Le processus de l’insémination artificielle

Par (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 03/11/2020

L'insémination artificielle (IA) est une technique de reproduction assistée peu complexe qui consiste à introduire du sperme dans l'utérus d'une femme. Pour ce faire, le spécialiste contrôle l'ovulation à l'aide de médicaments hormonaux afin d'augmenter la probabilité de grossesse.

Il s'agit d'une procédure simple qui est effectuée dans le cadre de la pratique gynécologique habituelle. L'IA ne nécessite pas d'anesthésie, car une canule d'insémination est simplement insérée et n'est pas douloureuse.

Qu'est-ce que le processus d'IA ?

L'insémination artificielle est un processus simple de reproduction assistée dans lequel le gynécologue est chargé d'introduire le sperme, préalablement formé en laboratoire, dans l'utérus de la femme.

Comme le montre la vidéo suivante, le processus d'insémination artificielle comprend les étapes de la stimulation, de la collecte du sperme, du traitement en laboratoire et de l'insémination.

Stimulation de l'ovulation

Cette phase de l'IA dure entre 10 et 12 jours. Le patient doit recevoir quotidiennement des médicaments hormonaux à petites doses. Avec ce médicament, l'objectif est de stimuler l'ovaire de manière contrôlée pour obtenir la maturation de plus d'un ovule, ce qui se produit naturellement. Il est important d'étudier le développement des ovaires et d'ajuster la dose de médicaments hormonaux pour éviter la maturation de nombreux ovules.

Contrairement à la fécondation in vitro (FIV), il suffit normalement d'un ou deux follicules pour que l'IA se développe. Si la stimulation ovarienne n'est pas contrôlée, elle peut augmenter le risque de grossesse multiple.

Contrôle du cycle

Comme nous l'avons déjà mentionné, l'échographie transvaginale permet de contrôler la maturation des follicules. En outre, le spécialiste demandera un test sanguin pour évaluer les niveaux d'estradiol de la patiente.

Les follicules sont les structures de l'ovaire à l'intérieur desquelles les ovules se développent. Tous les follicules vus ne contiennent pas toujours un ovule, il peut arriver que le follicule soit vide.

Lorsque le gynécologue observe que la taille d'un ou deux follicules atteint 16-18 millimètres, l'ovulation est induite par l'administration de l'hormone hCG.

Cette hormone est généralement administrée entre le 12e et le 14e jour du cycle de la femme et se fait par une seule piqûre. La fonction de l'hormone bêta hCG est de permettre aux follicules de libérer leur contenu, c'est-à-dire les ovules. Ainsi, ils quittent l'ovaire et se rendent dans les trompes de Fallope, où ils attendent l'arrivée des spermatozoïdes pour que la fécondation puisse avoir lieu.

Par conséquent, l'insémination ou l'introduction de l'échantillon de sperme est programmée environ un jour plus tard, car l'ovulation a lieu 36 heures après l'administration de hCG.

Recueil et préparation du sperme

Le jour même où l'IA est effectuée, l'échantillon de sperme est prélevé pour être préparé au laboratoire. L'échantillon de sperme est obtenu par masturbation après une période d'abstinence sexuelle de 3 à 5 jours.

Une fois le sperme obtenu, il est traité dans ce que l'on appelle Capacitation spermatique. L'objectif est de concentrer l'échantillon sur des spermatozoïdes de meilleure qualité. De cette façon, les spermatozoïdes immobiles, les spermatozoïdes morts et le plasma séminal sont éliminés.

Ce processus de sélection des spermatozoïdes se produit naturellement dans tout l'appareil reproducteur féminin. En effet, lorsque la formation du sperme est effectuée en laboratoire, elle facilite la sélection des spermatozoïdes et augmente les chances de réussite du traitement. L'échantillon de sperme condensé est ensuite introduit dans la canule d'insémination.

S'il s'agit d'une insémination artificielle avec donneur (IAD), l'échantillon de sperme doit avoir été congelé pendant au moins 6 mois. Il sera donc décongelé le jour de l'insémination. La formation d'un tel échantillon peut se faire soit avant la congélation, soit après la décongélation.

Il peut également arriver que l'échantillon de sperme du partenaire soit congelé pour différentes raisons. Dans ce cas, la même procédure s'appliquerait que pour l'IAD.

Vous pouvez en savoir plus sur le processus de préparation du sperme dans cet article : Capacitation spermatique.

Insémination

Pour effectuer la procédure d'insémination elle-même, la femme est placée en position gynécologique et le médecin insère la canule chargée de sperme par le vagin dans l'utérus. Une fois là, les spermatozoïdes sont lentement déposés dans la cavité utérine.

Pour visualiser le trajet de la canule et contrôler l'endroit où les spermatozoïdes sont déposés, l'insémination est effectuée de manière guidée par ultrasons, c'est-à-dire sous échographie abdominale. Grâce à l'échographie, nous pouvons également éviter de déchirer les parois utérines de la patiente, ce qui pourrait affecter l'implantation de l'embryon.

