Nidation ou règles? – Symptômes de l’implantation réussie de l’embryon

Par (embryologiste), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 03/10/2018

Une femme n’est pas consciente du moment précis de la fécondation, sauf si elle suit un traitement de FIV ou ICSI avec transfert d’embryons (TE) frais ou congelés (TEC). Si la nidation du blastocyste est réussie, en revanche, des symptômes peuvent apparaître. Des pertes vaginales se produisent, parmi lesquelles les pertes blanches et le saignement d’implantation qu’il ne faut pas confondre avec le retour des règles.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Pourquoi la nidation occasionne-t-elle des symptômes ?

Par la fécondation, l’ovocyte et le spermatozoïde fusionnent dans les trompes de Fallope, également appelées oviductes : le zygote est né. Il commence déjà à se développer lors de sa migration de l’oviducte à la cavité utérine.

Une fois arrivé à destination, l’embryon au stade de blastocyste s’accroche aux parois de l’utérus. C’est la nidation ou implantation embryonnaire, processus qui commence le septième ou huitième jour après la fécondation et se prolonge jusqu’à la fin de la deuxième semaine environ.

L’œuf adhère à l’endomètre pour recevoir l’oxygène et les nutriments de la mère par voie sanguine et pouvoir ainsi continuer à se développer.

Pour que cela puisse se produire, un dialogue commence entre la mère et l’embryon à travers de prolongations semblables à des racines, que l’embryon dirige vers la muqueuse utérine. Il rompt les vaisseaux sanguins de l’endomètre afin d’en former de nouveaux qui vont permettre les échanges.

C’est la rupture des petits vaisseaux de l’endomètre qui provoque le saignement caractéristique de la nidation, que la femme peut observer sous forme de pertes vaginales

Pendant l’implantation de l’embryon, l’augmentation du taux d’hormones est responsable des principaux symptômes de la grossesse. Normalement, on commence à les distinguer un peu plus tard, vers la 2e ou 3e semaine après la fécondation, même si certaines femmes les ressentent plus tôt.

Les pertes vaginales

Parmi les symptômes caractéristiques de la nidation, les plus évidents sont ceux qui touchent de plus près au système reproducteur de la femme.

Quelques jours après la nidation se produit un léger saignement vaginal, le saignement d’implantation, qui consiste en des pertes rosées ou brunes.

Les pertes blanches sont souvent associées au début de grossesse, alors qu’elles ne sont pas exclusives de cette phase.

Quelle est la différence entre un saignement d’implantation et les règles classiques?

Selon le Dr. Silvia Jiménez, le saignement d’implantation peut exister ou ne pas exister. Généralement, il arrive autour de la date de règles, selon le cycle de la femme, et il s’agit d’un saignement peu abondant, de couleur marron-rouge, qui peut durer un jour, deux jours ou plus. Chez certaines femmes, les règles sont très peu abondantes et elles peuvent facilement confondre règles et saignement de nidation sans savoir qu’elles sont enceintes.

Mais d’une manière générale, elles savent reconnaitre le type de saignement. Toute grossesse ne comporte pas de saignement de nidation, habituellement la femme ne présente pas de saignement et c’est à ce moment qu’elle réalise un test de grossesse. C’est pourquoi certaines femmes présentent un saignement très peu abondant ou des règles irrégulières, et ne se rendent pas compte qu’elles sont enceintes.

Si l’obtention d’une grossesse est recherchée, les femmes sont plus attentives à ces saignements, dans le cas contraire, ils peuvent passer inaperçus.

Règles ou saignement d’implantation ?

Le saignement dû à la nidation peut prêter à confusion avec la menstruation. En effet, il survient entre le 7e et le 10e jour après l’ovulation, ce qui correspond au moment prévu pour le retour des règles si la femme n’est pas enceinte. Il est naturel d’avoir des doutes.

Les pertes de la nidation sont plus légères et plus liquides que la menstruation, avec une texture plus fine. Leur couleur peut être rosée, rouge ou brune. Dans tous les cas, elle est moins intense que la couleur du sang menstruel.

Par ailleurs, la durée du saignement dépend de chaque femme. Il peut être ponctuel et ne durer que quelques heures, ou se manifester de façon légère et intermittente pendant plusieurs jours. Il n’est pas fréquent qu’il se prolonge plus, mais c’est possible.

L’augmentation des pertes blanches

Les pertes blanches apparaissent tout au long de la vie d’une femme et ne sont pas nécessairement un symptôme de grossesse.

