Par (embryologiste).
Dernière actualisation: 07/01/2019

L’infertilité peut avoir avoir une origine très diverse: 30% serait du à des causes féminines, 30% à des causes masculines et 20% à des causes mixtes, c’est à dire que chaque membre du couple présente des altérations.

Les 20% restants, en revanche, ont une origine inconnue. Cela signifie que, après avoir fait tous les tests diagnostics habituels, les résultats sont normaux et on ignore ce qui peut altérer le système reproducteur féminin ou masculin et qui empêche la grossesse.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Comment est-elle diagnostiquée?

La stérilité d’origine inconnue est aussi connue sous le nom de stérilité inexpliquée ou de stérilité idiopathique.

Il convient de souligner que, le fait de ne pas connaître les raisons pour lesquelles un couple n’obtient pas de grossesse ne signifie pas qu’il n’y a pas de cause spécifique. Tous les cas d’infertilité ont une cause, mais il est parfois difficile de la détecter.

Étant donné cela, on considère qu’un couple souffre de stérilité inexpliquée lorsqu’il remplit les différents critères:

  • Les cycles menstruels sont réguliers.
  • L’analyse hormonale aux jours 3-5 du cycle menstruel est normale.
  • L’hormone antimüllerienne se trouve dans les limites de référence normales.
  • L’hystérosalpingographie indique que les trompes de Fallope sont perméables.
  • Les échographies indiquent que l’anatomie de l’utérus est normale, sans présence de myomes ni de polypes.
  • Le comptage de follicules antraux par échographie est supérieur à 5 et la ligne d’endomètre est régulière et homogène.
  • Tous les paramètres du spermogramme sont compris dans les valeurs de référence.
  • Les relations sexuelles sont fréquentes, particulièrement rapprochées du moment de l’ovulation.
  • Le couple a essayé de concevoir, pendant au moins un an, sans succès.

En plus de tous les tests diagnostics commentés jusqu’à maintenant, il existe des tests complémentaires qui peuvent donner la cause de l’infertilité. Cependant, parfois, il est préférable de réaliser un traitement de fertilité avant de continuer à réaliser des examens à l’aveugle.

Il peut également arriver que, bien que dans un premier temps, un diagnostic de stérilité d’origine inconnue soit rendu, on identifie quelle est la cause exacte de l’infertilité après plusieurs échecs répétés dans les traitements de reproduction assistée, des avortements spontanés ou en faisant plus de tests complémentaires.

Les causes

Étant donné que nous parlons de stérilité d’origine inconnue, il est compliqué d’expliquer les raisons réelles pour lesquelles un couple ne parvient pas à la gestation.

Cependant, l’expérience dans les traitements de reproduction assistée a détecté quelques altérations qui pourraient causer cette difficulté à concevoir.

Altérations génétiques des spermatozoïdes
les spermatozoïdes avec des erreurs dans leur séquence génétique peuvent donner lieu à des échecs de fécondation ou des embryons de mauvaise qualité qui ne peuvent pas aboutir à une grossesse viable. Pour détecter ces anomalies, il faudrait faire des tests génétiques du sperme de l’homme comme, par exemple, un test de fragmentation de l’ADN.
Altérations chromosomiques de l’ovule
le nombre d’aneuploïdies ou de mutations génétiques de l’ovule de la femme augmente avec l’âge. Bien que la femme présente des cycles ovulatoires normaux, il est possible que la qualité ovocytaire soit affectée et que ces cycles ne soient pas capables de donner lieu à des embryons qui s’implantent et se développent de manière normale.
Altérations de l’embryon
lorsque l’on féconde les ovules avec les spermatozoïdes en laboratoire, il est possible d’observer la morphologie des embryons et leur développement. Ces embryons avec des cellules asymétriques, une fragmentation, de multiples noyaux ou qui évoluent de manière lente sont considérés comme étant de mauvaise qualité et, par conséquent, ils ont une plus grande probabilité de se bloquer et de donner lieu à des échecs dans l’implantation ou des avortements biochimiques.
Échecs d’implantation
pour qu’un embryon puisse adhérer à la paroi utérine et commencer son développement, il est nécessaire que l’endomètre soit réceptif et qu’il existe une parfaite synchronisation entre l’embryon et l’endomètre. Une fenêtre d’implantation déplacée pourrait donner lieu à des échecs d’implantation et une impossibilité d’obtenir la grossesse.