Le processus de l'IA n'est pas douloureux; en fait, il est similaire à un examen gynécologique ou à une cytologie.

Les spermatozoïdes survivent à l'intérieur du système reproductif féminin pendant 3 à 5 jours, alors que l'ovule n'a une durée de survie que de 24 heures. Il est donc important de procéder à l'insémination après avoir induit l'ovulation avec l'hormone hCG, car cela garantit que l'ovule et le sperme se trouvent dans l'appareil reproducteur féminin.

Autres techniques d'insémination

L'IA est généralement pratiquée par voie intra-utérine. Il existe cependant d'autres types d'insémination artificielle, bien qu'ils soient de moins en moins fréquents. Ils sont tous énumérés ci-dessous :

Insémination artificielle intrafallopienne
le sperme est placé directement dans la trompe de Fallope. Elle est très inhabituelle car elle nécessite une intervention plus importante qui n'est pas justifiée par une augmentation significative des taux de grossesse.
Insémination artificielle intracervicale
les spermatozoïdes sont déposés sur le col de l'utérus, ils doivent donc voyager plus loin pour atteindre les trompes de Fallope que lors de l'insémination intra-utérine.
Insémination artificielle intravaginale
les spermatozoïdes sont placés au fond du vagin, comme lors d'un rapport sexuel normal. Ce type d'insémination artificielle est utilisé lorsque l'homme ne peut pas éjaculer dans le vagin en raison de problèmes tels que le dysfonctionnement érectile ou l'éjaculation rétrograde.
Insémination artificielle intrafolliculaire
les spermatozoïdes sont appliqués directement à l'intérieur du follicule, c'est-à-dire autour de l'ovule. Dans la pratique, ce type d'IA n'est pas utilisé, car il est très compliqué d'un point de vue technique et un certain type de blessure peut être créé chez le patient plus facilement. En outre, l'IA intrafolliculaire n'augmente pas les chances d'obtenir une gestation par rapport à l'insémination artificielle intra-utérine.

Après l'insémination

Une fois l'insémination effectuée, la femme doit se reposer pendant environ 15 à 30 minutes. Après cette période, la patiente peut poursuivre sa vie normale, bien qu'il soit recommandé de ne pas faire d'efforts excessifs et d'avoir une attitude détendue.

D'autre part, les spécialistes demandent souvent aux femmes de prendre de la progestérone vaginale pour améliorer la préparation de l'endomètre (couche interne de l'utérus) et aider les embryons à s'implanter dans l'utérus.

Une fois que 12 à 15 jours se sont écoulés depuis l'insémination, la patiente peut subir un test sanguin pour l'hormone bêta-hCG qui déterminera s'il y a eu ou non une implantation et donc si elle est enceinte. Une autre option consiste à effectuer un test de grossesse urinaire, bien que ces tests soient généralement moins précis que les tests sanguins.

Il est important que la patiente fasse preuve de patience et attende pour faire le test de grossesse le jour indiqué, car le faire tôt peut entraîner des résultats erronés (faux positifs et faux négatifs). Selon le Dr Valeria Sotelo: Le taux de grossesse normal pour l'insémination est d'environ 15 à 20 %.

En cas de résultat négatif du test de grossesse, l'insémination artificielle peut être effectuée à nouveau en modifiant le schéma de stimulation ou en contrôlant mieux le moment de l'ovulation. La femme peut commencer un nouveau cycle d'insémination artificielle consécutivement ou elle peut laisser la prochaine tentative pour plus tard. L'espacement des tentatives n'affecte pas les chances de grossesse.

Remboursement par l'assurance maladie

Un traitement de fertilité peut être pris en charge à 100 % par l'assurance maladie mais sous certaines conditions:

  • La femme ne doit pas être célibataire et doit être dans une relation hétérosexuelle.
  • La patiente est âgée de moins de 43 ans.
  • Le couple à fait moins de six inséminations.

Toutefois, une consultation avec le médecin est nécessaire avant de commencer le traitement.

Prix

Si les patients ne remplissent pas les conditions del assurance maladie, ils peuvent se rendre dans une clinique privée.

Dans ce cas, le coût de l'IA peut varier selon le centre, les tests inclus dans le budget ou l'origine de l'échantillon de sperme. Cependant, l'IA est l'une des techniques les plus économiques en matière de procréation assistée.

Le prix de l'IA avec le sperme du couple, également appelée IA conjugale, varie entre 600 et 1 000 euros. En revanche, l'IA avec sperme de donneur (AID) coûte plus cher, entre 1 100 et 1 700 euros.

En outre, il convient de noter que le prix des médicaments pour la stimulation ovarienne et la préparation de l'endomètre n'est normalement pas inclus dans le budget qui peut coûter 1 000 euros de plus.

