Malformations utérines: – Quelles conséquences sur la fertilité féminine?

Par (gynécologue), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 16/05/2019

L’utérus est l’un des organes reproducteurs les plus importants chez la femme, après les ovaires, car c’est là que se produit la gestation du bébé pendant les 9 mois de la grossesse.

Toute malformation utérine peut avoir une influence négative sur la fertilité féminine, soit en provoquant des échecs d’implantation ou des fausses couches répétées. Les petites malformations, par contre, n’affectent que très peu la grossesse.

Les altérations utérines sont généralement congénitales, c’est-à-dire qu’elles sont présentes dès la naissance. Cependant, dans certains cas, ils peuvent apparaître en raison d’une pathologie ultérieure.

Formation de l’utérus

L’utérus est un organe musculaire inversé en forme de poire, situé légèrement en dessous des ovaires au centre du bas-ventre, d’environ 7 cm de long, 5 cm de large et 2,5 cm de profondeur.

Sa formation commence dans les premières semaines du développement embryonnaire à partir des canaux de Müller, une fois que le sexe féminin de l’embryon est établi. Les canaux de Müller, par contre, disparaissent chez les hommes à cause de la présence de l’hormone anti-müllerienne.

Les canaux de Müller sont des structures embryonnaires qui se développent chez les fœtus femelles et donnent naissance à l’utérus, aux trompes de Fallope, au col et à une partie du vagin.

Au cours de la différenciation du système reproducteur féminin en embryogenèse, les étapes suivantes ont lieu :

  • Formation des canaux de Müller
  • Union ou fusion des deux canaux
  • Réabsorption de la cloison centrale les séparant

Toute altération dans l’une de ces étapes conduisant à un développement anormal des canaux de Müller entraînera l’apparition de malformations utérines congénitales.

Causes et diagnostic

Des malformations utérines sont présentes chez environ 5,5 % de la population féminine. Les causes qui en sont à l’origine sont diverses :

  • Problèmes génétiques, héréditaires ou non.
  • Exposition aux radiations pendant le développement embryonnaire
  • Infections intra-utérines pendant la grossesse
  • Médicaments tels que le diéthylstilbestrol et la thalidomide.

Dans la plupart des cas, une femme ne sait pas qu’elle a une malformation utérine jusqu’à ce qu’elle essaie de tomber enceinte et n’y parvient pas. En fait, certaines de ces femmes qui obtiennent une grossesse de manière naturelle peuvent ne jamais savoir que leur utérus était anormalement formé.

Les malformations utérines n’impliquent pas l’apparition de symptômes tels que des douleurs ou des altérations des règles qui peut faire suspecter la femme qu’elle a une anomalie possible.

Par conséquent, la seule façon de les diagnostiquer est d’utiliser les tests diagnostiques suivants :

Échographie transvaginale
c’est l’examen le plus simple qui est couramment effectué dans toutes les consultations gynécologiques par échographie.
Hystérosalpingographie (HSG)
c’est une radiographie de l’utérus et des trompes de Fallope. Un produit de contraste est injecté par le col de l’utérus et plusieurs images de l’appareil reproducteur sont prises.
Hystéroscopie
un endoscope est inséré par le canal vaginal pour visualiser la cavité utérine.

Ces examens sont généralement effectués lors d’un bilan d’infertilité féminine, lorsque la femme ne parvient pas à concevoir et commence à chercher des solutions.

Hysterosalpingo-Foam-Sonography est une nouvelle méthode pour faire l’HSG en appliquant un gel moussant au lieu du contraste d’iode. De plus, les images sont prises par ultrasons sans utiliser aucun type de rayonnement.

Classification des malformations utérines

Il existe plusieurs façons de classer les anomalies utérines, car il est possible de trouver plusieurs types et variables.

Cependant, la classification la plus couramment utilisée pour sa facilité et sa relation avec la fertilité est celle établie par la Société Américaine de Médecine Reproductive (American Society for Reproductive Medicine) en 1988 :

Agénésie ou hypoplasie mullérienne

C’est l’absence totale de l’utérus et parfois aussi des trompes de Fallope, du col utérin et d’une partie du vagin. Ceci est dû au fait que les canaux de Müller ne se soient pas formé à un stade précoce du développement embryonnaire.

