Embryons congelés: quel est le taux de réussite de la vitrification?

Par (gynécologue), (gynécologue), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 10/03/2020

La congélation d'embryons est une technique de reproduction assistée utilisée pour préserver les embryons résultant d'un traitement de fécondation in vitro (FIV), qui ne pouvaient pas être transférés à la mère à ce moment-là.

La méthode utilisée aujourd'hui pour congeler les embryons est la vitrification, un type de congélation ultra-rapide qui présente de nombreux avantages par rapport à la congélation lente classique.

Les taux élevés de survie des embryons après dévitrification ont permis d'optimiser les traitements de FIV, ce qui signifie que moins de cycles de stimulation sont nécessaires pour obtenir une grossesse.

Qu'est-ce que la vitrification?

La vitrification est une technique de congélation ultra-rapide basée sur l'utilisation de substances appelées cryoprotecteurs, qui protègent les cellules, et une vitesse de refroidissement très élevée. Cela empêche la formation de cristaux à l'intérieur des cellules, qui endommageraient les structures internes et provoqueraient la mort des cellules.

Aujourd'hui, la vitrification est couramment utilisée pour la cryoconservation des ovules et des embryons. En effet, elle est devenue un outil de base de la procréation médicalement assistée. Grâce à elle, les embryons peuvent être conservés pour une utilisation ultérieure. Les embryons restent congelés à -196 °C dans des réservoirs d'azote liquide jusqu'à ce que la femme ou le couple décide de les utiliser. Ils peuvent être conservés pour une durée indéterminée sans perdre les caractéristiques qu'ils avaient au moment de la vitrification. Ainsi, les embryons peuvent être utilisés des mois ou des années plus tard pour rechercher une grossesse.

La durée maximale pendant laquelle un embryon congelé a été autorisé à donner finalement naissance à un bébé en bonne santé est de 25 ans. C'est ce qu'on appelle les bébés des neiges.

Quand vitrifier les embryons

Lors d'un traitement de FIV, après stimulation ovarienne et fécondation des ovules, on obtient plusieurs embryons qui peuvent rester en culture pendant plusieurs jours.

Ces embryons ne peuvent pas survivre plus de 6 jours en culture. Il faudra donc avoir recours à la crioconservation jusqu'à ce que l'on décide de leur sort.

La vitrification d'embryons est utilisée dans les cas suivants :

  • Impossibilité d'effectuer le transfert d'embryons dans le même cycle de stimulation. Par exemple, lorsqu'il y a un risque de syndrome d'hyperstimulation ovarienne chez la femme ou lorsque l'endomètre n'est pas assez épais et n'est pas réceptif.
  • Le transfert d'embryons frais a été effectué, mais il reste encore des embryons qui peuvent être transférés lors de futures tentatives, soit car le résultat était négatif, soit pour avoir un deuxième enfant à l'avenir.
  • La préservation de la fertilité. Certains couples choisissent de congeler les embryons plutôt que les ovules et les spermatozoïdes séparément.
  • Les embryons ont été biopsiés pour le DPI, mais nous devons attendre plusieurs jours pour obtenir les résultats.
  • Lors d'un don d'ovule si la donneuse n'a pas pu être synchronisée avec la receveuse d'ovules. Dans ce cas, il est possible de congeler les ovules ou embryons donnés après la fécondation.
  • Il reste des embryons d'un cycle et le couple ou la femme décide de les donner à d'autres personnes ayant des problèmes d'infertilité.

Avantages

Comme nous l'avons déjà mentionné, la vitrification des embryons a permis d'optimiser au maximum les traitements de FIV. En conséquence, le taux de grossesse cumulé, c'est-à-dire le taux de grossesse par ponction avec un seul cycle de stimulation ovarienne, a augmenté ces dernières années.

Le bilan physique et émotionnel est bien moins lourd pour les patients, car ils n'ont pas à subir à nouveau toutes les ponctions de médicaments hormonaux lors d'un transfert d'embryons congelés.

Selon les mots de l'embryologiste Edurne Martinez:

La vitrification des embryons est très utile car elle nous permet de préserver des embryons que nous n'allons pas transférer dans le même cycle, soit parce qu'il s'agit d'embryons surnuméraires, soit parce que l'endomètre de la femme n'est pas prêt, et de les transférer dans un cycle ultérieur.

D'autre part, la vitrification des embryons a également contribué à réduire le taux de grossesse multiple, car les embryons sont disponibles pour un transfert séparé. Enfin, par rapport à la technique traditionnelle de congélation lente, l'avantage le plus important offert par la vitrification est que le taux de survie des embryons dépasse 90 %.

Processus de vitrification

Pour mener à bien le processus de vitrification, il est indispensable d'avoir du personnel de laboratoire chevronné, car il s'agit d'une technique complexe devant être réalisée dans un délai très court.

