La réserve ovarienne: quelle est son influence sur la fertilité?

Par (embryologiste), (gynécologue), (gynécologue) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 27/02/2019

La réserve ovarienne indique la quantité d'ovules dont dispose une femme à un moment précis de sa vie et détermine son état de fertilité.

Une bonne réserve ovarienne augmente le taux de réussite de grossesse. Dans le cas où on détecte une baisse de la réserve ovarienne, il peut être nécessaire d'avoir recours à la fécondation in vitro (FIV) pour être mère.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Qu'est-ce que la réserve ovarienne?

Au moment de sa naissance, la femme possède une quantité limitée d'ovocytes d'environ un million. À la puberté, cette quantité se réduit à 400.000 ou 500.000 ovocytes. À chaque cycle menstruel à partir de ce moment-là, seulement 400-500 ovocytes arriveront à l'ovulation; le reste sera détruit pendant le processus.

La réserve ovarienne est la quantité d'ovules dont dispose une femme à un moment concert et elle sera déterminante au moment d'obtenir une grossesse, que ce soit de manière naturelle ou à l'aide de la procréation assistée.

L'âge le plus fertile pour une femme est entre 16 et 30 ans. À ce moment là, la qualité et quantité des ovocytes sont élevées. À partir de 35-37 ans, se produit une baisse importante de la réserve ovarienne.

À partir de 40 ans, la réserve ovarienne chute jusqu'à son épuisement total, approximativement entre 45 et 55 ans. C'est à ce moment-là que commence la nouvelle étape de la vie reproductive de la femme: la ménopause.

Parfois, la baisse de la qualité et de la quantité des ovules se produit plus tôt que prévu. C'est ce qu'on appelle la ménopause précoce. C'est pourquoi, si vous souhaitez être mère, il est important de savoir si vous avez une bonne réserve ovarienne si vous avez prévu de vivre la maternité après 35 ans.

La procréation médicalement assistée, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. Le Rapport sur la fertilité va sélectionner pour vous les cliniques les plus proches de vous et répondant à nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectuera une comparaison des prix et des conditions proposées par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

Les causes de la réserve ovarienne faible

L'âge de la femme est un facteur déterminant quant à la réserve ovarienne. Il semble y avoir une relation inversement proportionnelle entre l'âge et celle-ci. En effet, à partir de 35 ans, la quantité d'ovocytes diminue drastiquement et les chances de succès diminueront progressivement avec le temps.

Mis à part l'âge, il existe d'autres facteurs qui peuvent avoir un effet négatif sur la réserve ovarienne et la fertilité de la femme. Ils peuvent entraîner ce qu’on appelle la ménopause précoce ou insuffisance ovarienne précoce (IOP), ce qui signifie que la réserve ovarienne s'épuise avant l'âge prévu.

Voici les circonstances ou troubles qui peuvent entraîner une diminution de la réserve ovarienne:

  • Traitements médicaux et interventions chirurgicales
  • Radiothérapie
  • Chimiothérapie
  • Stress
  • Obésité
  • Pollution
  • Exposition à des toxiques et pesticides
  • Mauvaise hygiène de vie
  • Consommation de tabac, drogues , alcool et caféine
  • Pathologies comme l'endométriose, syndrome d'ovaires polykystiques (SOP) et infections pelviennes

La réserve ovarienne de toutes les femmes ne s'épuise pas à la même vitesse et varie légèrement. C'est pour cette raison que la ménopause survient à différents âges selon les femmes.

Taux normaux de réserve ovarienne

Il n'existe pas de valeur déterminée indiquant si la réserve est élevée ou faible, bonne ou mauvaise. Ce sont des examens qui déterminent le statut de la réserve ovarienne. Voici les plus utilisés:

FSH (Hormone folliculo-stimulante)

C'est une des hormones qui régulent le cycle menstruel. Libérée par la glande hypophyse, elle favorise le développement ovarien. S'il y a peu d’ovocytes, cette hormone augmente son taux dans le sang afin d'activer l’ovaire. C'est pourquoi, un taux élevé indique une réserve ovarienne basse.

Le taux normal FSH se situe en-dessous de 6 mUI/ml. Lorsque le taux est entre 6 et 9 mUI/ml, on considère la réserve ovarienne comme satisfaisante, bien qu'elle ne soit pas excellente comme lors du taux antérieur.

