Symptômes les plus communs après un transfert embryonnaire

Par (gynécologue), (gynécologue), (embryologiste), (gynécologue), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 29/10/2020

Le transfert d'embryons est la dernière étape à laquelle la patiente doit faire face dans le processus de fécondation in vitro(FIV). Cette procédure est simple et ne nécessite pas de sédation, mais doit être effectuée dans des conditions aseptiques.

Ce processus consiste à placer le ou les embryons dans l'utérus de la future mère. Pour ce faire, le gynécologue utilisera une canule de transfert qu'il introduira par le vagin afin d'atteindre l'endomètre. Tout cela sera fait de manière guidée par une échographie pour garantir le succès du transfert d'embryons.

Vous trouverez ci-dessous un index des 7 points que nous allons aborder dans cet article.

Symptômes de transfert post-embryonnaire

En général, les femmes qui commencent un cycle de FIV avec leurs propres ovules doivent passer par 4 étapes de traitement distinctes :

Stimulation ovarienne
la patiente reçoit différentes hormones qui vont entraîner une augmentation du nombre d'ovules dans ses ovaires.
Ponction folliculaire
une aiguille d'aspiration est introduite dans la femme par le vagin pour atteindre les ovaires et recueillir les ovules qui ont poussé à l'intérieur.
Préparation de l'endomètre
les jours précédant le transfert d'embryons, la patiente reçoit un traitement hormonal à base d'œstrogènes et de progestérone pour augmenter l'épaisseur de son endomètre utérin afin qu'il soit en parfaite condition pour recevoir les embryons.
Transfert d'embryons
placement de l'embryon dans l'utérus au moyen d'une canule de transfert que le gynécologue insère par le col de l'utérus

Après le transfert d'embryons, la femme a 15 jours devant elle pendant lesquels elle devra faire face à l'incertitude et à l'inquiétude de ne pas savoir si son traitement a donné les résultats escomptés jusqu'à ce que le test de grossesse soit effectué. Il est donc tout à fait normal qu'après le transfert d'embryon, la femme soit plus consciente de tous les symptômes et changements que son corps subit afin d'essayer de prévoir à l'avance une éventuelle issue.

Cependant, la plupart de ces symptômes sont davantage liés au traitement hormonal administré pour préparer l'utérus et à la technique de transfert elle-même. En fait, de nombreuses femmes affirment n'avoir eu aucun symptôme après un transfert d'embryon réussi.

Si vous devez faire un traitement de fécondation in vitro pour devenir maman, nous vous recommandons d'utiliser le Rapport sur la fertilité. En 3 étapes simples, qui vous permettra de connaître les cliniques à l’étranger qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles avant de réaliser des visites dans les cliniques.

Les principaux symptômes auxquels est confrontée une patiente qui suit un traitement de FIV avec ses propres ovules après un transfert d'embryon sont décrits ci-dessous.

Sécrétions vaginales abondantes

Les patientes connaissent souvent des changements dans leurs pertes vaginales. Parmi elles, le changement le plus fréquent constaté par les femmes est l'augmentation des sécrétions vaginales les jours suivant le transfert de l'embryon.

Ces altérations sont produites en conséquence des niveaux hormonaux de la femme et de la progestérone administrée par voie vaginale, qui sert à maintenir l'endomètre dans un état optimal pour favoriser l'implantation des embryons.

Petits saignements

De nombreuses femmes subissent des pertes sanguines mineures après le transfert d'embryons. Ces taches sont considérées comme tout à fait normales et disparaissent généralement 2 ou 3 jours après le transfert d'embryon.

En général, les saignements sont dus à la canalisation par le col de l'utérus qui se fait dans le processus de transfert d'embryons en insérant la canule à travers le col.

Comme le dit l'embryologiste Aitziber Domingo:

Après le transfert d'embryons, les patients peuvent remarquer une tache brune ou rosâtre due à l'introduction du cathéter, qui peut frotter contre les parois du col de l'utérus.

Changements dans les seins

Lorsque quelques jours se sont écoulés depuis le transfert d'embryons, il est normal que la femme remarque des changements dans ses seins. Vos seins peuvent être un peu plus durs que la normale, gonflés et mous, et vous pouvez également remarquer des picotements dans les mamelons et un assombrissement des aréoles.

Ces changements mammaires sont des symptômes courants chez les femmes en raison de l'administration d'hormones avant le transfert d'embryon.