La méthode de vitrification la plus courante est le Cryotop de marque Kitazato. Cette technique comprend les étapes générales suivantes :

  1. Déshydrater les embryons en les faisant passer d'un milieu à l'autre avec une concentration croissante de cryoprotecteurs.
  2. Placer soigneusement les embryons sur le système de support afin de les congeler, qui dans le cas de Cryotop est une paille.
  1. Placer la paille avec les embryons dans un petit bac contenant de l'azote liquide.
  2. Placer le couvercle ou le bouchon sur la paille en prenant soin de ne pas l'éloigner des vapeurs d'azote liquide.
  3. Enfin, stocker la paille contenant les embryons dans le réservoir d'azote liquide pour les conserver.

Tout au long de ce processus, les embryons sont amenés de la température de culture (37 °C) à la température de congélation dans l'azote liquide (-196 °C) en quelques secondes seulement.

D'autre part, il convient de ne pas oublier que les embryons doivent avoir une qualité minimale pour pouvoir résister aux processus de congélation et de décongélation. Par conséquent, les embryons qui ne se développent pas bien ou présentant des signes de dégénérescence ne sont pas vitrifiés.

Les cryoprotecteurs sont des molécules qui remplacent le liquide aqueux à l'intérieur des cellules embryonnaires et protègent leurs structures internes des basses températures.

Dévitrification d'embryons

Le processus de dévitrification est plus rapide et plus facile que le précédent. Il suffit de retirer la paille avec les embryons de l'azote liquide, d'enlever le couvercle et de la placer directement dans un milieu à 37 °C.

Les embryons sont retirés de la paille à l'aide d'une pipette et placés en milieu de culture. Les embryons passent ensuite par différents milieux avec des concentrations décroissantes de cryoprotecteurs. De cette façon, on obtient une réhydratation cellulaire, de sorte que les cryoprotecteurs sont remplacés par de l'eau.

Le respect des différentes étapes de la dévitrification est essentiel à sa bonne réalisation. Le non-respect de ce processus pourrait endommager les structures cellulaires de l'embryon qui pourraient ne pas surivivre.

Avant de procéder à un transfert d'embryons congelés, ces derniers doivent être dévitrifiés quelques heures auparavant afin de s'assurer qu'ils ont survécu.

De manière générale, l'embryon est dévitrifié le jour même du transfert, quelques heures à l'avance pour vérifier l'état de l'embryon. Pour le reste, le processus de transfert est le même que pour des embryons frais.

Efficacité du traitement

Les taux de grossesse sont légèrement plus élevés pour les traitements réalisés au moyen d'embryons frais que ceux utilisant des embryons vitrifiés. Malgré cela, les embryons cryopréservés peuvent poursuivre leur développement de manière normale, s'implanter et permettre la naissance d'un bébé en bonne santé.

Selon un rapport statistique de la Société espagnole de fertilité (SEF) publié en 2017, le taux de grossesse par tranfert d'embryons congelés est de 36,4%, alors que le taux de grossesse par transfert d'embryons frais est de 35,5%.

Ce taux ne tient pas compte des embryons qui ne survivent pas au processus. Par conséquent, bien que la différence soit faible car la plupart des embryons survivent, il faut tenir compte du fait qu'il y a une grossesse dans 34,9 % des cas pour chaque décongélation.

D'autre part, le taux de grossesse par tranfert de blastocystes frais est légèrement plus élevé, 47,1%, que le taux de grossesse par transfert de blastocystes congelés qui est de 42,5%.

L'obtention d'une grossesse après un transfert d'embryons cryopréservés varie en fonction des facteurs suivants :

  • La survie des embryons après décongélation
  • La qualité embryonnaire et sa capacité à se développer
  • La réceptivité de l'endomètre au moment du transfert

Comme mentionné précédemment, le taux de survie des embryons après dévitrification est très élevé, ils ne subissent généralement aucun dommage. Il est donc indispensable que le laboratoire dispose d'un bon programme de vitrification et que le personnel de laboratoire soit formé de manière adéquate pour mener à bien ce processus.

Tarifs

En Espagne le coût d'une congélation d'embryons se situe entre 350 et 600 euros, en fonction du centre dans lequel est réalisée cette oprération. À cela s'ajoute le prix de l'entretien, car conserver des embryons dans l'azote liquide a un coût pour la clinique de procréation médicalement assistée.

Le paiement pour l'entretien des enbryons est annuel et peut donc générer entre 400 et 600€ de frais annuels supplémentaires. Dans certains centres, la première année est généralement comprise dans le prix initial de la vitrification.

De même, la dévitrification et le transfert d'embryons congelés coûtent entre 700 et 2000 euros, auxquels s'ajoutent entre 200 et 300 euros de médicaments pour préparer l'endomètre.

[cajainfo n="47"

Vos questions fréquentes

La vitrification des embryons présente-t-elle des désavantages ?

Par Dr. Mark P. Trolice (gynécologue).