Il s’agit d’un mélange de glaire cervicale et de sécrétions vaginales dont la consistance et la quantité varient selon le moment du cycle féminin. Elles sont plus opaques et plus épaisses après l’ovulation alors que, à d’autres moments, elles seront plus abondantes et transparentes.

Cependant, l’augmentation notable de la production de pertes blanches peut effectivement être un signe de grossesse, à cause de l’augmentation de l’hormone HCG qui, à son tour, favorise la sécrétion de progestérone et d’œstrogènes, indispensables au bon déroulement de la grossesse.

Sous l’influence des œstrogènes, la muqueuse du vagin se renouvelle plus rapidement, et les cellules sont éliminées dans des pertes blanches plus abondantes.

C’est donc l’augmentation des pertes blanches, et non pas les pertes blanches en elles-mêmes, qui indiquent que la femme est effectivement enceinte. Contrairement au saignement de l’implantation, c’est un symptôme dû aux hormones de la grossesse et non directement à la nidation.

Autres symptômes associés à l’implantation

Outre la durée du saignement, sa consistance et sa couleur, souffrir d’autres symptômes typiques de la grossesse aide à déterminer s’il s’agit effectivement de la nidation ou, au contraire, de la menstruation.

Il faut cependant garder à l’esprit que, lorsque l’on est enceinte, certains symptômes sont similaires aux symptômes prémenstruels et peuvent être source d’un surcroît de doutes et de confusion.

Certains symptômes propres à la grossesse qui peuvent s’avérer significatifs s’ils sont confirmés par l’arrêt des règles sont :

  • Des coliques, sur un ou deux jours, accompagnées de douleurs similaires à celles ressenties lors de la menstruation
  • Une légère tension des seins, surtout vers l’aréole et le mamelon
  • Des gênes sous forme de diarrhée ou de constipation, ainsi que des aigreurs d’estomac
  • Des envies d’uriner fréquentes
  • Une tendance à somnoler, surtout après les repas
  • Des nausées et même des vomissements, en particulier au réveil, qui commencent normalement à partir de la deuxième semaine
  • Une réaction d’aversion envers certains aliments, le tabac et certaines odeurs
  • Les premières envies, le besoin d’un plus grand nombre de repas mais avec une moindre quantité de nourriture

L’attention excessive portée à l’apparition de signes ou de changements de l’organisme, jointe au désir exacerbé de tomber enceinte et d’être mère, peut donner lieu à ce que nous provoquions nous-mêmes des symptômes de grossesse, sans cependant être enceinte.

Quoi qu’il en soit, il est recommandé d’attendre au moins 12 jours après l’ovulation pour réaliser un test de grossesse fiable.

Symptômes de la nidation après FIV, ICSI ou IA

La méthode de conception n’a en principe pas de conséquences sur le développement de l’embryon. Cependant, l’implantation ne se déroule pas dans les mêmes conditions après une FIV ou une ICSI puisque les embryons sont transférés directement dans l’utérus.

Dans le cas d’une insémination artificielle (IA), qu’il s’agisse d’une IAC (IA avec sperme du conjoint) ou d’une IAD (IA avec sperme de donneur), la procédure est moins invasive et la nidation de l’embryon se produit dans les mêmes conditions que pour une grossesse naturelle.

Cependant, après un traitement de procréation médicalement assistée, en particulier après un transfert d’embryons (TE ou TEC, si les embryons ont été vitrifiés), les patientes doivent prendre des suppléments de progestérone pour aider leur endomètre à se montrer réceptif à la nidation.

Parfois, la progestérone provoque des symptômes semblables à ceux de la grossesse, sans que cela signifie le succès ou l’échec de l’implantation de l’embryon. Une femme qui suit un traitement de fertilité s’expose à un résultat faux positif du test de grossesse.

Un saignement brun peut apparaître, provoqué par la stimulation hormonale, sans qu’il s’agisse du saignement de l’implantation ni nécessairement d’une grossesse.

Vos questions fréquentes

Comment peut-on distinguer le saignement d’implantation de celui des règles ?

Par Dr. Elena Izquierdo Trechera (gynécologue).

Les saignements post-implantatoires apparaissent généralement quelques jours après le transfert d’embryon et sont généralement des saignements vaginaux moins importants que les règles.
La menstruation survient en cas d’échec du traitement au moins une semaine après le transfert de l’embryon et la quantité de saignement est plus importante.

Les symptômes de la fécondation et de la nidation sont-ils identiques  ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Il faut faire la différence entre la fécondation de l’ovule et la nidation de l’embryon. La fécondation est le processus par lequel le spermatozoïde fusionne avec l’ovule en unissant leurs noyaux (où se trouvent les informations génétiques), donnant naissance au zygote qui commence à se développer pour former l’embryon. Plus tard, celui-ci s’implante dans la cavité de l’utérus : c’est le début de la grossesse.