Fatigue

La sensation de fatigue accrue est due à l'augmentation de l'hormone progestérone, qui, dans une grossesse naturelle, se concentre pour maintenir la paroi de l'utérus où l'embryon s'implante.

Par conséquent, les patients qui subissent un transfert d'embryon après une FIV ou une ICSI doivent prendre des suppléments de progestérone pour maintenir cet enrobage.

Nausées

Les nausées sont le symptôme classique de la grossesse au cours du premier trimestre, bien qu'il faille noter qu'elles sont également très fréquentes après l'administration des hormones d'un traitement de procréation assistée. C'est pourquoi ce symptôme peut être confondu avec un symptôme de grossesse.

Toutefois, il convient de souligner que toutes les femmes qui tombent enceintes et toutes les femmes qui ont suivi un traitement de procréation assistée n'ont pas de nausées. Cela signifie que le fait de ne pas souffrir de nausées après un transfert d'embryon n'indique pas un échec du traitement.

Miction fréquente

De nombreuses femmes qui suivent un traitement de procréation assistée se voient injecter l'hormone hCG, l'hormone de la grossesse.

Dans une grossesse naturelle, la hCG est produite par le sac gestationnel de l'embryon et contribue au maintien et à la progression de la gestation. Cette hormone augmente dans le sang et l'urine peu après l'implantation de l'embryon, de sorte que la détermination de la hCG est essentielle pour confirmer la grossesse.

L'un des effets secondaires de la hCG est l'augmentation de la fréquence des mictions. Toutefois, on ne saura pas si cette augmentation du débit urinaire est due à une grossesse réelle ou aux injections supplémentaires que la femme reçoit.

Absence de menstruation

L'absence de menstruations est sans aucun doute l'un des premiers symptômes qui peuvent faire suspecter une éventuelle grossesse.

Cependant, il convient de noter qu'après un transfert d'embryon, une patiente doit attendre environ 14 jours pour avoir ses règles en cas de résultat négatif. Selon le cycle menstruel de la patiente, cela peut entraîner la confusion d'un retard des menstruations comme signe de grossesse.

Piqûres, vertiges et douleurs dans la région abdominale et le bas du dos

Les épingles et les aiguilles, les vertiges et les douleurs dans la région abdominale et le bas du dos sont des plaintes fréquentes après le transfert d'embryons. Ces symptômes sont généralement causés par les hormones de stimulation ovarienne ou de préparation de l'endomètre. En outre, un certain inconfort et une certaine douleur peuvent également être causés par le processus de ponction folliculaire lui-même.

L'anxiété même générée par la bêta-attente peut également produire une sensation de vertige.

Autres

Moins fréquemment, d'autres symptômes peuvent apparaître chez la femme après le transfert d'embryon :

  • L'insomnie.
  • Perte d'appétit.
  • Constipation.
  • Gonflement dans le ventre.
  • Maux de tête.

Il est nécessaire de souligner que dans les cas où les symptômes empêchent la patiente de mener normalement sa vie, un spécialiste doit être consulté afin de les traiter de manière appropriée.

Transfert d'embryons congelés ou de dons d'ovules

Jusqu'à présent, nous avions parlé des symptômes qu'une patiente subissant un cycle de FIV éprouve en raison des processus de stimulation ovarienne, de ponction folliculaire, de préparation de l'endomètre et de transfert d'embryons.

Cependant, les symptômes décrits pour les femmes ayant subi un transfert d'embryons congelés varient quelque peu, puisque ce transfert n'a pas été effectué dans le même cycle que la stimulation ovarienne. En outre, les patientes qui ont suivi un traitement d'don d'ovules n'auront pas subi de processus de stimulation ovarienne et de ponction folliculaire.

Pour cette raison, les patients ayant bénéficié d'un transfert d'embryons congelés et de dons d'ovocytes n'auront à subir qu'une préparation endométriale et un transfert d'embryons. Dans ces cas, ce que l'on appelle le cycle substitué ou le cycle naturel sera réalisé.

Cycle substitué

Lorsqu'un cycle de substitution est effectué, la femme ne subit pas de stimulation ovarienne et ses ovaires ne sont pas aussi enflammés. Cela s'explique par le fait qu'elle avait des embryons vitrifiés provenant d'un cycle précédent ou qu'elle a subi un traitement de un don d'ovules.

Ces patientes ne reçoivent un traitement hormonal que pour préparer leur endomètre et les symptômes qu'elles ressentent sont donc ceux liés au transfert lui-même ou à l'administration d'œstrogènes et de progestérone. En général, ces femmes souffrent moins de gêne abdominale, de fourmillements et d'aiguilles, bien qu'il y ait toujours des exceptions.

