Quel est le traitement pour la stimulation ovarienne?

Par (gynécologue), (gynécologue), (directrice médical de fertty international), (gynécologue) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 25/03/2020

Lorsqu'une femme est sur le point de suivre un traitement de fertilité, elle doit prendre des médicaments pour stimuler ses ovaires. C'est ce que l'on appelle la stimulation ovarienne contrôlée (SOC).

Les médicaments utilisés pour la stimulation ovarienne contiennent des hormones qui agissent de manière naturelle sur le cycle menstruel et leur rôle est de provoquer la maturation de plus d'un ovule.

Selon le traitement de fertilité et le nombre d'ovocytes nécessaires, un ou deux pour l'insémination artificielle (IA) et plusieurs lors de la fécondation in vitro (FIV), la stimulation sera plus ou moins légère. Elle est contrôlée par le dosage hormonal et un contrôle par échographie.

Vous trouverez ci-dessous un index des 8 points que nous allons aborder dans cet article.

L'utilité des médicaments hormonaux

Au début de chaque cycle menstruel, il y a maturation d'un groupe d'ovocytes dans l'ovaire à l'intérieur de petites poches remplies de liquide : les follicules. C'est ce qu'on appelle une cohorte de follicules.

Le flux hormonal entre l'hypothalamus, l'hypophyse et les ovaires fait qu'un seul de ces follicules arrivera à se développer complètement et à se transformer en follicule préovulatoire. Cela entraîne une dégénérescence du reste des follicules et une perte des ovules qu'ils contenaient.

Les hormones FSH et LH secrétées par l'hypophyse régulent l'intégralité du développement folliculaire et permettent l'ovulation d'un follicule jusqu'à la moitié du cycle menstruel.

Dans le domaine de la PMA, la patiente doit suivre un traitement hormonal spécifique pendant le cycle menstruel car plusieurs follicules arrivés à maturation sont nécessaires si l'on veut augmenter les chances de grossesse.

Le but de ces médicaments est de « tromper les ovaires » pour permettre la maturation de toute la cohorte folliculaire. Ainsi, les follicules ovariens qui étaient destinés à dégénérer parviennent à croître en même temps et donnent naissance à des ovules matures qui peuvent être fécondés.

Les types de médicaments hormonaux

Plusieurs médicaments peuvent être utilisés dans le cadre d'une stimulation ovarienne contrôlée, mais font en général partie d'un des deux groupes suivants : les analogues de la GnRH et les gonadotrophines.

Ces deux types de médicaments ont des fonctions distinctes et sont indispensables à tout traitement d'insémination artificielle ou de fécondation in vitro. Il y a tout de même des exceptions telles que la FIV en cycle naturel.

Dans le reste de cet article, nous parlerons des médicaments compris dans chaque groupe et de leur fonction lors d'un cycle de procréation médicalement assistée.

Les analogues de la GnRH

Ces médicaments servent à neutraliser toutes les hormones internes qui agissent sur le cycle menstruel de la femme pour : permettre le commencement de la stimulation ovarienne de manière coordonnée, en même temps que les ovocytes et aussi pour empêcher une ovulation naturelle. Vous retrouverez dans la suite de cet article son mécanisme d'action plus en détail.

La GnRH est une hormone sécrétée par l'hypothalamus, elle régule la sécrétion d'hormones par l'hypophyse. Les deux glandes, l'hypothalamus et l'hypophyse, se trouvent dans le cerveau et sont très importantes pour le système de reproduction.

Avec les médicaments analogues à la GnRH, l'objectif est d'imiter la fonction de l'hormone naturelle, mais de telle sorte que l'hypophyse ne puisse pas sécréter les hormones FSH et LH.

On obtient ainsi un état de suppression hypophysaire dans lequel le flux d'hormones entre le cerveau et les ovaires est inhibé et le cycle menstruel est interrompu.

