Préservation de la fertilité chez les femmes atteintes de cancer

Par (gynécologue), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 05/09/2019

Au cours des dernières années, l'incidence de certaines formes de cancer chez les femmes en âge de procréer a augmenté.

Les progrès de la médecine et des traitements en oncologie ont permis à ces femmes de survivre assez longtemps. Cependant, les traitements contre le cancer ont l'inconvénient d'affecter la fertilité.

Pour cette raison, il est important que les femmes qui doivent subir une chimiothérapie ou une radiothérapie soient informées des techniques de préservation de la fertilité, car cela leur donnera la chance de devenir mères une fois que le cancer aura été vaincu.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Cancer et fertilité chez la femme.

Au cours des dernières années, le nombre de cas de cancer du sein a augmenté chez les femmes de 25 à 39 ans. Le deuxième type de cancer dont l'incidence et la prévalence sont les plus élevées chez les femmes est le cancer de l'utérus. De plus, on estime qu'environ 25 % des femmes atteintes d'un cancer n'ont pas été en mesure de satisfaire leur désir de reproduction.

La survie des jeunes patientes atteintes de cancers du sein, de l'utérus et d'autres cancers a été considérablement augmentée par l'association de chimiothérapie et de radiothérapie à forte dose. De nouvelles avancées dans le domaine de la recherche y ont également contribué.

Cependant, la chimiothérapie a des effets sur la fertilité des femmes comme les suivants:

  • Destruction des follicules ovariens.
  • Modification du processus de maturation des ovules.
  • Diminution de la qualité des ovocytes.

D'autre part, la radiothérapie est capable de générer chez la femme une insuffisance ovarienne précoce (IOP), la destruction des ovules immatures, etc. selon l'endroit où le rayonnement ionisant est reçu.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les effets du cancer sur la fertilité masculine et féminine, nous vous recommandons de lire : Comment le cancer affecte-t-il la fertilité des hommes et des femmes?

Modifications après un traitement contre le cancer

Une fois le traitement oncologique terminé, diverses altérations de la fertilité féminine peuvent survenir:

  • Insuffisance ovarienne précoce ou aménorrhée transitoire, c.-à-d. absence temporaire des règles.
  • Récupération des cycles menstruels mais pas de la fertilité.
  • Dommages du matériel génétique (ADN) des ovules.
  • Les altérations des trompes de Fallope qui pourraient causer des problèmes en cas de grossesse.

Il est d'une importance vitale que les oncologues parlent à la patiente des effets des traitements oncologiques sur sa capacité de reproduction et lui expliquent les différentes options qui existent pour préserver sa fertilité.

Idéalement, cette conversation devrait avoir lieu avant le début du traitement, mais il existe également des options pour préserver la fertilité pendant la chimiothérapie ou la radiothérapie.

Selon le type de cancer, l'âge de la femme et le stade de la maladie, l'option la plus appropriée sera choisie pour que la femme puisse réaliser son désir d'être mère dans l'avenir.

Techniques avant de commencer la chimiothérapie et la radiothérapie

Une femme chez qui un cancer a été diagnostiqué devrait être informée des conséquences possibles des traitements contre le cancer, ainsi que des techniques permettant de préserver sa fertilité avant de les commencer.

Vitrification des ovocytes

Cette méthode consiste à congeler les ovules mûrs obtenus après stimulation ovarienne contrôlée par la technique de vitrification ( congélation ultra-rapide), dans laquelle les ovules sont passés de 15ºC à -196ºC. De cette façon, les ovocytes sont conservés inaltérés pendant un temps infini, que la femme soit ou non soumise à un traitement oncologique par la suite.

Dans la vitrification des ovocytes, en raison de la vitesse à laquelle se produit le changement d'une température à l'autre, il n'y a pas formation de cristaux de glace. Pour cette raison, la survie des ovules est élevée et il est possible de retarder la maternité avec une bonne chance de succès.

Une fois que la femme a surmonté la maladie et est prête à devenir mère, les ovules sont dévitrifiés et inséminés en utilisant une technique de fécondation in vitro (FIV). Les embryons générés sont ensuite transférés dans l'utérus de la femme.

Agir le plus tôt possible contre le cancer est crucial, mais pour réaliser la vitrification des ovules, il est nécessaire de retarder le début du traitement d'environ 1 mois. Ce report du traitement du cancer n'est pas toujours possible. De plus, dans le cas d'une tumeur hormono-dépendante, comme le cancer du sein, cette option n'est pas recommandée parce que la taille de tumeur pourrait augmenter.

