Le Syndrome d’Asherman: causes, symptômes et traitement.

Par (gynécologue), (gynécologue), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 14/02/2019

Le Syndrome d'Asherman est une altération morphologique de l'utérus qui se caractérise par la formation de cicatrices à l'intérieur de la cavité utérine, appelées adhérences intra-utérines (AIU) ou synéchies utérines.

Ces lésions provoquent la formation d'adhérences du tissu utérin entre les parois de l'utérus, ce qui le déforme et peut même le réduire en taille. Pour cette raison, afin d'être diagnostiquée, une échographie est nécessaire pour évaluer l'état de l'utérus.

L'étendue des adhérences dans la cavité utérine détermine le degré d'affection de cette pathologie, qui peut être légère, modérée ou sévère. Dans certains cas, les parois de l'utérus sont complètement collées, ce qui cause de graves problèmes d'infertilité. Dans d'autres, les adhérences ne se produisent que dans une petite partie.

Causes des adhérences intra-utérines

Le syndrome d'Asherman survient lorsque le processus normal de guérison de l'utérus est déclenché. La cause la plus fréquente de ce processus de cicatrisation est le grattage ou le curetage de l'utérus après une fausse couche ou un avortement volontaire. En fait, la pratique du curetage après une perte de grossesse est la cause la plus fréquente du syndrome d'Asherman.

Les saignements dus à une césarienne ou à un accouchement naturel peuvent également causer des cicatrices. La myomectomie ou d'autres affections gynécologiques peuvent également causer ce syndrome.

Ces traumatismes provoquent, comme dans toute situation, un processus de cicatrisation ultérieur au cours duquel du tissu cicatriciel est généré. Ce tissu a un pouvoir adhésif élevé grâce à sa haute teneur en filaments fibreux. Les parois de l'utérus s'accrochent ou des déformations se produisent dans cet organe qui compromettent sa fonction principale : la grossesse.

Le syndrome d'Asherman est donc une maladie acquise, car on ne naît pas avec, mais il résulte d'un cas clinique antérieur.

Diagnostic

Pour déterminer si une femme souffre de cette pathologie gynécologique, le médecin doit vérifier l'existence d'adhérences et/ou d'altérations dans la cavité utérine par une série d'examens détaillés ci-dessous.

Il est très important de tenir compte des antécédents dans le dossier médical de la patiente. Il faut vérifier si la patiente a déjà subi un curetage ou une opération gynécologique car, dans le cas d'un curetage après une fausse couche, le risque de contracter le syndrome d'Asherman est de 8%. Après trois curetages, ce risque peut augmenter jusqu'à 30 %.

Les tests médicaux nécessaires pour le diagnostic du syndrome d'Asherman sont les suivants:

Échographie

L'échographie est un examen diagnostique qui prend des photos de l'intérieur du corps. Dans ce cas, l'échographie par voie vaginale doit être insérée à travers le vagin et l'utérus afin d'observer cette cavité.

Cet examen est généralement effectué dans un premier temps, car il est simple, non invasif et peut facilement être effectué en consultation. Cependant, il arrive parfois que ses résultats ne soient pas révélateurs en raison de la difficulté d'interpréter les images obtenues. Cela oblige à recourir à des techniques plus spécialisées.

Hystérosalpingographie (HSG)

Cet examen médical consiste en une radiographie combinée à l'utilisation d'un produit de contraste. Ce liquide est essentiel dans cette exploration, car il est introduit dans l'utérus et se répand dans toute la cavité jusqu'aux trompes de Fallope et est expulsé dans l'espace péritonéal. De cette façon, le colorant de contraste "dessine" la forme de l'utérus et des trompes. Cette image est prise par radiographie, ce qui se fait après injection du contraste.

L'hystérosalpingographie est un test plus complet que l'échographie, car la présence d'adhérences, d'obstructions ou d'altérations telles que fibromes ou polypes est plus facile à détecter.

Cependant, bien qu'elle ne nécessite pas d'anesthésie ou qu'elle ne soit pas très douloureuse, il s'agit d'une intervention complexe qui doit être planifiée et réalisée dans une salle spécialisée.

Aujourd'hui, il existe une nouvelle méthode pour réaliser l'HSG sans avoir besoin de contraste iodé ou de radiographies. C'est l'utilisation du Kit de mousse ExEm Foam en una d'Hystérosalpingo-Foam-Sonographie (HyFoSy).

