La stimulation ovarienne contrôlée dans le cadre d’une insémination artificielle

Par (gynécologue), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 12/03/2020

La stimulation ovarienne contrôlée est une étape indispensable du processus d'insémination artificielle (IA). Elle permet le développement folliculaire et l'ovulation d'un ou plusieurs follicules matures.

Pour y parvenir, un traitement hormonal est administré à des doses plus faibles que celles utilisées pour la fécondation in vitro (FIV). Les médicaments utilisés ont plusieurs noms génériques. La plupart d'entre eux contiennent des gonadotrophines telles que l'hormone folliculo-stimulante (FSH) et l'hormone lutéinisante (LH) ou des composés tels que le citrate de clomifène.

Les critères d'administration d'un traitement hormonal varient en fonction des caractéristiques de chaque patiente. Ils peuvent être modifiés au fur et à mesure de l'évolution du traitement et des contrôles échographiques.

Définition de la stimulation ovarienne

Lors du cycle menstruel normal d'une femme, un follicule se développe dans l'ovaire à l'intérieur duquel se trouve un ovule. Au moment de l'ovulation, il est libéré dans les trompes de Fallope, où a lieu la rencontre avec les spermatozoïdes et la fécondation.

Des spécialistes en procréation médicalement assistée (PMA) contrôlent le cycle menstruel de façon à assurer la maturation d'un ou plusieurs ovules. Par ailleurs, l'ovulation est déclenchée à un moment défini, pour qu'elle coïncide avec l'insémination avec le sperme de l'homme.

Par conséquent, le traitement par insémination artificielle se compose de deux phases lors desquelles différents médicaments sont utilisés :

La stimulation ovarienne contrôlée
administration d'hormones exogènes du cycle menstruel (FSH et LH) pour déclencher le développement folliculaire.
Déclenchement de l'ovulation
l'hormone hCG déclenche l'ovulation 36 heures après avoir été injectée. C'est à ce moment qu'à lieu l'insémination artificielle intra-utérine.

Pour l'IA, le sperme utilisé peut provenir du partenaire de la femme ou d'un donneur anonyme. Dans les deux cas, une capacitation spermatique est effectuée avant que le sperme ne soit introduit dans l'utérus.

Dosage et durée du traitement

Lors d'une IA, la stimulation a pour objectif l'obtention d'un ou au maximum deux ovules matures qui peuvent être fertilisés dans les trompes. Par conséquent, la stimulation ovarienne est une méthode plus douce que celle effectuée dans le cadre de la FIV, où l'on tente d'obtenir un développement folliculaire multiple.

Lors d'une IA, de faibles doses d'hormones sont administrées par injections que la femme s'administre elle-même en respectant les recommandations médicales.

Le processus de stimulation dure habituellement entre 8 et 14 jours. Les injections commencent le deuxième ou le troisième jour du cycle menstruel, le début du cycle correspondant au début des menstruations.

Le gynécologue réalise des échographies transvaginales périodiques et analyse le taux d'oestradol dans le sang pour surveiller le processus de maturation folliculaire.

Le monitorage de la stimulation vise à contrôler le nombre de follicules présent dans chacun des ovaires, à programmer le moment de l'insémination et à mesurer l'épaisseur de l'endomètre.

Les follicules doivent atteindre 18 millimètres de diamètre pour que l'hormone hCG puisse être injectée déclenchant ainsi l'ovulation.

Si le développement folliculaire ne se déroule pas comme prévu, le gynécologue peut modifier la dose hormonale et/ou la durée du traitement.

Caractéristiques de la patiente

Plusieurs aspects sont pris en compte pour déterminer le schéma thérapeutique le plus approprié à chaque femme, parmi lesquels :

  • L'âge de la patiente
  • La morphologie des ovaires
  • La masse corporelle
  • Le bilan hormonal
  • La réponse à la stimulation lors des cycles précédents

En matière de procréation assistée, un traitement personnalisé en fonction de chaque patiente est indispensable car il est impossible de standardiser le processus de stimulation ovarienne.

Les traitements pour une insémination artificielle

Divers médicaments aux mécanismes d'action distincts sont administrés lors d'une stimulation ovarienne contrôlée dans le cadre d'une IA. De plus, chaque type de médicament a de nombreux noms génériques avec des prix très différents.

Les médicaments ci-dessous sont les plus utilisés aujourd'hui :

Analogues de la GnRH
Ils sont utilisés dans le cadre de la suppression ovarienne, ils inhibent les hormones sexuelles endogènes du cycle menstruel. Ils peuvent être administrés dans le cadre d'un traitement court ou long. Les plus utilisés sont le Cetrotide, la Procrine, le Décapeptyl et l'Orgalutran.
Gonadotrophines
Ce sont les hormones exogènes qui provoquent le développement folliculaire à proprement parler, elles sont administrées à faible dose. Les médicaments contenant ces hormones sont, entre autres, le Gonal, Menopur et Puregon.
Le citrate de clomifène
Il est utilisé chez les femmes ayant des troubles de l'ovulation comme dans le cas du syndrome des ovaires polykystique (SOPK). Il stimule le développement folliculaire et déclenche également l'ovulation. L'Omifin est l'un des médicaments les plus utilisés.
L'hormone hCG
Il s'agit d'une injection unique administrée 34 à 36 heures avant le début de l'IA afin de déclencher l'ovulation. Ovitrelle est le médicament le plus connu.