Cycle naturel

Il existe également la possibilité de transférer des embryons cryopréservés ou donnés dans un cycle naturel, où les hormones naturelles du cycle menstruel de la patiente sont utilisées et où l'évolution de l'endomètre est contrôlée au moyen d'échographies. Dans ce cas, la progestérone n'est administrée que dans la phase lutéale du cycle, proche du transfert d'embryon. Par conséquent, les symptômes dont souffre le patient sont encore moins nombreux.

D'autre part, le stress subi par les femmes lorsqu'elles profitent d'un cycle naturel est moindre, puisqu'elles ne doivent pas surveiller l'administration des médicaments pendant tout le processus.

Quand commencer à s’inquiéter après un TE ?

La grossesse extra-utérine (GEU) est l’une des complications les plus préoccupantes après une fécondation in vitro : elle met la patiente en danger et est cause de fausse couche. La fréquence de la grossesse extra-utérine est estimée de 1 à 3% par cycle de FIV.

Les GEU se produisent lorsque l’embryon s’implante dans l’appareil reproducteur interne, mais ailleurs que dans l’utérus. L’endroit le plus commun est la trompe de Fallope, mais l’implantation peut se produire dans une autre partie de la cavité abdominale comme l’ovaire ou le col de l’utérus (cervix).

La liste suivante recense les signes préoccupants qui peuvent être les symptômes d’une GEU. Ils tendent à apparaître entre 5 et 14 semaines après la confirmation de la grossesse :

  • Douleur dans le bas ventre : il s’agit probablement du symptôme principal. Elle se manifeste en général sous forme de crampe similaire à celle du syndrome prémenstruel (SPM). Une douleur abdominale peut également apparaître.
  • Saignement brun : c’est un effet secondaire de la stimulation hormonale, que l’embryon se développe ou non. Le saignement peut être léger ou plus important.
  • Signes de grossesse : les changements hormonaux ont lieu comme pour une grossesse intra-utérine. Les symptômes habituels comprennent des changements dans les seins et l’absence du retour de la menstruation.
  • Troubles : vomissements, diarrhées, etc. peuvent se manifester, comme si la femme souffrait d’une maladie gastro-intestinale.
  • Douleurs croissantes et d’origine indéterminée dans le bas-ventre : causées par le saignement de l’extrémité de la trompe de Fallope, s’il y a rupture et même avant. Si elles se produisent, il s'agit d'une urgence médicale. Souvent, la femme les ressent en position couchée.

Si la GEU n’est pas détectée, l’embryon continue à se développer dans la trompe et peut finir par la déchirer, entraînant un saignement intra-abdominal abondant. Les symptômes de la rupture peuvent inclure l’évanouissement, l’accélération du rythme cardiaque, des vertiges, etc.

Une GEU peut être diagnostiquée grâce à l’augmentation du taux d’hormone HCG dans le sang et par une échographie pelvienne. En général, il est rassurant que les niveaux de HCG se multiplient par deux tous les 2-3 jours durant les neuf ou dix premières semaines de grossesse. Des taux plus bas peuvent indiquer une éventuelle fausse couche.

Vos questions fréquentes

Quels symptômes pouvez-vous avoir après le transfert d'embryons ?

Par Dra. Rut Gómez de Segura (gynécologue).

Après un traitement de procréation assistée, il est naturel d'essayer de deviner certains symptômes qui indiquent si le traitement a réussi.

Cependant, le plus normal est que pendant cette période d'attente de la bêta, vous ne ressentirez aucune douleur, saignement ou symptôme qui indiquerait si la grossesse a été obtenue.

En outre, chaque patiente est différente et peut présenter des symptômes de grossesse différents en fonction de son traitement.
Lire la suite

Dois-je avoir peur si je ne présente aucun symptôme de grossesse après le transfert d'embryon ?

Par Dr. Blanca Paraíso (gynécologue).

Après le transfert d'embryons, il est normal que les patients soient particulièrement vigilants à l'égard de tout symptôme pouvant indiquer qu'une grossesse a été obtenue. Cependant, le plus courant est de ne pas remarquer de symptômes au cours de ces premiers jours. Les symptômes de la grossesse sont principalement provoqués par l'élévation de l'hormone hCG, et dans les premiers jours suivant le transfert, les niveaux seront très faibles ou indétectables.

