Endométriose: quels sont ses symptômes et comment la traiter?

Par (gynécologue), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 01/10/2018

L'endométriose est une maladie bénigne chronique qui touche 10 à 15 % des femmes en âge de procréer. Elle consiste en l'apparition et la croissance du tissu endométrial, qui recouvre l'intérieur de l'utérus, à d'autres endroits hors de la cavité utérine.

Cette croissance anormale se produit surtout dans la cavité pelvienne, tant dans le péritoine que dans les organes situés dans la cavité pelvienne. Elle apparait généralement dans les ovaires de la femme et provoque un genre de kyste appelé endométriome. Elle peut aussi être localisée dans les trompes de Fallope ou dans des endroits plus inhabituels comme l'intestin.

L'endométriose peut causer l'infertilité féminine, ainsi que d'autres inconforts dans la vie quotidienne d'une femme. Par conséquent, les femmes atteintes d'endométriose sont susceptibles d'avoir besoin d'un traitement de procréation assistée lorsqu'elles souhaitent obtenir une grossesse.

Définition

Au cours du cycle menstruel d'une femme, la couche interne de l'utérus, connue sous le nom d'endomètre est renouvelé chaque mois pour offrir la possibilité d'accueillir un embryon et de permettre le développement une grossesse. Si ce n'est pas le cas, l'endomètre se désintègre sous forme de menstruations.

L'endométriose est une pathologie qui résulte de l'altération de l'endomètre pendant le cycle menstruel. Au lieu de se développer dans l'utérus, le tissu endométrial se développe dans d'autres lieux extra-utérins, ce qui peut causer des saignements abondants et des douleurs.

L'endométriose est assez fréquente chez les femmes en âge de procréer et peut également causer la stérilité chez 30 à 50 % des femmes qui en sont atteintes.

L'endométriose est une maladie hormono-dépendante, c'est-à-dire qu'elle évolue en fonction des hormones qui agissent sur le cycle menstruel de la femme: œstrogènes et progestérone.

Dans les faits, la libération d'œstrogènes contribue davantage à l'évolution de l'endométriose. Cependant, il existe également des cas de filles et femmes atteintes d'endométriose avant la puberté et même, à la ménopause.

Types de plaques endométriales

Les plaques de tissu endométrial qui se forment à l'extérieur de la cavité utérine peuvent être de tailles différentes selon la gravité de l'endométriose.

Par conséquent, il est important de faire la distinction entre les trois types d'endométriose qui existent afin d'évaluer l'endométriose. De gravité mineure à majeure, les types de lésions endométriales sont les suivants:

Implants
ils sont petits et peu profonds.
Nodules
ils sont plus grands et peuvent être invasifs.
Endométriomes
lorsque des kystes se forment dans les ovaires, aussi appelés kystes chocolat ou kystes endométriosiques.

Localisations principales

L'endométriose peut apparaître sur différents organes du corps. En général, les plaques de tissu endométrial seront placées dans la cavité pelvienne, où se trouvent les organes génitaux, mais elles peuvent aussi apparaître dans les zones extra-génitales.

Par conséquent, en fonction de son emplacement spécifique, il est nécessaire de classer les différents types d'endométriose:

L'endométriose ovarienne
située dans les ovaires. Les kystes endométriosiques ovariens mentionnés ci-dessus peuvent se former.
Endométriose tubaire ou des trompes
située dans les trompes de Fallope.
Endométriose pelvienne
situé dans les ligaments utérins ou le sac de Douglas (espace entre le rectum et le vagin), entre autres.
Endométriose péritonéale
situé superficiellement dans les ovaires et la zone du péritoine superficiel.
Endométriose rectovaginale
situé dans un tissu entre le rectum et le vagin, sous le sac de Douglas.
Endométriose interne ou adénomyose
cela désigne l'invasion de l'endomètre dans le myomètre, la couche musculaire interne de l'utérus.
Autres zones externes
par exemple, l'endométriose que l'on trouve dans la région abdominale ou dans d'autres organes qui ne font pas partie du système reproducteur, comme la vessie, les uretères, les intestins, le rectum ou les poumons.

L'endométriose peut ne pas se limiter à la seule surface d'un organe et en affecter l'intérieur. Il s'agirait d'un type d'endométriose plus grave, connu sous le nom de endométriose profonde infiltrante qui pourrait entraver le bon fonctionnement de l'organe.

Symptômes et conséquences

L'endométriose ne cause pas de symptômes chez la plupart des femmes qui en sont atteintes, à moins qu'il ne s'agisse d'une endométriose sévère.

Cependant, certaines femmes atteintes d'endométriose présentent certains symptômes, le plus courant étant la douleur pendant les règles.

