premier transfert d'embryons ou si l'on souhaite avoir plus de descendants.

Les autres destinations possibles de ces embryons surnuméraires sont le don à d'autres couples, la recherche ou la destruction lorsque le stade de reproduction de la femme est terminé. Dans tous ces cas, le partenaire féminin doit signer un consentement éclairé avec la destination de ses embryons.

Test de grossesse

Cuando haya transcurrido alrededor de 10-12 días desde la transferencia embrionaria, la mujer gestante se realizará el análisis de beta-hCG para confirmar si la técnica ha sido exitosa. Este periodo es el que se conoce como betaespera y es emocionalmente complicado. Sin embargo, los especialistas aconsejan continuar con la rutina diaria e intentar no pensar si el tratamiento reproductivo habrá tenido éxito.

Il convient de noter qu'il n'est pas conseillé d'effectuer le test de grossesse avant la date indiquée, car cela pourrait conduire à un résultat erroné et peu fiable. En outre, en cas de résultat positif, il est important que la valeur de l'hormone bêta hCG double toutes les 48 heures pour établir que la grossesse est évolutive.

Conditions requises pour une maternité partagée

Comme nous l'avons mentionné, la méthode ROPA est un processus de FIV conçu exclusivement pour les couples de lesbiennes. La décision du rôle de chaque femme est laissée au couple, bien qu'il soit important de valoriser l'avis médical.

La méthode la plus courante consiste à utiliser cette technique de reproduction pour s'assurer que les deux mères participent activement à la grossesse. Cependant, dans certains cas, la méthode de l'habillement peut être utilisée parce que l'une des deux femmes a une limitation médicale pour mener à bien le processus complet de la gestation. Parmi ces situations, on trouve : la mauvaise qualité des ovocytes, la faible réserve ovarienne, l'absence d'ovaires ou d'utérus, les altérations génétiques transmissibles...

Normalement, il est recommandé que la femme qui va fournir les ovules soit la plus jeune, car la qualité des ovules diminue avec l'âge, surtout après 35 ans. Il est essentiel qu'elle dispose d'une bonne réserve ovarienne. Il est également recommandé que la femme qui donne les ovules subisse une analyse génétique telle que le caryotype.

Compte tenu de ces facteurs, il sera possible d'obtenir un plus grand nombre d'embryons et de meilleure qualité. De cette façon, la probabilité de grossesse chez la femme enceinte augmentera.

D'autre part, la femme qui va germer doit avoir une cavité utérine normale, sans malformations qui pourraient affecter la gestation et le développement embryonnaire.

Il faut également tenir compte du fait qu'il est recommandé que la mère enceinte ne souffre d'aucune maladie qui pourrait l'empêcher de mener sa grossesse à terme, comme les thrombophilies ou les maladies auto-immunes. Si tel est le cas, les chances de réussite du traitement seraient compromises.

Selon les termes du Dr Candela Gallardo :

Il faut que la femme qui va donner les ovules ait une bonne réserve ovarienne, qu'elle soit jeune afin d'améliorer le pronostic et qu'une évaluation médicale soit faite au préalable.

Caractéristiques légales de la méthode ROPA

La législation concernant les techniques de PMA n'a pas cessé d'évoluer en Europe dans les dernières années. Pourtant, seuls quelques pays autorisent le recours aux techniques de procréation assistée pour les couples de femmes.

C'est pour cela que, avant de programmer un traitement de ce type, il faut se renseigner pour savoir où il est légal.

Où en est la loi française?

Actuellement, en France, la procréation médicalement assistée est réservée aux couples hétérosexuels en âge fertile, en présence d'un diagnostic d'infertilité. Elle est également permise aux couples lorsqu'une maladie grave est susceptible d'être transmise à l'enfant.

Par conséquent, la PMA n'est pas accessible aux couples homosexuels et aux femmes célibataires en France.

Pourtant, le président Emmanuel Macron s'est dit favorable à l'ouverture de la PMA aux couples de femmes homosexuelles et aux femmes seules.

Dans un rapport rendu public le 27 juin 2017, le Comité Consultatif National d'Éthique (CCNE) a à son tour rendu un avis majoritairement favorable.

Un texte de loi dans ce sens pourrait être proposée au Parlement et débattu en 2018, dans le cadre de la révision des lois de bioéthique.

Cependant, cela ne signifie pas forcément que la méthode ROPA deviendra possible. L'ouverture de la PMA pour toutes pourrait se limiter au don de sperme, que ce soit par insémination artificielle (IAD) ou FIV.