En raison de leur structure et de leur mode d'action, deux types d'analogues de la GnRH sont différenciés :

Les agonistes de la GnRH
se lient au récepteur de la GnRH dans l'hypophyse et provoquent d'abord une libération soudaine de gonadotrophines (effet flare-up). Cependant, après plusieurs jours de traitement en continu, les récepteurs de la GnRH sont bloqués. Ces médicaments agonistes de la GnRH sont commercialisés sous les noms Décapeptyl, Procrin et Synarel. Les deux premiers sont administrés par injection, mais le Synarel est un inhalateur nasal facile à utiliser.
Antagonistes de la GnRH
ils ont un effet inhibiteur plus immédiat, ils bloquent l'hypophyse quelques heures seulement après leur administration. L'avantage est que moins de ponctions seront nécessaires lors de la SOC, ce qui est plus pratique pour la patiente. Ces médicaments antagonistes de la GnRH sont commercialisés sous les noms Cétrotide et Orgalutran. Les deux sont administrés par injection sous-cutanée.

En résumé, bien que ces deux types de médicaments agissent de façon différente, la finalité reste la même, à savoir bloquer le contrôle du cycle ovarien par le cerveau pour pouvoir contrôler le développement de la cohorte folliculaire au même rythme.

Gonadotrophines

Lors d'un cycle menstruel normal, les gonadotrophines sont les hormones en charge du développement d'un seul follicule dans l'un des ovaires de la femme qui libère alors un ovocyte arrivé à maturation dans les trompes de Fallope produisant ainsi une fécondation naturelle.

Les médicaments utilisés pour la stimulation ovarienne contiennent des gonadotrophines pour remplir cette même fonction, mais à grande échelle. Les fonctions de chacune de ces gonadotrophines sont détaillées ci-après :

Médicaments contenant de la FSH
il s'agit de l'hormone folliculostimulante. Ces médicaments induisent un développement folliculaire multiple dans lequel plusieurs ovocyrtes arrivent à maturité en même temps dans les ovaires. Les médicaments contenant de la FSH sont commercialisés sous les noms Gonal-f, Puregon, Ovaleap, Bemfola, Fostipur, Rekovelle et Elonva. Tous sont administrés par injection sous-cutanée.
Médicaments contenant de la LH
est l'hormone lutéinisante, qui peut être utilisée en complément de la FSH pour essayer de reproduire autant que possible les conditions du cycle menstruel naturel. Les médicaments contenant de la LH, en plus de la FSH, sont le Menopur, le Meriofert, le HMG-lepori et le Pergoveris. Tous sont administrés par injection sous-cutanée.
Médicaments contenant de la hCG
il s'agit de l'hormone gonadotrophine chorionique humaine. Elle est injectée 32 à 36 heures avant la ponction folliculaire pour induire la dernière maturation des ovules. Le médicament le plus connu contenant de l'hCG est l'Ovitrelle et consiste en une seule injection sous-cutanée.

Comme la hCG provoque l'ovulation environ 36 heures après son administration, il faut prélever les ovules de l'ovaire avant qu'ils ne soient naturellement libérés dans la trompe de Fallope et perdus.

D'où l’importance d'injecter le médicament hormonal au moment exact indiqué par le gynécologue spécialisé en PMA.

De nombreuses femmes qui ont connu des erreurs de traitement se sont vues dans l'obligation d'annuler leur cycle de SOC en raison d'une mauvaise réponse ou d'une ovulation spontanée.

Un autre élément que les patientes doivent prendre en compte est le fait que le gynécologue peut prescrire deux médicaments distincts devant être administrés conjointement lors de la stimulation. Par exemple, Gonal-f et Menopur.

Médicaments pour préparer l'endomètre

Bien que cela ne fasse pas partie de la stimulation ovarienne, les femmes qui suivent un cycle de PAM doivent également prendre des médicaments pour préparer leur endomètre.

Les médicaments utilisés à cette fin sont principalement composés d'hormones sexuelles qui sont naturellement sécrétées par l'ovaire (œstrogène et progestérone) et qui doivent être pris juste après la ponction folliculaire.