En fait, bien souvent, les symptômes évoqués par les patients sont dus aux médicaments mêmes que nous utilisons pour faciliter l'implantation des embryons. Ainsi, la progestérone peut provoquer de la somnolence, des nausées, etc. L'administration de hCG à la fin d'un cycle de FIV peut produire une augmentation de la fréquence urinaire et l'augmentation de la taille des ovaires due à la croissance de multiples follicules ou le médicament utilisé pour une préparation endométriale peut produire un inconfort similaire à celui d'une période.

On peut donc conclure qu'il n'y a pas de symptômes spécifiques de la grossesse à ce stade précoce. Ni l'absence de symptômes ni la présence de l'un d'entre eux ne peuvent nous dire si le transfert a été efficace. Nous devrons attendre que le bêta-hCG soit effectué pour en être certain.

Le saignement trois jours après un transfert est-il un signe d’absence de grossesse ?

Par Patricia Recuerda Tomás (embryologiste).

Il est vrai qu'une fois le transfert d'embryon effectué et que l'embryon est implanté dans l'endomètre, il est possible qu'il y ait un léger saignement à la suite du passage du cathéter de transfert dans le col ou de l'invasion de l'endomètre par l'embryon transféré.

La présence d'un saignement après le transfert de l'embryon, en elle-même, n'est pas indicative d’une grossesse ou de son absence, nous devons attendre le test de grossesse pour obtenir des résultats positifs ou négatif.

Quels symptômes sont considérés comme normaux lors de l’attente avant le test de grossesse ?

Par Dr. Jon Ander Agirregoikoa (gynécologue).

Lors l’attente avant le test de grossesse, tout peut arriver. Le fait de ne pas observer de symptôme et le fait d’en observer ne changent rien au résultat: on peut ressentir de la fatigue, des nausées, des gênes abdominales similaires aux règles... Parfois, les patientes peuvent même observer un léger saignement.

Dois-je m'inquiéter si je ne ressens rien dans les jours qui suivent le transfert d'embryons ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Non, la manifestation des symptômes après un transfert embryonnaire varie d'une patiente à l'autre. Une femme peut très bien ne rien ressentir et tomber enceinte, et vice versa.

Face à quels symptômes post transfert embryonnaire faut-il consulter d'urgence ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Après un TE, il faudra se rendre sans perdre de temps au centre de procréation assistée si :

  • Apparaît un saignement abondant similaire aux menstruations avant 14 jours, surtout s’il s’agit d’embryons congelés. Il est important de ne pas le confondre avec le saignement de l'implantation.
  • Une douleur aigüe persiste dans l’abdomen.
  • L’état général empire, avec douleur, céphalées, fièvre, ou autres symptômes propres au mal-être ou anormaux.

Lors de la visite au centre de procréation, les spécialistes effectueront les examens pertinents pour déterminer la cause de ces symptômes inhabituels après le transfert et pouvoir ainsi fournir la meilleure solution grâce au traitement le plus adéquat.

Y a-t-il des symptômes spécifiques au transfert d'embryons congelés (TEC) ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Le transfert d'embryons décongelés se réalise dans les mêmes conditions que pour les embryons qui ne sont pas passés par un processus de vitrification. Les symptômes susceptibles de se manifester sont les mêmes. Cependant, il faut être plus attentif si un saignement abondant se produit dans les deux semaines qui suivent le transfert, et consulter sans retard le centre qui a pratiqué l'intervention.

Si l'embryon transféré provient d'un ovule de donneuse, le ressenti post transfert est-il différent ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Quand une femme bénéficie d'un don d'ovocytes, les symptômes sont exactement les mêmes que dans le cadre d'une FIV avec ses propres ovules. En revanche, quel que soit le type de FIV pratiqué (FIV conventionnelle ou FIV-DO), les symptômes peuvent différer de ceux associés à une grossesse naturelle à cause du traitement hormonal prescrit pour la préparation de l'endomètre.

Si vous voulez approfondir le sujet, vous pouvez consulter l'article suivant : Grossesse après une FIV-DO.

La rédaction vous recommande

Cet article vous a intéressé ? Vous attendez un heureux évènement ? Nous vous conseillons d'en savoir plus sur les symptômes de la nidation, lorsque l'embryon réussit à s'implanter dans l'utérus : Symptômes d'implantation embryonnaire.

Si vous envisagez le transfert d'embryons congelés (TEC), peut-être souhaitez-vous en savoir plus sur la technique de la vitrification des embryons : Vitrification des embryons.