Entre 9 et 10mUI/ml, on parle de réserve ovarienne modérée. Au-dessus de 10 on peut déjà prévoir une basse réponse ovarienne. Lorsque le taux atteint plus de 13 mUI/ml, il indique qu'une femme est près de la ménopause.

L'évaluation du taux FSH se fait par prise de sang, entre le 3e jour et le 5e jour du cycle ovarien, sachant que le premier jour du cycle correspond au premier jour des règles.

HRM (Hormone Anti-müllerienne)

Chez la femme, la HRM intervient dans l'ovulation en convertissant les follicules en ovocytes. Plus son taux est élevé, plus les ovocytes arrivent à maturité, en revanche si son taux diminue, le nombre d'ovocytes diminue également.

Un taux entre 0,7 et 3,5 mg/ml indique que la réserve ovarienne est normale. On considère qu'un taux inférieur à 0,7ng/ml indique une réserve ovarienne basse.

On peut évaluer le taux de HRM par prise de sang, à n'importe quel moment du cycle contrairement à la FSH, car il ne change pas selon l'étape du cycle. Cela fait que le résultat est plus fiable, étant donné que son taux est plus stable et indépendant d'autres facteurs.

L'oestradiol (E2)

Au fur et à mesure que les follicules se développent, la libération d'œstradiol augmente. Par conséquent, la mesure de la valeur de cette hormone peut être utile pour évaluer la réserve ovarienne. Plus la concentration d'œstradiol est élevée, plus les ovules se développent dans ce cycle.

Cependant, des valeurs élevées de cette hormone dans les premiers jours du cycle menstruel (jours 3-5) peuvent également être une indication d'une faible réserve ovarienne. Il est considéré comme optimal qu'au cours de ces journées, la valeur de l'estradiol soit inférieure à 40 pg/ml.

Comptage des follicules antraux (CFA)

Depuis la puberté, un ensemble de follicules se développe chaque mois mais un seul d'entre eux arrive au stade de l'ovulation. Le reste de follicules est atrophié au cours des différentes étapes du développement.

Parmi ces étapes de développement folliculaire, on distingue: le follicule primordial, le follicule primaire, le follicule secondaire, le follicule antral et follicule pré-ovulatoire (aussi appelé follicule de De Graaf).

Le follicule antral se caractérise par l'apparition de la cavité folliculaire ou antrum dans la granulosa. On peut observer un liquide à l'intérieur, qui sera visible par échographie endo-vaginale. Faire un comptage des follicules antraux nous indique le statut de la réserve ovarienne de la femme.

Le comptage est plus fiable s'il s'effectue entre les jours 3 et 5 du cycle menstruel.

Chance de grossesse

Pour que la grossesse naturelle puisse avoir lieu, il ne suffit pas d'avoir une bonne qualité et quantité spermatique, il est indispensable que la femme ait aussi une bonne réserve ovarienne.

Plus celle-ci diminue, plus les chances d'être enceinte naturellement sont réduites. Par conséquent, de nombreuses femmes se voient dans l'obligation de recourir à la procréation médicalement assistée pour des problèmes liés à la réserve ovarienne.

Comme nous l'avons dit au préalable, l'âge maternel augmente, et entraîne une baisse de la qualité et quantité d'ovocytes, et à partir de 35-37 ans, la grossesse devient donc particulièrement délicate.

La réserve ovarienne est un des facteurs qui limitent la possibilité de grossesse naturelle ainsi que le taux de réussite des traitements de procréation assistée.

Lors du bilan de fertilité que la femme réalise pour connaître son potentiel reproducteur, l'évaluation de la réserve ovarienne est fondamentale, car elle permet de savoir comment va réagir la patiente aux traitements de stimulation. De plus, elle nous permet d'obtenir des informations importantes sur les pronostics de grossesse.

Le don d'ovocytes est le traitement reproductif idéal pour remédier aux cas de réserve ovarienne nulle ou basse. Dans ces circonstances, on utilise la technique de fécondation in vitro (FIV), en faisant appel aux ovocytes d'une jeune et saine donneuse pour augmenter les chances de tomber enceinte.

Vous pouvez en apprendre davantage à propos de la FIV avec don d'ovocyte en lisant l'article suivant: FIV avec don d’ovocytes: Qu’est-ce que c’est et comment ça fonctionne?