Les médicaments suivants sont prescrits pour la préparation de l'endomètre :

Médicaments contenant des œstrogènes
Ils provoquent la croissance de l'endomètre qui s'épaissit peu à peu. En temps normal, les médicaments contenant des œstrogènes sont administrés lors de cycles de substitution pour le transfert d'embryons congelés ou le don d'ovules. Les médicaments contenant des œstrogènes sont commercialisés sous différents noms : Evopad, Meriestra et Progynova. Ils sont souvent prescrits sous forme de patchs cutanés ou de comprimés.
Médicaments contenant de la progestérone
ils provoquent une maturation des cellules endométriales afin que l'endomètre devienne réceptif et permettre l'implantation des embryons. La progestérone est naturellement synthétisée par le corps jaune de l'ovaire après l'ovulation. Cependant, les médicaments à base de progestérone dans les traitements de la fertilité offrent de bons résultats pour soutenir la phase lutéale. Certains noms commerciaux sont Utrogestan, Progeffik, Crinone et Prolutex. La façon la plus courante d'administrer la progestérone est par les ovules vaginaux, bien qu'il soit également possible de le faire par voie orale, par injection ou sous forme de gel.

L'épaisseur de l'endomètre joue un rôle très important dans l'implantation de l'embryon. Une bonne préparation de l'endomètre est donc essentielle pour arriver à une grossesse.

Comme nous le dit le Dr Miguel Dolz :

Il existe plusieurs stratégies pour essayer d'améliorer la réceptivité de l'endomètre ou de l'utérus chez les patientes qui ont une mauvaise réceptivité.

Processus de stimulation ovarienne

Actuellement, il existe deux protocoles ou méthodes pour l'administration de médicaments hormonaux pendant la SOC : le processus long et le processus court.

Les principales différences entre les deux sont leur durée et le nombre d'injections à effectuer.

Le médecin responsable du traitement doit décider lequel des deux protocoles à suivre et la dose de médicament nécessaire à chaque femme, en s'adaptant toujours à ses caractéristiques et dans le but d'obtenir le plus grand succès possible.

Protocole long

Elle commence par l'administration d'un agoniste de la GnRH au cours du cycle menstruel précédent, le 21e jour du cycle. Environ 10 à 14 jours plus tard, la femme aura ses règles.

À ce stade, la stimulation des ovaires par les gonadotrophines peut commencer. Entre le premier et le troisième jour de vos règles, votre médecin vous indiquera la dose hormonale quotidienne de médicaments FSH que vous devez prendre.

Lorsqu'une échographie confirme que les follicules ovariens ont atteint la taille appropriée (entre 18 et 20 mm) et que les taux d'œstradiol sont également optimaux, le médecin indiquera à la femme qu'elle doit s'injecter de la hCG pour provoquer la maturation finale.

La ponction folliculaire devra être effectuée avant 36 heures pour éviter l'ovulation spontanée.

Processus court

Dans ce cas, la stimulation ovarienne commence par l'administration de gonadotrophines au début du cycle menstruel, entre le premier et le troisième jour après l'arrivée des menstruations. Généralement, la patiente se voit prescrire des pillules contraceptives lors du cycle précédent pour coordonner son cycle.

Après environ 5 jours de stimulation et de développement des follicules, un médicament antagoniste de la GnRH est administré pour éviter le pic de LH endogène qui déclencherait l'ovulation.

Le médicament antagoniste doit être injecté quotidiennement jusqu'à ce que la ponction folliculaire soit programmée. À ce stade, le médecin ordonne à la patiente d'arrêter la prise de tout médicament et d'injecter un inducteur d'ovulation, il y a deux possibilités :

  • Administrer l'ovitrelle avec l'hormone hCG.
  • Administrer un agoniste de la GnRH, tel que Décapeptyl, pour profiter de l'effet flare-up et induire la libération interne de LH.

La ponction folliculaire devra être effectuée 36 heures avant afin de ne pas perdre les ovules arrivés à maturation.

L'image suivante montre un calendrier de stimulation pour une patiente ayant suivi un processus de stimulation courte. Il dure 10 jours entre le premier jour de prise des gonadotrophines et le jour de la ponction folliculaire.

Pour plus d'information sur ce processus de stimulation, nous vous recommandons de lire le post suivant : Antagonistes de la GnRH : indications, effets, avantages et inconvénients

Un processus court de stimulation dure entre 8 et 12 jours, alors qu'un processus long dure entre 10 et 15 jours de plus de préparation préalable.