Si vous avez besoin d'une insémination artificielle ou d'un autre traitement de procréation médicalement assistée, nous vous recommandons d'utiliser le Rapport sur la fertilité. Cela vous permettra de filtrer les meilleures cliniques et vous fournira un rapport en temps réel avec des conseils utiles afin que vous puissiez trouver la clinique qui s’adapte le mieux à vous. De plus, le système réalise pour vous une comparaison des tarifs.

Vos questions fréquentes

Combien de temps dure le processus d'insémination artificielle ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Si nous ne comptons que le moment réel de l'insémination, le temps est d'environ 15 minutes plus 15 à 30 minutes de repos supplémentaires. En revanche, si l'on parle de l'ensemble de la procédure, y compris la durée des médicaments, on parle de deux mois :

  • Un mois pour contrôler le cycle avec des contraceptifs
  • Deux semaines de stimulation ovarienne jusqu'à l'ovulation
  • Une journée pour le processus d'insémination
  • Environ deux semaines avant le test de grossesse

En tout cas, comme nous dépendons de la réaction de chaque femme aux médicaments ainsi que des caractéristiques de chaque situation, les horaires peuvent être légèrement modifiés.

Est-il nécessaire de réguler le cycle ovarien avant l'insémination artificielle ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Bien qu'il soit courant de surveiller étroitement le cycle menstruel d'une femme avant de commencer un traitement d'insémination artificielle, cela n'est pas toujours fait.

Le gynécologue prescrira très probablement un traitement avec des contraceptifs hormonaux un mois avant l'IA, car ils régulent le cycle et facilitent le processus. Cependant, si la femme a des cycles très réguliers, il est possible que cette étape soit sautée.

L'insémination artificielle peut-elle être effectuée sans stimulation ovarienne, c'est-à-dire sans prendre de médicaments hormonaux ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Oui, c'est ce que l'on appelle l'insémination artificielle à cycle naturel. Elle consiste à contrôler le moment de l'ovulation naturelle au moyen d'échographies et à effectuer l'insémination le jour même ou la veille.

La probabilité de succès serait pratiquement la même que celle obtenue avec les relations sexuelles. Il est possible qu'un peu plus élevé en raison de la formation du sperme.

La rédaction vous recommande

Comme mentionné ci-dessus, dans un processus d'insémination artificielle, une phase préalable de stimulation ovarienne douce est nécessaire, qui dure entre 10 et 12 jours. Vous pouvez en savoir plus sur cette étape ici : La stimulation ovarienne contrôlée dans le cadre d'une insémination artificielle.

Il est également nécessaire de préparer l'échantillon de sperme pour en optimiser la qualité. Dans l'article suivant, vous pouvez en savoir plus sur la façon dont cette étape fondamentale est réalisée : Qu'est-ce que la capacitation des spermatozoïdes ?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Service-Public.fr. Le site officiel d l'administration français. Procréation médicalement assistée (PMA). Dernière actualisation: 30 avril 2019. https://www.service-public.fr/

Allegra A, Marino A, Coffaro F, Scaglione P, Sammartano F, Rizza G, Volpes A (2007). GnRH antagonist-induced inhibition of the premature LH surge increases pregnancy rates in IUI-stimulated cycles. A prospective randomized trial. Hum Reprod; 22: 101 – 108.

Boomsma CM, Heineman MJ, Cohlen BJ, Farquhar C (2007). Semen preparation techniques for intrauterine insemination (Review). Cochrane Database Syst Rev; Art No.: CD004507.

Goldberg JM, Mascha E, Falcone T, Attaran M (1999). Comparison of intrauterine and intracervical insemination with frozen donor sperm: a meta-analysis. Fertil Steril; 72(5):792-5.

Gomez-Polomares JL, Juliia B, Acevedo-Martin B, Martinez-Burgos M, Hernandez ER, Ricciarelli E (2005). Timing ovulation for intrauterine insemination with a GnRH antagonist. Hum Reprod;20:368 – 372.

Ragni G, Somigliana E, Vegetti W. (2004) Timing of intrauterine insemination: where are we? Fertil Steril;82:25 – 26.

The ESHRE Capri Workshop Group (2009). Intrauterine insemination. Human Reproduction Update; 15 (3): 265–277.64

Vos questions fréquentes: 'Combien de temps dure le processus d'insémination artificielle ?', 'Est-il nécessaire de réguler le cycle ovarien avant l'insémination artificielle ?' et 'L'insémination artificielle peut-elle être effectuée sans stimulation ovarienne, c'est-à-dire sans prendre de médicaments hormonaux ?'.

Voir plus

Auteur

 Neus Ferrando
Neus Ferrando
Embryologiste
Diplômée en Biologie à l'Université de Valencia (UV). Diplôme en Biotechnologie de la Procréation Humaine Assistée par l'Université Miguel Hernández de Elche (UHM). Expérience comme responsable de laboratoire d'Embryologie et Andrologie. En savoir plus sur Neus Ferrando
Adapté au français par:
 Romina Packan
Romina Packan
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en anglais et allemand. En savoir plus sur Romina Packan

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.