Comme mentionné ci-dessus, les implants endométriaux répondent aux changements hormonaux. Par conséquent, lorsque des saignements menstruels se produisent, ces implants saignent également, provoquant une hémorragie qui ne peut pas sortir à l'extérieur.

Le sang des plaques endométriales qui ne peuvent être évacuées vers l'extérieur provoque une inflammation des tissus là où ils se trouvent et la formation de cicatrices, entraînant ce qu'on appelle des adhérences endométriales.

D'autres symptômes peuvent apparaître plus ou moins fréquemment. Nouis allons évoquer les possibles symptômes de l'endométriose chez la femme:

  • Douleurs pelviennes, abdominales et lombaires, généralement associées aux règles.
  • Dyspaurénie: douleur pendant ou après les rapports sexuels.
  • Métrorragie: saignements prémenstruels ou entre les règles
  • Menstruations plus abondantes et durables.
  • Hématurie: douleur et saignement en urinant ou pendant les selles, surtout en cas de constipation.
  • Épuisement, fatigue et douleurs lombaires.
  • Symptômes psychologiques dans les cas les plus graves qui empêchent de vivre normalement.

Il est à noter que l'intensité de ces symptômes ne dépend pas du degré d'endométriose. Si une femme présente des symptômes d'endométriose, ils sont tout aussi visibles, même si l'endométriose est légère, modérée ou grave.

Ce qui semble exister, c'est une relation directe entre la difficulté de concevoir et le type de blessures.

Stades d'endométriose

L'endométriose peut être classée en niveaux ou stades en fonction des lésions causées et de leur gravité, bien qu'il n'existe pas de méthode généralisée pour y parvenir.

La classification la plus couramment utilisée aujourd'hui est celle recommandée par l'American Society for Reproductive Medicine (ASRM) dont voici le classement:

Endométriose de stade 1 (minimum)
des implants isolés et sans adhérences.
Endométriose de stade 2 (léger)
le tissu endométrial est superficiel et mesure moins de 5 cm. Il peut y avoir des adhérences à la surface du péritoine et à l'ovaire, mais sans affecter les autres organes.
Endométriose de stade 3 (modéré)
il y a plusieurs nodules endométriaux et la plupart d'entre eux sont invasifs. De plus, il peut y avoir des adhérences dans les trompes ou les ovaires.
Endométriose de stade 4 (sévère)
les plaques endométriales sont multiples, superficielles et profondes. Elles forment dans l'ovaire de gros kystes de tissu endométrial qui se remplissent de sang (kystes chocolat).

Dans les cas les plus graves d'endométriose de stade IV, la gestation pour autrui peut être la seule option pour avoir un enfant.

Les causes

À l'heure actuelle, l'origine exacte de l'endométriose n'est pas connue. Cependant, il existe plusieurs théories qui expliquent leur possible formation. Voici les possibles causes de l'endométriose les plus acceptées aujourd'hui:

Règles rétrogrades
l'endomètre n'est pas complètement enlevé pendant les règles et, par conséquent, certains fragments endométriaux s'écoulent vers l'arrière à travers les trompes de Fallope, ce qui signifie qu'ils peuvent être déposés sur les organes pelviens.
Troubles du système immunitaire
cette théorie est basée sur l'incapacité du corps d'une femme à détruire les implants endométriaux situés à l'extérieur de la cavité utérine.
Métaplasie
il s'agit de la transformation de tissus extérieurs à l'utérus en tissus endométriaux en réponse à des facteurs génétiques ou environnementaux.
Transplantation vasculaire
les fragments endométriaux peuvent traverser les vaisseaux sanguins ou lymphatiques et s'implanter dans des zones éloignées.

Il existe très probablement un mécanisme multifactoriel pour expliquer l'endométriose.

Une fois que nous aurons découvert l'étiologie de cette maladie, il sera possible de trouver des traitements plus efficaces qui peuvent guérir définitivement l'endométriose.

Facteurs de risque

Il a été démontré que certains facteurs de risque peuvent favoriser l'apparition de l'endométriose chez la femme, bien que ce ne soit pas toujours le cas. En voici des exemples:

  • Avoir une mère ou une sœur atteinte d'endométriose, car elle pourrait être héréditaire.
  • Apparition des règles à un âge précoce.
  • Ne pas avoir encore d'enfants.
  • Avoir des cycles menstruels courts, c'est à dire avoir des règles plus fréquemment (polyménorrhée).
  • Saignements abondants (hyperménorrhée) et règles prolongées (7 jours ou plus).
  • Présenter un hymen fermé qui empêche l'expulsion des règles.
  • Avoir subi une intervention chirurgicale sur l'utérus, par exemple après une césarienne ou un curettage.

