Grossesse avec le syndrome des ovaires polykystiques

Par (gynécologue), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 17/10/2018

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une perturbation endocrinienne qui affecte directement la fertilité d'une femme en provoquant des règles irrégulières et une anovulation.

Pour cette raison, les femmes atteintes du SOPK ont plus de difficultés à tomber enceinte. Dans certains cas, il sera possible de rétablir la fertilité par une modification du mode de vie ou d'induire l'ovulation grâce à l'action de certains médicaments.

Dans d'autres cas, cependant, il sera nécessaire de recourir à la procréation assistée pour devenir mère.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Grossesse naturel

La principale cause d'infertilité chez les femmes atteintes du SOPK est le manque d'ovulation causé par l'hyperandrogénisme (excès d'hormones mâles). Si les ovaires ne sont pas capables d'expulser un ovule mature, la fécondation et la grossesse ne peuvent avoir lieu.

Ce dysfonctionnement ovulatoire peut facilement être résolu en adoptant un mode de vie sain, en suivant un régime dans le cas des femmes en surpoids et en faisant de l'exercice modérément.

En général, les recommandations pour essayer de réguler les cycles menstruels et d'obtenir une grossesse naturelle avec le SOPK sont les suivantes:

  • Perdre du poids avec l'alimentation et l'exercice chez les femmes ayant un IMC>de 28 Kg/m2
  • Stabiliser les taux d'insuline, de triglycérides et de cholestérol
  • Prendre des suppléments d'acide folique et de myo-inositol. Ce dernier est capable d'améliorer la sensibilité à l'insuline chez les femmes atteintes du SOPK
  • Maintenir de saines habitudes de vie et éviter de fumer et de boire de l'alcool

Enfin, il est essentiel de consulter le gynécologue et l'endocrinologue pour un bilan de santé et pour obtenir les directives nécessaires pour pouvoir devenir enceinte.

Traitement pharmacologique

Si une femme n'est pas en mesure de réguler ses cycles menstruels et d'obtenir une grossesse naturelle, son gynécologue peut l'aider avec un traitement à base de médicaments induisant l'ovulation.

Dans ces cas, la femme devra identifier ses jours fertiles, quand l'ovulation a lieu, et avoir des rapports sexuels programmés pour augmenter la chance de gestation.

Les médicaments induisant l'ovulation utilisés chez les femmes atteintes du SOPK sont les suivants:

Citrate de clomifène

Le citrate de clomifène, mieux connu sous son nom de marque Omifin, est un médicament à action anti-œstrogénique.

Sa fonction est de bloquer l'action des œstrogènes sur l'hypothalamus et l'hypophyse. De cette façon, la libération de GnRH (gonadotrophine libérant l'hormone) est augmentée et cela, à son tour, conduit à la sécrétion d'une plus grande FSH.

Le but du citrate de clomifène est d'augmenter la synthèse de FSH, car cette hormone est responsable de la stimulation des ovaires pour provoquer le développement d'un follicule ovarien.

L'action anti-œstrogène du citrate de clomifène a cependant des effets secondaires négatifs sur l'endomètre et la glaire cervicale, ce qui est également préjudiciable à la grossesse.

Létrozole

Le létrozole, mieux connu sous son nom commercial Femara, est un médicament qui appartient au groupe des inhibiteurs de l'aromatase.

Comme le citrate de clomifène, le létrozole a également un effet anti-œstrogène qui augmente les niveaux d'hormone FSH et stimule les ovaires, mais avec l'avantage de ne pas affecter l'endomètre ou le mucus cervical.

En effet, le mécanisme d'action du létrozole est différent: il inhibe l'enzyme aromatase pour empêcher la conversion des androgènes en œstrogènes.

Gonadotrophines

Les gonadotrophines sont des préparations de FSH recombinantes génétiquement modifiées. Ils ont une grande efficacité pour la stimulation ovarienne et l'induction de l'ovulation, et est le traitement de choix lorsque les précédents n'ont pas fonctionné.

Les patients atteints du SOPK sont très sensibles aux gonadotrophines. Il est donc nécessaire d'utiliser de faibles doses hormonales afin d'éviter le syndrome d'hyperstimulation ovarienne et les grossesses multiples.

Metformine

La metformine est un médicament hypoglycémiant et insulino-sensibilisant, c'est-à-dire qu'elle aide à réduire la glycémie sans augmenter la sécrétion d'insuline.