Pendant des années, la congélation lente a été utilisée pour la cryopréservation des embryons. La technique de vitrification embryonnaire a peu à peu remplacé cette méthode ces dix dernières années. La vitrification implique une congélation ultra rapide, qui est determinante pour la cryoconservation des ovocytes. La congélation lente des ovules provoque la création de cristaux à l’intérieur des ovocytes (à cause de leur haute teneur en eau), ce qui en détériore la qualité. En revanche, la vitrification améliore ces résultats, tant pour les ovocytes que pour les embryons, et augmente leur taux de survie.

Toute méthode de congélation induit le risque de perdre des embryons pendant le processus, que cela soit à cause du procédé de décongélation, de failles dans les réservoirs de conservation, de la tolérance des embryons à la congélation selon l’âge de la patiente, ou d’autre facteurs tels que le propre savoir-faire de l’embryologiste. A l’heure actuelle, aucun désavantage direct de la technique de vitrification n’est connu.

Est-ce le même traitement pour transférer des embryons en frais ou des embryons vitrifiés ?

Par Dr. Laura García de Miguel (gynécologue).

Le traitement pour recevoir des embryons frais (après un cycle de fécondation in vitro) ou des embryons vitrifiés (congelés) est différent.

Dans le premier cas, la patiente prend pendant 10 jours environ le traitement hormonal, les injections pour stimuler les ovaires. Après la ponction, la patiente utilisera de la progestérone (sous forme d’ovules vaginaux ou sous forme sous-cutanée).

Pour les embryons congelés, le patiente doit effectuer une préparation pendant environ deux semaines avec des œstrogènes (en patchs ou en comprimés). En fonction du jour de la décongélation de l'embryon, le médecin peut parfois prescrire un supplément de progestérone. Parfois, le procédé peut être réalisé sur un cycle naturel, sans avoir à utiliser d'oestrogènes.

Quelle est la différence entre la congélation et la vitrification des embryons ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

La congélation des embryons est une procédure que l’on utilisait avant la découverte de la vitrification, qui consiste en un processus lent et progressif qui peut prendre environ 2 à 3 heures. Cette méthode ne présentait pas de bons taux de survie en raison des dommages causés à l'embryon par la formation de cristaux de glace. Bien qu'il était possible de congeler des embryons précoces, les blastocystes ne survivaient pas.

Lors de la vitrification, en revanche, la procédure est très rapide, quelques minutes, et il est possible de congeler les blastocystes. Par cette procédure, aucun dommage embryonnaire n'est produit, car les cristaux de glace n’ont pas le temps d’être formés.

Peut-on congeler des embryons de type C ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Oui, il est possible de congeler des embryons de qualité C. Cependant, ceux-ci ont une capacité de nidation plus faible que les embryons A ou b, car ils ne sont pas arrivés à avoir un développement adéquat ou présentent certains signes qui pourraient mettre en doute leur viabilité dans certaine mesure.

Comme ces embryons ont une faible qualité, ils sont souvent laissés en culture afin d’observer leur évolution un ou deux jours de plus. S’ils évoluent correctement, on les vitrifie, mais, s’ils arrêtent leur développement, il faut les écarter du processus car ils ne sont pas aptes à être transférés dans l’utérus.

La rédaction vous recommande

Comme nous l'avons dit, la vitrification des embryons est aujourd'hui une technique indispensable dans tous les laboratoires de FIV. Chaque fois qu'il y a des embryons surnuméraires, ils sont cryoconservés pour une utilisation future. Pour en savoir plus à ce sujet, cliquez sur le poste suivant : Destination des embryons surnuméraires.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Auteurs et collaborateurs

Dr.  Laura  García de Miguel
Dr. Laura García de Miguel
Gynécologue
Diplomée en médecine et chirurgie de l'Université autonome de Barcelone, avec spécialisation en gynécologie et obstétrique à l'hôpital universitaire Sant Joan de Déu. Elle est titulaire d'une maîtrise en reproduction humaine de l'Université Complutense de Madrid et est actuellement directrice médicale de la Clínica Tambre à Madrid. En savoir plus sur Dr. Laura García de Miguel
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 280843059
Dr. Mark P. Trolice
Dr. Mark P. Trolice
Gynécologue
Docteur en Médecine, spécialisé en Gynécologie et Obstétrique par la Rutgers Robert Wood Johnson Medical School de New Jersey (USA.). Professeur associé au Département de Gynécologie et Obstétrique de l'University of Central Florida College of Medicine. Directeur de la clinique Fertility Care: The IVF Center. Titre de Top Doctor in America. En savoir plus sur Dr. Mark P. Trolice
Affiliation au Conseil de l'Ordre de Floride: ME 78893
 Zaira Salvador
Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Université Politécnica de Valencia (UPV), Biotechnology degree en la National University of Ireland en Galway (NUIG) et embryologiste spécialisée en Médecine Reproductive avec un Master en Biotechnologie de la Reproduction Humaine par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI) En savoir plus sur Zaira Salvador
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Adapté au français par:
 Manon Boisbouvier
Manon Boisbouvier
inviTRA Staff
Rédactrice et traductrice pour l'édition française de inviTRA. En savoir plus sur Manon Boisbouvier

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.