Pour plus d'information sur la GEU (causes, symptômes, diagnostic et traitement), suivez le lien suivant : Grossesse extra-utérine.

Enfin, si vous désirez quelques conseils pour affronter la période post transfert : Après le transfert embryonnaire.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Roseboom, T.J., Vermeden, J.P.W., Schoute, E. et al. (1995) The probability of pregnancy after embryo transfer. Hum. Reprod., 10, 3035-3041.

Watters M1, Noble M2, Child T3, Nelson S4 Short versus extended progesterone supplementation for luteal phase support in fresh IVF cycles: a systematic review and meta-analysis. Reprod Biomed Online. 2019 Oct 24. pii: S1472-6483(19)30785-0. doi: 10.1016/j.rbmo.2019.10.009.

William B. Schoolcraft, M.D., for the ASRM American Society for Reproductive Medicine (April 2016). Importance of embryo transfer technique in maximizing assisted reproductive outcomes. Vol. 105, No. 4. Colorado Center for Reproductive Medicine, Lone Tree, Colorado

Forman EJ, Hong KH, Ferry KM, Tao X, Taylor D, Levy B, et al. In vitro fertilization with single euploid blastocyst transfer: a randomized controlled trial. Fertil Steril 2013;100:100–7.e1.

Vos questions fréquentes: 'Quels symptômes pouvez-vous avoir après le transfert d'embryons ?', 'Dois-je avoir peur si je ne présente aucun symptôme de grossesse après le transfert d'embryon ?', 'Le saignement trois jours après un transfert est-il un signe d’absence de grossesse ?', 'Quels symptômes sont considérés comme normaux lors de l’attente avant le test de grossesse ?', 'Dois-je m'inquiéter si je ne ressens rien dans les jours qui suivent le transfert d'embryons ?', 'Face à quels symptômes post transfert embryonnaire faut-il consulter d'urgence ?', 'Y a-t-il des symptômes spécifiques au transfert d'embryons congelés (TEC) ?' et 'Si l'embryon transféré provient d'un ovule de donneuse, le ressenti post transfert est-il différent ?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

Dr. Blanca Paraíso
Dr. Blanca Paraíso
Gynécologue
Diplômée en Médecine et doctorat à l'Universidad Complutense de Madrid (UCM). Diplômée en Statistiques de Sciences de la Santé. Docteur experte en Gynécologie et PMA. En savoir plus sur Dr. Blanca Paraíso
Affiliation à l’Ordre des Médecins: CS3302
Dr. Jon Ander  Agirregoikoa
Dr. Jon Ander Agirregoikoa
Gynécologue
Diplôme en médecine de l'Université du Pays Basque, avec spécialisation en obstétrique et gynécologie. Il a plusieurs années d'expérience dans le domaine de la procréation assistée et est co-directeur et cofondateur des cliniques ART. Il combine également son activité médicale avec l'enseignement à l'Université du Pays basque. En savoir plus sur Dr. Jon Ander Agirregoikoa
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 014809788
 Patricia Recuerda Tomás
Patricia Recuerda Tomás
Embryologiste
Diplômé en Biologie de l'Université d'Alcalá de Henares. Elle est titulaire d'une maîtrise en laboratoire théorique et procédures du laboratoire de reproduction assistée de l'Université de Valence. Elle possède une vaste expérience dans plusieurs laboratoires de procréation médicalement assistée. En savoir plus sur Patricia Recuerda Tomás
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 19882M
Dra. Rut Gómez de Segura
Dra. Rut Gómez de Segura
Gynécologue
Le Dr Rut Gómez de Segura est diplômé en médecine et en chirurgie de l'université d'Alcalá de Henares. Elle a développé la spécialité d'obstétrique et de gynécologie à l'hôpital Costa del Sol de Marbella. Actuellement, elle est directrice médicale de la clinique de reproduction assistée FIV Espagne Madrid. En savoir plus sur Dra. Rut Gómez de Segura
Numéro de membre : 28/2908776
 Sara Salgado
Sara Salgado
Embryologiste
Diplômée en Biochimie et Biologie Moléculaire de l'Universidad del País Vasco (UPV/EHU), avec un Master en Procréation Médicalement Assistée de l'Universidad Complutense de Madrid (UCM). Titre d'expert universitaire en Techniques de Diagnostic Génétique de l'Universidad de Valencia (UV). En savoir plus sur Sara Salgado
Adapté au français par:
 Romina Packan
Romina Packan
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en anglais et allemand. En savoir plus sur Romina Packan

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.