Le nom de cette pathologie est connu sous le nom de syndrome de Mayer-Rokitansky-Kuster-Hauser. Les jeunes filles qui en sont atteintes n’auront pas de mentruations une fois qu’elles auront atteint l’adolescence. Par contre, leur développement sexuel est normal, puisqu’elles conservent les ovaires.

L’agénésie mullérienne représente 5-10% des malformations utérines et, dans ce cas, la seule possibilité d’avoir un enfant biologique est un traitement de gestation pour autrui

Utérus unicorne

L’utérus unicorne est un utérus plus petit parce qu’un seul des canaux de Müller s’est développé. De plus, il a une forme allongée et une seule trompe de Fallope.

Sa prévalence est de 20 % dans les malformations utérines et peut apparaître dans l’une des variantes suivantes :

  • Pas de corne rudimentaire (35% des cas).
  • Avec une corne rudimentaire fonctionnelle et communicante : il y a une cavité communicante avec l’endomètre du côté qui a été développé (10%).
  • Avec une une corne rudimentaire fonctionnelle et non-communicante : elle présente une cavité isolée vers le côté développé, ce qui peut provoquer une endométriose (22%).
  • Avec corne rudimentaire non fonctionnelle : sans cavité (33%).

L’utérus unicorne ne cause pas l’infertilité totale. Une femme peut mener une grossesse à terme sans problème. Cependant, il y a un risque accru de complications, de naissance prématurée et de césarienne.

Il y a aussi un taux plus élevé de grossesse extra-utérine, car l’embryon peut s’implanter dans la corne fonctionnelle rudimentaire.

Utérus didelphe

Cette altération est connue sous le nom de double utérus, puisque la femme a deux cavités utérines plus petites qui sont indépendantes.

L’origine de l’utérus didelphe est la non-fusion des canaux de Müller, bien qu’ils se développent complètement.

Cette malformation représente 5% des cas de malformations utérines et se retrouve dans deux sous-types :

Utérus didelphe bicervical
chaque cavité utérine a son propre col de l’utérus et son propre vagin. C’est ce qui se passe dans les deux tiers des cas.
Utérus didelphe unicervical
les deux cavités utérines communiquent entre elles sur le col de l’utérus et il n’y a qu’un seul vagin. Cette malformation est associée à une incompétence cervicale.

La capacité de reproduction chez les femmes avec l’utérus didelphe est presque normale. Cependant, elle peut entraîner les complications suivantes : fausses couches répétées, accouchements prématurés, accouchements compliqués, etc.

Utérus bicorne

Cette anomalie est la conséquence de la fusion incomplète des canaux de Muller et, à l’occasion, elle est confondue avec l’utérus de didelphe mentionné dans la section précédente.

Dans l’utérus bicorne, la femme a également deux cavités utérines symétriques. Par contre, les cornes ne sont pas complètement développées et sont plus petites que dans l’utérus didelphe.

Cette malformation est également connue sous le nom d’utérus en forme de cœur en raison de la fente qui se forme dans la partie supérieure et qui donne naissance aux sous-types suivants :

Utérus bicorne complet
la fente atteint l’ouverture cervicale interne ou externe.
Utérus bicorne partiel
la fente ne s’étend que dans l’utérus.

Cette fente est celle qui sépare les deux cavités et est formée par le myomètre (couche musculaire). Selon la gravité, l’espace utérin interne sera plus ou moins réduit, ce qui pourrait affecter le développement du fœtus et augmenter le risque de fausse couche et de naissance prématurée.

Utérus cloisonné

C’est la malformation utérine la plus fréquente, avec une prévalence de 55 %. Elle est due à un défaut de réabsorption de la cloison centrale séparant les canaux de Müller.

Par conséquent, la cavité utérine est séparée par une paroi, qui peut représenter jusqu’à la moitié de l’espace utérin (septum partiel) ou autant que le col de l’utérus (septum complet).

Ce type de malformation utérine est souvent associé aux fausses-couches à répétition, puisque le risque de fausse couche avec un utérus cloisonné est de 60%.

Dans le cas d’une grossesse évolutive, le taux de naissances prématurées se situe entre 12 et 33 % des cas.