Interview du Dr Miguel Dolz

Selon les propos du Dr Miguel Dolz, il est fondamentale d'évaluer la réserve ovarienne parce que la quantité d'ovules qui vont être prélevés lors d'un traitement de fécondation in vitro va définir le pronostic reproducteur du couple.

La réserve ovarienne optimale doit s'ajuster à l'âge de la patiente. En général, la mesure normale est de 10 follicules antraux et le taux de l'hormone FSH doit être inférieure à 10. Dans ce cas, on considère que la réserve ovarienne est tout à fait normale.

Vos questions fréquentes

Est-il possible de retarder la diminution de la réserve ovarienne avec un traitement?

Par Dr. Concha Leal Cariñena (gynécologue).

Non. Les contraceptifs oraux combinés (COC) et les analogues de la GnRH ne garantissent pas le retard de la perte ovarienne.

Quel est le rapport entre réserve ovarienne faible et FIV ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Le bilan de réserve ovarienne nous indique la capacité de l'ovaire à créer des ovocytes qui peuvent être fécondés et obtenir des embryons pouvant évoluer et s'implanter dans l'utérus.

De plus, à mesure que la réserve ovarienne diminue, la qualité des ovocytes est diminuée, mettant en difficulté les chances de grossesse et augmentant les probabilités de fausse couche.

C'est donc un facteur qui limite à la fois la grossesse naturelle et le taux de réussite de la procréation assistée par FIV, sachant qu'une faible réserve ovarienne réduit les taux de grossesse.

Existe-t-il une méthode artisanale pour connaître ma réserve ovarienne et évaluer ma fertilité ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Les méthodes évoquées plus haut (FSH, AMH, estradiol et comptage de follicules) sont les plus fiables pour évaluer la réserve ovarienne. Cependant, vous pouvez recourir à des tests artisanaux pour vous informer de votre état de fertilité.

Le test de température basale par exemple, le test de sécrétion vaginale et l'étude de la position du col de l'utérus.

Existe-t-il un traitement pour obtenir une grossesse malgré une réserve ovarienne diminuée ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Obtenir une grossesse dans ces conditions est relativement difficile. Il n'existe aucun traitement pour augmenter la réserve ovarienne, en revanche il est possible de permettre la grossesse pour les femmes à faible réserve ovarienne.

Il s'agit de la fécondation in vitro (FIV), combinée au traitement de stimulation ovarienne. Si la grossesse n'est pas obtenue même grâce à ce traitement, le don d'ovocytes est une autre solution.

Est-il normal d'avoir une réserve ovarienne faible à 40 ans ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Comme nous l'avons vu auparavant, la tranche de majeure réserve ovarienne et donc de majeure fertilité se situe entre 16 et 30-35 ans. À partir de cet âge, et particulièrement à partir de 40 ans, la diminution du nombre d'ovocytes est considérable. Par conséquent, il est tout à fait normal que la réserve ovarienne soit basse et qu'elle continue à baisser jusqu'à épuisement complet, aussi appelé la ménopause.

Y a-t-il un rapport entre réserve ovarienne et qualité ovocytaire ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Oui, les deux concepts sont considérablement réduits par l'âge de la femme. À mesure que la réserve baisse , la qualité aussi.

La rédaction vous recommande

La réserve ovarienne est le nombre d'ovocytes (ovules) présent dans les deux ovaires d'une femme. Une femme a un nombre limité d'ovocytes disponibles dans ses ovaires, qui ne cesse de diminuer après la naissance et après la puberté jusqu'à leur disparition complète des ovocytes à la ménopause survenant en général autour de la cinquantaine. Pour en savoir plus sur le nombre d'ovocytes, nous vous recommandons la lecture de cet article: Nombre d'ovules obtenus.

Pour les femmes dans l'impossibilité de procréer ou dont les ovocytes sont de mauvaise qualité, la Fiv est une méthode de conception. Voici des informations concernant le sujet: La FiV.