La vitrification des ovules est également recommandée pour les jeunes femmes célibataires qui veulent maintenir leurs chances de devenir mères dans l'avenir. De plus, elle peut être effectuée sur des femmes qui, pour des raisons personnelles ou professionnelles, souhaitent retarder le moment d'avoir un enfant.

Cryoconservation des embryons

La cryoconservation de l'embryon est un autre procédé très efficace pour préserver la fertilité féminine. Elle consiste à congeler les embryons générés avant le traitement oncologique avec les ovocytes de la femme et le sperme de son partenaire ou d'un donneur anonyme. Elle peut s'effectuer par congélation lente ou vitrification.

Lorsque cette technique est réalisée pour préserver la fertilité, il est recommandé d'obtenir des embryons à l'état de blastocyste, c'est-à-dire l'embryon au jour 5-6 du développement et de les vitrifier.

Les points à prendre en compte dans la cryoconservation des embryons sont:

  • Un partenaire masculin ou un donneur de sperme est nécessaire.
  • La femme subira une stimulation ovarienne et une ponction pour le prélèvement des ovules.
  • Effectuer un traitement de FIV pour générer les embryons et leur permettre d'évoluer jusqu'au jour 5-6 pour les obtenir en état de blastocyste. Cela prend un minimum de 2 semaines.

Il est très important qu'il y ait une communication fluide, rigoureuse et sincère de la part de l'oncologue responsable du traitement. De cette façon, les décisions peuvent être prises de façon plus sûre et plus cohérente pour chaque cas.

La PMA, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. Le Rapport sur la fertilité sélectionne les cliniques les plus avantageuses pour vous selon nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectue une comparaison des prix et des conditions offertes par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

Chirurgie du cancer de l'ovaire

Les jeunes femmes atteintes d'un cancer dans un ovaire ont la possibilité d'enlever cet ovaire malade pour préserver l'autre qui est sain.

C'est l'oncologue qui doit vérifier que l'ablation peut être effectuée sans risque. Pour pouvoir effectuer cette technique, la tumeur doit être:

  • De croissance lente.
  • Avec peu de possibilités de propagation.
  • Faible malignité.
  • Tumeurs de cellules germinales et limitrophes

Un suivi approfondi est effectué pour s'assurer qu'aucune tumeur n'apparaît dans l'autre ovaire. Avec cette option, la femme reste fertile et peut obtenir une grossesse naturellement. Le médecin enlèvera l'ovaire endommagé et laissera l'ovaire et l'utérus sains en place.

S'il y a un risque que le cancer réapparaisse, l'oncologue peut enlever l'ovaire restant une fois que le désir d'enfant a été satisfait.

Techniques pendant le traitement du cancer

Une fois qu'une femme a subi un traitement contre le cancer par chimiothérapie et/ou radiothérapie, les possibilités de préserver sa fertilité sont différentes. Nous les détaillons ci-dessous.

Suppression ovarienne

Cette procédure empêche les ovaires de fonctionner pendant la chimiothérapie et la radiothérapie, les protégeant ainsi des effets nocifs de ces traitements. L'objectif est de diminuer l'activité normale de l'ovaire en réduisant le nombre d'ovules endommagés. De plus, plusieurs études indiquent que cette technique semble fonctionner mieux chez les femmes de moins de 35 ans.

Des agonistes de la GnRH (hormone libérant la gonatrophine) sont injectés deux semaines avant le début de la radiothérapie pelvienne ou de la chimiothérapie. Elle est basée sur l'utilisation de médicaments hormonaux qui ont une action prolongée et qui provoquent la ménopause de la femme pendant une courte période.

La suppression ovarienne est une procédure expérimentale, c'est-à-dire une technique sans efficacité et sécurité prouvées. Comme des recherches plus poussées sont encore nécessaires, il est recommandé de le combiner avec une technique de vitrification de l'ovule ou de l'embryon.

Certains inconvénients de cette technique sont l'apparition de bouffées de chaleur, la faiblesse et l'utilisation de médicaments coûteux.

Protection des ovaires

La radiothérapie ou l'irradiation corporelle totale peut avoir un effet sur l'ovaire, causant des lésions qui entraîneront l'infertilité ou une insuffisance ovarienne précoce. En outre, plusieurs études ont montré que les femmes traitées par radiothérapie à la région abdominale ont un risque accru de fausse couche.

Par conséquent, les ovaires doivent être protégés par un tablier lorsqu'il y a un traitement de radiothérapie dans le bassin ou dans une région voisine. D'autres études sont encore nécessaires pour démontrer son efficacité.

Congélation des tissus ovariens

La congélation des tissus ovariens est une technique expérimentale dont l'efficacité et l'innocuité n'ont pas été démontrées. Cependant, il est recommandé pour les filles prépubères atteintes d'un cancer.