Son mécanisme d'action consiste à réduire la production de glucose dans le foie, à augmenter les récepteurs de l'insuline dans le muscle et à retarder l'absorption du glucose dans l'intestin.

Tout cela contribue à réduire la résistance à l'insuline chez les patientes atteintes du SOPK et à favoriser l'ovulation.

Procréation médicalement assistée

En cas d'échec de la grossesse avec les traitements mentionnés jusqu'à présent ou si le couple a d'autres problèmes de fertilité que le SOPK, la dernière option reproductive sera de recourir aux techniques de reproduction assistée pour devenir parents.

La première étape de tout traitement de fertilité consiste à effectuer une stimulation ovarienne contrôlée chez la femme afin d'obtenir un développement folliculaire qui permet d'obtenir des ovules matures pour la fécondation.

Cette stimulation des ovaires est obtenue grâce à l'action des gonadotrophines, des médicaments qui contiennent les hormones FSH et LH comme principe actif.

Selon le type de stimulation ovarienne, qu'elle soit plus douce ou plus forte, et la façon dont la fécondation est effectuée, les traitements de procréation assistée les plus connus sont:

Insémination artificielle
il s'agit de l'introduction de sperme capable à travers le col de l'utérus à l'aide d'une canule d'insémination. Avant le processus, une stimulation douce aura été faite chez la femme pour que seulement un ou deux follicules se développent et, finalement, l'ovulation sera induite.
Fécondation in vitro
cela consiste en une stimulation plus forte pour provoquer un développement folliculaire multiple. Les ovules sont ensuite obtenus par ponction folliculaire et fécondés en laboratoire. Enfin, l'embryon de la meilleure qualité est transféré dans l'utérus de la mère et le reste est congelé pour de futures tentatives.

Il est important de rappeler que les femmes ayant des ovaires polykystiques, surtout les jeunes femmes, peuvent avoir une réponse très élevée aux médicaments hormonaux et développer un syndrome d'hyperstimulation ovarienne.

Dans l'insémination artificielle, en outre, le risque de grossesse multiple est également accru.

Pour cette raison, le spécialiste devra ajuster une dose hormonale plus faible pour obtenir un nombre adéquat de follicules ovariens, mais sans prendre de risques.

La PMA, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. Le Rapport sur la fertilité sélectionne les cliniques les plus avantageuses pour vous selon nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectue une comparaison des prix et des conditions offertes par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

Vos questions fréquentes

Les coïts programmés peuvent-ils aider les femmes atteintes du SOPK à tomber enceintes?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Oui, les patientes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ont plus de difficulté à tomber enceinte naturellement. Il est souvent nécessaire de suivre leur cycle menstruel, ainsi que l'administration de médicaments pour induire l'ovulation, afin de les aider dans ce processus.

La technique de procréation assistée utilisée par ces patientes est d'abord le coït programmé, à condition qu'il n'y ait pas de problèmes au niveau de l'appareil génital féminin ou de la qualité séminale. Le gynécologue contrôle la maturation d'un follicule par échographie jusqu'au jour de l'administration de la hCG pour induire l'ovulation. C'est alors que les relations sexuelles sont programmées dans les jours où la probabilité d'obtenir une grossesse est plus grande.

Quelles sont les chances de succès de l'insémination artificielle si je souffre du syndrome des ovaires polykystiques?

Par Dr. Carmen Ochoa Marieta (gynécologue).

Le taux de réussite des inséminations dépend du type d'insémination (conjugale ou banque de sperme), de l'âge de la femme et de sa pathologie. Les chiffres peuvent varier entre 14% et 20% par cycle.

Est-il possible d'obtenir une grossesse naturelle avec le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Toutes les femmes atteintes du SOPK n'ont pas besoin d'un traitement. Dans certains cas, ces femmes peuvent devenir enceintes naturellement si elles sont en bonne santé, suivent un régime alimentaire sain, font de l'exercice régulièrement, etc. La prise de suppléments tels que l'acide folique peut également aider.
Lire la suite

Quels sont les médicaments pour tomber enceinte en cas d'ovaires polykystiques?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Les femmes qui présentent une anovulation à la suite d'un syndrome des ovaires polykystiques auront besoin d'un traitement par un médicament induisant l'ovulation pour devenir enceinte. Les plus connus sont Omifin (citrate de clomifène), Femara (létrozole), Metformine et gonadotrophines.