Il existe également d'autres méthodes à votre disposition en cas d'infertilité, vous les trouverez ici: Méthodes de procréation assistée.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Broekmans FJ, Kwee J, Hendricks DJ, Mol BW, Lambalk CB. A systematic review of tests predicting ovarian reserve and IVF outcome. Hum Reprod Update 2006

Broer SL, Broekmans FJ, Laven JS, Fauser BC. Anti-Müllerian hormone: ovarian reserve testing and its potential clinical implications. Hum Reprod Update 2014

Broer SL, van Disseldorp J, Broeze KA, Dolleman M, Opmeer BC, Bossuyt P, Eijkemans MJ, Mol BW, Broekmans FJ. Added value of ovarian reserve testing on patient characteristics in the prediction of the ovarian response and ongoing pregnancy: an individual patient data approach. Hum Reprod Update 2013

Depmann M, Faddy MJ, van der Schouw YT, Peeters PH, Broer SL, Kelsey TW, Nelson SM, Broekmans FJ. The relation between variation in size of the primordial follicle pool and age at natural menopause. J Clin Endocrinol Metab 2015.

Dewailly D, Andersen CY, Balen A, Broekmans F, Dilaver N, Fanchin R, et al. The physiology and clinical utility of antimüllerian hormone in women. Hum Reprod Update 2014.

Dunlop CE, Anderson RA. Uses of anti-Müllerian hormone (AMH) measurement before and after cancer treatment in women. Maturitas 2015.

Ferraretti AP, La Marca A, Fauser BC, Tarlatzis B, Nargund G, Gianaroli L. ESHRE working group on Poor Ovarian Response Definition. ESHRE consensus on the definition of ‘poor response’ to ovarian stimulation for in vitro fertilization: the Bologna criteria. Hum Reprod. 2011.

Huddelston HG. Biomarkers of ovarian reserve in women with polycystic ovary syndrome. Semin Reprod Med 2013.

Iwase A, Nakamura T, Nahakara T, Goto M, Kikkawa F. Assessment of ovarian reserve using anti-Müllerian hormone levels in benign gynecologic conditions and surgical interventions: a systematic narrative review. Reprod Biol Endocrinol 2014.

Practice Committee of the American Society for Reproductive Medicine. Testing and interpreting measures of ovarian reserve: a committee opinión. Fertil Steril 2015.

Raffi F, Metwally M, Amer S. The impact of excision of ovarian endometrioma on ovarian reserve: a systematic review and meta-analysis. J Clin Endoc Metab 2012.

Somigliana E, Berlanda N, Benaglia L, Vigano P, Vercellini P, Fedele L. Surgical excision of endometriomas and ovarian reserve: a systematic review on serum antimüllerian hormone level modifications. Fertil Steril 2012.

Uncu G, Kasapoglu I, Ozerkan K, Seyhan A, Yilmaztepe AO, Ata B. Prospective assessment of the impact of endometriomas and their removal on ovarian reserve and determinants of the rate of decline in ovarian reserve. Hum Reprod 2013.

Video ReproducciónAsistida.Org - Entrevista sobre la Reserva ovárica - par le Dr Miguel Dolz le 2 novembre 2017. [Voir la vidéo originale en espagnol ici]

Vos questions fréquentes: 'Est-il possible de retarder la diminution de la réserve ovarienne avec un traitement?', 'Quel est le rapport entre réserve ovarienne faible et FIV ?', 'Existe-t-il une méthode artisanale pour connaître ma réserve ovarienne et évaluer ma fertilité ?', 'Existe-t-il un traitement pour obtenir une grossesse malgré une réserve ovarienne diminuée ?', 'Est-il normal d'avoir une réserve ovarienne faible à 40 ans ?' et 'Y a-t-il un rapport entre réserve ovarienne et qualité ovocytaire ?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. En savoir plus sur Andrea Rodrigo
Dr. Concha Leal Cariñena
Dr. Concha Leal Cariñena
Gynécologue
Licenciée de Médecine par l'Université de Zaragoza. Elle a une longue carrière de gynécologue spécialisée en procréation assistée et, de plis, elle est professeur associée au département de Chirurgie, Gynécologie et Obstétrique de l'Université de Zaragoza. En savoir plus sur Dr. Concha Leal Cariñena
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 5008547
Dr. Miguel Dolz Arroyo
Dr. Miguel Dolz Arroyo
Gynécologue
Diplômé de Médecine et Chirurgie de l'Universidad de Valencia en 1988 et Doctorat en Médecine en 1995 avec la spécialisation en Gynécologie et Obstétrique. Il est Expert en Médecine Reproductive avec plus de 20 ans d'expérience dans le domaine. Il est actuellement le directeur et fondateur de FIV Valencia. En savoir plus sur Dr. Miguel Dolz Arroyo
Affiliation à l'Ordre des Médecins: 464614458
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.