La double maternité en Europe

Actuellement, vingt-deux pays européens permettent aux femmes seules d'accéder à un traitement de fertilité pour devenir mères. Dans les cas des couples homosexuels féminins, la législation est plus stricte, car seuls sept pays d'Europe leur permettent d'accéder à la PMA : la Belgique, l'Espagne, le Royaume-Uni, la Bulgarie, le Danemark, la Finlande et la Lettonie.

Cela ne signifie pas forcément que la méthode ROPA est autorisée dans tous les pays qui permettent l'accès à la PMA aux couples de femmes.

La méthode ROPA est une technique particulière de par l'emploi qu'elle fait des gamètes. Elle implique un don d'ovocytes non anonyme, même si c'est au sein du couple.

C'est pour cela que certains pays exigent le mariage entre les deux femmes pour pouvoir appliquer cette technique. En Espagne par exemple, la ley 14/2006 sur les techniques de PMA autorise l'utilisation exclusive des gamètes d'une personne par elle-même ou par son conjoint. Le mariage est donc considéré comme une condition indispensable.

En Belgique, le mariage n'est pas obligatoire car le don de gamètes d'un donneur ou d'une donneuse non anonyme est possible. En revanche, l'entretien avec un psychologue est obligatoire.

Au Royaume-Uni, depuis le 6 avril 2009, la loi britannique stipule que la femme qui donne naissance à un enfant suite à un don de sperme sera automatiquement considérée comme la mère légale, même si elle n'est pas la mère biologique. Si elle est mariée ou qu'elle vit maritalement avec quelqu'un, sa conjointe sera considérée comme le deuxième parent légal.

Prix de la méthode ROPA

En France, les frais liés à la PMA peuvent être pris en charge par la Sécurité sociale, mais les couples de femmes n'ont pas encore accès aux traitements de fertilité. De plus, la méthode ROPA n'est pas pratiquée en France.

Il faut donc prévoir le coût du traitement dans une clinique privée à l'étranger, qui inclut tout le processus de FIV plus les frais de logement et de déplacement à l'étranger.

Le prix final va varier en fonction du pays choisi et du centre de fertilité qui réalise le traitement. À titre indicatif, en Espagne, il faut compter de 3 500 à 6 000 euros pour une méthode ROPA.

Le prix moyen est supérieur à celui de la fécondation in vitro elle-même, car il faut en plus compter les frais dérivés du don de sperme, c'est-à-dire les examens médicaux du donneur, sa compensation économique, la cryoconservation de l'échantillon de sperme, etc.

De plus, les médicaments des traitements hormonaux de stimulation ovarienne et de préparation de l'endomètre ne sont généralement pas inclus dans le prix final du traitement.

La PMA, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. Le Rapport sur la fertilité sélectionne les cliniques les plus avantageuses pour vous selon nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectue une comparaison des prix et des conditions offertes par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

Interview avec le Dr Maria Arqué

Dans la vidéo suivante, le Dr. Maria Arque nous explique en quoi consiste la méthode ROPA et quelles sont les conditions nécessaires.

Vos questions fréquentes

Les embryons restants issus d'une FIV réciproque peuvent-ils être transférés à la femme qui a donné ses ovules ?

Par Dr. Sergio Rogel Cayetano (gynécologue).

Bien sûr. Les embryons appartiennent aux deux femmes. Si elles le souhaitent, les embryons peuvent être transférés à toute femme membre du couple.

Comment fonctionne la méthode ROPA ?

Par Dr. Rebeca Jiménez Alfaro (gynécologue).

La méthode ROPA est une procédure FIV-ICSI réservée aux couples de femmes mariées (ce critère est obligatoire) qui souhaitent devenir mamans, et qui permet aux deux membres du couple de participer au processus de grossesse, l’une apporte les ovocytes et l’autre le bébé.

Concrètement, il y a deux parties du traitement et chacune d’entre elles fait participer une femme:

Femme qui fournit la dotation génétique
elle passe par une stimulation ovarienne lors d’une FIV et les ovocytes sont extraits par ponction folliculaire.
Femme qui porte le bébé
elle reçoit les embryons fécondés en laboratoire avec le sperme d'un donneur et mène la grossesse.

Les deux femmes reçoivent un traitement hormonal: la première pour la stimulation ovarienne et la seconde pour la préparation de l'endomètre.

Lors de traitements de méthode ROPA, comment est choisi le donneur de sperme ? En fonction des caractéristiques physiques de la mère génétique ou de celle qui porte le bébé ?