Toutes ces altérations peuvent donner lieu à une stérilité d’origine inconnue primaire ou secondaire, c’est à dire qu’il est possible que le couple ait eu un enfant auparavant et qu’il ne réussisse pas à concevoir un deuxième bébé.

Il convient de souligner que l’âge de la femme est également un facteur très important qui doit être pris en compte au moment de chercher une cause d’infertilité. À partir de 35 ans, la probabilité d’obtenir une grossesse diminue considérablement à cause du vieillissement des ovaires.

Traitement de la SOI

Le traitement adéquat pour aborder l’infertilité sans cause apparente dépendra de l’âge de la femme.

En général, si le couple est jeune et les tests ne sont pas concluants, les spécialistes ont recourt à un traitement empirique et gradué, c’est à dire des techniques les plus simples aux plus compliquées.

En revanche, si la femme présente déjà un âge maternel avancé, il est possible que les spécialistes prescrivent directement un traitement de haute complexité comme la fécondation in vitro (FIV).

Ci-dessous, nous allons commenter pas à pas quelle serait l’approche pour obtenir une grossesse dans un couple jeune souffrant d’infertilité inexpliquée.

Traitement naturel

Parfois, de petites modifications dans le mode de vie du couple peuvent résoudre ce problème d’infertilité. Voici quelques conseils importants lorsqu’on recherche une grossesse:

  • Suivre une alimentation saine et équilibrée. Par dessus tout, il est très important de consommer des fruits et légumes qui apportent toutes les vitamines, minéraux et antioxydants nécessaires pour avoir une bonne santé reproductive.
  • Éliminer les substance toxiques comme le tabac et réduire la consommation d’alcool et de caféine.
  • Pratiquer une activité physique modérée car cela contribue à réduire le niveau de stress et d’anxiété que produit la recherche de grossesse.
  • Perdre du poids en cas de problème de surpoids ou d’obésité.
  • Contrôler les jours fertiles et maintenir des relations sexuelles tous les deux jours. De cette manière, l’abstinence sexuelle contribue à avoir une qualité séminale optimale.

Il est possible que, en plus de tout cela, le spécialiste prescrive au couple plusieurs cycles de coït programmé. On contrôle la phase folliculaire du cycle menstruel par échographie et on demande au couple d’entretenir des relations sexuelles le jour même de l’ovulation.

Insémination artificielle

L’insémination artificielle (IA) sera le suivant traitement indiqué si le couple ne parvient pas à obtenir une grossesse avec les relations sexuelles programmées.

Il est également possible que l’on tente de parvenir à une grossesse directement avec l’IA si cela fait déjà un moment que le couple essaie de parvenir à une grossesse de manière naturelle sans succès.

L’insémination artificielle consiste à réaliser une légère stimulation ovarienne de la femme pour favoriser le développement d’un ou de deux follicules dans l’ovaire. Par la suite, on stimule l’ovulation et le sperme de l’homme préparé est déposé à l’intérieur de l’utérus.

L’IA est une technique très simple et, c’est pourquoi, il est recommandé de réaliser un maximum de 4 cycles avant de passer au traitement suivant. La probabilité de grossesse augmente à mesure qu’on réalise davantage d’inséminations, mais une fois arrivé à la quatrième IA, les études montrent que le taux de succès n’augmente plus.

Fécondation in vitro

Lorsque les traitements d’IA précédents ont échoué ou si la femme a plus de 36 ans, le traitement indiqué pour obtenir une grossesse sera la FIV.

La FIV possède un taux de succès beaucoup plus élevé que les traitements antérieurs et, de plus, peut donner plus d’informations sur les causes possibles d’infertilité qui n’ont pas pu être détectées.

Avec la FIV, il est possible d’observer au microscope les ovules de la femme et les embryons après sa fécondation. Ainsi, il est possible de les classer en suivant des paramètres de qualité établis:

L’embryon de meilleure qualité sera celui qui sera choisi pour être transféré dans l’utérus de la mère et essayer ainsi d’obtenir la gestation.

Tests complémentaires

Si après tous les procédés que nous avons abordés, la grossesse ne survient toujours pas, le spécialiste devra proposer au couple de poursuivre avec d’autres tests ou des techniques plus complexes.