Malgré cela, l’utérus cloisonné peut être corrigé par chirurgie hystéroscopique avec des résultats très bénéfiques, augmentant le taux de grossesses et diminuant le taux de fausse-couche.

Utérus à fond arqué ou utérus arcuatus

Ce type d’anomalie est considéré comme une variante de l’utérus normal. Il y a simplement un petit septum (ou paroi) dû à une réabsorption défectueuse de la cloison centrale, mais il s’est produit pratiquement complètement.

C’est une malformation utérine assez courante, mais ce n’est généralement pas une cause d’infertilité. Dans 85% des cas d’arcuato utérus, la grossesse et l’accouchement se déroulent normalement.

Vos questions fréquentes

Est-il possible de mener une grossesse à terme avec un utérus unicorne ou bicorne?

Par Dr. Óscar Oviedo Moreno (gynécologue).

Oui, la seule chose qui arrive avec ce type d’utérus est que l’accouchement prématuré est plus fréquent. C’est-à-dire un accouchement de plus de 24 semaines et de moins de 37 semaines.

Est-il possible de tomber enceinte de jumeaux avec un utérus bicorne?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Oui, il serait possible que l’implantation de deux embryons se produise avec un utérus bicorne, c’est-à-dire chacun dans une cavité utérine. Cependant, cela pourrait entraîner une grossesse à haut risque, avec un risque élevé de fausse couche et de naissance prématurée.

Dans le cas d’un traitement de fécondation in vitro (FIV), il n’est pas recommandé de transférer deux embryons si la femme présente une malformation utérine présentant ces caractéristiques.

Que sont les malformations utérines acquises?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Les malformations utérines acquises sont celles qui surviennent après la naissance ou à l’âge adulte. Par exemple, un fibrome de grande taille pourrait déformer la cavité utérine et entraîner des complications pendant la grossesse. Elles peuvent également survenir à la suite d’une intervention chirurgicale.

Quelles sont les malformations utérines causées par le diéthylstilbestrol?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Le diéthylstilbestrol est un œstrogène synthétique qui a été utilisé jusqu’aux années 1970 pour réduire le risque de fausse couche. Certains des effets secondaires les plus graves de ce médicament au stade fœtal étaient des altérations des trompes, de l’utérus, du col de l’utérus ou du vagin, les plus courants étant l’utérus en T.

La rédaction vous recommande

Lorsqu’un couple essaie d’obtenir une grossesse depuis un certain temps sans succès, la première étape consiste à se rendre dans une clinique de procréation assistée pour déterminer la cause de cette infertilité. Si vous voulez savoir quels sont les examens de base qui sont effectués sur les femmes, nous vous recommandons de lire l’article suivant : Bilan de fertilité de la femme: qu’est-ce que c’est?

Les femmes souffrant de malformations utérines graves, qui empêchent une grossesse à terme et la naissance d’un enfant en bonne santé, ont la possibilité de recourir à la gestation pour autrui pour obtenir un enfant. Si vous voulez savoir en quoi consiste ce traitement et quelles sont ses conditions, vous pouvez entrer le message suivant : La gestation pour autrui (GPA) en France: définition.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Auteurs et collaborateurs

Dr. Óscar  Oviedo Moreno
Dr. Óscar Oviedo Moreno
Gynécologue
Diplômé en Médecine et Chirurgie de l'Universidad de Caldas (Colombia) et spécialiste en Médecine Interne à la Pontificia Universidad Javeriana de Bogotá. Titre homologué en Espagne en 2003. Spécialité en Gynécologie et Obstétrique à l'Universidad Complutense de Madrid, avec formation à l'Hôpital Clínico Universitario San Carlos de Madrid. Expert en Médecine Reproductive et diplôme d'Echographie Obstétrico-Gynécologique (niveaux I, II y III). En savoir plus sur Dr. Óscar Oviedo Moreno
Affiliation à l’Ordre des Médecins: 282858310
 Zaira Salvador
Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Université Politécnica de Valencia (UPV), Biotechnology degree en la National University of Ireland en Galway (NUIG) et embryologiste spécialisée en Médecine Reproductive avec un Master en Biotechnologie de la Reproduction Humaine par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI) En savoir plus sur Zaira Salvador
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.