Il s'agit d'un gel moussant qui est inséré dans le col de l'utérus en même temps qu'une échographie.

Hystéroscopie

Enfin, si le diagnostic après les tests ci-dessus est incertain, il est possible de procéder à une hystéroscopie diagnostique. Cet examen consiste à insérer une caméra dans la cavité utérine pour l'observer.

Ce test permet de déterminer la pathologie de façon beaucoup plus fiable, car la visualisation des adhérences est plus directe.

Symptômes

Les symptômes les plus communs de ce syndrome sont:

  • Modifications des règles: des périodes prolongées d'absence de menstruations (aménorrhée) se produisent habituellement, principalement parce que les adhérences obstruent le flux des caillots sanguins de l'utérus au vagin.
  • Douleurs pelviennes ou abdominales: En raison de la rétention des saignements menstruels, les femmes peuvent ressentir des douleurs pendant ou entre les règles.
  • Menstruations rétrogrades: Le fait que le tissu endométrial ne puisse s'évacuer peut entraîner la libération rétrograde de ce tissu endométrial dans la cavité abdominale par les trompes de Fallope. Le sang ainsi libéré peut se transformer en kystes ou en endométriomes.
  • Fausses couches à répitition: la déformation de la cavité utérine due à l'adhérence de ses parois rend impossible le bon déroulement de la grossesse. Si cette anomalie n'est pas traitée, des avortements récurrents peuvent se produire.

Ces symptômes sont très courants et pourraient être liés à de nombreuses autres pathologies gynécologiques en plus du syndrome d'Asherman. Par conséquent, des tests approfondis sont nécessaires pour déterminer la cause de ces signes.

Ils sont beaucoup plus susceptibles d'indiquer la présence du syndrome d'Asherman s'ils surviennent soudainement après un curetage, un grattage ou une autre chirurgie utérine.

Traitement

Si les résultats des tests ci-dessus montrent que vous avez ce syndrome, une intervention chirurgicale est nécessaire, car cette pathologie peut être très douloureuse et avoir des conséquences très négatives sur la fertilité d'une femme.

Le traitement du syndrome d'Asherman comprend l'ablation et la cautérisation des adhérences afin que l'utérus retrouve sa forme et sa taille normales. Généralement, cette intervention est réalisée au moyen d'une hystéroscopie chirurgicale au cours de laquelle, en plus du système optique à travers lequel l'utérus est visualisé, des instruments microchirurgicaux spécialisés sont utilisés pour prélever les adhérences.

Une fois le tissu cicatriciel retiré, il est important que la cavité utérine reste dilatée pour prévenir la récidive des adhérences. Il existe plusieurs méthodes pour cela :

  • La ballon ou tamponnement intra-utérin: il s'agit d'une petite sonde qui est insérée dans l'utérus et, une fois positionnée à l'intérieur, se dilate, maintenant les parois utérines séparées, pendant qu'elles guérissent.
  • Traitement à base d'œstrogènes: Un traitement pharmacologique à base d'œstrogènes peut également être nécessaire dans les jours qui suivent une hysteroscopie chirurgicale. Cette hormone stimule la croissance naturelle du tissu endométrial initialement endommagé, empêchant la croissance du tissu qui cause les adhérences.
  • L'hystéroscopie continue: certains médecins recommandent des examens plus exhaustifs pour les femmes qui ont souffert de ce syndrome car elles sont particulièrement prédisposées à le subir à nouveau.
  • De plus, comme le dit le Dr. Pilar Alamá:

    Il existe une thérapie régénératrice des cellules souches endométriales qui peut permettre une croissance adéquate de l'endomètre dans ces cas.

    Asherman incurable

    Dans cette pathologie, pouvant coexister avec la présence d'adhérences, les parois utérines ne sont pas collées ensemble, mais l'endomètre a complètement disparu.

    Il y a une variété du syndrome d'Asherman qui est plus difficile à traiter. Cette variété est appelée Asherman incurable ou sclérose de l'endomètre.

    Dans cette pathologie, pouvant coexister avec la présence d'adhérences, les parois utérines ne sont pas collées ensemble, mais l'endomètre a complètement disparu.

    Le curetage peut causer cette situation, mais il est beaucoup plus probable qu'il survienne après une opération utérine comme une myomectomie. Dans ces cas, puisque la couche basale de l'endomètre a été retirée, l'aménorrhée résultant de cette situation n'est pas due à la rétention des règles, mais à l'absence de tissu à expulser pendant les règles.