Stimulation ovarienne personnalisée

Selon le traitement de PMA indiqué à la patiente, un nombre plus ou moins important d'ovules sera nécessaire pour réussir :

  • Insémination artificielle : 1 ou 2 ovules
  • FIV : 6 à 18 ovules

Par conséquent, le type de stimulation ovarienne et, surtout, la dose de médicaments hormonaux administrée dépend du nombre d'ovules à obtenir.

Cependant, d'autres facteurs liés à la patiente sont déterminants pour le dosage des médicaments hormonaux et le protocole de stimulation :

  • L'âge
  • L'Indice de Masse Corporelle (IMC)
  • Le niveau de base de la FSH
  • Le compte folliculaire antral
  • La réponse ovarienne lors de précédents traitements
  • Des pathologies ou affections touchant les ovaires telles que l'endométriose ou des ovaires polykystiques

C'est la raison pour laquelle on parle de stimulation ovarienne personnalisée, cela signifie qu'elle est adaptée à chque patiente, à ses caractéristiques et ses besoins.

Consultez l'article suivant pour plus d'informations sur ce thème : La stimulation ovarienne : définition, prix et efficacité

Si vous devez faire un traitement de fécondation in vitro pour devenir maman, nous vous recommandons d'utiliser le Rapport sur la fertilité. En 3 étapes simples, qui vous permettra de connaître les cliniques à l’étranger qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles avant de réaliser des visites dans les cliniques.

Vos questions fréquentes

Que se passe-t-il si on administre l’hCG trop tard ?

Par Dr. María Arqué (directrice médical de fertty international).

L’hCG est une hormone qui doit être administrée 36 heures avant la ponction folliculaire. Dans certains cas, un analogue de la GnRH est administré à la place.

Ces hormones sont les responsables de faciliter le processus final de maturation et d'ovulation des ovocytes. Il est crucial d'administrer ces hormones à l'heure indiquée par votre spécialiste, car le fait de le faire avant peut entraîner une ovulation prématurée empêchant ainsi la récupération des ovocytes lors de la ponction.

Leur administration tardive peut entraîner un manque de maturation des ovocytes, ce qui entraîne un taux de récupération des ovocytes plus faible (car une partie de ces complexes cumulus-ovocytes continuera à être adhéré à la paroi folliculaire et ne sera donc pas récupérée lors de la ponction) et que les ovocytes récupérés soient probablement immatures et ne puissent donc pas être utilisés pour effectuer le traitement.

Pendant combien de jours dois-je prendre les médicaments pour la stimulation ovarienne ?

Par Dr. Elena Izquierdo Trechera (gynécologue).

Les traitements de stimulation ovarienne durent généralement entre 8 et 11 jours mais cela dépend de chaque patient et de leur réaction aux médicaments. Le plus important est de faire des échographies de contrôle pour continuer à prendre les médicaments le temps nécessaire et ainsi obtenir la meilleure réponse possible pour chaque patiente.

La prise de pilules contraceptives est-elle obligatoire avant de commencer un traitement de PMA ?

Par Dra. Lydia Pilar Suárez (gynécologue).

Tous les programmes de PMA ne prescrivent pas de contraceptifs au préalable. Mais cela peut être utile chez les femmes ayant des cycles irréguliers ou qui ont besoin de prévoir le traitement de manière plus précise (date de début des règles, date de la ponction ovarienne ou date du transfert embryonnaire).

De plus, il ne faut pas oublier qu'il n'y a aucune preuve scientifique démontrant que l'utilisation de contraceptifs réduit les chances de réussite d'un traitement de PMA.
Lire la suite

Combien coûtent les médicaments pour la stimulation ovarienne ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Les médicaments pour la stimulation ovarienne dans le cadre d'une insémination artificielle nécessitent une dose hormonale plus faible et sont donc plus économiques. Son coût est généralement d'environ 200-300 euros. Dans le cas de la FIV, le nombre d'ovules à prélever de l'ovaire est plus élevé. Par conséquent, la dose d'hormones est également plus élevée et le médicament devient plus cher, jusqu'à 1 000-1 200 euros.