La fécondation ne provoque aucunes douleurs ou gênes spéciales. La femme ne peut pas savoir quand elle se produit exactement puisqu’elle ne note aucuns symptômes. Au contraire, la nidation provoque des symptômes, ceux décrits plus haut, parmi lesquels les plus manifestes sont un léger saignement, une sensation de malaise ou de fatigue, des nausées, l’envie fréquente d’uriner et la tension dans les seins.

Quand faire un test de grossesse si j’ai eu des pertes de sang  ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Il faut attendre de 12 à 15 jours à partir de l’ovulation pour réaliser le test de grossesse. Il est recommandé d’attendre que se produise le retard des règles, pour donner au taux d’hormone HCG le temps d’augmenter.

Avoir perdu du sang ne signifie pas renoncer à tout espoir de grossesse puisqu’il peut s’agir du saignement de l’implantation. Il est important de savoir faire la différence entre les symptômes de la nidation et les symptômes prémenstruels. Leur similitude peut être source de confusion.

Quand apparaît le saignement de l’implantation et combien de temps dure-t-il  ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Le saignement apparaît entre 7 et 10 jours après l’ovulation, à une date proche à celle de la menstruation si elle devait revenir. C’est le temps que met l’embryon pour migrer vers l’utérus, atteindre le stade de développement de blastocyste et commencer à s’accrocher à l’utérus.

Lorsque l’œuf pénètre l’endomètre et commence à former le réseau de vaisseaux sanguins qui vont former le placenta, le saignement se manifeste. Il dure quelques heures ou apparaît de façon sporadique pendant quelques jours. Il peut se prolonger jusqu’à une semaine, mais ce n’est pas fréquent.

Est-ce que la nidation fait mal  ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Les gênes occasionnées par la nidation sont similaires à celles qui se produisent avant ou pendant la menstruation, comme des douleurs dans le bas-ventre, la sensation de seins tendus ou des diarrhées légères. Si les douleurs sont intenses ou se prolongent trop, il est recommandé de consulter le médecin pour en déterminer la cause.

Les symptômes de la nidation varient-ils selon la technique de PMA employée (FIV, ICSI…)  ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Comme nous le commentions plus haut, les symptômes ne sont guère différents de ceux d’une grossesse naturelle. Les variations ne sont pas dues directement à la technique de PMA employée, mais à la stimulation hormonale qui accompagne chacune de ces techniques.

Le traitement hormonal provoque souvent l’apparition de symptômes qui peuvent porter à confusion. Par exemple, l’administration de progestérone est artificielle, mais ses effets sont les mêmes que si la grossesse s’était réellement produite.

Il faut donc se garder de former trop d’espoirs en fonction des symptômes, d’autant plus qu’ils apparaissent dans un contexte d’infertilité, souvent associé à la frustration de ne pouvoir concevoir par voie naturelle.

La rédaction vous recommande

Pour connaître tous les détails sur la nidation, suivez le lien : Implantation embryonnaire.

Vous pensez être enceinte ? Vérifiez si vous présentez un ou plusieurs des symptômes suivants : Symptômes de grossesse avant le retard menstruel.

Si vous vous découragez parce que vous ne ressentez aucun symptôme ou au contraire si vous êtes certaine d’être enceinte, ne vous précipitez pas pour faire un test de grossesse. Un test réalisé trop tôt n’est pas fiable tant que l’hormone HCG n’est pas décelable. Cliquez ici : Quand faire un test de grossesse ?

Ça y est ? Votre bébé est en route ? Préparez-vous à l’heureux évènement en lisant notre article Les étapes de la grossesse.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Auteurs et collaborateurs

Dra. Silvia Jiménez Bravo
Dra. Silvia Jiménez Bravo
Embryologiste
Diplôme et Doctorat en Biologie de l'Universidad Complutense de Madrid (UCM). Certification en Embryologie Clinique par l'Association pour l'Etude de la Biologie de la Reproduction (ASEBIR). Directrice de laboratoire d'embryologie à Reprofiv. En savoir plus sur Dra. Silvia Jiménez Bravo
 Zaira Salvador
Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Université Politécnica de Valencia (UPV), Biotechnology degree en la National University of Ireland en Galway (NUIG) et embryologiste spécialisée en Médecine Reproductive avec un Master en Biotechnologie de la Reproduction Humaine par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI) En savoir plus sur Zaira Salvador
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Adapté au français par:
 Isabelle Gutton
Isabelle Gutton
inviTRA Staff

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.