    Dans les cas les plus graves d'Asherman incurable, la seule option pour devenir mère peut être la gestation pour autrui. Vous pouvez en apprendre davantage à ce sujet ici : La gestation pour autrui (GPA) en France.

    Vos questions fréquentes

    Puis-je savoir si je souffre du syndrome d'Asherman simplement avec une analyse hormonale?

    Par Dr. José Antonio Duque Gallo (gynécologue).

    Non. Elle se détecte par échographie et le diagnostic se fait par hystéroscopie.

    Est-ce que le syndrome d'Asherman peut se guérir totalement?

    Par Victoria Moliner (embryologiste).

    Cela dépend de son degré, plus il est sévère, plus il y aura de risques que les adhésions réapparaissent chez la patiente.

    Est-ce que des adhérences intra-utérines peuvent apparaître après une césarienne?

    Par Victoria Moliner (embryologiste).

    Oui, la césarienne peut être une raison pour laquelle se développent des adhérences intra-utérines car il s'agit d'une intervention chirurgicale qui nécessite une cicatrisation après les incisions réalisées pour extraire le bébé.

    Est-ce qu'une grossesse est viable en souffrant du syndrome d'Asherman?

    Par Victoria Moliner (embryologiste).

    La présence d'adhérences intra-utérines compromet sérieusement le fait qu'une grossesse puisse se développer normalement. Pour cela, il est nécessaire de retirer les tissus avant que la femme tombe enceinte.

    Est-ce que le syndrome d'Asherman est la cause de l'endométriose?

    Par Victoria Moliner (embryologiste).

    Il est possible que les caillots de sang retenus par les adhérences puissent s'évacuer de manière rétrograde dans la cavité abdominale, en se posant sur les trompes ou les ovaires et en formant des kystes. Le fait de souffrir du syndrome d'Asherman peut être une raison de développer une endométriose, car le mécanisme de menstruation rétrograde résulte précisément de celle-ci.

    La rédaction vous recommande

    La formation d'adhérences provoque le rétrécissement de l'utérus et la réduction de sa cavité interne. Cela empêche évidemment une grossesse d'être portée à terme, car le fœtus ne peut pas se développer normalement en raison du manque d'espace. C'est à cause de cela que se produit la fausse couche. Si vous voulez savoir quels sont les symptômes de la fausse couche et quelles autres raisons peuvent en être la cause, cliquez sur le lien suivant : Qu’est-ce que la fausse-couche ou avortement spontané?

    A la fin de cet article, nous avons commenté que le syndrome d'Asherman incurable résulte de la destruction totale de l'endomètre. Ce tissu est très important dans le cycle reproductif d'une femme. Nous vous recommandons de lire l'article suivant pour en savoir plus : Qu'est-ce que l'endomètre ?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Auteurs et collaborateurs

Dr. José Antonio Duque Gallo
Dr. José Antonio Duque Gallo
Gynécologue
Licencié de Médecine et de Chirurgie de l'Université de Valence, spécialisé en Obstétrique et Gynécologie, avec une vaste expérience dans le champs de la Procréation Humaine Assistée. Il a été Chef de Service de Reproduction Humaine Assistée de l'Hôpital Universitaire Miguel Servet de Zaragoza, et, actuellement, il est Directeur Médical de la Clinique GOBEST à Zaragoza En savoir plus sur Dr. José Antonio Duque Gallo
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 505005367
Dr. Pilar Alamá Faubel
Dr. Pilar Alamá Faubel
Gynécologue
Diplômée en Médecine de l'Universidad de Valencia, Doctorat avec mention honorifique en Médecine et Chirurgie à l'Universidad de Valencia. Elle exerce son activité de Gynécologue spécialisée en Procréation Médicalement Assistée à IVI Valenca, où est elle également Directrice du Programme d'Ovodon. Elle est aussi professeure du cours de Biotechnologie de la Reproduction de IVI et du Master de Procréation Médicalement Assistée. En savoir plus sur Dr. Pilar Alamá Faubel
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 464619335
 Victoria Moliner
Victoria Moliner
Embryologiste
Diplômée en Biochimie et Sciences Biomédicales de l'Universidad de Valencia (UV), Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée à l'UV et l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Elle travaille actuellement comme chercheuse en biologie. En savoir plus sur Victoria Moliner
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.