Elle consiste à prélever tout ou partie de l'ovaire en sectionnant le tissu du cortex ovarien et en le cryoconservant par la technique de vitrification. Elle se fait par laparoscopie, c'est-à-dire une intervention chirurgicale mineure par un tube mince qui est inséré par une incision pratiquée près du nombril.

Lorsqu'une femme souhaite devenir mère après un traitement contre le cancer et qu'elle est bien préparée, le tissu ovarien est décongelé et implanté près des trompes de Fallope. Ce tissu est réactivé et produit à nouveau des ovules, qui peuvent être prélevés et utilisés dans un traitement de FIV.

Actuellement, cette méthode n'est pas recommandée chez les femmes atteintes d'un cancer du sang (comme les leucémies ou les lymphomes) ou d'un cancer de l'ovaire en raison du risque de présence de cellules cancéreuses dans l'implant.

Le coût de cette technique est très variable, car l'extraction, la congélation et la transplantation doivent être effectuées.

Transposition ovarienne

La méthode de transposition ovarienne, également connue sous le nom d'ovariopexie, est mise en œuvre pour prévenir d'éventuelles lésions de la gonade par irradiation ionisante. Elle ne peut être utilisée qu'en cas de radiations du bassin et est autorisée avant et après la puberté.

L'ovariopexie est l'ablation des ovaires de la zone de radiation. Pour ce faire, le chirurgien déplace les ovaires vers une autre partie du corps, loin de l'endroit où la radiothérapie doit être effectuée. Une fois effectuée, son effet peut être testé en déterminant la gonadotrophine ou les hormones stéroïdes.

Ce changement dans les ovaires devrait être fait juste avant que le traitement de radiothérapie commence pour empêcher les ovaires de revenir à leur place au fil du temps.

Après la fin du traitement de radiothérapie, les ovaires sont remis dans leur position initiale. Environ 50 % des femmes récupère naturellement leurs menstruations.

La transposition ovarienne est recommandée pour les femmes de moins de 40 ans qui ne présentent pas de métastases. Elle a également été démontrée chez des femmes atteintes du lymphome de Hodgkin.

Les complications qui peuvent survenir après la transposition ovarienne sont:

  • Lésions vasculaires.
  • Infarctus des trompes de Fallope par torsion.
  • Formation de kystes.
  • Apparition d'adhérences utérines.

Maturation des ovocytes in vitro

La technique in vitro de conservation de la maturation des ovocytes consiste en une technique expérimentale appliquée par l'extraction d'ovules de la femme ou du tissu ovarien. Les ovocytes de la phase I, c'est-à-dire les petits ovocytes immatures, sont obtenus et maturés in vitro en laboratoire.

Cette technique ne présente aucun risque d'hyperstimulation ovarienne, mais elle comporte le risque d'une augmentation des altérations chromosomiques, génétiques et épigénétiques.

Les altérations épigénétiques sont des changements dans la structure chimique de l'ADN par l'insertion ou l'élimination de groupes méthyle dans l'ADN qui ne modifient pas la séquence codante.

Les caractéristiques de la maturation in vitro des ovocytes sont:

  • Il n'y a pas de stimulation ovarienne, donc pas de risque d'hyperstimulation.
  • Réduction des coûts liés à la stimulation ovarienne.
  • Moins de complexité.
  • Taux d'implantation plus faible.
  • Taux de fausse-couche plus élevé

Cervectomie radicale

Il s'agit d'une option pour les femmes atteintes d'un cancer du col utérin précoce. Elle consiste à enlever le col de l'utérus en laissant l'utérus et les ovaires en place. Ceci reliera l'utérus à la partie supérieure du vagin par l'intermédiaire d'une bande.

Les femmes peuvent obtenir une grossesse après une cervicectomie; cependant, il existe un risque de fausse couche et de naissance prématurée.

Vos questions fréquentes

Est-il possible d'avoir le temps de congeler les ovules avant un traitement contre le cancer ?

Par Dr. Blanca Paraíso (gynécologue).

Le traitement du cancer peut occasionnellement nécessiter l'ablation des ovaires ou l'administration de chimiothérapie ou de radiothérapie. Il en résulte souvent une perte de fertilité. Cependant, dans de nombreuses situations, en planifiant correctement, il sera possible de préserver la fertilité de ces patientes afin qu'elles puissent devenir mères dans l'avenir. La chose la plus importante en ce sens est de consulter un spécialiste en fertilité dès que la pathologie est diagnostiquée.
Lire la suite

La maturation in vitro des ovocytes est-elle disponible?

Par Marta Barranquero Gómez (embryologiste).