Existe-t-il un traitement de stimulation ovarienne sous forme de comprimés ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Non, les injections sont la seule méthode d'administration de ces médicaments hormonaux. Bien que cela semble compliqué au début, les injections sont simples à faire et indolores. Dans la clinique, le personnel spécialisé montre à la patiente comment le faire la première fois et la conseille.

Combien de médicaments vais-je devoir prendre ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Au début d'une stimulation ovarienne contrôlée dans le cadre d'une IA ou d'une FIV, un gynécologue spécialisé prescrit la dose nécessaire pour chaque médicament et définit la durée du traitement en fonction des caractéristiques de la patiente (âge, poids, bilan hormonal, etc.).

Après 5 ou 6 jours de stimulation, la patiente se soumet à un contrôle et, en fonction de sa réponse ovarienne, le gynécologue peut ajuster la dose hormonale, l'augmenter ou la diminuer.

C'est pourquoi il est impossible de prévoir à l'avance la quantité de médicaments hormonaux dont la femme aura besoin.

Le traitement de stimulation ovarienne est-il remboursé par l'Assurance Maladie ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

En France, les bilans et les soins pour la fertilité peuvent être pris en charge à 100 %, demandez conseil à votre médecin traitant. La stimulation ovarienne est totalement remboursée si la patiente remplit les conditions en vigueur.

Les actes de PMA sont pris en charge jusqu'au 43e anniversaire de la femme, sous accord préalable.
Sont également pris en charge :

  • Une seule insémination artificielle par cycle, avec un maximum de six pour obtenir une grossesse
  • Quatre tentatives de fécondation in vitro pour obtenir une grossesse

Comment réagit l'ovaire aux médicaments hormonaux ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Il est très difficile de prédire la réponse de l'ovaire aux médicaments, en particulier lors d'un premier traitement de PMA. Il existe généralement deux types de femmes :

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Allegra A, Marino A, Coffaro F, Scaglione P, Sammartano F, Rizza G, Volpes A (2007). GnRH antagonist-induced inhibition of the premature LH surge increases pregnancy rates in IUI-stimulated cycles. A prospective randomized trial. Hum Reprod; 22: 101 – 108.

Arici A, Byrd W, Bradshaw K, Kutteh WH, Marshburn P, Carr BR (1994). Evaluation of clomiphene citrate and human chorionic gonadotropin treatment: a prospective, randomized, crossover study during intrauterine insemination cycles. Fertil Steril;61:314 – 318.

Balasch J, Ballescà JL, Pimentel C, Creus M, Fàbregues F, Vanrell JA (1994). Late low-dose pure follicle stimulating hormone for ovarian stimulation in intrauterine insemination cycles. Hum. Reprod.; 9: 1863– 1866.

Bhattacharya S, Harrild K, Mollison J, Wordsworth S, Tay CCK, Harrold A, McQueen D, Lyall H, Johnston L, Burrage J et al. (2008). Clomifene citrate or unstimulated intrauterine insemination compared with expectant management for unexplained infertility: pragmatic randomised controlled trial. BMJ;337:716 – 723.

Coroleu B, Devesa M, y Alvarez M. Guía 18. Estimulación ovárica para FIV-ICSI en los ciclos con presunción de baja respuesta. Servicio de Medicina de la Reproducción Departamento de Obstetricia, Ginecología y Reproducción Hospital Universitario Quirón Dexeus, Barcelona. Sociedad Española de Fertilidad (SEF) y Sociedad Española de Ginecología y Obstetricia (SEGO)

Ferraretti AP et al. (2011). ESHRE consensus on definition of poor response to ovarian stimulation for in vitro fertilization: the Bologna criteria. Hum Reprod; 26: 1616-24.

Griesinger G. y col. (2006). GnRH-antagonists in ovarian stimulation for IVF in patients with poor response to gonadotropins, polycystic ovary syndrome, and risk of ovarian hyperstimulation: a meta-analysis. Reproductive BioMedicine Online; 13: 628-638.

Hamdine O. et al. (2015). Ovarian response prediction in GnRH antagonist treatment for IVF using anti-Müllerian hormone. Hum. Reprod.; 39: 170-8.

