Par (embryologiste senior), (gynécologue), (gynécologue) et (embryologiste).
Dernière actualisation: 01/03/2019

La préservation de la fertilité consiste à congeler les ovules et les spermatozoïdes dans des échantillons ou d’autres méthodes de congélation, et à les maintenir immergés dans l’azote liquide.

Ainsi, ces cellules peuvent être conservées intactes pour une durée indéfinie jusqu’à ce que l’on souhaite concevoir un enfant. Le moment venu, ils pourront être utilisés dans le cadre d’un traitement de procréation assistée.

Une autre option est de congeler le tissu ovarien ou testiculaire, mais ces procédures sont encore dans une période expérimentale. Cela peut être utilisé dans les cas où la congélation des ovules ou du sperme n’est pas possible.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Quand est-il nécessaire de préserver la fertilité?

On peut vouloir préserver la fertilité principalement dans deux cas spécifiques: chez les patientes en oncologie et lorsque l’on souhaite différer la maternité.

Les patients atteints de cancer peuvent perdre leur fertilité lors des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie. Ce sont des traitements très agressifs qui attaquent les cellules qui sont à l’origine des ovules et du sperme, de sorte qu’ils ne peuvent pas avoir d’enfants biologiques. Dans ces cas, les gamètes peuvent être congelés pour éviter d’avoir à recourir aux ovules ou au sperme d’un donneur par la suite.

Il est également possible d’utiliser des méthodes de préservation de la fertilité lorsqu’on veut retarder la maternité. Une femme naît avec un nombre fini d’ovules, qui diminue avec le temps. Après la puberté, à chaque cycle menstruel, la population d’ovules (réserve ovarienne) continue de diminuer mensuellement jusqu’à l’épuisement complet, que constitue la ménopause.

En vieillissant, la fertilité féminine baisse et elle ne peut être récupérée. Non seulement le nombre d’ovules diminue, mais leur qualité diminue également. Cela implique que leur capacité à être fertilisés diminue, la capacité à se diviser correctement une fois fertilisés également. Tout ceci augmente la probabilité qu’ils aient des altérations génétiques.

Est-il courant pour les femmes de se rendre dans une clinique pour préserver leur fertilité ?

Selon le Dr Federico Galera Fernández, obstétricien/gynécologue spécialisé en médecine de la procréation, il est malheureusement très rare que les femmes se rendent dans une clinique de fertilité pour cette raison.

Il distingue deux types de patients.

  • Le premier groupe est intégré par les femmes ayant des problèmes de fertilité qui sont liés à l’âge. Seulement 5% des femmes de ce groupe visitent une clinique pour préserver leur fertilité. C’est à dire que 95% se rendent dans une clinique car elles ont des problèmes à concevoir, pas pour préserver leur fertilité.
  • Le deuxième groupe est composé de femmes ayant des problèmes de santé ou d’oncologie. Dans ce dernier cas, ils souhaite préserver leur fertilité car ils sont sur le point de commencer un traitement de chimiothérapie ou de radiothérapie qui peut affecter leur fertilité. Seulement 8-10% des femmes de ce groupe se décident à consulter un spécialiste en fertilité.

En fait, affirme le Dr Federico Galera, l’amélioration de cette situation est entre les mains des médecins et des gynécologues. Dans l’ensemble, une femme qui vient de recevoir un diagnostic de cancer ne s’inquiète pas de sa fertilité à ce moment-là.

C’est à la communauté médicale de faire des efforts à ce sujet, en communiquant davantage sur la perte de la fertilité avec l’âge.

Comment peut-on préserver la fertilité?

Afin de préserver la fertilité, il est nécessaire de recourir à une méthode de congélation couramment utilisée en reproduction assistée: la vitrification. C’est une méthode de cryoconservation qui se congèle très rapidement dans l’azote liquide.

Grâce aux progrès des techniques de congélation, il est possible de:

  • Congeler des ovules
  • Congeler du tissu ovarien (expérimental)
  • Congeler du sperme
  • Congeler du tissu testiculaire (expérimental)
  • Congeler des embryons

Pour cela, il faut utiliser des cryoprotecteurs. Ce sont des molécules qui empêchent la formation de cristaux de glace, qui se forment lors de la congélation et qui sont nocives pour les cellules et les tissus à conserver.

La vitrification des ovocytes

La vitrification des ovocytes consiste à les cryopréserver dans des paillettes de vitrification, ce qui nécessite l’utilisation de cryoprotecteurs. Les ovocytes sont conservés congelés dans des réservoirs d’azote liquide appelés banques d’ovocytes. De cette façon, les ovocytes peuvent être conservés pour une durée illimitée sans perdre leurs caractéristiques physiques et fonctionnelles.