Le Caryotype
Il s’agit d’un examen génétique pour voir la structure et le nombre de chromosomes, et détecter de possibles altérations comme les doublements, les inversions, etc.
Le Diagnostic génétique préimplantatoire
C’est un bilan génétique qui est réalisé sur les embryons pendant le déroulement d’une FIV. Ainsi, on réussit à identifier les embryons génétiquement sains à transférer, alors que les embryons avec anomalies génétiques sont écartés.
Le Test ERA
C’est un examen qui étudie la réceptivité endométriale et qui peut déterminer quel moment est le plus adéquat pour réaliser le transfert embryonnaire.
Les tests de thrombophilie
Les problèmes de coagulation du sang peuvent mener à des échecs d’implantation répétés ou à des avortements récurrents qui ne sont identifiés qu’au moment où sont réalisés les tests spécifiques de thrombophilie
Le don de gamètes
Lorsque la cause de l’infertilité n’a pas été trouvée ou lorsqu’aucun des traitements n’a fonctionné, il est possible de changer l’un des gamètes ou les deux (ovules et spermatozoïdes) pour tenter d’obtenir une grossesse.

La stérilité d’origine inconnue est un des diagnostics qui angoissent le plus les couples qui essayent d’obtenir une grossesse depuis des années.

Le fait de ne pas savoir ce qui se passe, qui des deux a le problème, ne pas pouvoir mettre en place de solution etc. contribue encore plus au désespoir de ces couples et, souvent, ils auront besoin d’une assistance psychologique.

Vos questions fréquentes

Est-il possible d’obtenir une grossesse naturelle avec une stérilité d’origine inconnue?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Oui: Étonnamment, il y a des couples qui essaient d’obtenir une grossesse depuis des années ou qui sont sur une longue liste d’attente de la Sécurité Sociale et qui, juste au moment de commencer le traitement, découvrent que la femme est tombée enceinte de manière naturelle.

Évidemment, ceci est du au fait que la cause de la stérilité n’était pas grave et il est tout à fait possible que le facteur psychologique ait influencé le retard de la gestation.

Que faire en cas d’infertilité sans cause apparente?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Le plus important, lorsqu’il existe des problèmes d’infertilité et que le couple n’obtient pas de grossesse, est de s’en remettre aux mains d’un professionnel de la médecine expert sur le sujet.

Il est recommandé de chercher une clinique de production médicalement assistée de confiance et suivre toutes les instructions fixées par le spécialiste. Il est possible que ce soit un long chemin et qu’il soit nécessaire de réaliser une multitude de tests diagnostics, c’est pourquoi il est demandé au couple de faire preuve de beaucoup de patience et de calme.

La rédaction vous recommande

Tout d’abord, lorsqu’une femme se rend dans une clinique de fertilité, il est nécessaire de faire tous les tests diagnostics basiques pour appliquer le traitement adéquat.
Vous pouvez les retrouver dans l’article suivant: Bilan de fertilité de la femme.

Dans le cas de l’homme, il faut également réaliser quelques examens pour avoir un diagnostic plus complet. Vous pouvez les retrouver ici: En quoi consiste le bilan de stérilité masculin?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Aboulghar, MA, Mansour RT, Serour GI, Amin Y, Ramzy, AM, Sattar MA and Kamal, A (1999). Management of long-standing unexplained infertility: a prospective study. Am K. Obstet. Gynecol.

Gleicher N, Barad D. Unexplained infertility: Does it really exist? Hum Reprod 2006; 21: 1951-55.

Pandian Z, Gibreel A, Bhattacharya S. In vitro fertilisation for unexplained subfertility. Cochrane Database of Systematic Review 2015, Issue 11. Art. No.: CD003357.

Pashayan N, Lyratzopoulos G, Mathur R (2006). Cost-effectiveness of primary offer of IVF vs. primary offer of IUI followed by IVF (for IUI failures) in couples with unexplained or mild male factor subfertility. BMC Health Serv Res; 6: 80.

Auteurs et collaborateurs

 Zaira Salvador
Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Université Politécnica de Valencia (UPV), Biotechnology degree en la National University of Ireland en Galway (NUIG) et embryologiste spécialisée en Médecine Reproductive avec un Master en Biotechnologie de la Reproduction Humaine par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI) En savoir plus sur Zaira Salvador
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.