Il est à noter que tous ces traitements doivent être effectués sous un contrôle médical strict.

Quel traitement de fertilité est le plus approprié pour obtenir une grossesse avec PCOS?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Le traitement dépendra de l'analyse hormonale et du bilan gynécologique. Tout d'abord, vous pouvez essayer de changer votre style de vie pour voir si vous pouvez réguler le cycle menstruel. S'il y a encore anovulation, le traitement approprié consiste en des médicaments qui induisent l'ovulation. Enfin, il est possible de recourir à des techniques de procréation assistée comme l'IA ou la FIV si nécessaire.
Lire la suite

Une grossesse est-elle possible avec hypothyroïdie et ovaires polykystiques?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

La réponse est oui, même si c'est un peu plus compliqué puisque les deux cas contribuent aux altérations du cycle menstruel. Afin d'obtenir une grossesse avec ce diagnostic, il sera d'abord nécessaire de réaliser un traitement de l'hypothyroïdie, qui consiste en l'administration de l'hormone thyroxine.

Dans ce cas, il est encore plus important de changer votre mode de vie, en adoptant une alimentation équilibrée qui réduit l'inflammation et les niveaux d'insuline.

Est-il possible d'obtenir une grossesse en prenant de l'Ovusitol si j'ai le SOPK?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

L'Ovusitol est un complément alimentaire contenant de l'acide folique et de l'inositol qui aide le corps à fonctionner correctement. Il peut être considéré comme un traitement naturel pour les patientes atteintes du SOPK car il contribue à la régulation du cycle menstruel et de l'ovulation.

La rédaction vous recommande

Si vous voulez en savoir plus sur l'infertilité causée par le syndrome des ovaires polykystiques, ne manquez pas cet article: Fertilité en cas de syndrome des ovaires polykystiques.

Vous pouvez également consulter les options de traitement et les médicaments pour le SOPK ici: Traitement du syndrome des ovaires polykystiques.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Galazis N, Galazi M, Atiomo W. D-Chiro-inositol and its significance in polycystic ovary syndrome: a systematic review. Gynecol Endocrinol. 2011;27(4):256-62.

Vause TD, Cheung AP, Sierra S, Claman P, Graham J, Guillemin JA et al. Society of Obstetricians and Gynecologists of Canada. Ovulation induction in polycystic ovary syndrome. Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada 2010; 32:495–502.

Legro RS. Pregnancy considerations in women with polycystic ovary syndrome. Clinical Obstetrics and Gynecology 2007; 50:295-304.

Vos questions fréquentes: 'Les coïts programmés peuvent-ils aider les femmes atteintes du SOPK à tomber enceintes?', 'Quelles sont les chances de succès de l'insémination artificielle si je souffre du syndrome des ovaires polykystiques?', 'Est-il possible d'obtenir une grossesse naturelle avec le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)?', 'Quels sont les médicaments pour tomber enceinte en cas d'ovaires polykystiques?', 'Quel traitement de fertilité est le plus approprié pour obtenir une grossesse avec PCOS?', 'Une grossesse est-elle possible avec hypothyroïdie et ovaires polykystiques?' et 'Est-il possible d'obtenir une grossesse en prenant de l'Ovusitol si j'ai le SOPK?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

Dr. Carmen Ochoa Marieta
Dr. Carmen Ochoa Marieta
Gynécologue
Diplômée en médecine de l'Université du Pays basque, avec un doctorat en médecine et chirurgie de l'Université de Murcie. Il dirige actuellement l'Unité de reproduction assistée du Centre d'études sur la reproduction (CER SANTANDER) à Santander et l'Unité de diagnostic de la médecine de reproduction à Bilbao. En savoir plus sur Dr. Carmen Ochoa Marieta
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 484805626
 Zaira Salvador
Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Université Politécnica de Valencia (UPV), Biotechnology degree en la National University of Ireland en Galway (NUIG) et embryologiste spécialisée en Médecine Reproductive avec un Master en Biotechnologie de la Reproduction Humaine par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI) En savoir plus sur Zaira Salvador
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Adapté au français par:
 Marie Tusseau
Marie Tusseau
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en français et en anglais. En savoir plus sur Marie Tusseau

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.