Afin de vitrifier les ovules, la femme doit s’administrer un traitement hormonal prescrit par le médecin. Ce traitement permet de faire mûrir plusieurs ovules en même temps afin qu’ils puissent être aspirés directement de l’ovaire par ponction folliculaire, une opération qui se pratique sous anesthésie.

Les ovocytes obtenus par la méthode de vitrification sont ensuite congelés et stockés dans une banque d’ovocytes, où ils restent indéfiniment.

Le processus de vitrification permet d’obtenir de très bons taux de survie et de récupération des ovocytes après décongélation.

Une fois que les patientes décident de devenir mère, le traitement de PMA qui permettra d’utiliser ces ovocytes congelés est la Fécondation In Vitro (FIV).

La congélation du sperme

Contrairement aux femmes, dans le cas des hommes, il n’est pas nécessaire de prendre un traitement hormonal avant de congeler et de conserver leur sperme. La seule chose que les hommes ont à faire est de prélever un échantillon de sperme après une période de 3 à 5 jours d’abstinence sexuelle.

La qualité du sperme sera évaluée en laboratoire (concentration, mobilité, morphologie et vitalité) au moyen d’un spermogramme. En réalité, et comme l’affirme Antonio Alcaide, embryologiste clinique sénior, les trois facteurs qui déterminent si un échantillon peut être congelé ou non sont sa qualité, le nombre et la mobilité des spermatozoïdes.

Enfin, l’échantillon sera traité pour n’obtenir que des spermatozoïdes de haute qualité et les conditionner dans des paillettes, qui seront scellées et stockées dans une banque de sperme. Les échantillons de sperme congelés peuvent être conservés jusqu’à ce que l’homme décide d’avoir des enfants.

La congélation des ovaires et des testicules

Il n’est pas possible de congeler l’ovaire ou tout le testicule, seule une petite portion peut être congelée. Pour les femmes, la méthode est appelée congélation du tissu ovarien et, pour les hommes, congélation du tissu testiculaire. Ce traitement est encore dans sa phase expérimentale.

Ces méthodes peuvent être utilisées dans les cas de cancer, principalement en:

  • Cancer de l’enfant: la puberté n’a pas encore été atteinte et, par conséquent, aucun ovule ou spermatozoïde vitrifiable n’est produit.
  • Les femmes atteintes d’un cancer qui ont besoin d’un traitement immédiat: il n’y aurait pas le temps de passer par un cycle de stimulation ovarienne pour vitrifier les ovules.
  • Les femmes atteintes d’un cancer hormono-dépendant: la stimulation hormonale nécessaire à la congélation des ovules est contre-indiquée.

La procédure consiste à prélever, par biopsie, de petits morceaux du cortex des ovaires chez la femme ou des tubes séminifères chez l’homme. C’est là que les ovules et les spermatozoïdes se développent respectivement à l’âge adulte. Chez l’enfant, les cellules qui sont à l’origine des ovules et des spermatozoïdes se trouvent dans ces tissus.

Le tissu immature extrait est disséqué et coupé en fines tranches, qui sont congelées dans de l’azote liquide. Par la suite, une fois qu’il a été confirmé que le cancer a disparu et atteint l’âge adulte, il est auto-transplanté dans l’ovaire ou le testicule. Il est également possible de faire la greffe dans une autre partie du corps, comme le bras.

Une intervention chirurgicale complexe est nécessaire et les taux de réussite sont nettement inférieurs à ceux obtenus avec des ovules et des spermatozoïdes congelés en raison de la difficulté technique et de la survie limitée de la greffe.

La vitrification d’embryons

Une alternative à la vitrification des ovules offerte aux couples hétérosexuels est de congeler les ovules fécondés lorsqu’ils ont déjà commencé à se diviser. La principale raison de choisir la vitrification des embryons plutôt que la congélation des ovules est qu’ils ont un taux de survie et de récupération post-dégel plus élevé.

Le processus de congélation est similaire à celui de la vitrification des ovules. Les embryons sont introduits dans un milieu avec des cryoprotecteurs et placés dans des paillettes de vitrification. Les paillettes sont ensuite stockées dans une banque d’embryons, où elles restent congelées dans de l’azote liquide jusqu’à leur utilisation.

Si vous devez congeler vos gamètes ou vos embryons dans le but de les utiliser plus tard, nous vous recommandons d'utiliser le Rapport sur la fertilité. En 3 étapes simples, vous pourrez connaître les cliniques espagnoles qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles afin de pouvoir visiter les cliniques.

L’endométriose et la préservation de la fertilité

On peut aussi utiliser les méthodes de préservation de la fertilité dans le cas d’endométriose. Le Dr Blanca Paraíso, gynécologue spécialisée en procréation assistée, considère que la société scientifique n’est pas parvenue à un consensus sur la question de savoir si les patientes atteintes d’endométriose devraient choisir de préserver leur fertilité ou non.