Par Dr. Jon Ander Agirregoikoa (gynécologue).

Les caractéristiques des deux femmes sont incluses dans la demande relative au sperme. Normalement, le sperme est choisi en fonction de la femme qui va porter l’enfant étant donné que l’autre membre du couple apporte déjà son matériel génétique dans l’ovocyte qu’elle donne à sa partenaire.

Pourquoi choisir la méthode ROPA au lieu d'une insémination artificielle ou FIV avec sperme de donneur ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

Ces trois techniques (FIV, IAD et ROPA) requièrent un don de sperme. Cependant, la méthode ROPA permet à la femme qui n'apporte pas ses ovules d'avoir un rôle beaucoup plus actif dans le processus par rapport à d'autres méthodes.

Lors d'une IAD ou d'une FIV classique, une seule des femmes participe au processus médical. La méthode ROPA permet au contraire aux deux membres du couple de participer à la conception de leur enfant.

Après une méthode ROPA, le bébé peut-il être inscrit comme l'enfant des deux femmes sur son acte de naissance ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

En France, un enfant est l'enfant de la femme qui l'a mis au monde. C'est donc elle qui va figurer comme la mère sur l'acte de naissance, même si elle n'est pas la mère biologique. Si les deux femmes désirent être les responsables légales de l'enfant, la femme qui aura fourni les gamètes devra procéder à l'adoption de l'enfant de sa conjointe en adressant une requête auprès du tribunal de grande instance (TGI) de son lieu de résidence.

Que change la PMA pour toutes en France ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

Aujourd'hui, en France, l'assistance médicale à la procréation (AMP) ne s'adresse qu'aux couples qui ont des difficultés à avoir des enfants. Pour y recourir, le couple doit attester une relation minimale de deux ans, avec un âge limite de 43 ans pour la femme. Deux raisons justifient le recours à la PMA : une infertilité ou une maladie grave susceptible d’être transmise à la descendance.

Avec la PMA pour toutes, la PMA ne serait plus uniquement un procédé médical destiné à pallier une déficience pathologique mais aussi une technique répondant à une demande sociétale, celle des femmes seules et des couples de lesbiennes avec un désir d'enfant.

La PMA sera-t-elle remboursée pour les couples lesbiens en 2018 ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

Les traitements de fertilité sont coûteux. C'est pourquoi l'extension de la PMA à toutes les femmes « ne saurait porter sur les moyens financiers de l'assurance-maladie », comme le prévient dans son rapport le CCNE.

Il semble donc que les femmes seules ou homosexuelles devront financer leur projet parental sans remboursement de la part de la Sécurité sociale. Une prise en charge pourrait pourtant être envisagée au nom de l'égalité, comme l'avance le CCNE :

La forme d'une contribution partielle pourrait être envisagée.

La rédaction vous recommande

Les lesbiennes disposent de plusieurs options pour devenir mamans. Toutes requièrent un don de spermatozoïdes, qu’il s’agisse d’une insémination artificielle avec don (IAD), d’une fécondation in vitro (FIV) avec sperme de donneur ou de la méthode ROPA. Nous vous l'expliquons ici : Les options pour devenir mère.

Si un couple lesbien n'est pas intéressé par la méthode ROPA, il peut recourir à une simple insémination artificielle avec sperme de donneur. L'IAD peut aussi intéresser les femmes seules ou les couples dont le conjoint est infertile. Savez-vous comment cela fonctionne ? Lisez notre article : Insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD).

Si l'IAD ne fonctionne pas, la FIV avec don de sperme offre de meilleurs taux de succès. Pour en savoir plus, consultez l'article suivant : Qu'est-ce que la FIV avec don de sperme ?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Ballesteros A, Castilla JA, Nadal J, Ruiz, M. Manifiesto de la SEF sobre la donación de gametos en España. Publicado a través de la Sociedad Española de Fertilidad (SEF).

Comisión Nacional de Reproducción Humana Asistida (CNRHA) (2015). Aspectos legales y éticos de la donación. En: Registro Nacional de Donantes de Gametos y Preembriones. Ministerio de Sanidad, Consumo y Bienestar Social de España.

Grupo de trabajo conjunto de la Sociedad Española de Fertilidad (SEF) y la Asociación para el Estudio de la Biología de la Reproducción (ASEBIR). Recomendaciones para la aplicación del RD 1301/2006- Diciembre 2012.

