En quoi consiste la ménopause précoce? – Symptômes et traitement

Par (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 27/08/2018

La ménopause précoce correspond à l’arrêt de l’activité reproductive chez les femmes âgées de moins de 40 ans. Les ovaires cessent de fonctionner, l’ovulation ne se produit plus et, pour finir, les règles disparaissent.

La ménopause précoce est aussi connue sous le nom d’insuffisance ovarienne prématurée (IOP). Les spécialistes recommandent d’ailleurs de parler d’IOP. L’insuffisance ovarienne primitive ou prématurée correspond à une cause d’infertilité pour environ 1% des femmes.

Les symptômes et les conséquences de la ménopause précoce sont similaires à ceux qui surviennent chez les femmes ménopausées à partir de 50 ans.

Qu’est-ce que la ménopause précoce ?

La ménopause précoce correspond à la fin de la vie fertile d’une femme à un âge considéré comme prématuré, c’est-à-dire avant 40 ans. Certaines femmes sont même touchées par la ménopause précoce avant 30 ans.

L’âge moyen de la ménopause en France se situe autour de 51 ans. Vous pouvez continuer la lecture sur ce sujet en cliquant sur le lien suivant : Quand et comment se produit la ménopause ?

La ménopause précoce suppose la fin du fonctionnement ovarien. Les conséquences de cette perte sont les suivantes :

  • L’ovaire cesse de produire de l’œstradiol
  • Les règles deviennent irrégulières avant de disparaître
  • L’ovulation n’a plus lieu
  • La femme est atteinte d’infertilité

Causes de l’insuffisance ovarienne prématurée

La principale cause de ménopause précoce (en tant que phénomène physiologique marquant la fin de la capacité reproductive) est une insuffisance ovarienne prématurée, elle-même provoquée par différents facteurs souvent difficiles à déterminer.

Les causes de ménopause prématurée sont parfois évidentes comme, par exemple, en cas d’ablation des ovaires (ovariectomie ou oophorectomie).

Nous allons énumérer ci-dessous toutes les causes possibles de ménopause précoce chez la femme :

Altérations génétiques
par exemple, les femmes atteintes du syndrome de Turner ou du syndrome de l’X fragile.
Antécédents familiaux
si la mère ou la sœur de la femme en ont déjà souffert, il y a plus de risques que l’IOP se reproduise dans une même famille.
Maladies auto-immunes
hypothyroïdie ou polyarthrite rhumatoïde (PR). Le système immunitaire produit des anticorps contre l’ovaire, ce qui détruit ou endommage la réserve ovarienne.
Substances toxiques
pesticides, alcool, tabac, dissolvants, etc.
Infections virales
comme le paludisme ou la varicèle.
Traitements contre le cancer
chimiothérapie et radiothérapie. En fonction de l’intensité de ces traitements, l’insuffisance ovarienne peut être réversible ou définitive.
Chirurgies
si les ovaires sont retirés en même temps que l’utérus et les trompes de Fallope au cours d’une hystérectomie. L’ablation partielle de l’ovaire dans le cadre du traitement d’une endométriose ou d’un tératome est également possible.

Malgré tout, il n’est pas toujours possible de connaître les causes qui conduisent une femme à souffrir de ménopause précoce. C’est ce qu’on désigne comme une IOP idiopathique.

Diagnostic de l’IOP

La première sonnette d’alarme va être tirée lorsque se produisent des troubles du cycle menstruel, voire la disparition de la menstruation. Dans ce cas, il est conseillé de se rendre à une consultation gynécologique pour confirmer la cause de ce phénomène.

Par la suite, une prise de sang sera nécessaire pour évaluer les dosages hormonaux de la patiente. De faibles taux d’œstradiol, associés à l’augmentation des taux de FSH (hormone folliculo-stimulante), vont confirmer que la femme est atteinte de ménopause précoce.