Il convient de noter tous ces médicaments ne doivent être utilisés que sous contrôle médical et dans le cadre d'un traitement de fertilité.

Si vous avez besoin d'une insémination artificielle ou d'un autre traitement de procréation médicalement assistée, nous vous recommandons d'utiliser le Rapport sur la fertilité. Cela vous permettra de filtrer les meilleures cliniques et vous fournira un rapport en temps réel avec des conseils utiles afin que vous puissiez trouver la clinique qui s’adapte le mieux à vous. De plus, le système réalise pour vous une comparaison des tarifs.

Les risques de la stimulation ovarienne

L'inconvénient majeur que peut présenter les traitements hormonaux lors d'une IA est l'apparition du syndrome d'hyperstimulation ovarienne (SHSO).

Le SHSO résulte d'une réaction anormalement forte des ovaires aux hormones utilisées dans le cadre de la stimulation. Il peut provoquer une augmentation de la perméabilité des vaisseaux sanguins et favoriser l'accumulation de liquide dans la cavité péritonéale de l'abdomen, ce qui peut être très douloureux.

Le risque de voir ce symptôme apparaître lors d'un traitement d'insémination artificielle est faible puisque la stimulation est très légère. De plus, le monitorage et le contrôle effectués permettent d'anticiper toute réaction élevée et, par conséquent, de définir le traitement adéquat avant que n'apparaisse ce trouble.

Les effets secondaires sont un autre inconvénient de la stimulation ovarienne. Il peut s'agir d'un gonflement de l'abdomen, de maux de tête, d'une gêne au niveau de la poitrine, etc. Ils disparaissent néanmoins au bout de quelques jours et ne sont pas très graves.

Vos questions fréquentes

Combien de jours la stimulation ovarienne dure-t-elle lors d'uns insémination artificielle ?

Par Dr. Carmen Ochoa Marieta (gynécologue).

Elle dure généralement entre 10 et 12 jours, bien que cela varie en fonction des cycles de la femme et de sa façon de répondre à la stimulation ovarienne.

Y a-t-il un risque de grossesse multiple lors d'une insémination artificielle ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Avec la stimulation ovarienne, le nombre d'ovules susceptibles d'être fécondés par des spermatozoïdes augmente pour augmenter la probabilité d'une grossesse. C'est pourquoi le risque d'une grossesse multiple est plus élevé que lors d'un cycle naturel.

Pour réduire ce risque, il est important que la stimulation ovarienne soit modérée et empêche le développement et l'ovulation d'un plus grand nombre de follicules que souhaité.

Utilise-t-on du létrozole lors d'une stimulation ovarienne ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Le létrozole est un médicament qui augmente la sécrétion de GnRH dans le cerveau et qui provoque la libération de plus de FSH et de LH. Par conséquent, il provoque une stimulation dans l'ovaire.

Ce type de médicament, comme le citrate de clomifène, est utilisé chez les femmes ayant des problèmes anovulatoires, tant pour l'insémination artificielle que pour les rapports sexuels dirigés. Dans les deux cas, l'injection d'Ovitrelle est nécessaire pour déclencher l'ovulation.

La rédaction vous recommande

Pour plus d'informations sur l'insémination artificielle et sur les modalités du traitement, vous pouvez accéder à notre page spécialisée sur ce sujet : Qu'est-ce que l'insémination intra-utérine ?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Auteurs et collaborateurs

Dr. Carmen Ochoa Marieta
Dr. Carmen Ochoa Marieta
Gynécologue
Diplômée en médecine de l'Université du Pays basque, avec un doctorat en médecine et chirurgie de l'Université de Murcie. Il dirige actuellement l'Unité de reproduction assistée du Centre d'études sur la reproduction (CER SANTANDER) à Santander et l'Unité de diagnostic de la médecine de reproduction à Bilbao. En savoir plus sur Dr. Carmen Ochoa Marieta
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 484805626
 Zaira Salvador
Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Université Politécnica de Valencia (UPV), Biotechnology degree en la National University of Ireland en Galway (NUIG) et embryologiste spécialisée en Médecine Reproductive avec un Master en Biotechnologie de la Reproduction Humaine par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI) En savoir plus sur Zaira Salvador
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Adapté au français par:
 Manon Boisbouvier
Manon Boisbouvier
inviTRA Staff
Rédactrice et traductrice pour l'édition française de inviTRA. En savoir plus sur Manon Boisbouvier

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.