Ley 14/2006, de 26 de mayo, sobre técnicas de reproducción humana asistida. Jefatura del Estado «BOE» núm. 126, de 27 de mayo de 2006 Referencia: BOE-A-2006-9292

Reproducción Asistida ORG. Video: ¿Qué requisitos son necesarios para el método ROPA?, par Dr. Candela Gallardo, 24/10/2016. [Voir vidéo originale en espagnol].

Sociedad Española de Fertilidad (SEF) (2011). Manual de Andrología. Coordinador: Mario Brassesco. EdikaMed, S.L. ISBN: 978-84-7877.

Vos questions fréquentes: 'Les embryons restants issus d'une FIV réciproque peuvent-ils être transférés à la femme qui a donné ses ovules ?', 'Comment fonctionne la méthode ROPA ?', 'Lors de traitements de méthode ROPA, comment est choisi le donneur de sperme ? En fonction des caractéristiques physiques de la mère génétique ou de celle qui porte le bébé ?', 'Pourquoi choisir la méthode ROPA au lieu d'une insémination artificielle ou FIV avec sperme de donneur ?', 'Après une méthode ROPA, le bébé peut-il être inscrit comme l'enfant des deux femmes sur son acte de naissance ?', 'Que change la PMA pour toutes en France ?' et 'La PMA sera-t-elle remboursée pour les couples lesbiens en 2018 ?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

Dr. Candela Gallardo Román
Dr. Candela Gallardo Román
Gynécologue
Diplômée en Médecine par l'Universidad de Málaga, séjour formatif à l'Unidad de Reproducción de los hospitales Costa del Sol de Marbella et Hospital Virgen de las Nieves de Granada. Membre de la Société Espagnole de Fertilité (SEF), directrice médicale de MASVIDA Reproducción et responsable médicale de la banque d'ovocytes de CEIFER Biobanco. En savoir plus sur Dr. Candela Gallardo Román
Affiliation à l’Ordre des Médecins: 412910055
Dr. Jon Ander  Agirregoikoa
Dr. Jon Ander Agirregoikoa
Gynécologue
Diplôme en médecine de l'Université du Pays Basque, avec spécialisation en obstétrique et gynécologie. Il a plusieurs années d'expérience dans le domaine de la procréation assistée et est co-directeur et cofondateur des cliniques ART. Il combine également son activité médicale avec l'enseignement à l'Université du Pays basque. En savoir plus sur Dr. Jon Ander Agirregoikoa
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 014809788
Dr. María Arqué
Dr. María Arqué
Directrice médical de Fertty International
Doctorat en médecine de la reproduction à l'Université autonome de Barcelone, avec une spécialisation en obstétrique et gynécologie. Le Dr María Arqué a de nombreuses années d'expérience en tant que consultante en médecine de la reproduction et gynécologue et travaille actuellement comme directrice médicale chez Fertty International. En savoir plus sur Dr. María Arqué
Nombre de membres: 080845753
Dr. Rebeca  Jiménez Alfaro
Dr. Rebeca Jiménez Alfaro
Gynécologue
Diplôme en médecine de l'Université de Murcie, avec une spécialisation en obstétrique et gynécologie, et une maîtrise en reproduction humaine de l'Université Rey Juan Carlos et de l'IVI. Actuellement, elle est gynécologue à la clinique de fertilité de Tahe. En savoir plus sur Dr. Rebeca Jiménez Alfaro
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 303009153
 Rebeca Reus
Rebeca Reus
Embryologiste
Diplômée en Biologie humaine (Biomédecine) de l'Universitat Pompeu Fabra (UPF), Master en Laboratoire d'Analyses Cliniques de l'UPF et Master sur la Base Théorique et Procédures de Laboratoire en Procréation Assistée de l'Universidad de Valencia (UV). En savoir plus sur Rebeca Reus
Dr. Sergio Rogel Cayetano
Dr. Sergio Rogel Cayetano
Gynécologue
Diplômé en médecine de l'Université Miguel Hernández d'Alicante spécialisé en gynécologie et obstétrique à l'Hôpital Général d'Alicante. Il a élargi son expérience dans le domaine de la procréation assistée en travaillant dans différentes cliniques à Alicante et Murcie, jusqu'à ce qu'en 2011, il rejoigne l'équipe médicale d'IVF Spain. En savoir plus sur Dr. Sergio Rogel Cayetano
Affiliation au conseil de l'Ordre: 03-0309100
Adapté au français par:
 Romina Packan
Romina Packan
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en anglais et allemand. En savoir plus sur Romina Packan

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.