Il est important de savoir que les femmes les plus touchées par l'endométriose sont celles qui ont entre 30 et 50 ans, l'âge moyen d'apparition étant de 37 ans. Cependant, les adolescentes peuvent également être affectées par l'endométriose. De fait, il existe des cas exceptionnels chez les filles de 12 à 15 ans.

D'autre part, des foyers d'endrométrie pelvienne ont également été décrits à l'âge de la ménopause, bien que leur apparition soit plus rare.

Diagnostic de l'endométriose

Le premier signe avant-coureur d'une endométriose est une douleur menstruelle sévère. Dans ce cas, le gynécologue doit procéder à un examen physique approfondi de la patiente, en particulier de la région pelvienne.

Une échographie transvaginale peut aider à visualiser les kystes endométriosiques dans l'ovaire ou les nodules profonds dans d'autres zones. Cependant, pour un diagnostic précis et sûr, la chirurgie sera nécessaire pour visualiser les lésions causées par l'endométriose.

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) peut également être utilisée chez les patients dont le diagnostic échographique n'est pas clair ou avant la chirurgie pour déterminer avec précision l'emplacement et la profondeur des lésions.

Le gynécologue ne sera sûr du diagnostic que lors d'une laparoscopie, qui est une intervention chirurgicale mineure sous anesthésie générale pendant laquelle le spécialiste observe l'intérieur de la cavité abdominale grâce à un tube équipé d'une lumière et d'un objectif. Cependant, en raison du coût élevé du processus et aux risques qu'il suppose pour la patiente, on évite souvent de le réaliser.

Les recherches récentes tentent de trouver des <strong>biomarqueurs</strong> d'endométriose capables de fournir un diagnostic par la réalisation d'une simple analyse de sang ou d'urine. Ces marqueurs seraient des substances créées par le corps humain en réponse à la maladie ou bien créées par la propre maladie.

On a découvert des marqueurs de l'endométriose présents dans le flux endométrial, comme l'antigène tumoral 125 (CA 125), dont l'analyse permettrait de détecter la maladie. Cependant, jusqu'à ce jour, la valeur de son diagnostic est limitée.

Traitement

Actuellement il n'existe <strong>aucun traitement</strong> pharmacologique qui soigne définitivement l'endométriose, mais il existe différentes approches pour faire en sorte que la maladie soit la plus supportable possible.

L'endométriose, étant hormonalement régulée, est présente tout au long de la vie fertile d'une femme. Parfois, elle peut s'allonger au-delà, pendant la ménopause.

Selon la gravité des symptômes que présente la patiente, on peut réaliser les traitements suivants:

Analgésiques
dans les cas d'endométriose légère, ce type de médicaments peut être suffisant pour pallier la douleur. Cependant, ils ne suffisent pas dans le cas de toutes les patientes.
Hormones
en administrant des hormones pendant le cycle menstruel, il ets possible de freiner le développement du tissu endométrial. Les contraceptifs oraux dont un bon exemple de ce type de traitement.
Chirurgie
dans les cas les plus graves, le médecin peut opter pour une intervention chirurgicale. Selon la localisation et l'extension du tissu, on réalise plutôt une technique ou une autre.

Comme on peut le voir, le traitement peut être analgésique, hormonal ou chirurgical en fonction du stade de la maladie. Dans les cas les plus légers, le traitement consiste à prendre des analgésiques contre la douleur. Dans les cas les plus graves, qui impliquent une douleur chronique, la solution peut être la chirurgie.

Il est important que la patiente soit informée des avantages et des inconvénients de chaque traitement car certains d'entre eux, comme par exemple le traitement hormonal, sont incompatibles avec la maternité.

Endométriose et grossesse

Comme nous l'avons dit, toutes les femmes atteintes d'endométriose ne souffriront pas d'infertilité. Cependant, elle se produit dans 40 % des cas, ce qui constitue le troisième motif de consultation gynécologique pour la stérilité féminine.

Tout d'abord, l'endométriose affecte la réserve ovarienne, la quantité et la qualité des ovules. La progression de l'endométriose entraîne la perte de tissu ovarien sain, qui est remplacé par du tissu endométrial. De fait, la chirurgie qui permet d'enlever les endométriomes de l'ovaire lui-même peut contribuer à cette diminution de la réserve ovarienne.

D'autre part, l'endométriose peut également affecter les trompes de Fallope. D'une part, les tissus endométriaux peuvent obstruer les trompes, ce qui empêche la rencontre et la fécondation de l'ovule et du spermatozoïde. La fonctionnalité des trompes peut également être affectée et empêcher le transport correct de l'embryon vers l'utérus même en cas de fécondation.

Si vous devez faire un traitement de fécondation in vitro pour devenir maman, nous vous recommandons d'utiliser le Rapport sur la fertilité. En 3 étapes simples, qui vous permettra de connaître les cliniques à l’étranger qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles avant de réaliser des visites dans les cliniques.