La maturation in vitro des ovocytes est considérée comme une technique expérimentale dans le domaine de la procréation assistée pour préserver la fertilité de la femme. Il s'agit donc d'une technique dont l'efficacité et la sécurité n'ont pas encore été démontrées.

Les techniques de procréation assistée sont-elles nécessaires après la transposition ovarienne?

Par Marta Barranquero Gómez (embryologiste).

Plusieurs techniques de procréation assistée peuvent être nécessaires après la transposition ovarienne pour préserver la fertilité de la femme.

Il est possible que les ovaires soient moins accessibles, ce qui entrave le processus de ponction ovarienne pour obtenir des ovules.

Quelles sont les techniques pour préserver la fertilité chez les femmes atteintes d'un cancer dont la sécurité et l'efficacité ont été prouvées?

Par Marta Barranquero Gómez (embryologiste).

Les techniques de préservation de la fertilité qui ne sont pas considérées comme expérimentales et dont la sécurité et l'efficacité ont été prouvées sont la vitrification des ovules, la cryoconservation des embryons et la transposition ovarienne ou ovarienne.

Combien de temps l'injection de GnRH devrait-elle être administrée dans le cas d'une suppression ovarienne?

Par Marta Barranquero Gómez (embryologiste).

L'injection de GnRH pour la suppression ovarienne doit être répétée chaque mois pendant toute la durée du traitement oncologique.

La rédaction vous recommande

Si vous voulez connaître les méthodes de préservation de la fertilité chez les hommes atteints de cancer, vous pouvez lire l'article Préservation de la fertilité chez les hommes atteints de cancer.

Si vous souhaitez avoir des informations plus générales sur comment préserver sa fertilité, nous vous conseillons la lecture de l'article suivant: Être fertile: quels sont les facteurs qui y contribuent?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

ACOG Committee Opinion. “Ovarian tissue and oocyte cryopreservation”. ObstetGynecol 2008; 111(5):1255-56.

Callejo J. Preservación de la fertilidad en la paciente oncológica. ED. Glosa 2009. The Practice Committes of the ASRM and teh SART. Madure oocyte criopreservation: a guideline. Fertil. Steril. 2012.

Camus,A. Preservación de la fertilidad en la mujer. Revista Médica Clínica Las Condes, Mayo 2010 21 (3),440-449.

Fertility Assessment and treatment for people with fertility problems. NHS. NICE clinical guideline 156. February 2013

Findeklee S, Radosa JC, Takacs ZF, Hamza A, Sima RM, Solomayer EF, Sklavounos P. Fertility preservation in female cancer patients-state of the art. Minerva Ginecol. 2019 Apr 15. doi: 10.23736/S0026-4784.19.04387-9.

Gris, JM, Callejo, J. Técnicas de preservación de la fertilidad. Sociedad Española de Fertilidad (SEF).

Melo AS, Paula CTV, Rufato MAF, Rufato MCAC, Rodrigues JK, Ferriani RA, Barreto J. Fertility optimization in women with cancer: from preservation to contraception.JBRA Assist Reprod. 2019 Apr 10. doi: 10.5935/1518-0557.20190011.

Pesce, R, Marconi, M, Vélez, C, Marconi, G, Glujovsky, D, Baronio, M, Coscia, A. Preservación de la fertilidad. Almer.Reproducción 2017;32:34-39.

Vos questions fréquentes: 'Est-il possible d'avoir le temps de congeler les ovules avant un traitement contre le cancer ?', 'La maturation in vitro des ovocytes est-elle disponible?', 'Les techniques de procréation assistée sont-elles nécessaires après la transposition ovarienne?', 'Quelles sont les techniques pour préserver la fertilité chez les femmes atteintes d'un cancer dont la sécurité et l'efficacité ont été prouvées?' et 'Combien de temps l'injection de GnRH devrait-elle être administrée dans le cas d'une suppression ovarienne?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

Dr. Blanca Paraíso
Dr. Blanca Paraíso
Gynécologue
Diplômée en Médecine et doctorat à l'Universidad Complutense de Madrid (UCM). Diplômée en Statistiques de Sciences de la Santé. Docteur experte en Gynécologie et PMA. En savoir plus sur Dr. Blanca Paraíso
Affiliation à l’Ordre des Médecins: CS3302
 Marta Barranquero Gómez
Marta Barranquero Gómez
Embryologiste
Diplômé en biochimie et sciences biomédicales de l'Université de Valence (UV) et spécialisé en Procréation Médicalement Assistée par l'Université d'Alcalá de Henares (UAH) en collaboration avec Ginefiv et en génétique clinique de l'Université d'Alcalá de Henares (UAH). En savoir plus sur Marta Barranquero Gómez
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.