Cependant, il existe une série de faits associés à l’endométriose qui nous ont amené à penser que la préservation de la fertilité peut être une bonne option pour ces femmes. Premièrement, nous savons que l’endométriose affecte le nombre d’ovules en réduisant à la fois la qualité et la quantité des ovules.

De plus, l’endométriose est une condition qui se développe tout au long de votre vie. Par ailleurs, si une intervention chirurgicale est nécessaire à un moment donné, il est probable que cela affecte considérablement la réserve ovarienne. A tout cela, il faut ajouter que le taux de récidive après chirurgie est assez élevé, jusqu’à 50% des femmes qui ont subi une chirurgie développent à nouveau l’endométriose.

Ainsi, la préservation de la fertilité pourrait être une option recommandée chez toutes les femmes atteintes d’endométriose. Néanmoins, nous devons garder à l’esprit que ce n’est peut-être pas une option rentable et que le patient peut finir par subir de nombreux cycles inutiles.

L’infertilité, dit le Dr Paraíso, n’est pas présente chez toutes les femmes qui souffrent d’endométriose. Il est donc logique de dire que seules les personnes qui risquent le plus de devenir stériles à l’avenir devraient se tourner vers cette option. Ces patientes peuvent être des femmes atteintes d’endométriose dans les deux ovaires, bilatérale, celles qui ont subi une intervention chirurgicale dans l’ovaire et dont les implantations sont récurrentes sur l’autre ovaire, l’ovaire controlatéral, ou par exemple pour des patientes très jeunes car on sait que la maladie va évoluer durant leur vie, et il est probable que celles-ci ne souhaitent pas encore concevoir.

En tout état de cause, chaque cas doit être examiné individuellement, en se concentrant sur l’âge pour évaluer également les chances de grossesse si les ovules sont cryopréservés à cet âge.

Combien cela coûte ?

La congélation et vitrification de gamètes ou embryons sont des techniques qui ne sont généralement pas incluses dans le prix du traitement initial. Par conséquent, il est important de tenir en compte ces prix, aussi bien les personnes qui souhaitent préserver leur fertilité que ceux qui possèdent des embryons surnuméraires.

La législation française autorise l’auto-conservation d’ovocytes uniquement pour des raisons médicales, par exemple, avant un traitement potentiellement stérilisant ou pour des femmes souffrant d’endométriose, de cancer ou lors de FIV. La vitrification d’ovocytes dite de confort n’est donc pas autorisée et les françaises ont recours aux cliniques étrangères.

Les prix varient en fonction de la clinique et du processus. La technique la plus simple et économique est la congélation de sperme, environ entre 200 et 700€.

Congeler ses ovocytes en revanche est plutôt coûteux: environ 2 000 à 3 000 euros. Le prix comprend une stimulation ovarienne, des dosages hormonaux, des échographies, le prélèvement des ovocytes sous anesthésie pendant un court séjour à l’hôpital puis la congélation des ovocytes prélevés. A cette somme s’ajoutent les frais de transport et de logement puis, plus tard, les coûts liés à la dévitrification et à la FIV.

Vos questions fréquentes

Est-il possible d’avoir le temps de congeler les ovules avant un traitement contre le cancer ?

Par Dr. Blanca Paraíso (gynécologue).

Le traitement du cancer peut occasionnellement nécessiter l’ablation des ovaires ou l’administration de chimiothérapie ou de radiothérapie. Il en résulte souvent une perte de fertilité. Cependant, dans de nombreuses situations, en planifiant correctement, il sera possible de préserver la fertilité de ces patientes afin qu’elles puissent devenir mères dans l’avenir. La chose la plus importante en ce sens est de consulter un spécialiste en fertilité dès que la pathologie est diagnostiquée.
Lire la suite

Jusqu’à quel âge peut-on congeler ses ovocytes ? Peut-on les congeler à 41 ans ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Il n’existe pas de limite d’âge à proprement parler pour les congeler. Cependant, l’idéal est de le faire quand la femme est jeune et ses ovocytes sont de bonne qualité.

Ainsi, le taux de réussite sera plus élevé lors du traitement de fécondation in vitro.

Comment congeler le sperme et les ovules à la maison ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Ces cellules ne peuvent pas être congelées chez soi, il faut impérativement avoir recours à un centre spécialisé. Afin que les ovocytes et les spermatozoïdes puissent être utilisés plus tard, ils doivent être congelés dans des conditions spécifiques qui ne peuvent être réunies à la maison.

De plus, pour congeler les ovules, il faut d’abord subir une intervention chirurgicale.