Pour des informations plus détaillées à ce sujet, nous vous recommandons de continuer la lecture par l’article suivant : Quelles sont les valeurs de référence des hormones de la femme ?

Symptômes de la ménopause précoce

Les symptômes dont souffrent les femmes atteintes de ménopause précoce sont très similaires à ceux qui se présentent au cours du climatère pour les femmes plus âgées. La plupart d’entre eux sont provoqués par le manque d’œstrogènes.

L’aménorrhée ou absence de règles est le symptôme le plus caractéristique, en particulier lorsqu’il s’agit de femmes jeunes qui ne présentent habituellement pas de troubles du cycle menstruel.

Les perturbations de la menstruation commencent quelques mois avant l’arrivée de la ménopause ; des changements se produisent quant à l’aspect des pertes et leur durée, jusqu’au moment où les saignements ne reviennent plus.

D’autres symptômes caractéristiques de l’insuffisance ovarienne prématurée sont les suivants :

  • Bouffées de chaleur
  • Maux de tête
  • Sueurs nocturnes
  • Troubles du sommeil
  • Palpitations et tachycardie
  • Troubles émotionnels : dépression, irritabilité, etc.
  • Sécheresse vaginale et peau sèche
  • Dyspareunie : douleur pendant les rapports sexuels
  • Diminution du désir sexuel
  • Problèmes urinaires : incontinence, irritabilité de la vessie, infections, etc.
  • Prise de poids : accumulation de graisse abdominale

Risques et conséquences

En plus des symptômes et des désagréments mentionnés plus haut, la ménopause présente aussi des conséquences à long terme pour la santé de la femme.

Le déficit hormonal est responsable de bouleversements concernant la régulation de nombreuses fonctions du corps féminin. Les problèmes les plus graves qui peuvent survenir pour cette raison sont les suivants :

  • Accroissement du risque d’ostéoporose et de douleurs dans les articulations
  • Risque de souffrir d’une maladie cardiovasculaire
  • Risque de développer un cancer du sein
  • Stérilité

Les femmes atteintes d’IOP qui n’ont pas eu l’occasion de tomber enceinte naturellement peuvent avoir recours à une FIV (fécondation in vitro) pour tenter de récupérer quelques ovocytes matures grâce à la stimulation ovarienne.

Cependant, cela n’est pas possible dans les cas pour lesquels la réserve ovarienne s’avère très touchée. Le recours à une FIV avec don d’ovocytes sera alors la meilleure solution pour devenir maman, car l’utérus sera capable de mener la grossesse avec le soutien d’un traitement hormonal approprié.

La FIV avec don d’ovocytes est le traitement qui génère le plus de déceptions et de doutes. La transparence est l'un de nos critères rigoureux lors de la recommandation de cliniques. Vous pouvez utiliser le Rapport sur la fertilité pour filtrer les cliniques qui répondent à nos critères de sélection et obtenir également un rapport avec tous les détails pour résoudre vos doutes et éviter les mauvaises surprises.

Traitement de l’insuffisance ovarienne

Il n’existe aucun traitement capable de faire retrouver leur fonction aux ovaires. Pourtant, il est essentiel que la femme reçoive une thérapie hormonale une fois que la ménopause précoce est diagnostiquée.

Il sera possible de soulager les effets de la ménopause et de prévenir les risques liés au déficit hormonal en combattant les faibles taux d’œstrogènes.

La principale solution est donc le traitement hormonal substitutif (THS). Ce traitement se résume normalement à une prescription d’œstrogènes. Il est également possible d’utiliser la pilule contraceptive combinée (œstrogènes-progestérone) ou pilule œstro-progestative.

Il y a aussi des thérapies naturelles sans hormones, intéressantes pour combattre les symptômes de la ménopause. Par exemples, les isoflavones de soja et le houblon sont des phytoestrogènes avec beaucoup de propriétés bénéfiques.