En conclusion, les femmes atteintes d'endométriose peuvent avoir besoin de procréation assistée pour avoir des enfants. Selon la sévérité, les traitements utilisés sont les suivants :

Il est intéressant de noter qu'une fois la grossesse réalisée, elle a un effet protecteur sur le développement de l'endométriose. Les ovaires sont maintenus au repos et, par conséquent, il n'y a pas de libération d'œstrogène qui favorise le développement des endométriomes.

Entretien avec le Dr Dra. Blanca Paraíso

Lors d'une interview, le Dr Blanca Paraíso, spécialiste en gynécologie et obstétrique explique comment l'endométriose influence la fertilité de la femme et les alternatives possibles pour devenir mère.

Entre 30 et 50% des femmes souffrant d'endométriose présentent des problèmes de stérilité.

Vos questions fréquentes

Pourquoi l'endométriose rend infertile ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Dans l'ovaire, les adhérences de l'endomètre détruisent les tissus sains, ce qui influe sur la réserve ovarienne, entrave le développement normal des follicules et la maturation des ovocytes. De plus, ces kystes de l'endomètre peuvent également empêcher l’ovulation.

Lorsque l'endométriose apparaît dans les trompes utérines, elle interfère avec la perméabilité tubaire. Cela empêche le passage et le transport de l'ovule au travers de la trompe au moment où il est libéré par l'ovaire, et il n'est par conséquent pas fécondé, et n'arrive pas jusqu'à l'utérus.

Peut-on tomber enceinte malgré l'endométriose ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

La première option pour que les femmes atteintes d'endométriose puissent récupérer leur fertilité et puissent avoir des enfants par grossesse naturelle est un traitement médical et/ou chirurgical, selon le degré de gravité et l'historique clinique de chaque patiente.

On peut observer 4 stades d'endométriose selon la localisation, la quantité, la profondeur et la taille que présentent les implants de l'endomètre:

  • Stade 1 ou stade minimum
  • Stade 2 ou stade léger
  • Stade 3 ou stade modéré
  • Stade 4 ou stade sévère

Les antalgiques et traitements hormonaux sont efficaces pour soulager la douleur et réguler les cycles menstruels. Cependant, il est nécessaire d'avoir recours à une chirurgie par laparoscopie ou coelioscopie pour améliorer la fertilité et augmenter les possibilités de grossesse.

Les traitements sont surtout efficaces pour l'endométriose légère.

Comment soigner l'endométriose avec un traitement naturel ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Certains médecins nutritionnistes affirment que beaucoup de femmes qui souffrent d'endométriose ont également un certain degré d'intolérance aux aliments contenant du gluten. Si elles les éliminent de leur régime alimentaire, de grandes améliorations peuvent être observées, mais seulement dans le cadre d'un régime strict et à long terme.

Cette théorie est assez controversée par les médecins.

Malheureusement, les traitements les plus efficaces existants contre l'endométriose restent hormonaux, antalgiques ou chirurgie.

La rédaction vous recommande

La stérilité féminine est l'incapacité à concevoir en raison de problèmes en rapport avec les ovocytes qui empêchent la fécondation et par conséquent, la grossesse. Vous trouverez plus d'informations sur ce lien: Qu'est-ce que la stérilité féminine?

Environ 30 à 50 % des patientes atteintes d'endométriose sont confrontées à une stérilité ou à des problèmes pour obtenir une grossesse naturelle. Nous vous expliquons le rapport entre endométriose et grossesse ici: Puis-je tomber enceinte malgré la maladie?

Enfin, si vous en ressentez le besoin, n'hésitez pas à vous rapprocher de l'association EndoFrance. Il s'agit de la première association de lutte contre l'endométriose créée en 2001 et qui est agréée par le Ministère de la santé. Son but est d'informer et de mener des actions pour soutenir les femmes atteintes d'endométriose et leur entourage.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Auteurs et collaborateurs

Dr. Mark P. Trolice
Dr. Mark P. Trolice
Gynécologue
Docteur en Médecine, spécialisé en Gynécologie et Obstétrique par la Rutgers Robert Wood Johnson Medical School de New Jersey (USA.). Professeur associé au Département de Gynécologie et Obstétrique de l'University of Central Florida College of Medicine. Directeur de la clinique Fertility Care: The IVF Center. Titre de Top Doctor in America. En savoir plus sur Dr. Mark P. Trolice
Affiliation au Conseil de l'Ordre de Floride: ME 78893
 Zaira Salvador
Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Université Politécnica de Valencia (UPV), Biotechnology degree en la National University of Ireland en Galway (NUIG) et embryologiste spécialisée en Médecine Reproductive avec un Master en Biotechnologie de la Reproduction Humaine par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI) En savoir plus sur Zaira Salvador
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.