Comment conserver les spermatozoïdes vivants ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Les méthodes actuelles de congélation de sperme permettent de maintenir les spermatozoïdes intacts. Grâce aux agents cryoprotecteurs utilisés et à la congélation rapide qui est employée, les taux de survie sont élevés et ils ne pas endommagés.

Combien dure le sperme congelé ? Peut-il se périmer ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Les spermatozoïdes congelés peuvent être maintenus durant un temps indéfini. La méthode employée pour la congélation permet de conserver les échantillons sans qu’ils subissent de dommages et maintenant leurs caractéristiques physiques et fonctionnelles.

La rédaction vous recommande

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur ce processus de congélation, nous vous conseillons de lire l’article suivant: Congélation et vitrification: ovocytes, sperme et embryons.

Si vous êtes intéressé par le processus détaillé de la congélation de sperme, vous pouvez lire l’article suivant: Congélation de sperme: indications, formats et utilisation.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Callejo J. Preservación de la fertilidad en la paciente oncológica. ED. Glosa 2009. The Practice Committes of the ASRM and teh SART. Madure oocyte criopreservation: a guideline. Fertil. Steril. 2012.

Domingo J. García Velasco JA Preservación de la fertilidad en pacientes con cáncer. Cuadernos de Medicina Reproductiva. Vol. 15 nº 1. 2009.

Fertility Assessment and treatment for people with fertility problems. NHS. NICE clinical guideline 156. February 2013.

Garcia Velasco JA et al. Five years' experience using oocyte vitrification to preserve fertility for medical and non-medical indications. Fertil.Steril. 2013

GrisJM y Callejo J. Preservación dela fertilidad: estrategias en pacientes sometidas a tratamientos citotóxicos antes de recurrir a la donación de ovocitos. En: Donación de Ovocitos. Nadal J. Ed: Momento Médico Iberoamericana 2010.

Callejo J y cols. Congelación de embriones por indicación oncológica y/o enfermedad grave. En: Donación de embriones. Nadal J. Ed. Momento Médico 2013.

Matorras R. y Hernández J. Estudio y tratamiento de la pareja estéril. Recomendaciones SEF 2007.

Nichole Wyndham, B.A. A persistent misperception: assisted reproductive technology can reverse the ‘‘aged biological clock’’. Fertil Steril 2012.

Reproducción Asistida ORG. Video: ¿Cuándo se recomienda preservar la fertilidad con endometriosis? (Dans quels cas recommande-t-on la préservation de la fertilité en cas d'endométriose?), par le Dr Blanca Paraíso, le 19 Décembre 2018. [Voir la vidéo originale en espagnol ici].

Reproducción Asistida ORG. Video: ¿Cómo se realiza la congelación de semen? (Comment le sperme est-il congelé?), par Antonio Alcaide Raya, embryologiste, le 12 Janvier 2016. [Voir la vidéo originale en espagnol ici].

Reproducción Asistida ORG. Video: Preservar la fertilidad (Préserver la fertilité), par Federico Galera Fernández, gynécologue le 24 Mai 2012. [Voir la vidéo originale en espagnol ici].

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

Dr. Antonio Alcaide Raya
Dr. Antonio Alcaide Raya
Embryologiste Senior
Diplômé en Biologie et Expert en Génétique Médicale. Master en Biologie et Embryologie du Développement par l'Universidad de Valencia (UV). Membre du Conseil de direction de SEBIR et directeur de laboratoire. En savoir plus sur Dr. Antonio Alcaide Raya
Dr. Blanca Paraíso
Dr. Blanca Paraíso
Gynécologue
Diplômée en Médecine et doctorat à l'Universidad Complutense de Madrid (UCM). Diplômée en Statistiques de Sciences de la Santé. Docteur experte en Gynécologie et PMA. En savoir plus sur Dr. Blanca Paraíso
Affiliation à l’Ordre des Médecins: CS3302
Dr. Federico Galera Fernández
Dr. Federico Galera Fernández
Gynécologue
Docteur spécialiste en Gynécologie et Obstétrique. Plus de 25 ans d'expérience dans le secteur de la Médecine Reproductive comme directeur et fondateur de l'Instituto Madrileño de Fertilidad (IMF). Pionnier et spécialiste en traitement de l'infertilité et la stérilité par l'application des différentes Techniques de PMA. En savoir plus sur Dr. Federico Galera Fernández
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 23196
 Sara Salgado
Sara Salgado
Embryologiste
Diplômée en Biochimie et Biologie Moléculaire de l'Universidad del País Vasco (UPV/EHU), avec un Master en Procréation Médicalement Assistée de l'Universidad Complutense de Madrid (UCM). Titre d'expert universitaire en Techniques de Diagnostic Génétique de l'Universidad de Valencia (UV). En savoir plus sur Sara Salgado

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.