Enfin, soigner son alimentation et pratiquer une activité physique régulière sont des aspects essentiels pour conserver une bonne santé aux femmes ménopausées.

Vos questions fréquentes

Une grossesse naturelle est-elle possible avec une insuffisance ovarienne précoce ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Oui. En cas d’insuffisance ovarienne débutante ou occulte, si la femme présente un caryotype normal, l’ovaire peut encore continuer à fonctionner de manière intermittente. Tant que des ovulations se produisent, une grossesse naturelle est encore possible. Entre 5 et 10% des femmes arrivent à tomber enceinte même avec une insuffisance ovarienne prématurée.

Dans beaucoup de cas, ces grossesses ne sont pas désirées. La femme pense à tort qu’elle ne peut plus tomber enceinte car elle n’a plus ses règles.

À quel âge se produit la ménopause prématurée ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

On parle de ménopause précoce lorsque l’arrêt des règles se produit avant 40 ans.

Une distinction peut être faite entre ménopause précoce (entre 40 et 45 ans) et ménopause prématurée (avant 40 ans), en particulier dans certains textes anglo-saxons, mais tous les médecins ne font pas cette distinction.

La ménopause précoce est-elle héréditaire ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Effectivement, les antécédents familiaux sont un facteur de risque. Une femme a plus de probabilités d’être atteinte d’IOP s’il y a déjà des cas dans sa famille.

La ménopause précoce est-elle réversible ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

La ménopause précoce n’est pas réversible, puisqu’elle correspond à la fin de la vie fertile. C’est un phénomène physiologique définitif.

En revanche, l’insuffisance ovarienne précoce (IOP) peut être réversible, même si cela reste rare. C’est le cas par exemple à la suite d’un traitement de chimiothérapie, si celui-ci n’a pas été trop agressif.

Quelles conséquences psychologiques peut produire une insuffisance ovarienne prématurée ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Les femmes atteintes d’IOP sont fragilisées car elles ont souvent du mal à accepter le diagnostic, en particulier lorsqu’il s’agit de jeunes femmes qui n’ont pas encore eu d’enfants. Le risque de souffrir de crises d’angoisse et de dépression est plus élevé que chez les femmes qui conservent leur fertilité.

C’est pour cela que ces femmes doivent être suffisamment informées pour pouvoir assimiler ce qui leur arrive et bénéficier, si nécessaire, d’un soutien psychologique.

La rédaction vous recommande

Au fur et à mesure qu’une femme s’approche de l’âge de la ménopause, la réserve ovarienne s’épuise progressivement, ce qui fait baisser les chances de grossesse. Nous vous conseillons de mieux comprendre cette question en lisant l’article suivant : Qu’est-ce que la réserve ovarienne et quelle est son impact sur la fertilité ?.

Comme mentionné dans cet article, il est possible de procéder à une évaluation de l’état de la réserve ovarienne et de la fécondité féminine grâce à une analyse sanguine hormonale. Vous voulez savoir en détail en quoi elle consiste ? Continuez la lecture par ici : Bilan hormonal de fertilité chez la femme.

En cas de réserve ovarienne insuffisance ou ménopause précoce, la solution pour avoir un enfant va souvent être la FIV avec don d’ovocytes. Si vous voulez en savoir plus sur les indications, la procédure et les taux de réussite de la FIV-DO (fécondation in vitro avec don d’ovocytes), vous serez intéressé par l’article suivant : Bénéficier d’un don d’ovocytes.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Auteurs et collaborateurs

 Zaira Salvador
Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Université Politécnica de Valencia (UPV), Biotechnology degree en la National University of Ireland en Galway (NUIG) et embryologiste spécialisée en Médecine Reproductive avec un Master en Biotechnologie de la Reproduction Humaine par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI) En savoir plus sur Zaira Salvador
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Adapté au français par:
 Isabelle Gutton
Isabelle Gutton
inviTRA Staff

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.