Lehert P, Kolibianakis EM, Venetis CA. y col. (2014). Recombinant human follicle-stimulating hormone (r-FSH) plus recombinant luteinizing hormone versus r-FSH alone for ovarian stimulation during assisted reproductive technology: a systematic review and meta-analysis. Reproductive Biology and Endocrinology; 12: article 17.

Nelson SM (2013). Biomarkers of ovarian response: current and future applications. Fertil. Steril.; 99: 963-9.

Reproducción Asistida ORG. Video: ¿Cuánto tiempo dura la estimulación ovárica?, par Dr. Elena Martín Hidalgo, 29/12/2015. [Voir vidéo originale en espagnol].

Reproducción Asistida ORG. Video: Medicación necesaria para engrosar el endometrio, par Dr. Miguel Dolz Arroyo, 02/04/2015. [Voir vidéo originale en espagnol].

Rodríguez Gálvez, I., Tocino Díaz, A., Fernández Sánchez, M. Fármacos en la estimulación ovárica: clomifeno, gonadotropinas, análogos GnRH, hCG. En: Unidad 06, Bloque I: Esterilidad femenina. Máster en Reproducción Humana de la Universidad Rey Juan Carlos y el Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI).

Vos questions fréquentes: 'Que se passe-t-il si on administre l’hCG trop tard ?', 'Pendant combien de jours dois-je prendre les médicaments pour la stimulation ovarienne ?', 'La prise de pilules contraceptives est-elle obligatoire avant de commencer un traitement de PMA ?', 'Combien coûtent les médicaments pour la stimulation ovarienne ?', 'Existe-t-il un traitement de stimulation ovarienne sous forme de comprimés ?', 'Combien de médicaments vais-je devoir prendre ?', 'Le traitement de stimulation ovarienne est-il remboursé par l'Assurance Maladie ?' et 'Comment réagit l'ovaire aux médicaments hormonaux ?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

Dr. Elena Izquierdo Trechera
Dr. Elena Izquierdo Trechera
Gynécologue
Diplômée en médecine de l'Université Complutense de Madrid, spécialisée en obstétrique et gynécologie, et en reproduction humaine de l'Université Rey Juan Carlos et de l'IVI. Actuellement, elle est directrice médicale de la clinique de fertilité Velazquez. En savoir plus sur Dr. Elena Izquierdo Trechera
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 282866949
Dra. Lydia Pilar Suárez
Dra. Lydia Pilar Suárez
Gynécologue
Diplôme de médecine et de chirurgie de l'Université d'Oviedo dans les Asturies. Spécialisation en obstétrique et gynécologie à l'hôpital Clínico Universitario San Carlos de Madrid. Elle est également titulaire d'une maîtrise en reproduction humaine de l'Université Rey Juan Carlos en collaboration avec l'IVI. En savoir plus sur Dra. Lydia Pilar Suárez
numéro de membre: 64136
Dr. María Arqué
Dr. María Arqué
Directrice médical de Fertty International
Doctorat en médecine de la reproduction à l'Université autonome de Barcelone, avec une spécialisation en obstétrique et gynécologie. Le Dr María Arqué a de nombreuses années d'expérience en tant que consultante en médecine de la reproduction et gynécologue et travaille actuellement comme directrice médicale chez Fertty International. En savoir plus sur Dr. María Arqué
Nombre de membres: 080845753
Dr. Miguel Dolz Arroyo
Dr. Miguel Dolz Arroyo
Gynécologue
Diplômé de Médecine et Chirurgie de l'Universidad de Valencia en 1988 et Doctorat en Médecine en 1995 avec la spécialisation en Gynécologie et Obstétrique. Il est Expert en Médecine Reproductive avec plus de 20 ans d'expérience dans le domaine. Il est actuellement le directeur et fondateur de FIV Valencia. En savoir plus sur Dr. Miguel Dolz Arroyo
Affiliation à l'Ordre des Médecins: 464614458
Adapté au français par:
 Manon Boisbouvier
Manon Boisbouvier
inviTRA Staff
Rédactrice et traductrice pour l'édition française de inviTRA. En savoir plus sur Manon Boisbouvier

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.